Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
tarif, almée et ouléma (français) - Le mot du jour - Forum Babel
tarif, almée et ouléma (français)

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8264
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Tuesday 02 Aug 11, 22:27 Répondre en citant ce message   

De même que le français avec ses deux verbes synonymes savoir et connaître, l’arabe dispose de deux racines exprimant les notions de savoir, connaissance, science, etc.

1. La racine عرف [ʿrf] dont un dérivé, تعريف [taʿrīf], « annonce, avis, information, tarification » est l’étymon du français tarif.

2. La racine علم [ʿlm] dont un dérivé, عالم [ʿālim], « sachant ; connaisseur, érudit, expert, savant » est l’étymon de deux mots français :

- almée (d'abord écrit almé), issu de عالمة [ʿālima], féminin singulier de عالم [ʿālim]. L’almée, danseuse orientale, faisant aussi profession de chanter et d'improviser des vers dans les fêtes, est donc « celle qui sait, qui est experte (à la danse) ».

La délicieuse Almée qui se roulait le soir sur ses tapis, qui faisait sonner tous les grelots de son amoureuse folie, réconciliait promptement un homme jeune avec l'Anglaise insensible et dure...
H. DE BALZAC, Le Lys dans la vallée, 1836, p. 285.

- ouléma (parfois écrit uléma), issu de علماء [ʿulamāʾ], masculin pluriel du même عالم [ʿālim]. Ce mot, qui signifie « docteur de la loi musulmane, interprète du Coran », a transité par le turc sans subir la moindre déformation. C'est un bon exemple de pluriel pris pour un singulier, ce qui est relativement courant dans les emprunts de mots arabes par le français, et probablement par d'autres langues. (Voir notamment le cas du grec moderne foukaras dans fakir.)

Des hommes allaient en avant, portant de longues perches garnies à leur sommet de guirlandes de clinquant et de fleurs en papier ; ils étaient suivis par des ulémas qui chantaient des versets du Koran (DU CAMP, Nil, 1854, p. 10).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 2709
Lieu: Nissa

Messageécrit le Friday 05 Aug 11, 15:45 Répondre en citant ce message   

Papou JC a écrit:
… courant dans les emprunts de mots arabes par le français …

Ni pour le grec moderne foukaras, ni pour le français uléma, il ne s'agit d'emprunt à l'arabe. Je ne crois pas qu'il soit prudent d'oublier l'histoire des mots. Dans le cas de foukaras, l'intermédiaire turc m'a semblé essentiel pour comprendre le changement de nombre. Celui d'uléma est plus complexe et ma faible compétence en turc ne me parmet que d'évoquer des pistes.

— d'abord, le turc ulema semble nettement en perte de vitesse ; on ne le trouve pas dans les dictionnaires bilingues et une recherche sur Google (en turc) ne donne que 534000 occurrences contre 1900000 pour alimler, le pluriel d'alim selon les règles de la grammaire turque ;

— ensuite, il semble que les personnes que désigne ce nom se présentent naturellement en groupe et que l'emploi d'un vocable au singulier soit peu fréquent ; appelés à prendre des décisions, à donner des points de vue, des interprétations de la Loi, on parlera le plus souvent de « Conseil des uléma(s) », où le parenthésage du s rend compte d'un usage assez fréquent sur la toile d'un pluriel invariable, plus proche de la forme turque (et donc arabe) ; ceci ne permet pas de faire un compte de fréquence uléma/ulémas et c'est aussi impossible en turc pour alim/alimler en raison de l'emploi de Alim comme prénom ; j'ai d'ailleurs remarqué que, quand on parle d'un seul uléma (sic), on utilise plus volontiers la formule « le cheikh Untel » ;

— voici enfin les entrées du dictionnaire étymologique de Nişanyan qui concernent ces mots, afin que les arabisants puissent vérifier les formes les concernant ; je ne traduirai le turc que s'il y a une demande sérieuse en ce sens :

Citation:
ulema ~ Ar ˁulamāˀ علماء [çoğ.] alimler, bilginler < Ar ˁālim عالم [#ˁlm] → alim

alim ~ Ar ˁālim عالم [#ˁlm fa.] ilim sahibi, bilen, bilgin < Ar ˁalama علم bildi → ilim

ilim/ilm- ~ Ar ˁilm علم [#ˁlm msd.] bilgi, özellikle teorik bilgi, bilim < Ar ˁalama علم bildi, anladı, iz ve işaretleri yorumlayarak bilgiye ulaştı
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 2776
Lieu: Paris

Messageécrit le Friday 05 Aug 11, 16:27 Répondre en citant ce message   

C'est bon.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8264
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Friday 05 Aug 11, 17:03 Répondre en citant ce message   

@ Outis : Je ne crois pas, moi, que l'intermédiaire turc joue un rôle quelconque dans ce type d'emprunts. Tu as parfaitement compris que les mots en questions désignent généralement des groupes d'hommes qui se manifestent peu individuellement, si bien qu'un non arabophone (grec, turc, français, etc.) peu au fait de ce que c'est qu'un pluriel interne en vient à appliquer l'appellation aussi bien à l'individu qu'au groupe. Le mot foukaras est donc bien à l'origine un pluriel arabe qui est devenu à l'arrivée un singulier grec. Que ce mot ait transité par le turc, c'est vraisemblable, et ne sachant pas le turc, je ne sais pas ce que les Turcs ont fait de ce mot arabe, seul m'intéresse le résultat en grec moderne, résultat que je ne peux interpréter d'une autre manière. De toutes façons, une des deux langues, le turc ou le grec, a opéré cette transformation. C'est tout ce que je voulais dire. Je l'ai relevé non comme un cas particulier ou une exception mais justement parce que ce n'est pas un cas isolé.

On pourrait en dire autant de ouléma : peu m'importe le traitement que le turc a fait subir à ce mot. Il me suffit de constater que c'est un pluriel arabe à l'origine et un singulier français à l'arrivée. Je crois que c'est ça qui peut être intéressant pour ceux de nos lecteurs qui s'intéressent plus à l'histoire des mots français qu'à celle des mots turcs ou espagnols, pour ne citer que deux des plus importantes langues de transit entre l'arabe et le français.

A part ça tu peux constater par toi-même que ʿulamāʾ est ici bien transcrit en arabe dans ton dictionnaire. Si tu y compares la fin du mot avec celle de fuqarāʾ, tu auras immédiatement la réponse que tu attends de l'auteur, et la preuve que ni embatérienne ni moi ne sommes de doux rêveurs ...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 2776
Lieu: Paris

Messageécrit le Friday 05 Aug 11, 19:09 Répondre en citant ce message   

Papou JC a écrit:
On pourrait en dire autant de ouléma : peu m'importe le traitement que le turc a fait subir à ce mot. Il me suffit de constater que c'est un pluriel arabe à l'origine et un singulier français à l'arrivée.

Ça dépend des dictionnaires. Littré précisait, à ulema :
Citation:
ULÉMA (u-lé-ma) s. m. pl.
REMARQUE
1. L'Académie, qui dans ses exemples ne donne que le pluriel, et avec raison, y met à tort une s : le corps des ulémas.
2. C'est abusivement que l'on dirait au singulier un uléma.
ÉTYMOLOGIE
Arabe, oulemâ, les savants, pluriel de alîm, docte.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8264
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Friday 05 Aug 11, 19:23 Répondre en citant ce message   

Va dire à Monsieur Toutlemonde qu'il doit dire "un alim, des ouléma", "un forum, des fori", "un walkman, des walkmen", etc. Je vois d'ici la réaction !
Ah, les voeux pieux des académiciens, de certains grammairiens et lexicographes, et leur totale impuissance face à la vox populi !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 2776
Lieu: Paris

Messageécrit le Saturday 06 Aug 11, 0:47 Répondre en citant ce message   

Dieu merci ! De même que le bon peuple dit fort justement un touareg, des touaregs, un taliban, des talibans. Je trouve pour ma part ridicule d'importer dans notre langue des complexités qui n'ont rien à y faire. On a déjà oeil, yeux, ça suffit comme irrégularités.
En plus, ce serait plutôt des fora que des fori, et walkman étant une marque déposée, elle reste walkman(R) au pluriel !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 2709
Lieu: Nissa

Messageécrit le Saturday 06 Aug 11, 11:51 Répondre en citant ce message   

Beaucoup de choses mériteraient de longs commentaires. Je ne ferai que picorer.

Papou JC a écrit:
… seul m'intéresse le résultat en grec moderne …
Papou JC a écrit:
… peu m'importe le traitement que le turc a fait subir à ce mot …

Cette revendication d'ignorance m'a étonné …

Papou JC a écrit:
… c'est ça qui peut être intéressant pour ceux de nos lecteurs qui s'intéressent plus à l'histoire des mots français qu'à celle des mots turcs ou espagnols …

Je n'ai pas vu là-dedans d'histoire des mots français, sauf bien sûr si on considère que la France est un isolat et que rien n'existe avant naturalisation. Et je crois qu'il y a sur Babel des gens très érudits qui s'intéressent, entre autres, au turc et à l'espagnol …

En outre, je n'écris pas uniquement pour ces érudits mais aussi pour « le bon peuple » et « Monsieur Toutlemonde » qui, même s'ils ne comprennent pas tout, sont peut-être plus intéressés par les mécanismes du langage que vous ne l'imaginez.

Papou JC a écrit:
… ni embatérienne ni moi ne sommes de doux rêveurs ...

Cela me rassure, voilà un créneau qu'on ne me contestera pas …

Je vais retourner à traduire quelque vers de Sappho.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8264
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Saturday 06 Aug 11, 19:54 Répondre en citant ce message   

C'est effectivement une sage décision, car je désespère de te faire comprendre - ou accepter - mon point de vue. Peut-être d'autres, plus habiles que moi et plus savants, y parviendront-ils ? Et sinon, ça n'empêchera pas la Terre de tourner ...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 2709
Lieu: Nissa

Messageécrit le Sunday 07 Aug 11, 11:49 Répondre en citant ce message   

Ne te méprends pas, je comprends fort bien ton point de vue et j'accepte que ce soit le tien. Mais ça s'arrête là, en aucun cas je ne saurais le faire mien. Car nous sommes en face de toute la différence entre un lexicographe — ce que tu es — et un historien — ce que j'aimerais être.

Tu dresses, avec talent, des catalogues de mots, tu les classes et les regroupes par familles. En outre, comme tes illustres prédécesseurs (Littré, etc.), tu indiques leur étymologie, c'est-à-dire, à ton sens, le(s) plus ancien(s) témoignage(s) connu(s) de cette famille.

Si l'on pense qu'un tel travail doive être exécuté — et je ne suis pas loin de le penser — tu le fais fort bien. Mais, je dois l'avouer, le résultat brut ne m'en intéresse que modérément et, pour moi, c'est là que le travail qui me passionne commence. Prenons un exemple.

Tu nous as signalé récemment que « enclin » et « clinique » sont de la même famille. Aucune erreur de ton point de vue. Un non-sens du mien. Suffit-il d'avoir un ancêtre commun pour appartenir à une même famille, où faut-il vivre ensemble, échanger, se connaître ? Je ne crois pas. Ici l'écart sémantique est tel entre les deux mots que leur rapprochement n'apporte strictement rien à la compréhension de l'un ni de l'autre.

Moi, ce qui m'intéresse, c'est comment une idée générale de « se pencher vers » a pu évoluer, d'un côté au sens propre vers le fait de s'allonger puis d'être alité, de l'autre au figuré vers le rapprochement, la manifestation d'un intérêt. J'ai envie de chercher l'Homme et de suivre son chemin.

Et ce n'est qu'une fois que ce travail a été effectué qu'on peut, par exemple, être en mesure de philosopher, de se demander si le malade alité se rapproche de la mort et quelle place pourrait y avoir le clinamen épicurien …
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8264
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Sunday 07 Aug 11, 16:44 Répondre en citant ce message   

Timeo Danaos ...
Tu prends de la hauteur ... Tu m'obliges à disserter, moi aussi ... Désolé si te répondre dûment va me demander un peu de temps, probablement plusieurs jours. Mais la patience n'est certainement pas la moindre de tes vertus. Et puis, il n'y a pas le feu au lac, n'est-ce pas ?

Réglons d'abord son compte à ce paragraphe :
Citation:
Tu nous as signalé récemment que « enclin » et « clinique » sont de la même famille. Aucune erreur de ton point de vue. Un non-sens du mien. Suffit-il d'avoir un ancêtre commun pour appartenir à une même famille, où faut-il vivre ensemble, échanger, se connaître ? Je ne crois pas. Ici l'écart sémantique est tel entre les deux mots que leur rapprochement n'apporte strictement rien à la compréhension de l'un ni de l'autre. etc. etc.

C'est fort bien dit, c'est même très beau ... mais mal choisi comme exemple. Pourquoi ? Tout simplement parce que, quelque part, tu trouveras bien, tu as commis l'erreur de rattacher étymologiquement clin (d'oeil) à enclin. Une fois n'est pas coûtume, ça arrive à tout le monde, à moi plus souvent qu'à toi, mais bon, voilà : moi je commets un non-sens sémantique, et toi une erreur étymologique (que j'ai d'ailleurs corrigée). Chacun son truc. Allez, laissons tomber clin, enclin, clinique et le clinamen épicurien, c'est quelque peu hors sujet. A+ Clin d'œil
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008