Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
skambha (RV I.160.4) - Cours & Documents - Forum Babel
skambha (RV I.160.4)

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Cours & Documents
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 2695
Lieu: Nissa

Messageécrit le Wednesday 24 Sep 08, 21:35 Répondre en citant ce message   

Ṛg Veda, hymne I.160 (à Ciel et Terre), śloka 4

अयं देवानामपसामपस्तमो यो जजान रोदसी विश्वशंभुवा ।
वि यो ममे रजसी सुक्रतूययाजरेभि: स्कमभनेभि: समानृचे ।। ४ ।।


4ab : ayaṃ devānām apasām apasām apastamo yo jajāna rodasī viśvaśambhuvā |

Sandhi

• °ṃ d° < °m d°
• °o y° < °as y°
• °o j° < °as j°

Vocabulaire

ayam (ayam « celui-ci » pronom déictique de proximité m.Nom.Sg.)
devānām (deva- « dieu » m.Gén.Pl.)
apasām (apás- « actif, travailleur » m.Gén.Pl.)
apastamas (apás- « actif, travailleur » Superl. m.Nom.Sg.)

==> C'est lui le plus actif des dieux actifs,

yas (ya- pronom relatif m.Nom.Sg.)
jajāna (JAN-, jánati « engendrer, faire naître, créer » Parf.Act. Sg3)
rodasī (rodasī « Ciel et Terre » f.Acc.Du.)
viśvaśambhuvā (viśva-śambhū- « favorable à tous » adj. f.Acc.Du.)

==> celui qui a créé Ciel et Terre favorables à tous,

Grammaire

• le pronom ayam est normalement utilisé pour ce qui est dans l'environnement immédiat du locuteur, ici on considère donc que ce créateur est omiprésent ;
• la désinence de génitif pluriel de la déclinaison athématique (ici apas-) est généralement -ām (eur. *-om, gr. -ων, lat. arch. -um) ; laissée telle quelle pour les thèmes consonantiques, elle est préfixée par -n- avec allongement du thème pour les thèmes vocaliques (ici deva-) ;
• le suffixe de superlatif -tama- est utilisé pour les adjectifs dérivés ; quand le superlatif est formé directement sur une racine on utilise le suffixe -iṣṭha- ;
• le relatif yas est en corrélation avec le déictique ayam précédent ;
• le thème de parfait est normalement formé par redoublement de la consonne initiale de la racine, la désinence de Sg3 est -a à l'actif ;
• aux cas directs (Nom., Voc., Acc.) c'est le duel des neutres qui est en -ī ; rodasī est un féminin (voir l'accord de l'adjectif viśvaśambhuvā) mais c'est un duel figé qui garde probablement dans sa flexion la trace d'un ancien neutre sigmatique *rodas-, d'où son duel irrégulier ;
• les composés nominaux de plus de deux termes sont très rares en védique et il faut donc considérer bhū- comme un suffixe « qui fait devenir, qui produit » puisque le mot isolé n'existe pas avec ce sens (le féminin bhū- s'est figé au sens de « terre, sol ») ;

4cd : vi yo mame rajasī sukratūyayājarebhi skambhanebhiḥ sam ānṛce || 4 ||

Sandhi

• °o m° < °as m°
• °i sk° < °is sk°
• °ḥ s° < °s s°
• °yāj° < °yā aj°

Vocabulaire

vi (particule indiquant généralement séparation, éloignement, différence, ici vi-MĀ- « mesurer dans toute son étendue > ordonner, apprêter »)
yas (ya- pronom relatif m.Nom.Sg.)
mamé (-, māti « mesurer » Parf. Sg3)
rajasī (rajas- « monde, espace, domaine cosmique » n.Acc.Du.)
sukratūyayā (sukratūyā- « intelligence, sagesse, talent » Ins.Sg.)

==> qui a ordonné les deux mondes avec talent :

ajarebhis (a-jára- « qui ne vieillit pas » Ins.Pl.)
skambhanebhis (skambhaná- « support, pilier, étai » Ins.Pl.)
sám (particule « ensemble »)
ānṛce (??? ā-n-RIC-, °riṇakti « maintenir solidement » Parf. Sg3)

==> il les a fermement maintenu ensemble par des étais inaltérables.

Grammaire

• on voit ici un exemple de l'indépendance de la particule vi, c'est sur toute la proposition « yo mame rajasī sukratūyayā » (qui a mesuré les deux mondes avec talent) que porte l'idée de séparation/extension ; d'une certaine façon, le verbe vi-MĀ- « mesurer en extension, dénombrer » n'existe pas encore ;
• les deux parfaits mamé et ānṛce sont au moyen (désinence -e de Sg3), montrant une opposition avec le jajāna précédant qui était à l'actif ; cette subtile distinction indique que la création était un acte de portée générale mais que l'organisation qui suit est plus personnelle, comme l'expriment aussi les réfléchis français « s'occuper de », « se charger de », « s'affairer à », etc. ;
mamé est accentué car c'est le verbe d'une subordonnée relative, ānṛce est atone car c'est le verbe d'une proposition indépendante, donc principale ;
• la désinence générale d'instrumental pluriel est -bhis qui, pour la flexion thématique (ici ajára- et skambhaná-) prend la forme -ebhis.

Interprétation du vers

Il n'y a pas ici de difficulté particulière dans la compréhension, il s'agit du mythe cosmogonique de création du Ciel et de la Terre ainsi que de leur séparation stable et définitive. Les ellipses du texte laissent cependant deux questions en suspens.

De quel ciel s'agit-il ? La cosmologie védique en connaît deux, dyu- qui est le séjour des dieux et antarikṣa-, « espace intermédiaire », où circulent les vents et les nuages ; ils forment avec la terre ce qu'on appelle les « trois mondes ». Le doute est levé au début de l'hymne par le composé au double duel dyāvā-pṛthivī « ciel (dyu-) et terre » : ce ciel est le supérieur et c'est de sa séparation d'avec la terre que se réalise l'espace intermédiaire.

Qui est ce créateur ? En fait, dans la religion védique, cette question n'a guère de sens et, dans les hymnes, la chose est attribuée à divers dieux, souvent ceux du sacrifice, Soma (VI.47.5, IX.97.27, IX.101.15) ou Agni (I.67.5, IV.6.2), et même aux simples sacrificateurs
puisque par leurs chants et leurs rituels ils créent et soutiennent continuemenr l'univers.

Traductions littéraires

Il est le meilleur artisan des dieux artisans, celui qui a créé le Ciel et la Terre au bénéfice de tous,

lui qui a mesuré la distance des deux mondes avec talent : il les a fermement maintenus ensemble par des étais inaltérables.


Geldner (~1925) a écrit:
Dieser war unter den werkkundigen Göttern der Werkkundigste, der Himmel ind Erde, die allen erspießlichen, erzeugt hat,
der die beide Reiche mit gutem Bedacht ausgemessen hat. Er hält sie mit niemals morschen Stützn zusammen.

Griffith (~1890) a écrit:
Among the skilful Gods most skilled is he, who made the two world-halves which bring prosperity to all;
Who with great wisdom measured both the regions out, and stablished them with pillars that shall ne'er decay.

Langlois (~1870) a écrit:
Parmi les Dévas travailleurs, le plus laborieux c'est celui qui a enfanté le Ciel et la Terre, auteur de tous les biens ;
celui qui, puissant en œuvres, a mesuré ces deux mondes ornés de brillantes couleurs, et les a fondés sur des colonnes impérissables.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Cours & Documents
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008