Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
ἄγγαρος [ángaros] (grec ancien) - Le mot du jour - Forum Babel
ἄγγαρος [ángaros] (grec ancien)
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Horatius
Animateur


Inscrit le: 11 Apr 2008
Messages: 695

Messageécrit le Wednesday 19 Sep 12, 15:06 Répondre en citant ce message   

Il faudra sûrement revenir sur les hypothèses possibles touchant l'origine du mot ἄγγαρος .
Avant cela, il me paraît bon de dire quelques petites choses sur l'emploi de ce mot en grec et en latin.

Comme Outis l'a rappelé, le mot désigne d'abord le service de courriers montés de la poste dans la Perse Achéménide : ce serait donc un mot perse qui nous est transmis par des historiens grecs, Hérodote essentiellement, mais aussi Xénophon (cf sa Cyropédie). Outis a rappelé la belle métaphore du πῦρ ἄγγαρον, "le feu messager" de l'Agamemnon d'Eschyle.

A l'époque hellénistique et romaine, ce mot n'a pas disparu, du moins dans la partie orientale de l'empire, et, contrairement à ce que semble dire Outis, l'idée de transport n'a jamais été vraiment oubliée : certes, la valeur péjorative de "corvée", de "tâche imposée" s'est ajoutée, mais sans que se perdent (en tout cas, pas toujours) le sens de "voyage".

Le mot est assez rare certes, mais Rostowzew dans un article de 1905 (Klio, 6, p. 249 sq) a entrepris d'étudier les différentes attestations du mot. Voyons-en quelques-unes :
Dans l'Evangile de Mathieu (5. 41), on lit:
Citation:
ἐγὼ δὲ λέγω ὑμῖν μὴ ἀντιστῆσαι τῷ πονηρῷ · (...) ὅστις σε ἀγγαρεύσει μίλιον ἕν, ὕπαγε μετ' αὐτοῦ δύο.
La Bible de Jérusalem traduit : "Moi, je vous dis de ne pas tenir tête au méchant : te requiert-il pour une course d'un mille, fais en deux avec lui."
La traduction littérale devrait être plutôt "si l'on te réquisitionne pour [une course d'] un mille". Que le mot "course" soit sous-entendu semble montrer que le verbe ἀγγαρεύειν le contient en soi.
C'est le même verbe ἀγγαρεύειν qui est utilisé à propos de Simon de Cyrène réquisitionné pour aider Jésus à emmener sa croix jusqu'au mont Golgotha. A chaque fois, il s’agit d’une corvée de transport.

Si je comprends bien Rostowzew, celui-ci a également entrepris de traquer dans les textes talmudiques les attestations de l'emprunt hébreu (angarija) de ce mot. Mais ma connaissance très faible de l'allemand et nulle de l'hébreu ne me permet pas d'en dire davantage. Si, à l'occasion, quelqu'un comme rejsl voulait nous en parler, ce serait sûrement intéressant.

Mais l'exemple le plus remarquable est l'édit de Vergilius Capiton, préfet d'Egypte, et qui date de 48 ap JC (Dittinger, Supplementum Sylloges Inscriptionum 665. 18-25) : cet édit réagit contre les exactions perpétrées par des soldats romains à l'encontre des populations de la province libyenne. Le préfet reproche aux soldats d'imposer aux populations des charges :
Citation:
ὡς ύποκείμενα εἰς δαπάνας καὶ ξένια αὐτῶν τὰ μὴτε ὄντα μὴτε οφείλοντα εἶναι, ὁμοίως δὲ καὶ ανγαρειῶν ὀνόματι
...charges imposées pour leurs dépenses somptuaires et frais d'hospitalité - charges qui n'existent et qui ne doivent exister - et de même des charges pour le transport.
Et par conséquent :
Citation:
κελεύω τούς διοδεύοντας διὰ τῶν νομῶν (...) μηδὲ λαμϐάνειν μηδε ανγαρεύειν εἰ μή τινες ἐμὰ διπλώματα ἔχουσιν.
J'ordonne que les personnes qui voyagent à travers les nomes (officiers, cavaliers...) ne saisissent aucun bien et n'exigent aucun transport, sans avoir une autorisation de moi.

Le contexte semble clairement nous inciter à reconnaître dans l'ἀγγαρεία non pas n'importe quelle "réquisition pour un service public" (Bailly) mais une réquisition pour un transport. C’est bien ce que reconnaît le Dictionnaire Etymologique Grec de Frisk : "Fronleistung für den Beförderungsdienst" (Chantraine, lui, en reste à l’idée de corvée)

On y est d’autant plus incité que ce mot ἀγγαρεία réapparait dans le Bas-Empire romain, dans le vocabulaire officiel des institutions postales, pour désigner le cursus clabularis, c'est-à-dire le service à petite vitesse (par opposition au cursus velox des veredarii) : il servait à transporter les denrées et bagages, notamment des soldats. Les angariae (puisque c’est surtout en latin que le mot a été employé) étaient alors, au départ, des chariots trainés par deux bœufs. Daremberg-Saglio (p. 1658-9) rappellent combien cette institution impliquait de mettre à contribution les populations en les réquisitionnant.

Il est peu probable que le sens de transport ait disparu après Hérodote et Xénophon pour réapparaître ensuite au Bas-Empire : il semble bien que tout en se chargeant de la connotation négative de corvée, l’idée de réquisition pour un transport se soit maintenue en permanence, du moins en Orient. De l’Empire Perse au Bas-Empire Romain en passant par le royaume de l’Egypte Lagide et les transports et postes officiels déjà pratiqués dans le Haut-Empire Romain.


Dernière édition par Horatius le Saturday 22 Sep 12, 13:59; édité 2 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Horatius
Animateur


Inscrit le: 11 Apr 2008
Messages: 695

Messageécrit le Thursday 20 Sep 12, 20:37 Répondre en citant ce message   

Pour mémoire, rappelons que le latin angaria a été transmis dans les langues romanes:
- dans le MDJ hangar, il a été question de l'Ancien Français angarie, impôts
- espagnol : anguera, enguera : dédommagement de l'utilisation non autorisée d'un animal de train : anguera, enguera
- italien angheria : violence, harcèlement.
Chaque fois, l'idée de corvée est présente.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Horatius
Animateur


Inscrit le: 11 Apr 2008
Messages: 695

Messageécrit le Thursday 20 Sep 12, 20:46 Répondre en citant ce message   

Sur l'origine du mot ἄγγαρος, récapitulons maintenant les différentes hypothèses envisagées ci-dessus et citons-en quelques autres.

- ἄγγαρος pourrait être une déformation du mot ἄγγελος (messager) : cette hypothèse présentée par Outis a été formulée par Gordon S Shrimpton en 1993
- J-D Michaelis, un savant du XIXe siècle, dérive le mot du persan خنجر, (hanjar) poignard courbe
- D'autres sources anciennes rapportées par embatérienne font le lien avec l'hébreu אגרת (igeret), la lettre
- Papou JC suggère un rapprochement avec l'arabe al-ǧāry, et propose un rattachement à la racine sémitique "courir" GRY

- N'oublions pas l'explication qui reste tout de même l'une des plus citées : Jensen, cité par Horn dans son Grundiss der neupersischen Etymologie p.28 rapproche ἄγγαρος de l'akkadien agru (le salarié, le journalier). Ce qui est intéressant ici, c'est que ce sens originel (si du moins il était encore perçu à l'époque achéménide) peut expliquer que ce mot ait dérivé en grec hellénistique vers l'idée de "corvée de transport", l'embauche du messager devenant en fait une astreinte.
Cette explication était reconnue par le dictionnaire étymologique de Frisk comme la plus récente.
Chantraine, quant à lui, on l'a vu, rejette cette hypothèse "pour diverses raisons" (qu'on aimerait connaître) : je n'ai pas pu avoir accès aux articles qu'il cite : W. Eilers, Indo-Iran. Journ. 5, 1962, 225 ; H. Happ, Glotta 40, 1962, 201.

- Clarisse Herrenschmidt en 1993 a reconnu dans ἄγγαρος une forme iranienne *ham/a-gar-a, "celui qui reste éveillé, le veilleur". Compte tenu de l'autorité intellectuelle de cette grande dame, je pense que cela vaudrait le coup de se renseigner davantage sur cette hypothèse, malheureusement je ne trouve pas de références supplémentaires (les bibliographies donnent une référence “ viOâ(m)patiy ? ” “ aggareion ”, DATA ; 4 que je n'identifie pas).
La même année, P Huyse a également écrit un article sur le sujet (« Von angaros und anderen iranischen Boten ». Historische Sprachforschung 106, 1993, 272) : là-encore, il faudrait pouvoir y avoir accès.


Dernière édition par Horatius le Saturday 22 Sep 12, 13:56; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
u pistùn



Inscrit le: 15 Aug 2011
Messages: 301
Lieu: Liguria

Messageécrit le Thursday 20 Sep 12, 21:32 Répondre en citant ce message   

Dans le Veda on a les Angiras, serveurs du dieu du feu Agni, qui était le messager entre les dieux et les hommes.
Est-ce qu'il y a un lien?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9738
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Thursday 20 Sep 12, 21:49 Répondre en citant ce message   

Beau travail, Horatius.
J'ajoute au dossier une information à propos de l'akkadien agru. C'est l'étymon d'une famille assez riche en arabe, celle de la racine أجر [aǧara] où l'on trouve les notions de "louer qqch" et "engager qqn".
Le nom أجرة [uǧra] signifie les frais encourus pour l'opération. On trouve notamment ce nom dans les deux locutions suivantes
- أجرة البريد [uǧrat al-barīd], "frais postaux" (où l'on retrouve ce barīd dont on a beaucoup parlé ailleurs),
- أجرة النقل [uǧrat an-naql], "frais de transport".
On peut effectivement imaginer que la réquisition, à ses débuts, était rétribuée, et s'apparentait plus à une location, cette location portant sur le véhicule, sur l'animal chargé de le tirer, ou sur les deux, ou simplement sur l'animal monté si un véhicule n'était pas nécessaire.
J'avoue pencher fortement moi aussi maintenant sur cette étymologie sur laquelle j'étais d'abord trop rapidement passé. Je suis certainement influencé par cette troublante locution, أجرة البريد [uǧrat al-barīd], qui réunit peut-être les deux notions ayant abouti l'une et l'autre à signifier de façon synonymique : "service de messagerie".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Horatius
Animateur


Inscrit le: 11 Apr 2008
Messages: 695

Messageécrit le Friday 21 Sep 12, 12:39 Répondre en citant ce message   

u pistùn a écrit:
Dans le Veda on a les Angiras, serveurs du dieu du feu Agni, qui était le messager entre les dieux et les hommes.
Est-ce qu'il y a un lien?

Hum... D'après le Classical Dictionary of Hindu Mythology de Dowson, le nom des Angiras vient de la même racine que le mot agni, le feu (cf le MDJ qui lui est consacré) : c'est une racine indo-européenne (*n-gni-) . Cela nous ramènerait à l'idée que les premiers messages étaient envoyés par signaux de fumée. L'expression d'Eschyle "πῦρ ἄγγαρον" serait du même coup un pléonasme !...
Séduisant, mais j'y crois peu...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Horatius
Animateur


Inscrit le: 11 Apr 2008
Messages: 695

Messageécrit le Sunday 23 Sep 12, 14:19 Répondre en citant ce message   

Autre hypothèse (je crois qu'il va falloir renoncer à vouloir les lister toutes !) sur l'origine d'angaros, celle de Calvert Watkins (art. angelos). Celui-ci fait un rapprochement avec le sanskrit ajira (rapide) que l'on rapproche du latin agilis. Du verbe agere, on rapproche le sanskrit ajati (conduire, mener).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9738
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Sunday 23 Sep 12, 17:10 Répondre en citant ce message   

Attention, Calvert Watkins commence tout de même par dire que
1. angelos est "possibly akin to Greek angaros", et
2. que les deux mots sont "from an unknown Oriental source".
Rien de nouveau dans tout ça.
Mais je t'accorde que c'est effectivement la première fois qu'on voit apparaître le sanskrit ajira- ("may be relevant") dans la mêlée !
C'est un vrai roman policier ! J'en propose un titre : "L'ange et le palefrenier". Ou alors, en latin, "Angelus veredusque".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9738
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Tuesday 25 Sep 12, 8:24 Répondre en citant ce message   

Citation:
- Papou JC suggère un rapprochement avec l'arabe al-ǧāry, "directeur du service des courriers".
- Calvert Watkins fait un rapprochement avec le sanskrit ajira, « rapide ».

Je rapproche ces deux hypothèses car j’y remarque
- un dénominateur consonantique commun : Ǧ-R
- un sème commun : la rapidité, c'est-à-dire la première qualité demandée à la transmission de l'information. (cf. pirradaziš dans palefroi)

La coïncidence morphosémantique entre les domaines sémitique et indoeuropéen n’aurait pu que renforcer l’usage et la durée de vie de mots appelés par nature à voyager autant que les signifiés.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Horatius
Animateur


Inscrit le: 11 Apr 2008
Messages: 695

Messageécrit le Wednesday 26 Sep 12, 12:38 Répondre en citant ce message   

Horatius et Papou JC ont d'un commun accord décidé de poursuivre en privé leur travail et leur dialogue sur ce sujet.
Le sujet reste ouvert à toute personne ayant des informations à apporter ; qu'elle en soit par avance remerciée.
Le moment venu, Horatius et Papou JC feront sur chaque fil une synthèse de leur réflexion.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9738
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Friday 25 Apr 14, 14:55 Répondre en citant ce message   

Synthèse.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9738
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Friday 11 Jan 19, 16:42 Répondre en citant ce message   

Je déterre ce vieux fil car, à la lumière de ce que j'ai dit dans le mot du jour ángelos, je me suis demandé si l'histoire de l'article soudé au nom n'avait pas aussi joué pour ángaros, éventuellement.
Et là, surprise, je tombe sur l'akkadien nāgiru "héraut". Avec l'article, ça donne an-nāgiru.
Tous les mots espagnols en al- venus de l'arabe devraient nous inciter plus souvent à penser à cette possibilité. Il n'y a en effet aucune raison pour que, dans l'emprunt des mots sémitiques, les Espagnols et les Portugais aient été les seuls à ne pas comprendre que ce al- en début d'un nom arabe n'en était pas la première syllabe mais son article défini.
Sans autre commentaire.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9738
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Saturday 12 Jan 19, 11:49 Répondre en citant ce message   

Outis a écrit:
ángaros est bien un emprunt, mais c'est un emprunt au grec ! Plus précisément au grec ángelos « messager ». En effet, ni le phonème /e/, ni le phonème /l/ n'existaient en vieux-perse et ce qu'ils avaient de plus proche étaient un /æ/ (intermédiaire entre /e/ et /a/) et le /r/.
Les courriers perses qui circulaient en Ionie (dont la plus grande partie était soumise à Darius) devaient probablement revendiquer vivement leur statut de messager (garant d'impunité) et crier haut et fort ángelos dans la langue du pays, ce qui dans leur bouche devenait ángæros et dans l'oreille des Grecs ángaros …

Je crois qu'Outis a raison sur le fait que ángaros soit une variante de ángelos. Mais, à mon avis,
1. aucun des deux mots n'est d'origine grecque.
2. il est donc difficile de dire lequel est une déformation de l'autre.
3. le mot originel est très probablement d'origine orientale, sumérienne ou akkadienne.
4. pour les raisons phonétiques données ci-dessus par Outis et pour celles que je donne sous ángelos, les racines sémitiques NQL, NGL, NQR et NGR sont d'assez bonnes candidates, même si certaines (peut-être NGR, et peut-être d'autres) viennent de Sumer.
J'ai donné ici ou là les sémantismes de NGR et de NQL.
Il reste à voir les sémantismes de NGL et NQR.
Je veux bien faire quelque recherche, sauf si j'en suis découragé, ou si quelqu'un d'autre veut bien s'en charger.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3415
Lieu: Nissa

Messageécrit le Wednesday 16 Jan 19, 8:07 Répondre en citant ce message   

Papou JC a écrit:
Mais, à mon avis

Je ne suis pas de cet avis.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 802
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Wednesday 16 Jan 19, 11:43 Répondre en citant ce message   

Papou JC a écrit:
Et là, surprise, je tombe sur l'akkadien nāgiru "héraut". Avec l'article, ça donne an-nāgiru.

L'article de la wikipédia anglophone consacré à l'akkadien me paraît assez complet sur la grammaire de cette langue et il ne mentionne pas l'existence d'un article défini, l'article défini n'apparaît pas non plus dans les exemples donnés.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Page 2 sur 4









phpBB (c) 2001-2008