Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Oribus (francais) - Le mot du jour - Forum Babel
Oribus (francais)

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel : Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Patrick



Inscrit le: 03 avr 2007
Messages: 601
Lieu: Βέλγιο: Βαλλωνία

Messageécrit le jeudi 01 jan 09, 19:51 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Oribus : nom masc., les oribus sont des chandelles de résine qui se plaçaient de part et d'autre d'une cheminée. Le mot semble "vieux et régional".
Son origine est inconnue, d'après le Robert.


Express. (fig.): de la poudre d'oribus = remède sans vertu.


XVIe s.— [Gargantua jouait] à la barbe d'oribus (RAB. I, 22) (Le Duchat pense que c'est une espèce de colin-maillard).
(cf. http://dictionnaire.sensagent.com/oribus/fr-fr/ )

Juste pour se dérider, voire "jouer sur les mots" : vid. http://www.monpetitcoin.com/dico/dicoO.html
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 fév 2007
Messages: 2498
Lieu: Nissa

Messageécrit le jeudi 01 jan 09, 22:05 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Le TLFi connaît ce charmant vocable et confirme une bonne part de ce que nous en révèle Patrick :

Citation:
ORIBUS, subst. masc.
Vx et région. (Ouest de la France, pays de la Loire). Chandelle de résine que l'on plaçait autrefois sous le manteau de la cheminée. Autrefois, on avait les oribus, les longues chandelles de résine que l'épicier vendait en paquets (...). On les serrait dans la fente d'une baguette qu'on enfonçait entre deux briques, sous la hotte de la cheminée; et la mèche de ficelle pétillait, postillonnait des gouttelettes chaudes, et sa chanson vous tenait compagnie (GENEVOIX, Raboliot, 1925, p.140).
Prononc.: []. Étymol. et Hist. 1829 (BALZAC, Chouans, p.333). Orig. inc. Le rapport avec poudre d'oribus (1465-92 pourette d'oribus «remède sans valeur», [JEAN MOLINET] Mystère de S. Quentin, éd. H. Chatelain, 3360; 1532 pouldre d'oribus «id.», RABELAIS, Pantagruel, éd. V.-L. Saulnier, prologue, p.5, 36) est incertain. Ce dernier se rattache peut-être à aurum «or» (FEW t.23, p.50b). Bbg. SAIN. Sources t.2 1972 [1925] p.359; t.3 1972 [1930] p.109.

Et, puisque Patrick nous convie aussi à d'innocents mais succulents jeux étymologiques, je sens comme un devoir de proposer une étymologie qui concilierait heureusement le sens ligérien de chandelle et le sens médiéval de remède.

D'abord le remède : nous savons bien (tradition védique) que nos Anciens connaissaient trois médecines que Dumézil a reconnu comme s'articulant sur les trois fonctions eurindiennes : médecine des plantes pour la troisième fonction (élevage, agriculture), médecine du couteau pour la seconde (guerre), médecine des mantras pour la première (droit, religion), la plus noble, celle qui guérit par la prière.

Puis la chandelle : si cet humble objet avait dans les temps préélectriques une fonction d'éclairage, celle-ci n'avait aucune nécessité près de la cheminée, seul lieu clair de l'obscure chaumière ! Mais lieu sacré aussi par les vieilles traditions païennes qui faisaient de l'âtre et de son foyer le centre vital de la maisonnée : une chandelle en ce lieu ne peut être qu'un cierge, c'est-à-dire un substitut, ou pour mieux dire, une prolongation de la prière.

Tout s'éclaire, la chaumière comme l'avenir du malade, cet oribus est une prière, déformation locale du latin oremus « prions ! »

(dans le passage de la nasale m à l'orale b, il faut probablement voir un effet du climat humide des régions de notre Ouest et des corizas chroniques dont ses aimables habitants sont banalement affligés)

Et, bien sûr, Bonne Année !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
gilou
Animateur


Inscrit le: 02 jan 2007
Messages: 1530
Lieu: Paris et Rambouillet

Messageécrit le jeudi 01 jan 09, 22:53 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

sourire Je propose de nommer ce type d'explication étymologique sous l'apparente influence d'un éthylisme réveillonesque une éthymologie Clin d'œil

Nikto Oribus est aussi le nom d'un Jedi de la force obscure dans le second film de la saga, "Attack of the clones".

Et bonne année à tous les babéliens!
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Patrick



Inscrit le: 03 avr 2007
Messages: 601
Lieu: Βέλγιο: Βαλλωνία

Messageécrit le vendredi 02 jan 09, 1:51 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Bonne année ! et merci d'en rajouter une couche d'un si bon cru ! J'apprécie Clin d'œil

J'avoue que oremus et oribus , c'est tentant comme éthyl... (vid.supra)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 fév 2007
Messages: 2498
Lieu: Nissa

Messageécrit le vendredi 02 jan 09, 10:13 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Déjà le 2 janvier et les effets du citrate de bétaïne qui se font sentir …

Il me semble que cet oribus trahit dans sa forme, si étrangère au français, un emprunt tel quel à du latin fléchi (comme omnibus ou lavabo) et qu'on ne peut y voir qu'un datif/ablatif/instrumental/locatif pluriel de ōs, ōris « bouche ».

À partir de là, on comprendrait de tels « par les bouches, depuis les bouches, dans les bouches » comme une formule évoquant la notoriété, peut-être extraite d'un auteur classique latin (recherche à faire) ou du latin de cuisine d'un discours de bateleur (voir le Dit de l'herberie de Rutebeuf). Ceci rendrait compte de l'usage qu'en fait Rabelais.

Pour les chandelles, peut-être faudrait-il rechercher qui les manufacturait localement (XIXe siècle ?). On voit bien de tels latinismes issus de l'érudition prospérer dans une fabrique familiale.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 fév 2007
Messages: 2498
Lieu: Nissa

Messageécrit le vendredi 02 jan 09, 11:26 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Je viens de faire une recherche dans l'Énéide. Vainement, car les deux seules attestations de la forme fléchie oribus y sont sans rapport avec la notoriété :

En VIII.485 il s'agit d'une torture de Mezentius consistant à lier un cadavre à un vivant, main contre main et bouche contre bouche :

Citation:
Mortua quin etiam iungebat corpora vivis 

componens manibusque manus atque oribus ora, 

tormenti genus, et sanie taboque fluentis 

complexu in misero longa sic morte necabat.

En X.565 il s'agit du feu craché par les cinquante bouches de l'hécatonchire Aegaeon :

Citation:
Aegaeon qualis, centum cui bracchia dicunt

centenasque manus, quinquaginta oribus ignem

pectoribusque arsisse, Iovis cum fulmina contra

tot paribus streperet clipeis, tot stringeret enses

Et ça s'arrête là. Une recherche parmi les 2474 occurrences de os dans le corpus complet du site Perseus ne donne que 4 occurrences de la forme oribus, les deux ci-dessus et leurs commentaires respectifs par Servius …
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 nov 2004
Messages: 3598
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le vendredi 02 jan 09, 11:40 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Ce terme est présent chez Rabelais :

Citation:
Oribus. Barbe d'Oribus, barbe de papier dore. Le jeu de la barbe d'Oribus consiste à bander les yeux à celui que l'on veut attraper, et à lui barbouiller le visage de noir, sous prétexte de lui dorer la barbe.

La poudre d'Oribus est ce que nos escamoteurs appellent poudre de perlimpinpin, et Rabelais, ailleurs , poudre de diamerdis, une poudre imaginaire, à laquelle on suppose des vertus fantastiques.

source :
http://books.google.fr/books'id=l_x9AAAAIAAJ&printsec=titlepage

Selon Lebrun (Etymologicon françois), la poudre d'oribus serait une corruption de poudre d'elleborus. (hellébore)
(Je n'arrive pas à identifier cet ouvrage)

source :
http://books.google.fr/books'id=xDBDZluPSUwC&printsec=frontcover#PPA77,M1
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Horatius
Animateur


Inscrit le: 11 avr 2008
Messages: 691

Messageécrit le vendredi 02 jan 09, 17:55 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

La poudre d'oribus dont parle Rabelais est-elle une plaisanterie qui a conduit ensuite à employer le mot pour désigner une chandelle dans les parlers de l’ouest de la France, est-ce l'inverse, ou bien encore ces deux mots ont-ils des origines différentes?

Le TLF penche pour le troisième avis.
L. du Bois, dans son glossaire du patois normand (1856), est du premier :
Citation:
ORIBUS (s. m.) : chandelle de résine de mélèze. Ménage dit que poudre d'oribus se dit, par raillerie, au lieu de poudre d'or. Chandelle d'oribus pourrait bien avoir la même signification railleuse, à cause de sa couleur d'or terne et de son peu de valeur.


J’avoue que je penche aussi pour cet avis : je ne connais pas grand-chose aux dialectes d’oïl, mais, comme le remarque Outis, cela sent très fort le latinisme et j'ai du mal à y voir un terme populaire courant désignant la chandelle.
Je n'arrive pas à trouver le texte complet de Mistère de Saint Quentin de Jean Molinet : il est donc difficile de savoir dans quel contexte apparaît l'expression de "pourette d'oribus". Mais ce poète a écrit des textes parodiques, que Rabelais a certainemenent connu. Pour ce qui est du mot chez Rabelais, dans les deux occurrences (Gargantua ch. 22, Pantagruel Préface), l’auteur l’emploie pour désigner des pratiques de pédants, sorbonnards ou médecins charlatans dont il se moque. Les commentateurs disputent sur l’interprétation du mot mais, une chose est certaine, le suffixe latinisant vise à se moquer des savants scolastiques.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 fév 2007
Messages: 2498
Lieu: Nissa

Messageécrit le vendredi 02 jan 09, 19:57 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Tiens, il y avait des mélèzes en Normandie ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Horatius
Animateur


Inscrit le: 11 avr 2008
Messages: 691

Messageécrit le vendredi 02 jan 09, 20:05 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Je me suis fait la même remarque...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Patrick



Inscrit le: 03 avr 2007
Messages: 601
Lieu: Βέλγιο: Βαλλωνία

Messageécrit le samedi 03 jan 09, 13:07 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Le latin de cuisine dans le peuple n'a rien d'étonnant en soi quand on se souvient que la France était très catholique et que la messe, obligatoire !, se faisait partout en latin... même si personne n'y comprenait rien dans le bon peuple de France (90% de paysans).

Chandelle et cierge : le rapprochement n'est guère difficile.

Terminer les mots en -us pour faire comme les grands ou comme le curé nous l'avons tous faits dans notre jeune âge pour s'amuser, pour jouer. Je m'en souviens encore au début de mon entrée dans la grande école,vers 12 ou 13 ans .

Molière faisait parler "latin" ce bon Argan, malade plus qu'il ne l'imagine sans doute, et chacun s' amuse encore de cet olibrius qui se prenait pour "docteur".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Horatius
Animateur


Inscrit le: 11 avr 2008
Messages: 691

Messageécrit le samedi 03 jan 09, 13:30 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

C'est vrai.
Ce que je voulais dire plutôt c'est justement que, dans ce cas, ce latin de cuisine populaire relève du jeu et que "oribus" n'est pas, du moins à l'origine, le terme courant, normal pour désigner la chandelle. On emploie le mot, comme dit L. de Bois, "par raillerie".
J'ai dit une bêtise plus haut, en disant que la poudre devait forcément précéder la chandelle : l'origine peut être commune. Pourquoi ne pas imaginer que "oribus" soit un latin de cuisine populaire formé à partir du mot "or" ("orie" en Ancien Français veut dire "doré") et qui, par jeu, serve aussi bien à désigner la chandelle qui brille comme de l'or, et la poudre d'or, véritable poudre de perlimpimpin ?...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
MiccaSoffiu



Inscrit le: 24 juin 2008
Messages: 464
Lieu: Capicursinu-Sophia

Messageécrit le dimanche 04 jan 09, 8:09 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Quelle est la signification particulière de oribus dans ce contexte ?
APULÉE, Métamorphoses, IV, 28
« admoventes oribus suis dexteram »
« appliquant sur leurs lèvres leur main droite »
http://remacle.org/bloodwolf/liege1/EROS/eros001.htm

il est assez souvent question de bouche…... ?
le personnage de Gargantua s’appelait donc « bouche »…par hasard ?

Constatations :
On dit aussi la bouche d’une cheminée, du feu, du foyer
Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 7.djvu/252
« On fermera la bouche du feu avec une porte de fer »
« quand on ouvre la bouche du foyer »
« excepté qu’il n’a point de bouche du feu »

La particularité de l’oribus était de ne brûler que dans la cheminée, accrochées de part et d’autre du foyer, à une distance assez précise de la source de chaleur.
Une description de l’usage de l’oribus (rouzi ou camoufle) avec des youbes
http://andre.j.balout.free.fr/charente(16)_pdf/charente_lampe1931.pdf
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel : Index -> Le mot du jour
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008