Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
congé (français) - Le mot du jour - Forum Babel
congé (français)

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8264
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Monday 09 Aug 10, 9:00 Répondre en citant ce message   

En cette période de vacances, autrefois dite des "congés payés", ce mot du jour s'impose. Comme il a beaucoup servi, il s'est - on va le voir - beaucoup transformé.
C'est en effet l'aboutissement de l’évolution phonétique du latin commeatus, après une succession de diverses formes intermédiaires : *comyadu, *condjiado, cumgiet, congiet, et conged (1130).
Ce commeatus est dérivé de commeare, “se mettre en marche, voyager”, lui-même composé de meare, “circuler, passer” (d'où le meat urinaire, et l'imperméable).
Employé comme nom d’action, commeatus avait reçu, par métonymie, plusieurs sens concrets, dont “transport de marchandises, convoi de vivres militaires”. C’est dans la langue militaire que, par l’intermédiaire du sens d’ “ordre de marche, ordre de transport” – toujours en vigueur dans le langage juridique – il a fini par prendre celui de “permission de partir”.


Dernière édition par Papou JC le Monday 09 Aug 10, 22:14; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
giòrss



Inscrit le: 02 Aug 2007
Messages: 2784
Lieu: Barge - Piemont

Messageécrit le Monday 09 Aug 10, 9:55 Répondre en citant ce message   

L'italien a deux mots dérivés de "commeatus":

-congedo dérivé de l'ancien français
-commiato dérivé directement du latin
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8264
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Monday 09 Aug 10, 10:42 Répondre en citant ce message   

Et que signifient-ils ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
giòrss



Inscrit le: 02 Aug 2007
Messages: 2784
Lieu: Barge - Piemont

Messageécrit le Monday 09 Aug 10, 11:32 Répondre en citant ce message   

CONGEDO

http://dizionari.hoepli.it/Dizionario_Italiano/parola/congedo.aspx?idD=1&Query=congedo&lettera=C

Citation:
congedo
[con-gè-do]
s.m.
1 Licenza o ordine di partire, commiato: dare, prendere c.; chiese c. e se ne andò; visita di c.
‖ Ultimo saluto prima della partenza: un c. doloroso, affettuoso, straziante
‖ Prendere ultimo, definitivo congedo, morire
‖ Udienza di congedo, di ambasciatore che lasci l'incarico


1) permission ou ordre de partir : prendre congé, demander congé, s'en aller en visite de congé
2) dernière salutation avant le départ
3) prendre congé définitif, mourir
4) audition de congé (d'un embassadeur)

J'ajouterai le "congé" du militaire et le "congé" du travailleur,

COMMIATO

http://dizionari.hoepli.it/Dizionario_Italiano/parola/commiato.aspx?idD=1&Query=commiato&lettera=C

Citation:
[com-mià-to]
ant., lett. comiato
s.m.
1 Licenza di andarsene, di partire: dare, chiedere c. a qualcuno; prendere c. da qualcuno
‖ SIN. congedo


1) permission de partir

J'ajouterai aussi "dernière salutation"...mais du travailleur on ne dirait jamais "un lavoratore in commiato" (la forme exacte est "un lavoratore in congedo")

accomiatarsi = dire adieu


Dernière édition par giòrss le Tuesday 10 Aug 10, 10:34; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
ramon
Animateur


Inscrit le: 13 Jan 2005
Messages: 1375
Lieu: Barcelone, Espagne

Messageécrit le Monday 09 Aug 10, 21:37 Répondre en citant ce message   

Des cognats catalans de congé :

Comiat : adieu, congé
Acomiadar: dire adieu, au revoir ; congédier (du travail)
Acomiadar-se : se dire adieu, au revoir

Selon le DRAE, (esp.) mear viendrait de meiare ou meiere, uriner, pisser.

Meiare et meare, appartiennent-ils à la même famille ?

Voir GAFFIOT meio, are

http://www.lexilogos.com/latin/gaffiot.php?p=961
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8264
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Monday 09 Aug 10, 21:54 Répondre en citant ce message   

Merci, Ramon, pour cette question. Je me suis peut-être bien laissé emporter par mon élan ... Le rapprochement entre l'espagnol mear et le français meat me paraissait tellement évident. Une fois de plus, se méfier des apparences. Je supprime mear de mon premier message.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
giòrss



Inscrit le: 02 Aug 2007
Messages: 2784
Lieu: Barge - Piemont

Messageécrit le Tuesday 10 Aug 10, 10:47 Répondre en citant ce message   

Selon , http://www.etimo.it/?cmd=id&id=10653&md=19f3a113a6ca766f8927bb7786dc2974


les suivants mots proviennent de la même racine *mi- = conduire (existante en langue "zenda"); parallèle à la sanscrite may-

latin:
-semita (se-mita) = fr. sentier, it. sentiero (<semitariu[m])
-minare (mi-n-are) = conduire, pousser avant; it. menare (=conduire)

allemand (M.h.a.):
-meinen = pousser avant

lituanien:
-minù = cheminer/marcher

---

en italien, meato:

http://it.wiktionary.org/wiki/meato

Citation:
(letterario) disagevole e angusto passaggio, piccola apertura, intercapedine o feritoia naturale che si offre per essere attraversata da qualcosa
(anatomia) in senso generico, stretto e corto canale dalle pareti ossee e cartilaginee (meato uditivo) o membranose (meato uretrale) che rappresenta uno sbocco verso l'esterno o un collegamento tra cavità vicine dell'organismo; orifizio
(fisica) in meccanica, millimetrica o micrometrica intercapedine che separa le superfici di due corpi in movimento relativo riempita del lubrificante che ne evita lo sfregamento; gioco


1) (littéraire) passage difficile, petite ouverture, espace naturel entre deux choses
2) (anatomie) méat
3) (physique) espace entre deux choses, rempli de lubrifiant
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8264
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Tuesday 10 Aug 10, 11:31 Répondre en citant ce message   

Avec congé, je n'avais pas au départ l'intention de trop déborder de la petite famille latine de meare, mais puisque tu nous y invites, giorss, je vais quand même ajouter quelques mots sur ses parents et ancêtres.
D'après mes sources, le patriarche indo-européen est la racine *mei- qui signifie "changer, aller, mouvoir".
- En latin, outre meare, cette racine est à l'origine de mots comme immunis,"exempt de charges", mutare, "changer", communis, "commun", municeps, "qui prend part aux charges", mutuus, "qui se fait par voie d’échange", migrare, "changer de résidence", promutuus, "payé d’avance", et remunerare, "récompenser". On entrevoit l'importante descendance française, je n'insiste pas.
- En grec ancien : αμειβειν, ameibein, "échanger" (> fr. amibe)
- En germanique : *missa-, que l'on retrouve en français dans le préfixe - de mécompte et se méprendre.
Il y aurait beaucoup plus à dire, on s'en doute, sur cette grande famille qui aurait droit de cité dans "Les grandes familles de mots", ou qui fera peut-être l'objet d'une étude approfondie de la part d'Outis ou de quelqu'un d'autre. On verra.

Je suis un peu sceptique sur le rattachement de semita (> fr. sentier) à cette racine, mais bon ...
Et aussi je crains qu'il n'y ait quelque part dans la source italienne de giorss une confusion avec la racine *men- de la grande famille MENER.


Dernière édition par Papou JC le Friday 25 Feb 11, 0:40; édité 3 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
pgmam



Inscrit le: 29 May 2010
Messages: 39
Lieu: Puy-de-Dôme

Messageécrit le Tuesday 10 Aug 10, 11:39 Répondre en citant ce message   

En français, congé a un autre sens en architecture, de même origine à en croire le TLFI : Adoucissement en portion de cercle, comme celui qui joint le fût d'une colonne à la ceinture, ou : moulure creuse en forme de quart de cercle.
Par métonymie, ça peut être aussi l'outil servant à former cette moulure.
Et enfin, de façon plus générale, le raccord plus ou moins arrondi à la rencontre de deux surfaces planes. On parlera par exemple d'un congé de soudure.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
giòrss



Inscrit le: 02 Aug 2007
Messages: 2784
Lieu: Barge - Piemont

Messageécrit le Tuesday 10 Aug 10, 13:49 Répondre en citant ce message   

Citation:
Je suis un peu sceptique sur le rattachement de semita (> fr. sentier) à cette racine, mais bon ...
Et aussi je crains qu'il n'y ait quelque part dans la source italienne de giorss une confusion avec la racine *men- de la grande famille MENER.


Je pense que ce sont deux façons de s'approcher du problème.

Probablement, celle que tu nommes "racine *men-" pourrait être une racine de deuxième degré, dejà dérivée d'une autre

...

Citation:
la racine *mei- qui signifie "changer, aller, mouvoir".
- En latin, outre meare, cette racine est à l'origine de mots comme immunis,"exempt de charges", mutare, "changer", communis, "commun", municeps, "qui prend part aux charges", mutuus, "qui se fait par voie d’échange", migrare, "changer de résidence", promutuus, "payé d’avance", et remunerare, "récompenser". On entrevoit l'importante descendance française, je n'insiste pas.


Immunis/communis/municeps etc. sont des composés de "munus" = cadeau (it. dono, regalo), mais à l'origine = "échange de quelque chose".

La racine *mei = changer de résidence se voit bien dans le piémontais "méira"= maison temporaire de montagne


Dernière édition par giòrss le Wednesday 11 Aug 10, 1:30; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
dawance



Inscrit le: 06 Nov 2007
Messages: 1576
Lieu: Ardenne (belge)

Messageécrit le Tuesday 10 Aug 10, 16:34 Répondre en citant ce message   

Pour le Robert:
Citation:
le sens d' "adoucissement" (1676), en architecture, est un emprunt sémantique indépendant du latin commeatus pris concrètement au sens de "passage"


Dernière édition par dawance le Tuesday 10 Aug 10, 16:43; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
dawance



Inscrit le: 06 Nov 2007
Messages: 1576
Lieu: Ardenne (belge)

Messageécrit le Tuesday 10 Aug 10, 16:34 Répondre en citant ce message   

Il y aurait bien l'ancien français conjoy, issu de conjoindre, pour lequel le TLF donne:
Citation:
a) Ca 1160 « assembler » (Charroi de Nîmes, éd. D. Mac Millan, 959), considéré comme vieilli dep. RICH. 1680;

et littéralement: joindre ensemble;
conjoy apparaît dans une citation de Godefroy:
Ses bras il mit au col formant le conjoy, in "Chronique des ducs de Bourgogne", par le chroniqueur gantois Georges Chastellain (Castellanus), (1405-1475)
Mais je n'ai vu aucune trace de ce conjoy en architecture, ni d'une évolution vers notre congé! (en congeait par exemple)
NB: le congé existe aussi, par extension, en mécanique: il désigne cette forme arrondie, concave, évitant l'angle droit propice aux concentrations de tension (celles-ci sont intuitivement connues de la couturière qui entame le tissu aux ciseaux à l'endroit précis où elle veut le déchirer)
Le wallon n'apporte rien.
Le dico du moyen français apporte une piste intéressante:
Citation:
II. - Empl. pronom. Se conjeter en. "Se rassembler en (ici une matière compacte et ferme)"

Ce pourrait être le cas, en poterie pour la fabrication d'une jarre ou du haleb (pot à lait) à anse de panier, une poterie mochica à anse-étrier, ou encore d'une poterie à trois anses du Lot (pour huile de noix). Pour l'assemblage de l'anse avec le corps de la poterie en évitant l'angle vif, la technique la plus ancienne est un ajout de terre assurant, selon le point de vue, une bonne transition, un adoucissement ou un bon écoulement des tensions internes. Mais rien trouvé sur *conjet ou similaire.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Moutik
Animateur


Inscrit le: 06 Apr 2008
Messages: 1020

Messageécrit le Thursday 23 Sep 10, 3:40 Répondre en citant ce message   

Une locution a fait florès dans le domaine de la construction navale, surtout à la plaisance : le joint congé.

Le joint congé est une liaison longiligne dans l’angle de deux pièces, de deux plaques. Sa section est, plus ou moins exactement, un quart-de-rond concave*, d’où son nom.

Le terme est lié aux techniques de ce que l’on appelle la construction bois-époxy. Des modes de construction qui associent le bois, les résines époxydes, les contreplaqués, et divers textiles. Le joint congé est en général structurel, il assure la solidité de l’ensemble, mais il peut aussi être posé pour garantir l’étanchéité.

Le joint congé est réalisé en résine époxy, résine à laquelle l’on ajoute différentes charges : des fibres de cellulose pour améliorer les qualités mécaniques, des silices colloïdales pour lui donner la consistance d’un gel le temps de la pose, des microballons pour l’alléger ou permettre de le poncer, et d’autres encore. Le congé peut être doublé ou non d’une bande textile.

Le terme vient bien entendu de l’acception du mot dans le domaine de l’architecture (voir le message de pgmam ci-dessus). L’on dit indifféremment un joint congé ou, absolument, un congé. Il semble que le terme soit aussi utilisé dans le domaine de la soudure métal/métal.

Les Anglais disent fillet joint ou fillet.

* À en croire Le Robert « un quart-de-rond concave » serait un oxymore, puisqu’il donne sous quart-de-rond la définition : « Moulure à profil convexe ». Un congé serait donc l’inverse d’un quart-de-rond. Un « quart-de-rond de généreux » comme aurait dit le Général…

Trouvé ça sur le ouaibe :
Congé. - Petite moulure en forme de quart de cercle qui, dans les ordres romains antiques ou dans ceux étudiés à leur imitation, relie le fût de la colonne à la base et au chapiteau.
Le congé, que l'on appelle aussi apophyge, cavet et scape, et qui n'est autre chose qu'une sorte d'amortissement, offre peu de variétés dans l'architecture dite classique; mais, dans toute l'architecture du Moyen âge, surtout depuis le XIIe jusqu'au XVIe siècle, comme on désigna sous le nom de congé ou congié la terminaison simple ou ornée des moulures décorant les pieds-droits, les chambranles des baies ou les arcs des voûtes, ce genre d'arrêt offrit les dispositions les plus ingénieuses et aussi les plus motivées; car, dit Viollet-le-Duc (Dictionnaire de l'Architecture, III, 512), " les tailleurs de pierre épargnaient ainsi aux bardeurs et poseurs la difficulté de poser des sommiers (toujours assez lourds), portant des moulures fragiles sur le lit inférieur, et par conséquent faciles à épaufrer ".
C'est surtout dans le style d'architecture de l'ancienne province de Bourgogne que l'on peut voir les plus remarquables exemples de ces sortes de congés ou congiés. (Charles Lucas)

http://www.cosmovisions.com/monuConge.htm
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8264
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Wednesday 05 Jan 11, 9:10 Répondre en citant ce message   

Voir la grande famille MUER.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008