Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
mouser (ancien français) - Le mot du jour - Forum Babel
mouser (ancien français)

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Pierre



Inscrit le: 11 Nov 2004
Messages: 1188
Lieu: Vosges

Messageécrit le Wednesday 06 Jul 05, 22:48 Répondre en citant ce message   

Le verbe mouser en ancien français signifiait froisser

"Que qu'il a lui issi parole Des piez li mouse la chanole"

Le roman de Renart (vers 1250)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Cligès



Inscrit le: 18 Jul 2019
Messages: 785
Lieu: Pays de Loire

Messageécrit le Friday 30 Jul 21, 16:40 Répondre en citant ce message   

Il faut se méfier de ce qu’on trouve dans les vieux documents ; dans les citations du Roman de Renart, Godefroy n’avait à sa disposition, outre des arrangements sans valeur, que l’édition de Méon, datant de 1826. Certes, à l’époque, cette édition a permis de donner une première vue d’ensemble de cette œuvre complexe, mais pour l’établir, Méon a procédé en piochant çà et là dans les manuscrits, sans réelle méthode par conséquent, et en réalisant un « montage » des branches tout personnel. Parmi les manuscrits, il a malheureusement choisi parfois des deteriores dont les leçons sont abandonnées ou corrigées par les éditeurs modernes.

C’est le cas dans les vers cités ici, et on ne s’étonnera pas que *mouser soit un hapax chez Godefroy, qui lui donne le sens de « froisser » ; quant à chanole, c'est une correction heureuse de *chavole, que l'on trouve dans le texte établi par Méon.

Dans son glossaire (l’édition est accessible en ligne), Méon donne à mouser les sens de « mousser », « éparpiller », et à chavole celui de « chevelure ». Avec un imperturbable aplomb, l’éditeur accompagne ce sens de l’étymon latin capillatio. A l’époque, on n’a guère de connaissances philologiques, mais à la nôtre, on sait que capillatio ne saurait donner chavole ou chevole, mais quelque chose comme **chevelaison ou, par réduction, **cheulaison ou **chelaison.

Voici les vers tels qu’on les édite à l’heure actuelle :

(Ysengrin se venge de Renart en le rossant copieusement)

Que qu’il a lui einsi parole,
Des piez li moire la chanole.

Le Roman de Renart, édité par J. Dufournet et alii, Branche XVII, v.147-8. Paris, Champion, 2015.

« Pendant qu’il lui parle ainsi,
de ses pattes, il lui comprime la trachée. »
(traduction personnelle)

Ce n’est donc pas mouser qu’il fallait lire, mais moirer, ou encore mairer, qui vient du verbe latin macerare, et qui signifie « pétrir », « tourmenter », « macérer ».
Quant à chenole, ou chanole, qui vient du latin canabula (Fouché), il signifie « petit tuyau » et, plus spécialement « trachée artère » (sens donné par Godefroy et Greimas).

Ysengrin tente donc tout simplement d'étrangler Renart.

Mais, comme on sait, le goupil n'est jamais sans ressource...


Dernière édition par Cligès le Friday 30 Jul 21, 22:02; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
AdM
Animateur


Inscrit le: 13 Dec 2006
Messages: 854
Lieu: L-l-N (Belgique)

Messageécrit le Friday 30 Jul 21, 19:42 Répondre en citant ce message   

Euh… Dans le message initial, je lis bien chanole, non pas *chavole. Clin d'œil

(Mais ça n'a guère d'importance : le sujet étant ce verbe *mouser.)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Cligès



Inscrit le: 18 Jul 2019
Messages: 785
Lieu: Pays de Loire

Messageécrit le Friday 30 Jul 21, 21:53 Répondre en citant ce message   

Ah oui, en effet, mais dans l'édition Méon en ligne et dans le glossaire, on a bien chavole.

https://fr.wikisource.org/wiki/Le_Roman_du_Renart_-_D._M._M%C3%A9on_-_1826/18 (texte, au v.7782)

https://fr.wikisource.org/wiki/Le_Roman_du_Renart_-_D._M._M%C3%A9on_-_1826/20 (glossaire, au mot concerné)

Sans doute Godefroy a-t-il utilisé un texte corrigé.

Je corrige moi-même mon message.

Merci !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 11048
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Saturday 31 Jul 21, 8:18 Répondre en citant ce message   

Ne faudrait-il pas aussi donner un autre titre à ce fil ? moirer / mairer, par exemple ?
Ce ne serait pas du luxe d'éclaircir les sens et origines des verbes merer, merrer que Godefroy donne comme synonymes à mairer, de mairi ou mairit (prétri), et de moirer dont il ne dit rien.
Ou partir du latin macerare...
Bref, il y a de la farine dans le pétrin.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Cligès



Inscrit le: 18 Jul 2019
Messages: 785
Lieu: Pays de Loire

Messageécrit le Saturday 31 Jul 21, 10:08 Répondre en citant ce message   

Il y a de nombreuses variantes de mair(i)er (forme "canonique"), mais c'est bien le même mot. L'étymon verbal a subi des variations accentuelles au cours de la conjugaison et suivant le dialecte, le verbe n'ayant pas été "normalisé" du fait de sa relative rareté. L'emploi qu'en fait l'auteur de la branche est en fait imagé : Ysengrin "pétrit" la gorge de Renart pour prolonger son supplice. Le forme moire ne se trouve qu'à la troisième personne du singulier, d'après l'éditeur moderne. Elle résulte d'une avancée de l'accent sur le e de macerare.

Annexe : de mācĕrat à maire (moire).

IVème : magęrat (sonorisation de la sourde intervocalique).

Vème : maγęrat (spirantisation).
mayęrat (évolution de la spirante instable en yod).
mayyęrat (renforcement du yod intervocalique, à l'instar du yod latin primitif (majorem > mayyor)).

VIème :may(y)(ę)rat (syncope de la pénultième atone et réduction consécutive de la géminée).

VIIème :mayraθ (spirantisation de la consonne sourde finale).
may(y)re̥θ (affaiblissement du a final).

IXème : maire̥θ (diphtongaison (complète) du groupe [ay]).

ΧΙème : maire̥ (amuïssement du -t final).

XIIème : męre̥ (réduction de la diphtongue)

Le mot est écrit soit maire, soit mer(r)e, (le premier r servant éventuellement de diacritique pour la prononciation du [e])

Notes :
- moire est une variante de maire comparable à grammaire/grimoire ; AFpaile/poêle, etc… ; elle s’explique par l’action de la consonne labiale qui précède ai ; par la suite, oi évoluera vers [wa] comme le produit de la diphtongaison spontanée du ẹ tonique (cf. telum > toile, etc…).

- le i précédant la désinence de l’infinitif are > er dans mairier (< macerare) s’explique par l’action du r palatalisé par le i qui le précède ; c’est là un phénomène très répandu en AF (cf. laissier/laisser ; repairier/repairer ; aidier/aider, etc…


Dernière édition par Cligès le Saturday 31 Jul 21, 15:16; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 11048
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Saturday 31 Jul 21, 11:08 Répondre en citant ce message   

Je propose donc de changer le titre de ce fil en macerare (latin), *mag- ou *mak- (IE). C'est une famille riche et intéressante dont nous n'avons quasiment aucun représentant dans nos mots du jour.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008