Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
L'origine de la jota espagnole - Forum espagnol - Forum Babel
L'origine de la jota espagnole
Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum espagnol
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Breoghan



Inscrit le: 20 Dec 2015
Messages: 72
Lieu: France, Galice (Espagne)

Messageécrit le Sunday 27 Dec 15, 2:09 Répondre en citant ce message   

Je ne vois pas très bien quelle influence le basque aurai pu avoir sur la formation du /χ/: seul le dialecte Guipuscoan prononce /χ/ pour "j", et les autres dialectes prononcent /j/ (y de yaourt ), /ʒ/ (j de jean) ou /ʝ/.

J'ai aussi remarqué que touts ces changements phonétiques dans la NORME de prononciation interviennent peu de temps après que la monarchie Castillane et son gouvernement (qui avaient jusque là pour habitude de résider à Valladolid) décident de s'installer durablement a Madrid en 1561, et au fur et à mesure que le castillan devient la langue dominante en Espagne. Y a-t-il une relation ? On prononçait peut être déjà le /θ/ dans les alentours de Madrid avant le XVème siècle...et peut-être le son /x/.

Le castillan est la seule langue dans la Péninsule ibérique a avoir connu cette évolution (les autres on conservé les x (sh) et ll). Il faudrait chercher où et quand est apparue la jota pour identifier le substrat dans lequel elle s'est formée. Je croie qu'actuellement la prononciation la plus archaïque de la jota se trouve dans certaines zones d’Amérique latine où le "j" se prononce /x/ (avec point d'articulation vélaire; dans la Péninsule ibérique elle est plutôt uvulaire), car plus proche du son /ʃ/ de l'ancien castillan. L’évolution aurait pu être:
ʃ < ɕ < x < χ
Il faufrait éssayer de retracer l'histoire (lieux et dates) de cette évolution.


Dernière édition par Breoghan le Wednesday 27 Jul 16, 23:21; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Breoghan



Inscrit le: 20 Dec 2015
Messages: 72
Lieu: France, Galice (Espagne)

Messageécrit le Friday 29 Apr 16, 2:16 Répondre en citant ce message   

Enki a écrit:
Un commentaire curieux a attiré mon attention: la linguiste parle de l'apparition de nouvelles couches de la population qui aurait généralisé ce son. Malheureusement, elle n'en dit pas plus, ce qui me laisse sur ma faim... Quelqu'un en saurait-il plus?
Premièrement...la Reconquista n'est pas uniquement l'œuvre des habitants de la péninsule ibérique: beaucoup de mercenaires venant de l'autre côté des Pyrénées y ont participé avant de s’installer sur les territoires conquis, attirés par une certaine liberté; beaucoup de villes et villages avaient des status spéciaux (Foros) leurs conférant une certaine autonomie. Il y avait beaucoup d'hommes libres-propriétaires ne dépendant d'aucun seigneur. Entre ces mercenaires on pouvaient compter entre autres des germanophones et des français. Bien que minoritaires par apport aux guerriers péninsulaires, ils étaient quand même nombreux à tenter leurs chances en Espagne.
· Les mouvements migratoires furent fréquents dans la péninsule ibérique durant la Reconquista. Ils allaient le plus souvent du nord vers le sud (pour les mêmes raisons cités antérieurement). La [χɔta] a put apparaître durant cette période par influence étrangère, ou par un substrat celtique (On retrouve /χ/ dans les langues celtiques insulaires), avant de se répandre beaucoup plus tard dans le reste du domaine hispanophone.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Breoghan



Inscrit le: 20 Dec 2015
Messages: 72
Lieu: France, Galice (Espagne)

Messageécrit le Thursday 28 Jul 16, 0:19 Répondre en citant ce message   

Citation:
La [χɔta] a put apparaître durant cette période (...) par un substrat celtique (On retrouve /χ/ dans les langues celtiques insulaires), avant de se répandre beaucoup plus tard dans le reste du domaine hispanophone.
Une preuve en faveur de cette hypothèse est que le galicien utilise les sons [χ], [h], [ħ] et [ʁ] comme allophone du g dur (dans les dialectes occidentaux de la Galice); ce phénomène s’appelle la Gheada en galicien. Ce son est donc présent dans 2 langues péninsulaires, mais pas dans les mêmes circonstances (ancien [ʃ], pour le castillan, g dur pour le galicien).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8264
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Thursday 28 Jul 16, 7:25 Répondre en citant ce message   

J'ai deux cas curieux, au moins pour moi, à apporter dans ce fil. D'après le DRAE,

1. le verbe joder (foutre, baiser) serait issu du latin futuere, comme le français foutre, donc.
Voilà donc un f latin devenu jota au fil des siècles.

2. le nom falleba (crémone de porte ou de fenêtre, espagnolette) serait issu de l'arabe hispanique ẖallāba.
Voilà donc un arabe, phonème équivalent à la jota espagnole, devenu f au fil des siècles.

J'avoue que l'évolution phonétique inverse de ces deux mots me laisse perplexe. De moins nuls que moi en phonétique vont certainement nous expliquer savamment ce phénomène.

En attendant, je vais me mettre en quête d'autres exemples. Ils ne doivent pas manquer.


(Plus tard) En fouillant sur le forum, je trouve un troisième cas :

3. le nom jeta (robinet) vient de l’ancien espagnol xeta qui vient lui-même de l’arabe ẖatam (museau).
Voilà donc un arabe redevenu jota au fil des siècles après un détour par x !

Question : pourquoi falleba et jeta n'ont-ils pas suivi la même évolution ? Mystère...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 568
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Thursday 28 Jul 16, 10:06 Répondre en citant ce message   

Je pense qu'on peut expliquer ces évolutions apparemment divergentes par le fait que ces mots ont été adaptés depuis l'arabe par différents dialectes ibéro-romans avant de passer au castillan standard. Je ne vais proposer que des hypothèses basées sur la phonétique, il faudrait les confirmer ou les infirmer grâce à un dictionnaire historique plus détaillé que le DRAE.

Papou JC a écrit:
1. le verbe joder (foutre, baiser) serait issu du latin futuere, comme le français foutre, donc.
Voilà donc un f latin devenu jota au fil des siècles.

Je pense que joder est un emprunt à un dialecte castillan qui a maintenu la prononciation des [h] issu du f latin plus longtemps que le castillan standard (andalou, cantabre...). On peut faire le parallèle avec l'expression cante jondojondo est une forme dialectale andalouse de fondo qui lui a probablement été refait sur le latin, d'où le f initiale. En andalou, il n'y pas de problème à utiliser la jota pour noter les [h] issu d'un f latin et toujours prononcés puisque cette lettre se prononce [h] et non [x] comme en castillan standard. En résumé, je pense que dans joder, on a l'évolution régulière f > h mais que comme le h est toujours prononcé, on a utilisé la jota pour le noter.

Papou JC a écrit:
2. le nom falleba (crémone de porte ou de fenêtre, espagnolette) serait issu de l'arabe hispanique ẖallāba.
Voilà donc un arabe, phonème équivalent à la jota espagnole, devenu f au fil des siècles.

Falleba a dû être emprunté a une autre langue ibéro-romane que le castillan et qui elle avait le son [f] (portugais, catalan, dialecte mozarabe...), contrairement au castillan médiéval qui ne connaissait apparemment que [h] et [ɸ] (f bilabial). Cela ne me semble pas un cas isolé que dans une langue romane qui a le son [f], certaines variétés de h dans des mots étrangers soient perçues comme des [f]. En français, on a freux tiré d'un ancien bas-francique *hrok. Pour valider cette hypothèse, il faudrait voir si le portugais et la catalan ont emprunté à l'arabe des mots contenant la lettre et s'ils l'ont bien remplacée par un [f].

Papou JC a écrit:
3. le nom jeta (robinet) vient de l’ancien espagnol xeta qui vient lui-même de l’arabe ẖatam (museau).
Voilà donc un arabe redevenu jota au fil des siècles après un détour par x !

Ce mot-ci doit être passé directement par le castillan et n'a pas été emprunté à un autre dialecte. Comme le castillan médiéval ne connaissait pas le son [x], il a dû remplacer dans cet emprunt la lettre par le son [ʃ] transcrit x. Puis xeta a connu l'évolution normale de tous les mots castillans qui contenait le son [ʃ].


Dernière édition par Jeannotin le Thursday 28 Jul 16, 10:46; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8264
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Thursday 28 Jul 16, 10:24 Répondre en citant ce message   

Merci Jeannotin, c'est très convaincant !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Breoghan



Inscrit le: 20 Dec 2015
Messages: 72
Lieu: France, Galice (Espagne)

Messageécrit le Thursday 28 Jul 16, 17:16 Répondre en citant ce message   

Jeannotin a écrit:
Papou JC a écrit:
Papou JC a écrit:
2. le nom falleba (crémone de porte ou de fenêtre, espagnolette) serait issu de l'arabe hispanique ẖallāba.
Voilà donc un ẖ arabe, phonème équivalent à la jota espagnole, devenu f au fil des siècles.
Falleba a dû être emprunté a une autre langue ibéro-romane que le castillan et qui elle avait le son [f] (portugais, catalan, dialecte mozarabe...), contrairement au castillan médiéval qui ne connaissait apparemment que [h] et [ɸ] (f bilabial).
Je penche plutôt pour une hypercorrection: en castillan médiéval, le F en début de mot avait une valeur étymologique (hablar [a'βlar] (parler) < fablar [ha'βlar]), mais il se prononçait bien [f] dans d'autres circonstances (sufrir [suˈfɾiɾ] (souffrir) < suffrir [suˈfɾiɾ]). Les erreurs ont été courantes par apport a ce F; dans plusieurs textes espagnols ont retrouvent fasta ['hasta] (aujourd'hui hasta ['asta]; jusqu'à en français) venant de l'arabo-andalous ḥattá. falleba a du suivre l'évolution suivante: ẖallāba [xal'la:ba] > vieux castillan: *[hal.'lje.βa] > ['ha'λeβa] noté falleba > [fa'λeβa] (hypercorrection).

Dernière édition par Breoghan le Wednesday 14 Jun 17, 22:48; édité 4 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8264
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Thursday 28 Jul 16, 17:27 Répondre en citant ce message   

Je ne sais pas si ça a une importance pour la démonstration mais les consonnes initiales de ḥatta et de ẖallāba sont différentes :
Celle de ḥatta est une fricative pharyngale sourde. (Point diacritique).
Celle de ẖallāba est une fricative vélaire sourde. (Trait diacritique).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Breoghan



Inscrit le: 20 Dec 2015
Messages: 72
Lieu: France, Galice (Espagne)

Messageécrit le Thursday 28 Jul 16, 18:21 Répondre en citant ce message   

Le castillan médiéval ne connaissant que [h], le [x] de ẖallāba a été adouci en [h]. lors de l’emprunt.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 568
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Thursday 28 Jul 16, 19:11 Répondre en citant ce message   

Oui, l'hypothèse d'une hypercorrection pour falleba paraît plausible également. Je crois en revanche que la réalisation du f dans des mot comme suffrir ou fuego en castillan médiéval n'était pas le [f] labio-dental mais le [ɸ] bilabial, en raison de la répugnance du basque et des langues nées sur substrat euskarien pour les labio-dentales.

En tout cas, dans plusieurs cas en portugais, une consonne "exotique" provenant de l'arabe a été interprétée comme un f :
- alfabaca alḥabáqa : basilic
- alface al-khass : laitue
- alfanje xanjar : dague
- alfazema āl-ḫazami : lavande
- alfombra al-ḥánbal : tapis

Le traitement de ces mêmes consonnes est plus varié en castillan :
- albahaca alḥabáqa : basilic
- alfanje xanjar : dague
- alfombra al-ḥánbal : tapis
- alforza alḥúzza : cicatrice
- alharma alḥarmal : harmel
- alhucema alẖuzáma : lavande aspic
- joroba ḥadúbba : bosse
Dans certains cas, le traitement est le même qu'en portugais (s'agit-il d'emprunts à cette langue ?) mais dans d'autres, l'adaptation se fait par une consonne qui ne contrevient pas au refus des labio-dentale en castillan médiéval. La répugnance pour les labio-dentale a en tout cas été assez forte pour que même un emprunt à l'arabe soient touché par l'évolution f > h :
- alhóndiga alfunduq : magasin aux vivres
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8264
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Thursday 28 Jul 16, 19:29 Répondre en citant ce message   

Voilà une belle petite liste à ajouter aux mots espagnols d'origine arabe !
Quelle diversité de traitement ! On touche du doigt les diverses langues parlées dans la péninsule.
Un beau sujet d'étude, s'il n'a déjà été traité.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 568
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Wednesday 10 Aug 16, 18:29 Répondre en citant ce message   

Pour compléter la démonstration, on peut ajouter à la liste les noms propres adaptés de l'arabe :
- Guadalajara wād al-ḥaŷara : ville de Castille
- Muḥammad donne Mahoma en castillan et Mafoma en portugais. À comparer avec Mahomet en français, bahoumet (tourbillon de fumée) en gascon et Bafom en ancien provençal. Les langues romanes qui connaissaient le son [h] on adapté la lettre par ce son et celle qui ne connaissaient pas le [h] par le son [f].
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8264
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Wednesday 10 Aug 16, 19:09 Répondre en citant ce message   

Pour Guadalajara, c'est encore une autre histoire :
S'il est vrai que ce toponyme signifie "Vallée des pierres", il devait se dire en arabe Wadi-l-ḥiǧāra.
Ce qui signifie que le a tout simplement disparu et que le ǧ a dû d'abord se prononcer /x/ ou /ch/ (comme dans Quichote, Quixote) avant de devenir la jota actuelle.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 568
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Wednesday 10 Aug 16, 19:26 Répondre en citant ce message   

C'est une explication qui se tient. Mais d'où vient donc la forme wād al-ḥaŷara : est-ce de l'arabe andalou et Wadi-l-ḥiǧāra de l'arabe classique ? La wikipédia espagnole donne les formes arabes واد الحجرة ou وادي الحجرة, mais je n'ai pas la compétence pour juger. Je serais curieux de savoir par quels sources on connais cet ancien nom arabe.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8264
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Wednesday 10 Aug 16, 19:36 Répondre en citant ce message   

Pour moi, la forme wād al-ḥaŷara est erronée. Cet y avec un accent circonflexe, je n'ai jamais vu ça nulle part. Il n'est pas rare qu'un ignorant fasse une faute et que cette faute soit allègrement reprise par d'autres ignorants, sans souci de vérification.

Quant au sens, j'ai bien pris la peine de dire "S'il est vrai que...".

Mais je crois qu'on peut faire confiance au Wikipedia espagnol, au moins pour cette page : al-ḥaŷara devait être la prononciation andalouse. Et ce y avec accent doit s'écrire ainsi pour rappeler qu'il vient du ǧ. C'est une sorte de graphie étymologique.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum espagnol Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Page 2 sur 3









phpBB (c) 2001-2008