Bienvenue sur le site de l'association Fēura.


L’association Fēura s’efforce, au moyen de son site web, de contribuer à la sauvegarde et la promotion de la littérature polynésienne.

Les ouvrages proposés à la consultation et au téléchargement sont répartis sur plusieurs fonds : un fonds linguistique, un fonds biblique, et un fonds consacré à la littérature occidentale.

 

Fonds linguistique :

 

Les ouvrages disponibles à ce jour sont les dictionnaires et une grammaire rédigés au 19ème siècle par les missionnaires protestants et catholiques en fonction à Tahiti. A Tahitian and English dictionary and a short grammar of the Tahitian dialect, parfois appelé le dictionnaire de Davies ou simplement le Davies, est un dictionnaire tahitien-anglais de plus de 10.000 entrées réalisé par les missionnaires anglais de la London Missionary Society. Préparé par les missionnaires John DAVIES et David DARLING, il a été imprimé à Papeete en 1851. La Grammaire et dictionnaire de la langue maorie, dialecte tahitien, éditée en 1861 à Saint-Germain-En-Laye, est l’œuvre du premier vicaire apostolique de Tahiti, Monseigneur Étienne "Tepano" JAUSSEN. Largement dépassés sur le plan linguistique, ces ouvrages sont toutefois importants, car ils témoignent des derniers vestiges d’une société traditionnelle aujoud’hui disparue.

 

Fonds biblique :

 

La place de la traduction et de l’enseignement de la Bible en tahitien dans la sauvegarde de la langue tahitienne est bien connue. Le site de l’association Fēura consacre une large place aux incunables, les premières traductions en langue tahitienne de texte bibliques par les missionnaires protestants de la London Missionary Society. Trois Bibles tahitiennes sont également disponibles, avec traductions dans diverses langues archaïques ou modernes.

 

Littérature d’origine occidentale :

 

Cette partie du site est consacrée aux témoins visuels de la société traditionnelle de Tahiti. Elle recueille des documents rares tombés dans le domaine public, qui font revivre les ultimes moments d’une civilisation fascinante capable de lire, dans les caprices de la nature, l’annonce de sa propre disparition *  :

 

Tenā mai te fanau’a ’una’una na te Tumu, e haere mai e hi’o i teie ’uru rā’au i Taputapuātea nei. E tino ’ē tō ratou, e tino ’ē tō tātou, hō’ē ana’e rā huru, nō te tumu mai, ’e e riro teie nei fenua ia rātou. E mou teie ha’apaora’a tahito nei, ’e e tae mai ho’i te manu mo’a o te moana e te fenua nei, e haere mai e ta’iha’a i tā teie rā’au i motu e ha’api’i nei.

 

Voici que viennent les glorieux enfants du Tronc ; ils verront cet arbre, ici, à Taputapuātea. Ils seront différents de nous, et pourtant ce sont nos semblables, venus du Tronc, et ils prendront nos terres. Ce sera la fin de nos coutumes actuelles, et les oiseaux sacrés de la mer et de la terre viendront se lamenter sur ce que cet arbre décapité nous enseigne.

 

Le Président

Philippe BOUDOUARD

 

 

* Prophétie du grand prêtre Vaitā sur le marae de Taputapuātea à Ra'iatea, sur l'arrivée imminente des premiers Européens. Teuira HENRY - Tahiti aux temps anciens, p. 16.