Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Buergbrennen - Forum allemand - Forum Babel
Buergbrennen
Aller à la page 1, 2  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum allemand
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Isleifson



Inscrit le: 01 Nov 2012
Messages: 80
Lieu: Munnerëf

Messageécrit le Tuesday 12 Feb 13, 15:50 Répondre en citant ce message   

Fil divisé à partir du MDJ brandir.

Le terme Buergbrennen qui désigne une coutume luxembourgeoise ( équivalent de la fête des brandons) a une étymologie controversée. Officiellement, le premier élément du terme viendrait du verbe latin burere ( brûler) , le deuxième brennen en est l'équivalent germanique: brûler. Rejsl



Voir aussi dans le forum Culture et traditions le fil Buergbrennen.

Isleifson a dit :
Bon, reste a trouver maintenant la relation entre le latin burere et le germanique Brand.
Voir ici

http://projetbabel.org/forum/viewtopic.php?t=18257
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Isleifson



Inscrit le: 01 Nov 2012
Messages: 80
Lieu: Munnerëf

Messageécrit le Tuesday 12 Feb 13, 18:02 Répondre en citant ce message   

Personnellement je doute très fort du lien entre le terme Buergbrennen et le terme burere. C'est une étymologie du dix-neuvième siècle, pendant la chasse au fonds de mots romans contenue dans le luxembourgeois pour ce différencier du Hochdeutsch.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3202
Lieu: Massalia

Messageécrit le Tuesday 12 Feb 13, 18:27 Répondre en citant ce message   

La page Wikipedia allemand concernant ce même terme en allemand Burgbrennen ( ce qu'on appelle donc en français tradition des brandons ) indique pour etymologie le verbe latin comburo ( 1.personne, comburere à l'infinitif = brûler), pour le premier élément Buerg/Bourg. Cela donnerait une sorte de pléonasme puisque brennen ( même famille étymologique que brandir)

Mais que proposez-vous à la place? Si vous pensez que ce Burg/Buerg ne vient pas du latin, il faut montrer qu'il vient d'ailleurs...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Isleifson



Inscrit le: 01 Nov 2012
Messages: 80
Lieu: Munnerëf

Messageécrit le Tuesday 12 Feb 13, 19:11 Répondre en citant ce message   

Il faut se tourner vers l'ethnologie. Vers la fin du dix-neuvième siècle cette coutume tend a disparaître. Vers 1930 elle commence de nouveau a se développer. Aujourd'hui pratiquement tous les villes et villages sont concernés. Si on analyse les lieux ou elle n'a jamais disparue, on trouve que c'est toujours sur les hauteurs ou se trouvait une forteresse préhistorique en français éperon barré, en luxembourgeois Allbuerg, en allemand, Fliehburg , en anglais hill-fort. La Buerg, donc le bûcher se trouve toujours a l'endroit ou il y avait un fort préhistorique. La Buerg n'est rien d'autre que une reconstruction du fort mythique qui si trouvait.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3202
Lieu: Massalia

Messageécrit le Thursday 14 Feb 13, 1:45 Répondre en citant ce message   

Il est vrai que l'étymologie latine ne me convainc pas trop. Cela supposerait une étymologie populaire qui aurait transformé le terme latin jusqu'à produire donc ce Buerg .

Rappellons pour les non-germanistes que Buerg est l'équivalent luxembourgeois du Burg allemand ( château-fort médiéval) qui nous a donné le bourg, le bourgeois et la bourgeoisie.

Je n'avais jusque-là jamais rencontré ce terme au sens de bûcher , puisque c'est là le sens que les gens lui donnent dans ce contexte. J'ai lu donc des reportages ( en allemand) expliquant que c'est alors le nom donné directement à ce bûcher.

Pami ceux qui pensent comme vous qu'il faut voir dans la forteresse médiévale ( Burg/Buerg) l'étymologie de ce mot, on trouve diverses explications qui ne concordent pas.

1) Selon vous, le bûcher est toujours dressé sur une hauteur ( ce qui est d'ailleurs confirmé dans d'autres régions de France, d'Allemagne ou de Suisse où des coutumes similaires ont cours) et le mot rappelerait l'ancienne fortification défensive .

Des questions se posent : * le rôle d'un château-fort dans une coutume dont on dit qu'elle remonte à bien avant le christianisme et correspondait au besoin, désir, de chasser les esprits ou dieux symbolisant l'hiver?

* Alors que cette même coutume a lieu dans les Ardennes, en diverses régions d'Allemagne, en Suisse, pourquoi ne trouve-t-on cette évocation mythique du Burg qu'au seul Luxembourg? Pourquoi ne trouve-t-on aucune trace en Mittelhochdeutsch ( moyen haut-allemand) de cette acception de Burg ( bûcher)?

2) D'autres auteurs font remonter ce type de coutume à l'ancienne pratique des peuples germaniques d'incinérer les morts. Le mot Burg n' évoquerait pas alors la hauteur sur laquelle se pratique la cérémonie mais la forme de donjon ( tour de bois) qu'aurait eu le bûcher ( sorte de construction évoquant la forme d'un castrum de bois) . C'est un peu ce que dit Marden sur le fil Buergbrennen ( forum culture) où le terme buire désignerait une construction, une hutte.

3) D'autres encore s'appuient sur le vieux norrois où dans une ou plusieurs écrits de l'Edda, Brynhild qui souhaite être incinérée aux côtés de Sigurd fait préparer le bûcher :




Je me garderai de tout traduire, mais on peut voir que ce bûcher funéraire est désigné en vieux norrois par borg , traduit à droite en allemand par Burg et que le poète décrivant lyriquement les futures funérailles d'une reine compare cette dernière demeure à son château qui doit disparaître avec elle. Disons qu'elle donne l'ordre de construire un Burg assez spatieux pour contenir tous ceux qui seront aux côtés de Sigurd dans la mort puis qu'elle indique qu'il convient de le ceindre de tentes et d'étendards, d'y déposer les défunts et le héros ( Sigurd) à ses côtés pour y être brûlés ensemble.

La référence au bûcher est claire. Mais, c'est une métaphore poétique...


4) Dans le même esprit , d'autres s'appuient sur les gloses malbergiennes de la Lex Salica où on trouve le terme chleoburgio qui désigneraient selon les uns la construction ( style tumulus) faite pour recevoir les restes d'un défunt, mais où d'autres voient directemeznt une référence au bûcher, les Francs ayant pour habitude d'incinérer les morts. Cette loi est rédigée en latin sauf pour certains termes spécifiques , en langue franque , qui posent parfois question.


Je constate qu'il y a plusieurs hypothèses avec des explications différentes et le moins qu'on puisse dire c'est que rien n'est certain. Je vois mal comment les anciens poèmes des Germains nordiques auraient pu influencer le parler usuel de populations rurales du Luxembourg durant des siècles ni pourquoi seuls dans le monde des langues germaniques, les Luxembourgeois auraient gardé ces réminiscences linguistiques et culturelles lointaines...

Disons que ces interrogations existent et qu'il est intéressant de faire une petite synthèse des diffrentes explications. La vôtre, Isfleison, se situe parmi celles-là. Est-elle plus crédible?


Dernière édition par rejsl le Thursday 14 Feb 13, 17:27; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8212
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Thursday 14 Feb 13, 5:32 Répondre en citant ce message   

Citation:
Le terme Buergbrennen qui désigne une coutume luxembourgeoise ( équivalent de la fête des brandons) a une étymologie controversée. Officiellement, le premier élément du terme viendrait du verbe latin burere ( brûler) , le deuxième brennen en est l'équivalent germanique: brûler.
Voir ICI

En allant voir là comme indiqué ci-dessus, on trouvera un post de Marden du 13 février qui donne toute une liste de variantes du premier élément. Pour l'ignorant que je suis des langues germaniques, j'en déduis naïvement que le Buerg luxembourgeois n'est qu'une variante de plus à ajouter à cette liste. Le g est probablement épenthétique. La cause de l'épenthèse est probablement l'existence de l'hyperfréquent terme désignant la forteresse médiévale dont nous avons beaucoup parlé sous bourg.

Quant à la présence du germanique brennen, j'y vois un de ces cas de redondance bilingue dont les langues sont familières. (Voir ce fil).

En bref, ce mot me semble un parfait représentant de la situation luxembourgeoise, centre de gravité, point de rencontre entre latinité et germanité.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Isleifson



Inscrit le: 01 Nov 2012
Messages: 80
Lieu: Munnerëf

Messageécrit le Thursday 14 Feb 13, 17:06 Répondre en citant ce message   

Ne privons pas nos lecteurs de la beauté sauvage de l'Edda,

"...et maintenant construisons une Burg sur la lande
d'une telle grandeur que tous ceux
qui ont suivi Sigurd dans la mort
y trouvent place.
Entourez la Burg avec des tapis et des boucliers
avec des linceuls richement brodés
et avec les tués, brûlez le héros hunnique à mes côtés"


Cela me paraît important, vu la discussion animée sur le sujet-Burg,Bourg.
Sur les autres points , je vais y revenir.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Isleifson



Inscrit le: 01 Nov 2012
Messages: 80
Lieu: Munnerëf

Messageécrit le Thursday 14 Feb 13, 20:55 Répondre en citant ce message   

Il ne faut pas confondre château-fort du moyen-âge avec les forts préhistoriques.Les forts préhistoriques Fluchtburgen en allemand que Pfeiffer appelle Volksburgen, hill-fort en anglais, les préhistoriens français parlent de

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89peron_barr%C3%A9

ces forts sont parfois devenue des castel romains et plus tard des château-fort. La plupart sont resté ceux qu'ils étaient: des fortifications sommaires, cachées dans la forêt et non habité en permanence. Au moyen-âge et même pendant la guerre de trente ans ils ont toujours été utilisé par la population en cas de danger.

C'est sur ces hauteurs qu'on brûlait traditionnellement le bûcher appelé Burg.


Dans l'Eifel voisine on parle de Hüttenfeuer, la on retrouve donc le terme buire, la hutte.

Maintenant, peut on utiliser des écrits islandais du treizième siècle fait par des écrivains vaguement christianisé, pour expliquer des coutumes de populations germaniques ou germanisé
du moyen-âge a l'époque actuelle, c'est une question qui divise les historiens et les ethnologues.

Un excursion sur Wikipedia nous montre cependant que la tradition du Buergbrennen luxembourgeois a impressionné la nombreuse colonie islandaise du Luxembourg au point de juger nécessaire de consacrer un article dans le Wikipedia islandais à ce sujet.


Reste que la ou la tradition a perduré depuis toujours, les hauteurs ou la Buerg est brûlé s'appellent, Schanzbierg, Buergbierg, Allbuerg, tous ces noms étant synonyme de fort préhistorique.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8212
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Thursday 14 Feb 13, 21:53 Répondre en citant ce message   

Tiens, tiens, en bas de la page dont vous donnez l'adresse, il est question de la petite ville poitevine de Béruges. Voilà un g qui réapparait là où on ne l'attendait pas ...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3202
Lieu: Massalia

Messageécrit le Thursday 14 Feb 13, 22:51 Répondre en citant ce message   

Certes, le terme Burg a d'abord désigné une sorte de tour ou de palissade de défense située sur une hauteur, avant de devenir le château-fort, nous sommes bien d'accord. Les linguistes vont même plus loin. Burg est en rapport étroit ( Ablaut= alternance vocalique) avec Berg ( hauteur, mont, montagne) , autrement dit avant de désigner la fortification temporaire sur la hauteur, le mot Burg ( burc) désignait en premier le relief : la hauteur fortifiée ( befestigte Höhe) qui servait de refuge en cas de besoin.

Le terme est apparenté au *brig- celtique qui donne brī ( colline, hauteur) en moyen irlandais et brig à l'accusatif ( source Pfeifer)

Les toponymes que vous avez donnés pour désigner le nom des hauteurs où se pratiquent ces coutumes du Buergbrennen désignent bien ces lieux de refuge du tout début du Moyen Âge.

Mais cela ne prouve pas que le Brueg de Buergbrennen y trouve vraiment son origine. L'observation de Papou qui a dû également être celle des linguistes qui ont proposé une origine latine semble judicieuse:

Dans les régions avoisinantes où on trouve les mêmes coutumes avec les mêmes caractéristiques, les termes semblent linguistiquement apparentés. On y reconnaît plus facilement une étymologie latine , romane, avec le sens de brûler. Pourquoi imaginer que dans une région voisine, les populations aient eu une autre référence pour la même pratique? Le fait que ces populations soient devenues germanophones avec l'arrivée des Francs peut aussi expliquer une transformation du terme comme l'a expliqué Papou, avec une épenthèse ( ajout d'un G ) par attraction avec le Burg (parenté phonétique + le sens hauteur). Ce serait effectivement une étymologie populaire .

Dans ce cas, je ne dirais pas que l'ajout de brennen en deuxième terme soit une redondance propre à l'allemand. C'est que le sens d'origine du premier terme s'étant perdu, l'ajout du brennen ( brûler) devenait nécessaire ( l'allemand est une langue tout de même précise) puisqu'il s'agit bien avant tout de faire des feux.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8212
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Friday 15 Feb 13, 3:33 Répondre en citant ce message   

C'est très exactement ce que je voulais dire mais tu le formules mieux. Je précise donc que la plupart des redondances dont je parle plus haut sont inconscientes. Dans le fil auquel je renvoie, il y a le très bon exemple de Mongibeddu. Quant les Siciliens utilisent ce mot, ils ne savent évidemment pas qu'ils disent en fait "montagne" deux fois de suite, une première fois en latin et la deuxième fois en arabe.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Isleifson



Inscrit le: 01 Nov 2012
Messages: 80
Lieu: Munnerëf

Messageécrit le Friday 15 Feb 13, 10:43 Répondre en citant ce message   

Bien, maintenant il nous faut un spécialiste des langues romanes pour nous expliquer l'étymologie de buire , la hutte.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 2749
Lieu: Paris

Messageécrit le Friday 15 Feb 13, 11:39 Répondre en citant ce message   

On peut déjà lire ce que dit le TLFi de la buire au sens de récipient, vase :
Citation:
ÉTYMOL. ET HIST. − Ca 1175 (Chr. de Troyes, Chevalier lion, 2876 dans T.-L.). Orig. obsc. Peut-être issu d'un a. b. frq. *būri « récipient » (germ. *būrja-), ce type en i̭ étant à rapprocher du germ. *būr-« cabane », v. bure « puits de mine »; le sens de « récipient » semble pouvoir être attribué à *būri et *būrja- d'apr. le suisse all. bür « grand récipient en forme de cuve où l'on presse et conserve le séret », qui représente une extension du sens de « maison » (hyp. de V. Günther dans FEW t. 15, 2, p. 16). Une dér. de l'a. fr. buie « cruche » (xiies. dans Gdf.), lui-même issu du frq. *būk « ventre » [all. Bauch] (Dauzat 1973; v. aussi Dauzat dans R. de Philol. fr., t. 26, 1912, pp. 72-73; EWFS2) fait difficulté du point de vue phonét., ne pouvant expliquer le -r- − Un rattachement à une base préromane *burros (J. Hubschmid dans Romanica helvetica, t. 54, 1955, pp. 82-85) qui serait à relier à une famille préromane et préslave dont les représentants sont attestés dans le nord des Balkans et le Frioul, fait difficulté du point de vue géographique.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8212
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Friday 15 Feb 13, 12:46 Répondre en citant ce message   

On trouvera ICI une longue discussion entre rédacteurs de Wikipedia sur le mot buron / buiron, "cabane".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Isleifson



Inscrit le: 01 Nov 2012
Messages: 80
Lieu: Munnerëf

Messageécrit le Friday 15 Feb 13, 21:27 Répondre en citant ce message   



Merci pour ces contributions fort intéressantes. Comme on parle de hauteurs occupé par des forts préhistoriques, j'ai cherché du côté des constructeurs de ces forts.

Et la on trouve les celtes de la civilisation de la tène, ceux la ont justement incinéré leurs morts pour après confier l'urne à une sorte de hutte en pierre dont le nom allemand est Hüttengrabstein, pierre tombale en forme de hutte.

On trouve ces pierres tombales sur les mêmes hauteurs.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum allemand Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2









phpBB (c) 2001-2008