Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Eurindien 4 : vers le grec ancien - Cours & Documents - Forum Babel
Eurindien 4 : vers le grec ancien

Créer un nouveau sujet ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas modifier les messages ou faire de réponses. Forum Babel Index -> Cours & Documents
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3497
Lieu: Nissa

Messageécrit le Monday 19 Nov 07, 18:46 Répondre en citant ce message   

De l'eurindien au grec ancien

Essentiellement, le grec ancien se caractérise par un très grand conservatisme du vocalisme mais un relâchement certain de l'articulation des consonnes.
(ce qui suit est pour la plus grande part un résumé très simplifié de l'ouvrage de Michel Lejeune, Phonétique historique du mycénien et du grec ancien)

Occlusives

Pour ce qui est du mode d'articulation, sourdes et sonores simples sont conservées, mais le grec rend par des sourdes aspirées les sonores aspirées de l'eurindien.
*bʰer-ō « je porte » : phérō (skr. bharāmi, angl. bear))
*dʰugh₂tēr « fille » : thugátēr (skr. duhitar- < *dhuhitar), angl. daughter)
*gʰeu-ō « je verse » : khé(w)ō (skr. havis- « oblation rituelle », all. giessen)

Cette perte de sonorité est antérieure à la dissimilation qui touche la première de deux aspirées car celle-ci devient alors une sourde :
*bʰei-dʰ-ō « je persuade » : peíthō
*dʰei-gʰ- « façonner » : teĩkhos « mur »
*gʰe-gʰu-ka « j'ai versé » : kékhuka

Pour ce qui est du point d'articulation, labiales, dentales et gutturales isolées sont normalement conservées mais les labio-vélaires subissent des changements si importants qu'on leur consacrera la section suivante.

On notera cependant que gutturales et dentales peuvent être soumises à des phénomènes de palatalisation dans un certain nombre de contextes qui seront examinés dans les sections consacrées aux semi-voyelles.

Labio-vélaires

Elles subissent une perte de l'appendice labial et une modification du point d'articulation, qui devient dental avant e ou, pour , avant i, labial sinon.
Ces changements sont postérieurs au mycénien qui conserve les labio-vélaires (notées q).

traitement dental
*-kʷe « et » enclitique : -te (lat. -que, myc. -qe)
*gʷel-bʰ-us « matrice » : delphús
*gʷʰer-mos « chaleur » : thermós (fr. thermomètre)
*kʷis « qui » : tís (lat. quis)

traitement labial
*gʷiyeh₂ « violence » : bíā
*ogʷʰis « serpent » : óphis (> fr. ophidien)
*lei-kʷ-ō « je laisse » : leípō (lat. linquō, myc. re-qo-me-no « reliquat »)
*kʷrih₂- « acheter » : epriáto « il a acheté » (skr. krīta- « acheté », myc. qi-ri-ja-to)
*h₂eidʰ-okʷ-s « au visage brûlé » : aithíops (myc. ai-ti-jo-qo, > fr. éthiopien)

Mais, antérieurement au stade du mycénien : au contact de u ou avant y, il y a eu simple perte de l'appendice labial et le comportement a été alors identique à celui des gutturales (pas de changement au contact de u, palatalisation avant y).

action d'un u précédant
*gʷeh₃u-kʷolos « gardien de bœufs » : myc. qo-u-ko-ro, class. boukólos
*h₂mbʰi-kʷolos « serviteur » : myc. a-pi-qo-ro, class. amphípolos

action d'un u suivant
*gʷn-eh₂ « femme » : développement d'une voyelle d'appui *gʷ°n-eh₂
qui prend le timbre a en béotien (influence de n) : *gʷan-eh₂ > baná
mais qui prend le timbre u en ionien (influence de ) : *gʷun-eh₂ > *gun-eh₂ > gunḗ

action d'un y suivant
*uokʷ-s « voix » : *óps (gén. opós < *uokʷ-os)
*uokʷ-ih₂ : óssa « voix, rumeur » (< *ókya)

De telles alternances dues au contexte masquent souvent en grec les relations étymologiques entre mots issus d'une même racine :
*kʷel- « tourner » (skr. carati « il circule », lat. colō « je fréquente »)
*kʷel-iō « je me lève (pour une étoile) » : téllō (fr. Anatolie « Levant »)
*kʷl-in « en retournant » : pálin (fr. palindrome)
*kʷkʷl-os « roue » : kúklos (fr. cycle)
*gʷʰen- « frapper, tuer » (skr. hanti, ghnanti « il(s) frappe(nt) », lat. dē-fendō « se défendre »)
*gʷʰen-iō « je frappe » : theínō
*gʷʰon-os « meurtre » : phónos

Sifflante

La sifflante *s de l'eurindien a été dès l'époque pré-mycénienne d'une grande fragilité en grec, subissant des amuissements et assimilations dont le détail est complexe, d'autant plus que se sont souvent produites des interactions entre dialectes et des restaurations analogiques. Je me limiterai donc aux situations les plus courantes et les plus claires.

*s se maintient sans changement dans trois positions :

avant une occlusive sourde
*sper-mn « semence » : spérma ; *uesper- « soir » : hésperos (> Hespérides), lat. uesper (fr. vêpres)
*stegʰ-iō « je m'avance » : steíkhō ; *mneh₂stēr « prétendant » : mnēstḗr
*skotos « obscurité » : skótos ; *gʷm-skō « je marche » : báskō

après une occlusive (sauf dentale) ou une liquide
*bʰs-eu-gʰ-eh₂ « souffle, âme » : psūkhḗ (> fr. psyché)
*gʷeh₃u-klep-s « voleur de vaches » : boũkleps
*h₂ek-s-ōn « essieu » : áksōn (lat. axis « axe »)
*rs-ēn « mâle » : ársēn (par étym. pop. > arsenic qui, en fait, < iranien *zarnīk « couleur d'or »)
*seh₂-l-s « mer, sel » : háls (> fr. halogène)

en fin de mot après une voyelle (désinence de nominatif)
*tom-o-s (m.) « morceau coupé » : tómos (> fr. tome)
*bʰidʰ-ti-s (f.) « foi » : pístis
*gen-os (n.) « race, famille » : génos (> fr. gène)

*s suivi d'une voyelle s'affaiblit en une aspiration h (esprit rude) qui se maintient à l'initiale (sauf en éolien) ; en position intervocalique, il disparaît complètement, l'aspiration pouvant se reporter sur l'initiale du mot :
*septm « sept » : heptá
*nes-o-mai « je reviens » : néomai (cp. nós-to-s « retour »)
*ish₁ros « saint » : hierós (< *iserós)
par dissimilation, l'aspiration initiale disparaît si le mot contient une autre aspirée :
*segʰ-ō « je possède » : ékhō

Dans de telles positions, l'existence d'un s en grec ancien n'est jamais étymologique mais résulte, soit de la palatalisation d'une occlusive non labiale avant i, soit de l'évolution d'un groupe consonantique, ty, thy, ky ou tw.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3497
Lieu: Nissa

Messageécrit le Friday 23 Nov 07, 19:45 Répondre en citant ce message   

Liquides

En position consonantique ou seconde partie de diphtongue, r et l sont stables :

*h₁rudʰros « rouge » : eruthrós (lat. ruber, skr. rudhiras)
*leu-k- « luire » : leukós « blanc » (lat. lūcidus « clair », skr. rocana- « brillant »)
*bʰer- « porter » : phérō (lat. ferō, skr. bharati)
*kʷel- « tourner » : pélomai « se mouvoir » (lat. colō « fréquenter > cultiver, habiter », skr. carati « marcher, circuler »)
*pro- « devant » préfixe : pro- (lat. pro-, skr. pra-)
*pl-eh₁- « emplir » : « plein » plḗrēs (lat. plēnus, skr. véd. prāta-)
*ser-p- « ramper » : herpō (lat. serpō, skr. sarpati)
*gʷel-bʰ- « matrice » : delphús (lat. uolua « vulve », skr. garbha- « embryon »)
*ph₂tēr « père » : patḗr (lat. pater, skr. (acc.) pitar-am, got. fadar)

En position vocalique la liquide se consonantise avec développement d'une voyelle d'appui qui est normalement de timbre a mais un timbre o semble plus ancien dans quelques mots ainsi que dans les dialectes archaïques (mycénien, arcado-cypriote, éolien).
Le traitement normal est ar, al à l'initiale ou à la finale et ra, la en position intérieure, sauf contraintes phonétiques ou restauration analogique :

*h₁r-s- « mâle » : ársēn (skr. ṛṣa-bha- « taureau », degré e dans gr. ionien érsēn « mâle »)
*iekʷr « foie » : hẽpar (lat. iecur, skr. yakṛt)
*h₁l-gʷʰ- « gagner » : alphánō (degré plein e/o dans skr. arhati)
*e-drk-on « il regarda » : édrakon (skr. adṛśan)
*kʷetr-to-s « quatrième » : hom. tétratos, class. tétartos (arcad. tetortos)
*mld-u- « mou, tendre » : bladús « flasque », amaldúnō « déliter » (lat. mollis < *molduis, skr. mṛdu-)
*dʰr-no-s « trône » : thrónos mais le mycénien hésite entre tono (= thórnos) et toronowoko (= thronourgos « fabriquant de trônes »)
*a-mr-to-s « immortel » : skr. amṛtas, gr. ámbrotos avec développement d'un b euphonique (cp. lat. cámera > fr. chambre)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3497
Lieu: Nissa

Messageécrit le Friday 30 Nov 07, 17:17 Répondre en citant ce message   

Nasales

En position consonantique (c'est-à-dire devant voyelle), m et n sont inchangées :
*medʰ-ios « milieu » : mésos (lat. medius, skr. madhyas)
*neu-os « nouveau » : néos (lat. nouus, skr. navas)
*dom-os « maison » : dómos (lat. domus, skr. damas)
*sen-os « ancien » : hénos (lat. sen-ex, skr. sanas)
*h₂ek-mōn « pierre » : ákmōn (skr. aśmā)
*su(e)p-nos « sommeil » : húpnos (skr. svapnas)

En seconde partie de diphtongue (après voyelle), l'opposition entre m et n est neutralisée.

- en fin de mot la réalisation est toujours n :
*-m désinence secondaire 1re sg. active : é-pher-o-n « je portai » (skr. a-bhar-a-m, lat. fer-ē-ba-m « je portais »)
*-m désinence acc. sg. : « vers la maison » dómon (lat. domum, skr. damam)
sur le thème de l'hiver *gʰei-m- (lat. hiems, skr. himas), *gʰi-ōm « neige » : khiṓn

- avant occlusive ou sifflante la nasale accomode son point d'articulation sur celle-là :
de brémō « gronder » on a brontḗ (< *brom-téh₂) « tonnerre »
avec le préverbe sun- « avec » on forme
sur phérō « porter », sumphérō « porter ensemble, réunir »
sur tréphō « épaissir, nourrir », suntréphō « élever ensemble »
sur kaléō « appeler », suŋkaléō « appeler ensemble »
(la nasale gutturale ŋ, qui n'apparaît qu'avant gutturale, est notée γ en grec et n en transcription latine)
*sem-s « un » (nombre) > *hems > *hens > heĩs

En position vocalique m et n se vocalisent en a avec disparition de toute résonnance nasale :
*sm-gʷel-bʰ-os « d'une matrice unique » : adelphós (< *ha-delph-os) « frère »
*tn-tos « tendu » : tatós (lat. tentus, skr. tatas)
*-m désinence acc. sg. : « vers le père » patér-a (lat. patr-em)
*n- préfixe négatif : *n-tr-ep- « ne pas se détourner », á-trep-tos « qui ne s'émeut pas » (lat. in-trep-idus « intrépide »)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3497
Lieu: Nissa

Messageécrit le Saturday 08 Dec 07, 17:18 Répondre en citant ce message   

Semi-voyelle i

En position vocalique et en seconde partie de diphtongue i se conserve :
*duis « deux fois » : dís (lat. bis, skr. dvis)
*h₁ei- « aller » : eĩ-mi « j'irai » : (lat. ī-s « tu vas », skr. e-mi, e-ṣi)
*oi-no- « unique, un » : oínḗ « l'as aux dés » (lat. ūnus, skr. ena-, got. ains) > all. eins
*ai-dʰ- « brûler » : aíthō (lat. aēdes « foyer », skr. edhas « combustible ») > fr. éther

En position consonantique la tendance générale est à l'amuissement, surtout en position libre. En position appuyée, il ne disparait pas sans traces et donne lieu à divers traitements phonétiques dont le détail est complexe et varie souvent selon les dialectes. Je ne donnerai donc ici que les traitements les plus usuels.

- à l'initiale, affaiblissement en h ou renforcement en z :
*ieh₁-gʷ-eh₂ « jeunesse » : dor. hḗbā (lit. jegà « force ») > fr. Hébé
*ies-ō « je bous » : zéō (skr. yasāmi)

- à l'intervocalique la disparition sans traces est la situation générale mais elle peut manquer de visibilité compte tenu des contractions ultérieures de voyelles en hiatus :
*treies « trois » : *trées > treĩsei note un ē fermé (skr. trayas, lat. trēs) > fr. tricéphale

- après occlusive on constate des palatalisations et/ou des assimilations :
py, bʰy > pt
*tup-iō « je frappe » : túptō (túpos « marque d'un coup », skr. tupati « il blesse ») > fr. typographie
*gʷeh₂-bʰ-iō « je trempe » : báptō (baphḗ « trempe, teinture », norrois kvefja « plonger ») > fr. baptème
ty, dʰy, ky, gʰy > ss / s
*ti-egʷ- « se retirer » : sébomai « respecter » (skr. tyajati « quitter »)
*toti-os « autant » : hom. tóssos, att. tósos (lat. toti, skr. tati)
*dʰi-eh₂-mn « objet de l'attention ? » : sẽma « signe, marque » (skr. dhyāma « pensée ») > fr. sémantique
*medʰ-ios « milieu » : mésos (lat. medius, skr. madhyas) > fr. Mésopotamie
*ki-eu-ō « je mets en mouvement » : seúō (skr. cyavāmi)
*keh₂-ruk-iō « je proclame » : kẽrússō (kẽruks « héraut »)
*dʰr-h₂-gʰ-iō « je trouble » : thrássō (*dʰ°r-h₂-gʰ-eh₂ > tarakhḗ « désordre »)
dy, gy > z
*diēus « ciel » : Zeús (skr. Dyaus)
*sed-io-mai « je m'assois » : hézomai
*ih₂-eg-io-tai « il craint respectueusement » : házomai (hag-nós « pur », skr. yajate « il sacrifie »)
kʷy, gʷy, gʷʰy : même traitement que ky, gy, gʰy

- après la sifflante s, le groupe sy donne h à l'initiale (comme chacun de ses deux composants) et, à l'intervocalique, s'assimile en yy, le premier élément formant diphtongue avec la voyelle précédente et le second s'amuissant :
*siu- « coudre » : humḗn « membrane, peau fine » (skr. syūman « lien, couture »)
*teles-ios « achevé » : téleios (télos « fin »)
*nas-iō « habiter » : naíō (meta-nás-tēs « émigrant, réfugié »)
*aid-os-ios « respectable » : aidoĩos (aíd-o-mai « respecter »)
*mus-ia « mouche » : muĩa (lat. mus-ca)
*konis-iō « je couvre de poussière » : koníō [ī] (konís « poussière », lat. cinis « cendre »)

- après l il y a assimilation ly > ll :
*h₂el-ios « autre » : állos (lat. alius, gén. pl. cypr. a-i-lo-ne, skr. aryas « autre > ami > aryen »)

- précédés de a ou o, ry > ir et ny > in, avec i en diphtongue
*gʰim-r-ih₂ « jeune chèvre (née de l'hiver) » : khímaira (< *khímar-ya)
*smor-ih₂ « part, lot » : moĩra
*dʰh₁s-h₂-nih₂ « déesse » : hom. théaina (cp. *dʰh₁s-os > theós « dieu », lat. *dʰeh₁s-iai > fēriae « fêtes [religieuses] » > fr. férié)
*dems-pot-n-ih₂ > *des-po-n-yh₂ « maîtresse de maison » : déspoina (cp. pótnia « maîtresse » avec un i vocalique)

- précédés de i ou u, ry > r et ny > n, avec allongement compensatoire de la voyelle
*oiktir-iō « je me lamente » : oiktírō [ī] (oiktrós « lamentable »)
*mur-mur- « bruit de la mer ou du feu » : mormúrōn [ū] « [flot] grondant » (< *mur-mur-iōn, skr. murmura « feu qui crépite », lat. murmur « grondement »)
*kri-n-iō « je trie, choisis, décide » : krínō [ī] (lat. cernō « je trie, tamise »)
*plu-n-iō « je lave » : plúnō [ū] (skr. plav-ate « il flotte, nage »)

- précédés de e, les deux traitements précédents se confondent puisque la diphtongue ei a évolué en ẹ: (e long fermé) et qu'elle a servi à noter ce phonème quand il résultait d'un allongement :
*per-iō « je perce » : peírō /pẹ:ro:/ (vx-slave na-perjǫ)
*gʷʰen-iō « je frappe » : theínō /thẹ:no:/ (skr. han-mi)

- on manque d'exemples pertinents pour le traitement de my
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3497
Lieu: Nissa

Messageécrit le Saturday 08 Feb 20, 8:33 Répondre en citant ce message   

Fil fermé par l'auteur.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas modifier les messages ou faire de réponses. Forum Babel Index -> Cours & Documents
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008