Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
holocauste (français) - Le mot du jour - Forum Babel
holocauste (français)
Aller à la page 1, 2  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3584
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Saturday 18 May 13, 12:32 Répondre en citant ce message   

L'holocauste désigne dans le judaïsme antique un sacrifice religieux d'un animal entièrement brulé sur un autel.
Ce terme vient du latin holocaustum, du grec ὁλόκαυστον, formé de ὅλος (tout, entier) et καυστός, καυτός (brûlé) du verbe καίω

Ce terme apparait notamment dans le premier chapitre du Lévitique (I, 9)
Dans la vulgate, le terme employé est holocaustum, dans la Bible de Jérusalem, ou la Tob : holocauste.

Cependant, ce terme pouvant apparaître comme ambigu (l'holocauste désigne aujourd'hui essentiellement le génocide juif perpétré par les nazis),
La nouvelle Bible Segond écrit : "C'est un holocauste, une offrande consumée par le feu, une odeur agréable pour le SEIGNEUR."
On trouve aussi, sans le terme holocauste :
sacrifice entièrement consumé (Bible en français courant)
sacrifice complètement brûlé (Colombe)

Le terme hébreu utilisé est :
עלה 'olah : à l'origine, ce qui est offert sur l'autel (idée de monter, d'apporter quelque chose sur l'autel). ce terme désigne aussi un escalier (voir Ezéchiel 40, 26)


On fait un holocauste, on offre un bélier en holocauste.

Par extension, ce terme désigne un sacrifice sanglant de caractère religieux : l'holocauste du Christ sur la croix (c'est à dire le sacrifice du Christ)

Puis ce terme a désigné un sacrifice (dans un contexte religieux ou non) : On s'offre en holocauste à Dieu, à la patrie...

Notre sacrifice n'est point un simple sacrifice ; mais c'est un holocauste où toute la victime doit être consommée.
(Louis Bourdaloue, 1838)

Charles Baudelaire, Les épaves :
Comprends-tu maintenant qu'il ne faut pas offrir
L'holocauste sacré de tes premières roses
Aux souffles violents qui pourraient les flétrir ?


L'holocauste désigne aussi par métonymie, la victime.

Enfin, ce terme désigne une destruction totale, un anéantissement.

Napoléon Peyrat, dans son Histoire des Albigeois (ou cathares) écrit : l'holocauste de Montségur (1872 )



Concernant le génocide juif, ce terme apparait à la fin de la guerre dans des textes anglais (holocaust est un emprunt au français, dès le Moyen Âge).

En 1958, François Mauriac écrit dans son Bloc-notes :
L'holocauste énorme, indéfiniment ravitaillé, et auquel tous les peuples d'Europe pourvoient; huit millions d'innocents torturés et brûlés, sans compter ce que dévore la bataille.

Dans un autre sens, Mauriac utilisait ce terme pendant la guerre, en 1944 :
si l'Europe − chrétienne toujours − même dans les pays où elle se croit à jamais détachée du Christ − survivra à l'holocauste indéfiniment renouvelé de son héroïque jeunesse.
(il s'agit du sacrifice de la jeunesse européenne)



L'état d'Israël utilise le terme hébreu שׁואה Shoah qui signifie catastrophe.
Ce terme a peu à peu éclipsé celui de holocauste en français, en particulier depuis le film de Claude Lanzmann en 1985.
L'anglais emploie le terme holocaust.


Enfin, le Nouveau Testament utilise le grec ὁλοκαύτωμα

Évangile de Marc (12, 33) :
Un scribe dit à Jésus : « Fort bien, Maître, tu as eu raison de dire qu'il est unique et qu'il n'y en a pas d'autre que Lui : l'aimer de tout son cœur, de toute son intelligence et de toute sa force, et aimer le prochain comme soi-même, vaut mieux que tous les holocaustes et tous les sacrifices. »
(Bible de Jérusalem)
sacrifice : θυσία

dans la Vulgate : majus est omnibus holocautomatibus, et sacrificiis.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8207
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Saturday 18 May 13, 12:49 Répondre en citant ce message   

Voir aussi la grande famille SOLDAT.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Glossophile
Animateur


Inscrit le: 21 May 2005
Messages: 2097

Messageécrit le Saturday 18 May 13, 15:14 Répondre en citant ce message   

Petite précision : ce terme est également en usage chez les Grecs : sacrifier cent bœufs, c'est une hécatombe, brûler entièrement la victime, c'est un holocauste.
L'holocauste est le sacrifice suprême, et suprêmement désintéressé, car il ne permet pas la consommation des viandes, comme dans l'hécatombe. L'usage était de partager la victime entre les dieux et les hommes, la part des dieux était brûlée, pour que les dieux en hument la fumée, la part des hommes était consommée en commun lors d'un pantagruélique banquet.
Je ne me souviens plus quel est l'auteur qui fait dire à Jupiter que les hommes lui réservent la peau, les os et les sabots et gardent la viande pour eux.

Je demande où sont, dans la Shoah, le désir de plaire aux dieux, la générosité et le désintéressement...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3584
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Saturday 18 May 13, 18:40 Répondre en citant ce message   

Le sens du mot dans le contexte nazi est massacre et non sacrifice. C'est effectivement ambigu.
Pourquoi ce terme s'est-il imposé ?
On aurait très bien pu dans le même sens appeler cet évènement l'Hécatombe. Cependant, ce terme grec n'a rien de biblique, et n'évoque en rien le judaïsme.
Le terme hébreu 'olah correspond uniquement au sens premier de holocauste.

Le terme génocide date de cette époque (1944). Mais il fait référence à un peuple et non au peuple juif en particulier.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Glossophile
Animateur


Inscrit le: 21 May 2005
Messages: 2097

Messageécrit le Sunday 19 May 13, 17:02 Répondre en citant ce message   

Citation:
Le sens du mot dans le contexte nazi est massacre et non sacrifice. C'est effectivement ambigu.

J'irais même jusqu'à dire que c'est carrément un contre-sens...
On passe de l'holocauste des Cathares à Mont-Ségur, véritable sacrifice volontaire de leur part, car s'ils avaient renié leur foi, ils auraient eu la vie sauve, au massacre pur et simple de victimes qui n'ont aucun choix, Arméniens, juifs, Cambodgiens, Tutsi. Là où il n'y a pas démarche volontaire, il n'y a pas sacrifice.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3584
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Sunday 19 May 13, 17:28 Répondre en citant ce message   

Le sens du mot concernant l'"holocauste cathare", c'est massacre et certainement pas sacrifice.
Le massacre cathare n'est pas de la même nature que le massacre juif, qui est un génocide. Cela est clair.

On rencontre aussi ce terme pour désigner le massacre de la Saint-Barthélémy :
Cette ville [Alençon], que ne souilla point l'effrayant holocauste de la Saint-Barthélemy
Les jeunes voyageurs, ou Lettres sur la France, Étienne-Constant Taillard (1821)

Et aussi chez George Sand, Histoire de ma vie.
La république rêvée en juillet aboutissait aux massacres de Varsovie et à l'holocauste du cloître Saint-Merry.

Il s'agit d'un massacre qui a fait une centaine de morts du côté des insurgés républicains (contre la monarchie de Louis-Philippe en 1832).

L'emploi de ce terme est quand même très rare.
Et je pense que peu de gens connaissaient la signification de ce terme quand il a été utilisé, à l'origine, pour désigner le génocide juif.
Comme plus tard, le terme shoah.


Dernière édition par Xavier le Sunday 19 May 13, 17:35; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8207
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Sunday 19 May 13, 17:32 Répondre en citant ce message   

Les glissements de sens, l'évolution sémantique, tout de même, c'est monnaie courante, on ne parle presque que de ça sur Babel...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3202
Lieu: Massalia

Messageécrit le Sunday 19 May 13, 22:23 Répondre en citant ce message   

Ce terme holocauste a été effectivement critiqué par l'ensemble des communautés juives car , comme il est signalé plus haut, il n'y avait aucune dimension divine, aucune notion de sacrifice dans ce qui n'a été que la volonté et la tentative d'exterminer , de rayer tout un peuple de la surface de la Terre.

C'est la première raison pour laquelle le mot Shoah s'est imposé ( mis à part la sphère anglo-saxonne) et pas simplement parce que l'Etat d'Israël l'a adopté . Shoah= catastrophe, anéantissement . C'est bien un mot biblique, mais il a lui aussi suscité des critiques.

En effet dans la Bible il est employé en lien avec des causes naturelles ( éruption , tempête ...)
Or, l'extermination programmée du peuple juif n'était en rien le fait d'une cause naturelle, d'une sorte de fatalité .
Les yiddishophones par exemple ne l'ont pas adopté: en yiddish, lorsqu'on parle du génocide juif on emploie le mot

חורבן = khurbn ( mot lui aussi issu de l'hébreu , khurban, qui signifie destruction, extermination.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3584
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Monday 20 May 13, 0:01 Répondre en citant ce message   

Ce qui fait le succès d'un terme, surtout quand on est face à un choix, c'est la facilité à le prononcer.
ḥurban me semble plus juste (c'est le terme utilisé, me semble-t-il pour la destruction du temple de Jérusalem) mais bien plus difficile à prononcer.
shoah a le mérite d'être plus simple.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3202
Lieu: Massalia

Messageécrit le Monday 20 May 13, 10:14 Répondre en citant ce message   

Oui et non.
Oui, ḥurban est aussi un mot biblique , employé pour la destruction du Temple.
Pour le reste, c'est en fait une question qui ne s'est jamais posée ainsi...

Si je présente le mot yiddish khurbn ( équivalent de ḥurban) , c'est qu'il est intéressant , me semble-t-il , de savoir par quel mot les principaux concernés ( sur les six millions officiels de Juifs exterminés lors de ce génocide , cinq millions étaient des yiddishophones) , les survivants et leurs descendants ont nommé cette extermination. Et ce, tout de suite, pendant et juste après .

Dans les poèmes, écrits clandestins, retrouvés cachés après la mort de leur auteur, ici ou là, dans des camps ou des ghettos, apparaît déjà ce khurbn. Mais c'est un mot littéraire qui pour tous reliait ce qui venait de se passer à la destruction du Temple, vécue jusqu'alors comme la pire chose étant arrivée au peuple juif.

Pour la langue française et pour l'ensemble des langues européennes , Shoah et khurban n'ont jamais été en concurrence et la facilité de prononciation n'a pas eu à jouer un rôle . Après la guerre, en France, on a parlé de génocide , un néologisme puisque créé par un juriste juif polonais, Raphaël Lemkîn en 1944 .Et c'est seulement le film de Claude Lanzmann "Shoah" qui a fait d'abord connaître ce terme en France en 1985 et est à l'origine de sa popularité. Hurban est simplement resté inconnu de l'ensemble des francophones.

Mais pour les Juifs, ces deux mots d'une même langue ( en hébreu ou en yiddish oú shoah existe aussi) ne présentaient pas de différence quant à la difficulté de prononciation: hurban( khurbn) était tout aussi connu et prononcé que shoah puisque la destruction du Temple est souvent évoquée dans la vie religieuse .

Shoah a officiellement été adopté en Israël dans les années 50 , et les députés israéliens ne se sont pas posé la question de la prononciation par les autres peuples lorsqu'en 1953 ils ont voté la création du mémorial de Yad Vashem en hommage aux millions de gens exterminés dans la Shoah. C'est à partir de ce texte que le terme devient officiel.

Peut-être est-ce parce que le sentiment général était celui d'une catastrophe s'étant abattue sur l'ensemble du peuple juif , alors que hurban a gardé une empreinte trop littéraire .
Je pense qu'au moment de l'adoption du terme par ceux qui parlaient hébreu , c'est ce qui a prévalu : les analyses théoriques, les critiques sont venues après. Élie Wiesel par exemple, a été un des premiers à regretter et critiquer le terme Shoah pour les raisons données plus haut et à signaler qu'il lui préférait hurban ( khurbn).

Mais le terme s'était déjà imposé, et lui aussi employait le terme commun. Khurbn ne s'emploie donc qu'en yiddish. Actuellement, nul ne propose ou ne pense à un changement. Je donnais simplement des informations supplémentaires sur ce sujet du choix du terme désignant le génocide juif .
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8207
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Monday 20 May 13, 10:39 Répondre en citant ce message   

Vieux mot sémitique, racine kh-r-b, Akk kharabu, Heb kharav, Syr kherab, Arabe خرب ẖaraba = kharaba, même sens (dévaster, détruire, ruiner, ...)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3584
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Monday 20 May 13, 11:07 Répondre en citant ce message   

Quand je parle de facilité de prononciation, je pense uniquement à la langue française.
Pourquoi Lanzmann a-t-il appelé son film Shoah et non Hurban ? Il avait peut-être une préférence pour le premier terme, mais je pense que s'il avait choisi le second terme, il aurait eu des difficultés à passer dans la langue française.
Et le choix d'un titre doit quand même être clair sur le plan de la prononciation, surtout quand il s'agit d'un mot étranger.
Et problème aussi pour la graphie en français : Hourbane, Khourbane ?

Concernant Israël, pourquoi a-t-il adopté ce terme plutôt que l'autre, je ne peux pas me prononcer concernant l'hébreu. Que ce soit en yiddish ou en hébreu, le terme ḥurban ne devrait pas poser de problème.
cependant, quand je lis que ce tu écris, je pense que ce serait bien de faire connaitre ce terme.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3202
Lieu: Massalia

Messageécrit le Monday 20 May 13, 12:16 Répondre en citant ce message   

Le choix de Lanzmann est assez facile à expliquer, il l'explique d'ailleurs lui-même.

S'il est issu d'une famille juive ashkénaze dont les ancêtres ont parlé yiddish, ce n'était plus le cas au moment de sa naissance. Ses grands-parents puis ses parents avaient pris d'énormes distances avec cette culture. Claude Lanzmann ne parle et ne comprend ni le yiddish ni l'hébreu et , c'est ce qu'il dit, c'est justement parce qu'il ne comprenait pas le mot Shoah qu'il l'a choisi. En 1985, il savait qu'en Israël on désignait ainsi le génocide mais Lanzmann qui n'avait pas reçu d'éducation religieuse et se considérait comme athée n'y voyait pas de corrélation. C'était un mot incompréhensible pour lui : il explique que la Shoah en soi est une monstruosité incompréhensible , il pensait qu'il ne fallait pas chercher à comprendre ce mal absolu, mais qu'il fallait, par contre, le décrire. C'est en cela que ce mot, un peu mystérieux, lui semblait convenir .
D'autre part, il n'a jamais pensé ou prévu que grâce à lui, ce terme allait devenir familier aux Français au point d'entrer dans le lexique de la langue. En cela il n'a pas eu de réflexion de linguiste...

Lanzmann ne s'est pas non plus posé la question du mot khurbn parce qu'il ne parlait ni ne comprenait le yiddish. Il n'avait jamais entendu parler de ce terme.

Voici un extrait d'interview où il s'en est expliqué:

Citation:
« Si j’avais pu ne pas nommer ce film, je l’aurais fait. Comment aurait-il pu y avoir un nom pour nommer un événement sans précédent dans l’histoire ? Je disais “la chose”. Ce sont des rabbins qui ont trouvé le nom de Shoah. Mais cela veut dire anéantissement, cataclysme, catastrophe naturelle. Shoah, c’est un mot hébreu que je n’entendais pas, que je ne comprends pas. C’est un mot court, infracassable. Un mot opaque que personne ne comprendra. Un acte de nomination radicale. Un nom qui est passé dans la langue, sauf aux États-Unis. »
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10763
Lieu: Lyon

Messageécrit le Thursday 17 Oct 13, 15:21 Répondre en citant ce message   

- Le cappelle in cemento riservate agli immigrati sono in fila, una dietro l’altra, monumenti ignoti del nuovo olocausto.
= Les chapelles en ciment réservées aux immigrés sont alignées l'une derrière l'autre, monuments inconnus de la nouvelle hécatombe.

[ Il Corriere della Sera - 17.10.2013 ]

(contexte : obsèques des immigrés africains, plus de 300, qui ont péri noyés le 3 octobre dernier au large de Lampedusa)


Italien olocausto
- holocauste
- ici : hécatombe

Je pense qu'on n'emploierait jamais holocauste dans ce contexte dans la presse française.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10763
Lieu: Lyon

Messageécrit le Tuesday 27 Jan 15, 12:20 Répondre en citant ce message   

On commémore aujourd'hui la libération, il y a 70 ans, du camp d'Auschwitz.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2









phpBB (c) 2001-2008