Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Câlineries (Plaute, Poenulus, Acte 1, scène 2) - Forum latin - Forum Babel
Câlineries (Plaute, Poenulus, Acte 1, scène 2)

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum latin
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Ion



Inscrit le: 26 May 2017
Messages: 76
Lieu: Liège

Messageécrit le Wednesday 19 Jul 17, 21:44 Répondre en citant ce message   

Plaute, Poenulus, Acte 1, scène 2, v. 140 (= v. 365 de la pièce)

Mea voluptas, mea delicia, mea vita, mea amoenitas,      365
meus ocellus, meum labellum, mea salus, meum savium,
meum mel, meum cor, mea colustra, meus molliculus caseus


Une petite visite au Gaffiot
voluptas, -atis, F : 1° le plaisir, la volupté (en philosophie) ; plaisir, joie, satisfaction, contentement ; 2° Voluptas (divinité) ; 3° a) terme de tendresse « ma joie, mes délices » ; b) au pl. « plaisirs, spectacles, fêtes, jeux » ; c) semence génitale
delicia, -ae : sing. archaïque pour deliciae, -arum : 1° délices, jouissances, volupté, douceur, agrément ; 2° objet d’affection, amour, délices
amoenitas, -atis, F : agrément, charme, beauté (lieu, paysage, esprit, études…) ; terme d’affection
ocellus, -i : diminutif de oculus, -i « l’oeil », « petit œil, cher œil » ; [fig.] « perle, bijou, joyau » ; terme de tendresse
labellum, -i : diminutif de labrum, -i « la lèvre » ; lèvre d’enfant, lèvre délicate ; terme d’affection
salus, salutis, F : 1° bon état physique, santé ; 2° salut, conservation ; moyen de salut ; bon état moral, santé morale ; 3° action de saluer, salut, compliments
savium, -ii = suavium,-ii : 1° lèvres tendues pour le baiser ; 2° baiser ; 3° [fig.] meum suavium, mon amour
colustra = colostra, -ae (ou colostrum, -i) : premier lait des mammifères ; terme de tendresse
molliculus, -a, -um : diminutif de mollis, « tendre, délicat »

Mais pour traduire ?

Citation:
Traduction Sommer, 1876
Ma volupté, mes délices, ma vie, ma félicité,
ma petite prunelle, ma bouche mignonne, mon bonheur, mon baiser,
mon miel, mon cœur, ma crème, mon petit fromage mollet.


Citation:
Traduction Ernout, 1938
Plaisir de mes jours, mes délices, ma vie, mon agrément,
mon petit œil, ma lèvre mignonne, mon sauveur, mon baiser,
mon miel, mon cœur, mon premier lait, mon petit fromage mou.


Ma proposition
"Ma joie, mon amour, ma vie, ma beauté,
ma perle, ma boubouche, mon salut, mon gros bisou,
mon miel, mon cœur, mon premier lait, mon petit fromage mou."
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8284
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Thursday 20 Jul 17, 4:30 Répondre en citant ce message   

Très mignon tout ça.
Ma proposition pour la dernière câlinerie : ma tendre faisselle.
Pour salus : mon baume ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Ion



Inscrit le: 26 May 2017
Messages: 76
Lieu: Liège

Messageécrit le Friday 21 Jul 17, 16:14 Répondre en citant ce message   

Papou JC a écrit:
Pour salus : mon baume ?

Ah oui ! Je n’y avais pas pensé. J’avais un peu cherché autour de l’idée de « remède », mais « panacée » ne convenait pas. Alors j’ai songé à personnifier l’idée de remède, puisque Salus est une déesse, par exemple par « mon bon ange », mais ça faisait un peu comtesse de Ségur. Alors j’ai voulu me rabattre sur « mon ange à moi » mais on perdait trop le sens de protection. Peut-être « mon secours » ?

Papou JC a écrit:
ma tendre faisselle

Très recherché !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Glossophile
Animateur


Inscrit le: 21 May 2005
Messages: 2097

Messageécrit le Friday 21 Jul 17, 17:13 Répondre en citant ce message   

Citation:
Mea voluptas, mea delicia, mea vita, mea amoenitas, 365
meus ocellus, meum labellum, mea salus, meum savium,
meum mel, meum cor, mea colustra, meus molliculus caseus

Aucune traduction ne tient compte de l'ordre des mots.
En situation normale, le déterminant possessif est postposé. Ici, ils sont tous antéposés. Pour la métrique, certes, mais aussi par une intention stylistique. Mea voluptas n'est pas voluptas mea.
Pour rendre l'intention le français doit redoubler la détermination : meus ocellus ma prunelle de mes yeux à moi,
Citation:
meum labellum,

ma petite bouche à moi..
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Ion



Inscrit le: 26 May 2017
Messages: 76
Lieu: Liège

Messageécrit le Friday 21 Jul 17, 19:27 Répondre en citant ce message   

Glossophile a écrit:
En situation normale, le déterminant possessif est postposé.

Eh bien, c'est particulièrement vrai dans ce cas-ci : l'esclave Milphion a reçu l'ordre de câliner une belle pour le compte de son maître ! En entendant tous les "mon", le maître se met à bouillir de colère car l'esclave paraît (lourdement) s'exprimer pour son propre compte à lui.

Mais le nombre des "à moi" rendrait vite la traduction illisible.

Ceci dit, ce n'est pas une "règle", c'est une tendance. On trouve même des expressions figées avec le possessif en première place (mea sponte, mea causa "pour l'amour de moi", meo iure...).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Glossophile
Animateur


Inscrit le: 21 May 2005
Messages: 2097

Messageécrit le Friday 21 Jul 17, 22:17 Répondre en citant ce message   

Ion a écrit:
Glossophile a écrit:

En situation normale, le déterminant possessif est postposé.

Eh bien, c'est particulièrement vrai dans ce cas-ci : l'esclave Milphion a reçu l'ordre de câliner une belle pour le compte de son maître ! En entendant tous les "mon", le maître se met à bouillir de colère car l'esclave paraît (lourdement) s'exprimer pour son propre compte à lui.

Mais le nombre des "à moi" rendrait vite la traduction illisible.

Ceci dit, ce n'est pas une "règle", c'est une tendance. On trouve même des expressions figées avec le possessif en première place (mea sponte, mea causa "pour l'amour de moi", meo iure...).



Une traduction de Plaute n'a pas à être lisible mais audible. La répétition de à moi , qui crée un effet comique est très efficace pour provoquer la colère du maitre.

Je n'ai nullement parlé de règle, mais de fréquence. Tout écart marque une intention stylistique et le travail de traduction consiste à trouver des équivalents en langue cible.
Citation:
On trouve même des expressions figées avec le possessif en première place (mea sponte, mea causa "pour l'amour de moi", meo iure...).


C'est bien ce que je faisais remarquer : pour l'amour de moi, il y a bien insistance.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8284
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Saturday 22 Jul 17, 10:59 Répondre en citant ce message   

À mon avis, le seul véritable problème de traduction est lexical et réside dans les deux dernières "câlineries" : mea colustra, meus molliculus caseus.
Difficile de séduire une belle en la traitant de colostrum ou de fromage, quels que soient les épithètes accolés. Il faut garder l'idée et les connotations. Aussi proposerais-je la traduction-adaptation suivante : mon petit lait, ma crème.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 2714
Lieu: Nissa

Messageécrit le Saturday 22 Jul 17, 12:01 Répondre en citant ce message   

Ion a écrit:
l'esclave paraît (lourdement) s'exprimer pour son propre compte à lui
Oui, peut-être …
Je remarque cependant que les deux derniers mots dérivent un peu d'un blason du corps féminin. Passées la tendresse, les beautés, les yeux ou les lèvres, voilà qu'on en arrive aux productions corporelles, aux sécrétions pourrait-on dire si ce n'était trop disgracieux et malsonnant. Et pire encore avec l'évocation fromagère …

J'y vois, moi, un excellent motif de la colère du maître : l'esclave va beaucoup trop loin !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Glossophile
Animateur


Inscrit le: 21 May 2005
Messages: 2097

Messageécrit le Saturday 22 Jul 17, 12:09 Répondre en citant ce message   

Les traducteurs du russe en français conservent pieusement mon petit concombre.

L'antéposition de meus connote que l'esclave se comporte en propriétaire. Renversement des rôles. On perd du sens à ne pas le rendre en français.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8284
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Saturday 22 Jul 17, 12:27 Répondre en citant ce message   

Avec douze occurrences du possessif en trois vers, je suis d'accord avec Ion pour trouver que l'insistance est ainsi rendue et bien rendue.
Cela dit, je ne serais pas contre un "à moi" par vers, après la première câlinerie de chaque vers. Donc trois au maximum, mais certainement pas douze !

À la réflexion, puisqu'on est dans une comédie, je me demande quand même si les deux dernières câlineries n'étaient pas destinées à faire rire le public plus qu'à faire enrager le maître. L'esclave termine une belle et bonne série par le miel et le coeur... et puis il ne sait plus trop quoi dire. Alors il dit n'importe quoi : un mot savant complètement inattendu, et un terme de nourriture lui aussi complètement inattendu, agrémenté d'un diminutif ridicule. Rire garanti, qu'il y ait ou non une connotation sexuelle consciente ou inconsciente.

Finalement, je crois que je traduirais ce dernier vers ainsi :

Mon miel à moi, mon coeur, mon colostrum, mon tendre petit fromage blanc (Var. ma tendre petite faisselle).

NB : Dans la région lyonnaise, et sans doute ailleurs, le mot faisselle n'est pas du tout recherché. C'est un mot qui fait partie du vocabulaire courant de la nourriture.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Glossophile
Animateur


Inscrit le: 21 May 2005
Messages: 2097

Messageécrit le Saturday 22 Jul 17, 14:29 Répondre en citant ce message   

Citation:

À la réflexion, puisqu'on est dans une comédie, je me demande quand même si les deux dernières câlineries n'étaient pas destinées à faire rire le public plus qu'à faire enrager le maître.

Les deux, mon général : c'est ce qu'on appelle la double énonciation.

Puisque l'on en est à souligner les effets comiques, ne pas oublier que Plaute ne recule pas devant le comique de mots.

Citation:


Avec douze occurrences du possessif en trois vers, je suis d'accord avec Ion pour trouver que l'insistance est ainsi rendue et bien rendue.


L'insistance, d'accord. Mais le comique de répétition ? La présence du déterminant devant chaque substantif est le cas normal du français. Il en faut plus pour créer un effet comique.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Ion



Inscrit le: 26 May 2017
Messages: 76
Lieu: Liège

Messageécrit le Monday 24 Jul 17, 11:25 Répondre en citant ce message   

Un petit complément avec une traduction anglaise (USA). J'aimerais bien trouver une traduction allemande.

Citation:
Traduction Nixon, 1932 (Loeb)
Milphion. (à Adelphasie, avec une ardeur feinte)  Ah, my joy,
my darling, my life, my delight, apple of my eye,
lips of my love, my salvation, my soul kiss, my honey,
my heart’s desire, my peaches and cream, my soft little cheese.

apple of my eye : « prunelle de mes yeux »
soul kiss : « baiser appuyé », « baiser amoureux »… quelque chose de chaud
lips of my love : difficile d’obtenir autant de force expressive avec le français dans ce cas-ci
my peaches and cream : « mes pêches à la crème » ! mieux que le latin !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8284
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Monday 24 Jul 17, 11:27 Répondre en citant ce message   

Même "cheese" sonne quand même mieux que "fromage" !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Ion



Inscrit le: 26 May 2017
Messages: 76
Lieu: Liège

Messageécrit le Monday 24 Jul 17, 13:06 Répondre en citant ce message   

En allemand (XIXe siècle) :

Citation:
Traduction Binder, 1867
O meine Lust, mein Leben, mein Entzücken, mein
Augapfel, mein Kußmäulchen, meine Retterin,
Mein Honigseim, mein Herzchen, meine Zuckermilch,
Mein feinster Käse !


das Entzücken : le ravissement
der Augapfel : la prunelle des yeux
Kußmäulchen : « petite bouche à baisers »
Augapfel, Kußmäulchen : l’allemand est aidé par sa facilité à construire des composés courts
Retterin : "sauveur" féminin ; l’allemand est aidé par sa capacité à féminiser
der Honigseim : le miel vierge (non épuré)
die Zuckermilch : le « lait sucré »… alors pourquoi pas simplement le « premier lait », die erste Milch ?
Mein feinster Käse : « mon fromage tant délicat »… mais le « petit fromage mou » est à mon avis plus simple, plus évocateur, mieux placé dans la bouche du personnage, mieux adapté au ton de la scène, bref, plus comique.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum latin
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008