Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Pléonasmes devenus corrects ou courants - Langues d'ici & d'ailleurs - Forum Babel
Pléonasmes devenus corrects ou courants
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Langues d'ici & d'ailleurs
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
AdM



Inscrit le: 13 Dec 2006
Messages: 431
Lieu: L-l-N (Belgique)

Messageécrit le Monday 14 Feb 11, 1:56 Répondre en citant ce message   

gilou a écrit:
Jacques a écrit:
José a écrit:
- Revolutionary Guard commander Hossein Hamedani said on Tuesday the opposition supporters were "nothing but dead corpses," according to the official news agency IRNA
= le Commandant des Gardiens de la Révolution a dit que les partisans de l'opposition n'étaient que des "cadavres morts", d'après l'agence de presse IRNA

(The Wall Street Journal - 12.02.2011)

Je serais curieux de connaître la version originale en persan (l'article traite de la situation politique en Iran).

Je ne suis pas expert en anglais, mais je trouve cela très expressif, avec une pointe d'humour. En francais, "cadavre mort" me choquerait.
On pense aux morts qui ne sont pas vraiment morts, aux zombies.
On a l'expression homologue "cadavres sans vie" en français journalistique (un anglicisme?)

En l'occurrence, derrière corpses, je lis « enveloppes charnelles ».

Quant à leur mort, il me semble qu'elle est encore à venir, n'est-ce pas ?

++++++++++++++++++

Mais d'autres sources (AFP ?) traduisent différemment :

« “The seditionists (opposition leaders) are nothing but a dead corpse and we will strongly confront any of their movements,” Hamedani told the state news agency IRNA. »

Le singulier me semble alors moins directement faire référence aux personnes mais plutôt au groupe que constituent les opposants au Régime.
= « Un cadavre en sursis ».


Dernière édition par AdM le Monday 14 Feb 11, 2:04; édité 2 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Sxilderik



Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 5
Lieu: Meudon-la-Forêt

Messageécrit le Friday 11 Mar 11, 20:50 Répondre en citant ce message   

Araignée désignait le fil ou la toile que produisait l'araigne.

Toile d'araignée est donc un (ancien) pléonasme. Il semble que le basculement soit repérable dès le XIIIe siècle...

http://www.cnrtl.fr/definition/araign%C3%A9e
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Moutik
Animateur


Inscrit le: 06 Apr 2008
Messages: 1020

Messageécrit le Thursday 31 Mar 11, 7:27 Répondre en citant ce message   

Le menu fretin
Le fretin c’est le petit poisson. Le menu fretin c’est donc le petit petit poisson.

La locution est le plus souvent employée au figuré pour désigner, de manière un peu condescendante, les sans-grades d’un groupe, d’une communauté.
En particulier les petits délinquants, par opposition (ou soumission plutôt) aux vrais malfrats, aux caïds :
« La razzia des condés en basse ville n’avait serré que du menu fretin. »

http://www.languefrancaise.net/bob/ donne aussi :
fretin : Gamin chargé de filer une fille
fretin n. m. < frétin ; fortin > : Poivre

Anc. fr. frait, fret « débris »
Anc. fr. fraindre « briser »
Latin frangĕre « briser, rompre, fracasser, mettre en pièces »
Hoc est non dividere, sed frangere « Ceci n’est pas diviser, mais émietter. » (Cicéron, Gaffiot)
D’une racine indo-européenne *bhreg. Voir la Grande famille de mots BRÈCHE.
Cf. fragment, fracture, fraction, fractale, etc.
Cf. freinte, freinte de route

Le nom est un « collectif » (Je ne connais pas le terme juste en linguistique.), c'est-à-dire qu’au singulier il désigne le plus souvent un ensemble d’individus considéré de manière indivise. Le pluriel est sans doute rare.

Un Carpeau, qui n’étoit encore que fretin,
Fut pris par un pêcheur au bord d’une rivière.
« Tout fait nombre, dit l’homme en voyant son butin ;
Voilà commencement de chère et de festin :
Mettons-le en notre gibecière. »

Jean de la Fontaine, Le petit poisson et le pêcheur, Fables, V, III


Dernière édition par Moutik le Thursday 31 Mar 11, 11:10; édité 2 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Captain Boney Boone



Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 187

Messageécrit le Thursday 04 Aug 11, 13:50 Répondre en citant ce message   

À l'abandon aurait été un pléonasme au XIIIè siècle (cf. abandon (mot du jour)).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
oliglesias



Inscrit le: 20 Oct 2010
Messages: 39
Lieu: Ile de France

Messageécrit le Saturday 20 Aug 11, 15:48 Répondre en citant ce message   

Pour "à l'abandon" je ne pense pas qu'on puisse parler de pléonasme lexical... par contre, il est clair qu'on peut parler de pléonasme morphologique puisqu'on se retrouve avec DEUX prépositions "à" puisque "abandon" serait formé avec la préposition "à"... Mais effectivement, difficile de dire qu'il s'agit d'un pléonasme ici...

Cela me fait penser à "conmigo" en espagnol où "-go" vient de la préposition CUM (en latin MECUM "avec moi") et on a rajouté une nouvelle préposition CUM à l'avant.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3202
Lieu: Massalia

Messageécrit le Saturday 14 Jan 12, 1:47 Répondre en citant ce message   

Israël yiddish חמור־אײזל = a khamer-eyzl : cette expression désigne un coureur de jupon, un âne lubrique.

Khamer est un hébraïsme signifiant âne. Eyzl , terme yiddish d'origine germanique en est un synonyme. " Âne-âne "

Voir aussi fil séducteur/dragueur
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Captain Boney Boone



Inscrit le: 25 Nov 2008
Messages: 187

Messageécrit le Thursday 12 Apr 12, 16:55 Répondre en citant ce message   

Si l'on fait descendre api de la même racine grecque que l'anglais apple et l'allemand Apfel, pomme d'api est un pléonasme.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8207
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Thursday 12 Apr 12, 21:44 Répondre en citant ce message   

... mais comme ce n'est pas le cas (voir TLF), alors ce n'est pas un pléonasme.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
jeannotlapin



Inscrit le: 30 May 2012
Messages: 22
Lieu: Londres

Messageécrit le Sunday 03 Jun 12, 10:38 Répondre en citant ce message   

Je me souviens de l'adjectif homérique (Il. XVIII, 593) alphesiboïos (qui procure des boeufs) : d'après mon professeur, c'était un pléonasme, composé d'une racine sémitique signifiant "boeuf" et de son pendant grec ("bous")...Le sens de cet adjectif serait quelque chose comme "boeuf-boeuf".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Athanasius



Inscrit le: 23 Feb 2009
Messages: 242
Lieu: Dinant

Messageécrit le Sunday 03 Jun 12, 10:53 Répondre en citant ce message   

jeannotlapin a écrit:
Alphesiboïos... le sens de cet adjectif serait quelque chose comme "boeuf-boeuf".

En quelque sorte, oui! En hébreu, אלף (aleph) signifie «mille», mais aussi «bétail», «bœufs», «bêtes à cornes». La lettre aleph (א) représente hiéroglyphiquement une tête de bœuf.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
jeannotlapin



Inscrit le: 30 May 2012
Messages: 22
Lieu: Londres

Messageécrit le Sunday 03 Jun 12, 11:03 Répondre en citant ce message   

Merci !
C'est drôle, je viens de lire que les Grecs anciens avaient coutume d'acheter leur fiancée à coup de boeufs, comme d'autres, je suppose, à coup de chameaux ou de millions...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Athanasius



Inscrit le: 23 Feb 2009
Messages: 242
Lieu: Dinant

Messageécrit le Sunday 03 Jun 12, 11:22 Répondre en citant ce message   

jeannotlapin a écrit:
Les Grecs anciens avaient coutume d'acheter leur fiancée à coup de bœufs.

Tirée de l'inévitable Etymologicon magnum (73, 4 à 7):

Citation:
L'épithète s'appliquait aux jeunes filles pour lesquelles on trouvait (réunissait) des bœufs offerts pour leur beauté [pour celle des jeunes filles, je suppose! N.d.t.]. En effet, les Anciens donnaient du bétail comme cadeaux de mariage. C'est un terme pars pro toto, puisque anciennement c'étaient (surtout) les bœufs qui avaient du prix.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10763
Lieu: Lyon

Messageécrit le Monday 08 Apr 13, 10:33 Répondre en citant ce message   

Extrait du MDJ abbé :

Glossophile a écrit:
Quiconque a un peu lu le Nouveau Testament sait que le mot abba signifie père. C'est dans le NT que les chrétiens ont puisé le terme, araméen plutôt que syriaque.

Vu l'étymologie, l'expression père abbé est une redondance.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10763
Lieu: Lyon

Messageécrit le Tuesday 21 Jan 14, 13:41 Répondre en citant ce message   

Embatérienne a écrit:
Depuis, l’actualité de fin d’année en Ukraine a projeté au premier rang le maïdan, et notamment la place Maïdan à Kiev, place où s’effectuaient les rassemblements protestataires. Le blog des correcteurs du Monde, LSP, en a fait le sujet d’un billet, auquel j’emprunte beaucoup, y compris dans les commentaires des lecteurs.
La question était : Mais pourquoi donc, neuf ans après la “révolution orange” (en Ukraine), continuer à dire et écrire “la place Maïdan”, littéralement “la place de la Place”, alors que cette place (maïdan) a un nom : l'Indépendance, Майдан Незалежності !

Lire l'excellent MDJ maïdan midan meydan (français).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Moutik
Animateur


Inscrit le: 06 Apr 2008
Messages: 1020

Messageécrit le Tuesday 13 Oct 15, 0:05 Répondre en citant ce message   

Voici une expression entendue souvent ces jours-ci, à propos de la réforme des collèges et de l’enseignement du latin et du grec :

option facultative

Option, subst. fém. ENSEIGN. Matière, enseignement à option, ou option. Matière, enseignement, qui complète les parties obligatoirement étudiées, et sur lesquels un candidat peut choisir d'être contrôlé. (TLFi)

Optionnel, elle, adj. Qui n'est pas obligatoire, donne lieu à un choix. ➙ facultatif. Les enseignements optionnels. (Le Petit Robert)

Facutatif, ive, adj. Qu'on peut faire, employer, observer ou non. Épreuves d'examen facultatives. Matières facultatives d'un programme d'étude (cf. À option). (Le Petit Robert)

L’expression pourrait donc passer pour un pléonasme. Sauf à supposer des enseignements optionnels obligatoires… Et là, surprise, ça existe bel et bien :

« En plus des enseignements communs à tous les élèves, chaque élève suit un enseignement optionnel obligatoire de deuxième langue vivante en classe de quatrième et peut suivre un ou deux enseignements optionnels facultatifs organisés dans les conditions définies en annexe. »
Arrêté du 26-12-1996 (JO du 8-1-1997)

Ici, dans le mot optionnel, c’est la notion « qui donne lieu à un choix » qui est à retenir. Dans le premier cas, l’élève peut choisir d’apprendre le russe, l’allemand, le chinois, mais il doit absolument apprendre une deuxième langue. Dans le second, en plus des matières obligatoires, il peut suivre des cours de latin, de grec, d’autres langues.

Ce n’est donc pas un pléonasme.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Langues d'ici & d'ailleurs Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
Page 6 sur 7









phpBB (c) 2001-2008