Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
soufi (français d'origine arabe) - Le mot du jour - Forum Babel
soufi (français d'origine arabe)
Aller à la page 1, 2  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 10143
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Thursday 24 Jan 13, 11:40 Répondre en citant ce message   

J'ai lu récemment que c'est dans le mot grec σοφός [sophos] qu'il faut voir l'origine de soufi et non dans le mot arabe ṣūf, "laine", ce que je veux bien croire. Car laisser entendre que le nom des soufis leur viendrait du nom de leur vêtement de laine, c'est effectivement un peu léger, quand on y pense, comme explication. Il y a tout lieu de croire qu'il s'agissait d'un exemple typique d'étymologie populaire.
TLF a écrit:
Empr. à l'ar.ṣūfι « soufi », propr. « de laine, vêtu de laine », dér. de ṣūf « laine » parce que les soufis « portaient des vêtements de cette étoffe pour se distinguer du commun des hommes, qui aimaient le faste dans les habits » (d'apr. Ibn Khaldoun, cité ds Lammens, pp. 226-227; v. aussi Silvestre de Sacy ds Notices et extraits des mss de la bibl. du Roi, t. 12, 1repart., 1831, p. 290).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3933
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Thursday 24 Jan 13, 13:30 Répondre en citant ce message   

Il faut se replonger dans les origines du soufisme. Dans quel contexte est-il apparu ?
je pense que le soufisme est né dans la région de Baghdad, dans la seconde partie du VIIIe siècle. Et c'est avant tout un courant mystique.
L'environnement, c'est l'ascétisme. Ce qui se retrouve aussi chez les mystiques chrétiens. Ils vivent reclus du monde, dans un état de renoncement.
Les termes arabes utilisés pour caractériser cet état d'ascétisme sont : zuhd et nusk
On les appelaient les zāhid ou nāsik
Ces termes doivent correspondre à renonçant, pieux.

Il y avait plusieurs groupes.
Certains étaient appelés des "wool wearers" (c'est à dire porteurs de laine) : ils étaient engagés dans la vie sociale.
D'autres étaient des érudits qui ont abandonné l'enseignement et renoncé au monde : c'étaient des "worn wool" (porteurs de laine usée), laine = ṣūf صوف
(source : Sufism, the formative period, Ahmet Karamustafa, 2007)

Dans cet environnement, on peut comprendre que la laine soit le symbole de ce renoncement.

Le faire dériver du grec σοφός pose un problème : ce terme grec est-il vraiment utilisé par les mystiques ?
L'influence grecque repose avant tout sur la science, la philosophie plutôt que la mystique. Nous sommes dans une sagesse produite plutôt par le renoncement que par l'acquisition d'un savoir.


soufisme en arabe : تصوف (taṣawwūf)

La première attestation de ce terme en occident date de 1821 sous la forme ssufismus, dans un ouvrage rédigé en latin et publié à Berolinum (Berlin)
SSufismus, sive Theosophia Persarum pantheistica par August Tholuck

(avec un ss pour transcrire le s emphatique)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 10143
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Thursday 24 Jan 13, 20:51 Répondre en citant ce message   

Xavier a écrit:
Le faire dériver du grec σοφός pose un problème : ce terme grec est-il vraiment utilisé par les mystiques ?

Je ne sais pas, mais le mot σοφός est présent dans au moins deux autres mots arabes : فلسفة [falsafa], "philosophie", et سفسطة [safsaṭa], “sophisme”.
On remarquera que le s initial n'est pas le s emphatique de صوفي [ṣūfī], ce qui parle en faveur de l'étymologie vestimentaire, en dépit de mon incrédulité.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 10143
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Tuesday 25 Jun 19, 17:48 Répondre en citant ce message   

Xavier a écrit:
Il faut se replonger dans les origines du soufisme. Dans quel contexte est-il apparu ?
je pense que le soufisme est né dans la région de Baghdad, dans la seconde partie du VIIIe siècle. Et c'est avant tout un courant mystique.
[...]
L'influence grecque repose avant tout sur la science, la philosophie plutôt que la mystique. Nous sommes dans une sagesse produite plutôt par le renoncement que par l'acquisition d'un savoir.

Sauf que le néoplatonisme a joué son rôle dans l'histoire :
La doctrine plotinienne de l'émanation a influencé le soufi Ibn Arabi, même si ce dernier préfère employer le terme de théophanie (ou manifestation, tajalliyat), et la doctrine de l'unicité de l'être (wahdat al-wujud). Plus généralement, les théologiens et philosophes de l'islam sont familiers des textes de Plotin, comme le dit Netton : « Islamic Neoplatonism developed in a milieu which was familiar with the doctrines and teachings of Plotinus » (Wikipedia : Plotin).

Je n'ai pas lu Plotin mais je suppose qu'il utilise le mot σοφία [sophía] dans un sens qui n'est pas seulement lié au savoir des choses physiques. À la lumière de quoi, j'écrirais maintenant plus volontiers ceci (hypothèse personnelle) :

صوفيّ ṣūfīy, pl. صوفيّة ṣūfīyya “soufi”.
La forme de pluriel صوفيّة ṣūfīyya semble bien avoir été empruntée au grec σοφία [sophía] « sagesse ». Le mot صوفيّ ṣūfīy aura été créé ultérieurement pour lui servir de singulier. Or cette forme existait déjà avec le sens de "laineux". Par étymologie populaire, un rapprochement immédiat avec ﺻﻮﻑ ṣūf « laine » n’a évidemment pas manqué de se faire.

Lire aussi, de Jacques Darriulat, "Plotin, maître de sagesse".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3496
Lieu: Nissa

Messageécrit le Monday 17 Feb 20, 17:20 Répondre en citant ce message   

René Guénon, Le Roi du Monde, note 1 p. 95 écrit :
Citation:
Parmi les écoles bouddhiques qui existent au Japon, il en est une, celle de Gio-dô, dont le nom se traduit par « Terre pure » ; ceci rappelle, d'autre part, la dénomination islamique des « Frères de la Pureté » (Ikhwân Es-Safâ), sans parler des Cathares du moyen âge occidental, dont le nom signifie « purs ». Il est d'ailleurs probable que le mot Sûfî, désignant les initiés musulmans (ou plus précisément ceux qui sont parvenus au but final de l'initiation, comme les Yogîs dans la tradition hindoue), a exactement la même signification ; en effet, l'étymologie vulgaire qui le fait dériver de sûf, « laine » (dont aurait été fait le vêtement que portaient les Sûfîs), est fort peu satisfaisante, et l'explication par le grec sophos, « sage », tout en paraissant plus acceptable, a l'inconvénient de faire appel à un terme étranger à la langue arabe ; nous pensons donc qu'il faut admettre de préférence l'unterprétation qui fait venir Sûfî de safâ, « pureté ».
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 10143
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Monday 17 Feb 20, 17:52 Répondre en citant ce message   

Eh non, hélas, l'hypothèse de Guénon ne tient pas, linguistiquement : aucun mot dérivé de la racine صفو Sfw "être pur" n'a et ne peut avoir la forme صوف Swf ou Sūf.
Rien d'autre que de la laine dans Swf.
Quant à l'argument selon lequel "faire appel à un terme étranger à la langue arabe" est un inconvénient... Passons.

Citation:
Selon le philosophe Umberto Eco, Guénon est un des principaux représentants de la pensée hermétique contemporaine, dont il critique la méthode argumentative fondée sur l'analogie et la ressemblance plutôt que sur le discernement de la rationalité occidentale (avec les principes de non-contradiction et de tiers exclu). Il explique son propos dans Les Limites de l'interprétation : « Presque toutes les caractéristiques de la pensée hermétique sont réunies dans les procédés d'argumentation d'un de ses épigones contemporains : René Guénon ». Eco appuie son propos par une étude critique de Le Roi du monde, un ouvrage de Guénon qu'il étudie selon l'approche de la sémiotique et dans lequel il relève en particulier l'usage très fréquent, et selon lui abusif, d'affirmations sans sources, de « on dit », d'étymologies présumées souvent fondées sur de simples proximités phonétiques et d'analogies vagues qui forment finalement un discours visant davantage à conforter le lecteur dans ses convictions qu'à démontrer rationnellement ses affirmations.
(Wikipedia).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 3434
Lieu: Paris

Messageécrit le Monday 17 Feb 20, 19:18 Répondre en citant ce message   

Je pense que l'étymologie de soufi est condamnée à rester mystérieuse.
Mais on ne peut pas rejeter un rapport entre SFW et SWF qui ne diffèrent que par une métathèse. Tu nous a habitués à voir beaucoup de parentés insoupçonnées entre des mots/racines qui ne diffèrent entre eux que par une simple métathèse.
Rappel de quelques hypothèses :
https://books.google.fr/books?id=AN5KebBJxzcC&pg=PA87#v=onepage&q&f=false
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 10143
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Monday 17 Feb 20, 19:31 Répondre en citant ce message   

(Je ne parle jamais de métathèses mais d'étymons.)
Il faut deux conditions pour affirmer l'existence d'un même étymon dans deux racines :
1. L'existence d'au moins deux racines non ambigües (= n'ayant qu'un seul étymon possible ; les racines ambigües en ont trois) construites sur les deux mêmes consonnes.
2. Une équivalence sémantique nette entre ces deux racines.

Or, dans le cas qui nous intéresse ici, les racines Swf et Sfw satisfont bien à la première condition mais non à la deuxième. En effet, il n'y a pas la moindre trace de laine dans Sfw "pureté" ni la moindre trace de pureté dans Swf "laine".

La seule racine à laquelle on pourrait formellement rattacher le soufisme est bien celle qui désigne la laine. Seuls des ignorants se croient autorisés à le rattacher à l'autre racine. Évidemment, c'est plus satisfaisant pour l'esprit : "les Soufis, c'est les Cathares de l'Islam". Ben voyons. Mais c'est tout bonnement impossible. Aucun spécialiste de lexicologie arabe ne me contredira.

Si l'on écarte la laine, qui sent fort l'étymologie populaire, qu'est-ce qui reste ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3496
Lieu: Nissa

Messageécrit le Tuesday 18 Feb 20, 9:00 Répondre en citant ce message   

Certains se délectent de citations tronquées quand elles servent leur point de vue. Par exemple, l'article de Wikipedia (s.u. René Guénon) cité plus haut se continuait par :
Citation:
Ces analyses d'Umberto Eco ont été contestées par l'auteur guénonien Patrick Geay qui, dans sa thèse de doctorat publiée sous le titre de Hermès trahi (1996), reproche au sémioticien italien d'avoir « manqué de rigueur dans sa démarche et de prudence dans ses conclusions ».
Puis, on poursuit :
Citation:
En revanche, l'historien des religions Mircea Eliade s'est montré plutôt réceptif aux thèses guénoniennes, considérant « que cette doctrine est considérablement plus rigoureuse et valable que celle des occultistes et hermétiques des xixe siècle et xxe siècle.

Je ne suis ni pour, ni contre, aucune des hypothèses sur l'étymologie du mot soufi, je ne parle jamais de ce que j'ignore. Je me contentais de verser une pièce au dossier, mais je supporte mal les citations partielles et partiales …
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 10143
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Tuesday 18 Feb 20, 9:15 Répondre en citant ce message   

Il m'avait semblé qu'en l'occurrence un illustre inconnu comme l'auteur guénonien (de surcroît) et l'historien des religions, bien que célèbre, ne pesaient pas très lourd en face du grand sémioticien Umberto Eco, dont je n'ai même pas besoin pour appuyer ma thèse. D'ailleurs, ce n'est même pas une thèse, c'est un fait vérifiable par un débutant.

Il ne suffit pas d'embrasser l'Islam pour devenir un expert en langue arabe, c'est même contre-productif, la tentation étant alors très forte de faire de la langue du Coran - si tant est qu'on soit capable de lire le texte original - celle de Dieu lui-même et donc la mère de toutes les langues. Imaginer que l'arabe ait besoin d'emprunter à d'autres langues relève alors quasiment du blasphème.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3496
Lieu: Nissa

Messageécrit le Tuesday 18 Feb 20, 10:15 Répondre en citant ce message   

Vos jugements, monsieur, n'engagent que vous. Mon point de vue personnel est que, si Eco est un excellent romancier, il se la pète un peu comme sémioticien. Dans cette discipline, mes préférences vont, de loin, à Barthes et Greimas. Chacun ses idoles …
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 10143
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Tuesday 18 Feb 20, 10:23 Répondre en citant ce message   

Moi je n'ai pas d'idoles, Dieu merci !
Bof, quel rapport tout cela a-t-il avec le sujet ?


Dernière édition par Papou JC le Tuesday 18 Feb 20, 11:12; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
AdM
Animateur


Inscrit le: 13 Dec 2006
Messages: 681
Lieu: L-l-N (Belgique)

Messageécrit le Tuesday 18 Feb 20, 11:11 Répondre en citant ce message   

Quand on cite des références, il n'est pas anormal de les soumettre à une évaluation critique.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 10143
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Tuesday 18 Feb 20, 11:19 Répondre en citant ce message   

C'est bien ce qu'il m'avait semblé devoir faire. Surtout quand l'auteur cité a été un ésotériste connu et un européen converti à l'Islam, mais dont on n'a jamais entendu dire qu'il ait eu une connaissance de la langue arabe allant au-delà de quelques formules coraniques apprises par coeur. Et encore...
Or il se trouve que Eco a fait une étude critique de l'ouvrage même d'où est extraite la citation d'Outis. Je n'allais pas passer ça sous silence.
Tout cela m'aura au moins permis de balayer définitivement l'hypothèse "pure", rencontrée ici pour la première fois, et pour cause ! C'est déjà quelque chose.

En guise de dessert, voici le genre de choses écrites par Guénon : Il y a aussi d’autres correspondances, avec les éléments, les qualités sensibles, les sphères célestes, etc. ; les lettres de l’alphabet arabe, étant au nombre de vingt-huit, sont également en relation avec les mansions lunaires (La science des lettres).
Il n'y a que 23 "lettres" en hébreu. Peut-être que la lune s'attarde plus longtemps au-dessus de la péninsule arabique...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3933
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Tuesday 18 Feb 20, 13:10 Répondre en citant ce message   

à propos de l'article de Wikipédia :
Citation:
En revanche, l'historien des religions Mircea Eliade s'est montré plutôt réceptif aux thèses guénoniennes, considérant « que cette doctrine est considérablement plus rigoureuse et valable que celle des occultistes et hermétiques des xixe siècle et xxe siècle.


Tout d'abord, je me méfie de Wikipédia quand ce site traite de certains sujets comme l'ésotérisme.

Cette citation provient d'un numéro des Cahiers de l'Herne consacré à René Guénon : (page 241)
https://studylibfr.com/doc/8603482/cahier-de-lherne-n-49-gue-non

Il s'agit d'une note de Mircea Éliade suite à cette phrase :
"Il est évidemment impossible de résumer ici la doctrine de Guénon"

La note est :
"Hâtons-nous d’ajouter que cette doctrine est considérablement plus rigoureuse et valable que celle des occultistes et hermétiques des XIXe et XXe siècles. Pour un aperçu de la question, voir [...]"
Éliade cite ensuite des livres (qui ne sont pas les siens)

La doctrine de Guénon est plus rigoureuse et valable que celle des autres "occultistes et hermétiques".
Mais cela ne veut pas dire que Mircea Éliade considère que la doctrine de Guénon est rigoureuse et valable.
Les occultistes et hermétiques sont des gens sérieux aux yeux des adeptes de l'ésotérisme, mais en dehors de ces cercles d'initiés, il ne sont pas vraiment pris au sérieux...

Dans cet article, Mircea Éliade écrit :
Guénon proclame la décadence irrémédiable du monde occidental dont il annonce la fin.
[...]
L'historien des religions doit résister à la tentation de prédire ce qui arrivera dans le proche avenir.

L'auteur de l'article de Wikipédia prend une citation de Mircea Éliade qui n'est qu'une note à son article et, en la retirant de son contexte, lui donne un sens différent.
Ce qu'il écrit n'est pas faux, mais c'est quand même tendancieux. Ce n'est pas objectif.

Concernant Mircea Éliade , on peut aussi lire :
Impostures et pseudo-science : l'œuvre de Mircea Eliade, par Daniel Dubuisson (2005)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2









phpBB (c) 2001-2008