Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
pontife (français) - Le mot du jour - Forum Babel
pontife (français)
Aller à la page 1, 2  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel : Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Chusé Antón



Inscrit le: 25 fév 2005
Messages: 757

Messageécrit le lundi 31 déc 07, 13:50 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Du latin pontifex,-ficis. Les pontifes étaient constructeurs de ponts.

Les pontifes de Saint Bénézet, en Avignon, voulaient à la demande de l´évêque construire un pont sur le Rhône et le diable ne le voulait pas: ce que les pontifes construisaient pendant la journée était démoli la nuit.

Les pontifes dont il est question ici étaient membres d´une congrégation de constructeurs de ponts fondée par Sanit Bénézet au XII siècle.

Aujourd´hui, plus que jamais, il faut être pontifes -dans ce forum aussi-, lancer notre frêle passerelle vers l´autre rive sachant qu´une main humaine -humaniste- me sera tendue.

Franchir fleuves et rivières, passer sur des ravins, quelle était donc l´intention des bâtisseurs des ponts sinon de relier les hommes entre eux?

Oui, le Pontifex des chrétiens, maintenant, c´est l´image même de la relation entre Dieu et l´humanité.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 fév 2007
Messages: 2500
Lieu: Nissa

Messageécrit le lundi 31 déc 07, 19:15 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Sans que cela ne change quoi que ce soit, bien au contraire, aux intentions de Chusé Antón, une petite rectification est nécessaire.

Ces « pontifes de Saint Bénézet » sont les premiers que je rencontre qui aient eu pour mission de construire des ponts et il serait intéressant d'en savoir plus sur eux et pourquoi ils avaient ce titre.

En français, le constructeur de ponts est un pontonnier (s'il est un soldat du génie militaire), mot qui, dérivé de ponton, désignait autrefois un passeur (batelier). Mais le pontife est un prêtre, primitivement romain puis, par extension, juif ou chrétien. En particulier, « souverain pontife » est une désignation usuelle de l'évêque de Rome (le Pape) pour les catholiques.

En latin, le pontifex est essentiellement un prêtre chargé de la jurisprudence religieuse, le principal d'entre eux, le Pontifex Maximus, étant avec le Rex Sacrorum (« roi en ce qui concerne les sacrifices », institution républicaine en vue d'accomplir les fonctions sacrées des anciens rois) et les trois Flamines Majeurs (de Jupiter, Mars et Quirinus) l'un des cinq prêtres les plus importants de Rome.
Mais aucun pontifex n'avait dans ses attributions le moindre rapport avec les ponts !

On considère en général qu'il faut partir du sens primitif de « passage » pour l'eurindien *p(o)n-t- :
- sanskrit nom. panthās, gén. pathas « chemin »
- grec póntos « mer » (en tant que lieu du trajet des navires), pátos « chemin »
- (il y a aussi des cognats en balto-slave, en revanche l'anglais path « chemin » est d'origine ambigüe)

On peut alors établir un rapport fonctionnel avec l'adhvaryu, un des prêtres spécialisés du sacrifice védique dont le rôle essentiel était d'agir, de se déplacer sur le terrain, entretenant les feux, apprêtant l'autel, manipulant les ustensiles, cuisant les oblations (Renou, L'Inde védique, § 705).
Autrement dit, de préparer et de maintenir en état le chemin par excellence, celui du sacrifice qui crée un passage entre dieux et hommes. Et ce n'est donc pas un hasard si son nom est dérivé de adhvan « chemin ».

Je rejoins donc Chusé Antón sur la nécessité dans notre monde de prendre bien soin des chemins (en général, et des ponts en particulier) qui établissent la communication entre les hommes, sans oublier pour les croyants ceux entre les hommes et le dieu (pour lui) ou les dieux (pour moi).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Chusé Antón



Inscrit le: 25 fév 2005
Messages: 757

Messageécrit le lundi 31 déc 07, 19:50 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Il était une fois...C´est ainsi qui commencent les très vieilles légendes et, notamment, celles qui racontent les démelés homériques de quelques fameux pontifes (constructeurs de ponts) avec le diable. Aux pontifes de Saint Bénézet on leur doit la construction du fameux pont d´Avignon -Saint Bénézet, en personne dut intervenir pour chasser le diable-. Ne souriez pas! En Espagne, aussi, il ya deux aqueducs fameux, ceux de Segovie et Tarragone (on lui dit le Pont du diable) qui ont cette légende très pareille. S´il ya , comme c´était le cas, des solides maçons désireux de mettre à tout prix , en relation les deux rives d´une grande rivière, on peut penser que le diable ait choisi un point de vue opposé: la mauvaise volonté de maintenir separées les rives, à seule fin de garder une tension salutaire, si l´on peut dire.

Dernière édition par Chusé Antón le lundi 31 déc 07, 21:58; édité 2 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Kyrillion



Inscrit le: 02 jan 2007
Messages: 314
Lieu: Haute-Savoie

Messageécrit le lundi 31 déc 07, 20:26 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Les hommes construisent plus de murs que de ponts (Isaac Newton).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 fév 2007
Messages: 2500
Lieu: Nissa

Messageécrit le mardi 01 jan 08, 10:43 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

La Vie de Saint Bénézet est résumée sur plusieurs sites, par exemple :
Citation:
C'est dans la vallée de la Fontaulière, au quartier Villard, hameau de Burzet que naquit Benoît Chautard, dans le courant du XIIe s.
Humble berger, Benoît (ou Bénézet) entendit en 1177 l'appel du Christ, dit la légende, sous un chataîgnier, la mission de "construire un pont sur le Rhône".
Guidé par un ange, l’enfant abandonne son troupeau et se rend en Avignon. Devant l’évêque de la ville, il annonce la raison de sa venue, mais le pontife ne l’écoute pas et ordonne qu’il soit châtié pour son impertinence. Conduit au prévôt, le berger ne se décourage pas et maintient qu’il a pour mission de construire un pont. Pour éprouver le garçon on lui demande de déplacer un énorme bloc de pierre. À la surprise générale, il le transporte sans difficulté jusqu’au Rhône. Les habitants d’Avignon apportent alors leur soutien à la construction du pont.
Il fonda les Frères de l'Œuvre du Pont pour servir Dieu dans un esprit de charité (communauté de laïcs) , récolter des fonds pour la construction et l'entretien du pont sur le Rhône, assister et héberger les bâtisseurs, les pèlerins et les voyageurs. il déplaça tout seul une pierre que trente hommes n'auraient pu remuer.
Convaincu, l'évêque lui confia alors l'énorme tâche.
En fait, Bénézet était plutôt un frère collecteur de fonds de l'ordre du "Pont" (Les Hospitaliers). Il parcourut un vaste territoire pour recueillir des aumônes considérables destinées à son entreprise. Il mourut d'épuisement en 1184 et son corps fut déposé dans la chapelle du pont encore inachevé. Il fut l'objet d'une grande dévotion populaire si bien qu'en 1331 le pape Jean XXII institua sa fête et la fixa au 14 avril. En 1674, à cause de la ruine du pont et de la menace des crues du fleuve, ses reliques furent transportées dans le couvent des Célestins puis, en 1854, dans l'église Saint Didier d'Avignon.

La source principale est publiée dans :
La Vie de saint Bénézet, fondateur du pont d'Avignon, texte provençal du XIIIe siècle accompagné des actes en latin, d'une traduction et de notes historiques, critiques et bibliographiques par l'abbé J.H. Albanès, Marseille, Camoin, 1876 (j'imagine que l'ouvrage doit se trouver facilement dans les bibliothèques municipales du Sud de la France).

Le folkloriste Philippe Walter (Université de Grenoble) consacre une dizaine de pages à la légende dans Mythologie chrétienne, rites et mythes du Moyen-Âge, Entente, Paris, 1992. Les points sur lesquels il insiste sont :

- la date de la fête du saint, très voisine de Pâques, qui marque pour lui le thème du passage, aussi bien de l'hiver au printemps que des âmes vers le Christ ; en effet, les ponts de la mythologie celtique sont souvent des passages vers l'Autre Monde (« Pont de l'épée » dans le Chevalier de la charrette, « Pont de verre » dans les continuations du Conte du Graal) ;

- le statut initial de berger qui, s'il peut être une référence au Christ, est aussi un trait commun à nombre de héros mythiques ou mythifiés (Cyrus, Mithridate, Romulus, [j'ajoute Jeanne d'Arc], etc.) ;

- le thème récurrent du « Pont du diable » qui apparaît dans la locution provençale « lou diable porto peiro » et qui est bien attesté pour l'aqueduc de Ségovie, le pont de Martorell, le pont de San Martin à Tolède, le pont de saint Cado en Armorique, ou, pour d'autres constructions, les chaussées Brunehaut (Nord de la France) et la cathédrale de Strasbourg (d'après Victor Hugo, Le Rhin) [j'ajoute, en Scandinavie, la construction du château des Ases par le démoniaque Loki] ;

- le thème de la lithobolie (lancer/portage de pierres) qu'il considère comme faisant référence à un déplacement de mégalithes (menhirs ou autres) [soit pour en éliminer le culte, soit pour les christianiser] ;

- il fait aussi référence à la célèbre chanson Sur le pont d'Avignon où il remarque le « on y danse tous en rond » qui serait une allusion à la carole, danse médiévale rituelle (changements de saison, sites pierreux) qui a été étudiée par M. Sahlin (Étude sur la carole médiévale. L'origine du mot et ses rapports avec l'Église, Uppsala, 1940) ; elle est en relation avec le déplacement des mégalithes dans la légende de Merlin construisant avec des pierres d'Irlande le mémorial de Salisbury (Stonehenge) appelé « Querole as Jaianz » (carole des géants) dans un manuscrit conservé à Tours.

Pour en revenir au mot pontife, il semble qu'il n'apparaisse que secondairement dans les textes liés à saint Bénézet et qu'il n'y résulte d'une mauvaise mais très courante interprétation du pontifex latin comme « constructeur de ponts ». D'ailleurs, on aura noté que le saint ne construit pas le pont mais qu'il le finance par ses quêtes. Enfin, il n'est pas exclu que, en tant que fondateur d'un ordre laïc, il ait reçu ce titre de « pontife » tout comme le portait l'évêque d'Avignon (ainsi que je l'ai souligné dans la citation), ce qui, bien sûr, facilitait la confusion …
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Chusé Antón



Inscrit le: 25 fév 2005
Messages: 757

Messageécrit le mardi 01 jan 08, 13:50 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Merci Outis, tu es une source d´érudition. Une Bonne année.

On doit penser que, le pont construit, il fallait le défendre contre le diable toujours disposé aux mauvais coups, contre les envahisseurs ou les pillards, les Normands notamment, contre les crues soudaines qui charriaient des arbres mortels pour les piles, lorsque le pont était en bois et, de surcroît, habité, contre les incendies. Il fallait donc le garder, le protéger contre ces ennemis: on établit donc des postes de garde, des poternes, des bastions -ce que l´on peut admirer au Pont Valentré de Cahors ou de l´autre côté des Pyrennées, au Vieux Pont d´ Orthez.

Mais le diable saura profiter de l´occasion pour se glisser dans le paysage quand le pont ainsi barré logera les employés de l´octroi ou du fisc: chaque fois qu´il se trouvait la perception d´une dîme, un diable était aux aguets.

Contrairement au dicton, l´argent a de l´odeur...

Mias en revenant sur Saint Bénézet l´on comprend mieux alors le but poursuivi par le Saint: mettre en relation des humains, ce n´est pas d´abord favoriseer le commerce, mais permettre avant tout la création des liens, ouvrir les coeurs à la tolérence, tous progrés qui ne font pas du tout l´affaire du diable, evidemment.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Patrick



Inscrit le: 03 avr 2007
Messages: 606
Lieu: Βέλγιο: Βαλλωνία

Messageécrit le mercredi 02 jan 08, 21:46 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Le titre de Pontife était pour César , sans doute un titre honorifique,
mais je crois important de rappeler que l'évêque de Rome
a repris ce titre païen à son compte, lui qui s'éstimait, sinon l'égal
de l'empereur, le digne héritier de la Rome éternelle !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 fév 2007
Messages: 2500
Lieu: Nissa

Messageécrit le jeudi 03 jan 08, 14:53 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Le titre de Pontifex n'était nullement honorifique pour César :
Wikipedia a écrit:
César se fait élire en 63 av. J.-C. au titre de pontifex maximus grâce à une campagne financée par Crassus. Il dépense d’importantes sommes d’argent et contracte de nombreuses dettes, afin de remporter les suffrages des comices tributes, contre deux rivaux redoutables (Servilius Isauricus et Q. Catulus), plus âgés et plus dignes que lui. Selon l’usage, César s’installe dans la demeure du pontife à la Regia, et exercera la fonction de grand Pontife jusqu’à sa mort.

À Rome (et plus encore en Grèce), il n'existait pas de classe sacerdotale telle que la connaissaient l'Inde ou les pays celtes, tout citoyen était apte à sacrifier et l'organisation des grands sacrifices publics (avec les titres correspondants) étaient assurée par des personnes désignées (cooptation, choix, élection, avec parfois des contraintes de lignage) qui continuaient le plus souvent à avoir en même temps une vie publique indépendante.

Il en résulte qu'on oublie souvent que certains personnages de l'Antiquité avaient, outre leur vie historique, des fonctions sacerdotales : Plutarque, par exemple, surtout connu par l'importance de ses œuvres littéraires et philosophiques, était également prêtre d'Apollon à Delphes …
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Patrick



Inscrit le: 03 avr 2007
Messages: 606
Lieu: Βέλγιο: Βαλλωνία

Messageécrit le jeudi 03 jan 08, 18:55 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Tu as raison, Outis.
Je ne sais pas pourquoi j'ai écrit "honorifique". Lapsus calami ! Merci !
Comme quoi, nul n'est à l'abri d'une erreur.
Je savais pour Ploutarchos car je viens de terminer ses Vies Parallèles.

D'ailleurs,en vérifiant, le (grand) pontife est un "ministe du culte de la Rome antique"
mais on en trouve également dans la tradition juive ancienne.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 fév 2007
Messages: 2500
Lieu: Nissa

Messageécrit le jeudi 03 jan 08, 19:21 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Je ne te critiquerai nullement pour cet « honorifique » car il est bien possible que ces fonctions élevées en avait l'aspect et que l'essentiel du travail effectif était assuré par les pontifes ordinaires, un peu comme ce qu'il en est aujourd'hui dans les ministères où ce sont les hauts fonctionnaires qui possèdent le pouvoir réel, non les ministres, d'une compétence souvent fort limitée (cf. Douste-Blazy).

On remarquera d'ailleurs que, en dépit de son titre, Plutarque ignorait le sens de l'epsilon delphique (Questions grecques) et nous aussi par conséquence …

Je pense en particulier que l'épisode du triple refus de la couronne par Jules César (repris par Shakespeare au début de la pièce homonyme) ne fait que témoigner qu'il disposait d'une place d'honneur lors de la célébration des Saturnales et que c'était peut-être autant au Grand Pontife qu'on l'offrait qu'à Jules César lui-même … (c'est son refus qui aurait été un acte politique)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Chusé Antón



Inscrit le: 25 fév 2005
Messages: 757

Messageécrit le vendredi 04 jan 08, 12:39 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Admirons les oeuvres de nos anciens "pontifes". Avant Saint Bénézet il y eut César -du moins celui du Caesar pontem fecit- et la construction du célebre Pont du Gard un aqueduc comme chacun sait, et les ponts Julien et Flavien, en Provence, pour ouvrir des voies plus sûres au commerce. Mais la volonté romaine d´unir les deux rives se doublait du désir de faciliter aux légionnaires chargés de la Pax Romana les marches forcées de leurs interventions rapides. En tout cas il s´agissait là d´un travail de romain, courageux et résistant: le Pont du Gard est toujours debout!



Le pont Julien


Le pont Flavien
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 oct 2006
Messages: 8956
Lieu: Lyon

Messageécrit le samedi 02 avr 11, 13:38 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

pontifier (TLFi) :

RELIG. CATH., rare. [Le suj. désigne un dignitaire de l'Église]
célébrer un office, présider une cérémonie pontificalement

FIG. - PEJ.
avoir, s'attribuer de l'autorité, de l'importance dans un domaine particulier
se donner un air important
faire montre de solennité, d'emphase dans ses paroles, dans ses écrits
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rabanmaur



Inscrit le: 27 mars 2008
Messages: 25
Lieu: Paris

Messageécrit le mardi 05 avr 11, 10:22 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

J'ai relevé quelques légendes locales dans lesquelles le Diable a joué un rôle important dans la construction d'un édifice. Elle proviennent sans doute de l'étonnement des populations devant la rapidité de la construction. On lui attribuait donc une origine surnaturelle.
Quelques œuvres du Diable bâtisseur
Dans le Loiret, les ponts de Jargeau et de Beaugency.
Le pont du Gard, et le pont Valentré à Cahors
La chaussée a demi-submergée, face à l’île d’Yeu ( N.D.des Monts – Vendée ).
L’acqueduc de Tarragone et celui de Segovie. Pont d’Anzème ( vallée de la Creuse ).
Pont de St Guilhem le désert, Pont de St Jean de Fos ( Hérault )
Ponts d’Aussois ( Vanoise ), St Gervais et Bessans ( Maurienne )
Ponts de Savièse et Andermatt ( Suisse ), de Salins les Bains ( Jura )
Arche naturelle de Saint Palais, Fargebelle en Ardèche, Céret en Languedoc …
On doit aussi au Diable la chapelle d’Aix ( Aachen ) et celle de Cantuna à Quito.
On lui attribue également les serrures de la porte de ND de Paris.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 nov 2008
Messages: 6001
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le mardi 05 avr 11, 10:31 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

rabanmaur a écrit:
J'ai relevé quelques légendes locales dans lesquelles le Diable a joué un rôle important dans la construction d'un édifice. Elle proviennent sans doute de l'étonnement des populations devant la rapidité de la construction.

Etait-ce bien la raison de cette appellation ? Peut-être, si on n'a rien de mieux à proposer, mais j'ai quelques doutes ...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 fév 2007
Messages: 2500
Lieu: Nissa

Messageécrit le mardi 05 avr 11, 14:06 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Tu as en partie raison. Il ne s'agit guère de la rapidité mais plus généralement, du caractère spectaculaire, quel qu'il soit, d'une construction qu'on se plait à attribuer à une magie ou une force surhumaine.

Bien avant qu'un christianisme réducteur ne ramène tout l'étrange à la seule figure du Diable, ces projections dans le mystère allaient plutôt aux géants (les enceintes cyclopéennes de Mycènes, la construction de Asgard).

J'ajouterai que nombre d'histoires médiévales doivent aussi leur succès à des jeux sur la vérité mensongère qui permettra au Bien de détourner la contrat passé avec le Mal et d'obtenir l'ouvrage sans en payer le prix. Aussi, plus qu'à un étonnement des populations c'est à l'habileté inventive d'un conteur que ces histoires doivent d'exister …
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel : Index -> Le mot du jour Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2









phpBB (c) 2001-2008