Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Poèmes français de Fiodor Tiouttchev - Livres, chansons & films - Forum Babel
Poèmes français de Fiodor Tiouttchev

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Livres, chansons & films
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
telephos



Inscrit le: 13 Feb 2008
Messages: 332
Lieu: Montréal

Messageécrit le Sunday 21 Feb 10, 1:08 Répondre en citant ce message   

Fiodor Tiouttchev (1803-1873), qui s'est distingué dans la poésie lyrique russe, a écrit des poèmes en français. En voici quelques-uns :

Nous avons pu tous deux, fatigués du voyage,
Nous asseoir un instant sur le bord du chemin –
Et sentir sur nos fronts flotter le même ombrage,
Et porter nos regards vers l'horizon lointain.

Mais le temps suit son cours et sa pente inflexible
A bientôt séparé ce qu'il avait uni, –
Et l'homme, sous le fouet d'un pouvoir invisible,
S'enfonce, triste et seul, dans l'espace infini.

Et maintenant, ami, de ces heures passées,
De cette vie à deux, que nous est-il resté ?
Un regard, un accent, des débris de pensées. –
Hélas, ce qui n'est plus a-t-il jamais été ?
(1838)

-------------------------------------

Que l'homme est peu réel, qu'aisément il s'efface ! –
Présent, si peu de chose, et rien quand il est loin.
Sa présence, ce n'est qu'un point. –
Et son absence – tout l'espace.
(1842)

-------------------------------------

Un rêve

"Quel don lui faire au déclin de l'année ?
Le vent d'hiver a brûlé le gazon,
La fleur n'est plus et la feuille est fanée,
Rien de vivant dans la morte saison..."

Et consultant d'une main bien-aimée
De votre herbier maint doux et cher feuillet,
Vous réveillez dans sa couche embaumée
Tout un Passé d'amour qui sommeillait...

Tout un Passé de jeunesse et de vie,
Tout un Passé qui ne peut s'oublier...
Et dont la cendre un moment recueillie
Reluit encore dans ce fidèle herbier...

Vous y cherchez quelque débris de tige -
Et tout à coup vous y trouvez deux fleurs...
Et dans ma main par un secret prodige
Vous les voyez reprendre leurs couleurs.

C'étaient deux fleurs : l'une et l'autre était belle,
D'un rouge vif, d'un éclat peu commun...
La rose brille et l'oeillet étincelle,
Tous deux baignés de flamme et de parfum...

Et maintenant de ce mystère étrange
Vous voudriez reconnaître le sens...
Pourquoi faut-il vous l'expliquer, cher ange ?..
Vous insistez. Eh bien soit, j'y consens.

Lorsqu'une fleur, ce frêle et doux prestige.
Perd ses couleurs, languit et se flétrit,
Que du brasier on approche sa tige,
La pauvre fleur aussitôt refleurit...

Et c'est ainsi que toujours s'accomplissent
Au jour fatal et rêves et destins...
Quand dans nos coeurs les souvenirs pâlissent.
La Mort les fait refleurir dans ses mains...
(1847)

-------------------------------------

Un ciel lourd que la nuit bien avant l'heure assiège,
Un fleuve, bloc de glace et que l'hiver ternit –
Et des filets de poussière de neige
Tourbillonnant sur des quais de granit...

La mer se ferme enfin... Et le monde recule,
Le monde des vivants, orageux, tourmenté...
Et, bercé aux lueurs d'un vague crépuscule
Le pôle attire à lui sa fidèle cité...
(1848)

-------------------------------------

Lamartine

La lyre d'Apollon, cet oracle des dieux,
N'est plus entre ses mains que la harpe d'Éole,
Et sa pensée – un rêve ailé, mélodieux
Qui flotte dans les airs bercé par sa parole.
(1849)

-------------------------------------

Comme en aimant le coeur devient pusillanime,
Que de tristesse au fond et d'angoisse et d'effroi !
Je dis au temps qui fuit : arrête, arrête-toi,
Car le moment qui vient pourrait comme un abîme
S'ouvrir entre elle et moi.

C'est là l'affreux souci, la terreur implacable,
Qui pèse lourdement sur mon coeur oppressé.
J'ai trop vécu, trop de passé m'accable,
Que du moins son amour ne soit pas du passé.
(1849-1851)

-------------------------------------

Vous, dont on voit briller, dans les nuits azurées.
L'éclat immaculé, le divin élément,
Étoiles, gloire à vous ! Splendeurs toujours sacrées !
Gloire à vous qui durez incorruptiblement !

L'homme, race éphémère et qui vit sous la nue,
Qu'un seul et même instant voit naître et défleurir,
Passe, les yeux au ciel.- Il passe et vous salue !
C'est l'immortel salut de ceux qui vont mourir.
(1850)

-------------------------------------

Des premiers ans de votre vie
Que j'aime à remonter le cours,
Écoutant d'une âme ravie
Ces récits, les mêmes toujours...

Que de fraîcheur et de mystère.
En remontant ces bords heureux !
Quelle douce et tendre lumière
Baignait ce ciel si vaporeux !

Combien la rive était fleurie,
Combien le flot était plus pur !
Que de suaves rêveries
Se reflétait dans son azur !...

Quand de votre enfance incomprise
Vous m'avez quelque temps parlé,
Je crois sentir dans une brise
Glisser comme un printemps voilé...
(1851)

-------------------------------------

D'après Michel-Ange

Oui, le sommeil m'est doux ! plus doux – de n'être pas !
Dans ces temps de malheur et de honte suprême
Ne rien voir, rien sentir, c'est la volupté même !...
Craignez de m'éveiller... de grâce..., parlez plus bas...
(1855)

-------------------------------------

À E. N. Annenkova

D'une fille du Nord, chétive et languissante,
Éclose à l'ombre des forêts,
Vous, en qui tout rayonne et tout rit et tout chante,
Vous voulez emprunter les traits ?

Eh bien, pardonnez-moi mon doute involontaire,
Je crains que l'on dise, en voyant ce tableau :
"C'est l'oranger en fleur, tout baigné de lumière,
Qui veut simuler un bouleau".
(1858)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jean-Charles
Animateur


Inscrit le: 15 Mar 2005
Messages: 3142
Lieu: Helvétie

Messageécrit le Sunday 21 Feb 10, 4:45 Répondre en citant ce message   

Ces poèmes-là sont très joliment troussés.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
telephos



Inscrit le: 13 Feb 2008
Messages: 332
Lieu: Montréal

Messageécrit le Sunday 21 Feb 10, 17:39 Répondre en citant ce message   

J'aime surtout le premier.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Pixel



Inscrit le: 14 Dec 2004
Messages: 968
Lieu: Au pays des grenouilles, avec vue sur la mare...

Messageécrit le Sunday 26 Sep 10, 12:21 Répondre en citant ce message   

Je retombe sur cette page, et j'aime beaucoup le premier également sourire
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
telephos



Inscrit le: 13 Feb 2008
Messages: 332
Lieu: Montréal

Messageécrit le Sunday 30 Dec 12, 21:02 Répondre en citant ce message   

Pour quelque chose de plus exhaustif, voir cette page :

http://www.ruthenia.ru/tiutcheviana/stihi/france.html#1
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Livres, chansons & films
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008