Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
בשורה [besora] (hébreu) - Le mot du jour - Forum Babel
בשורה [besora] (hébreu)

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3584
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Wednesday 05 Feb 14, 16:02 Répondre en citant ce message   

בְּשׂוֹרָה (besora, bessora) signifie "bonne nouvelle". Ce mot correspond au grec εὐαγγέλιον qui a donné en français Évangile.

du verbe hébreu בָּשַׂר (basar, bassar) : apporter, annoncer une bonne nouvelle

Ce terme a un correspondant arabe.

Dans l'Évangile de Luc (4, 18) Jésus lit un passage du livre du troisième Isaïe (Isaïe 61, 1) :
L'Esprit du Seigneur est sur moi,
parce qu'il m'a consacré par l'onction (celui qui est oint : le messie (de l'hébreu), le christ (du grec))
pour porter la bonne nouvelle aux pauvres (...)

Jésus s'identifie à Isaïe.

En hébreu moderne, Évangile (du Nouveau Testament) se traduit par : בשורה

On trouve aussi "bessora tova" pour désigner l'Évangile. (tov = bon) Ce qualitatif semble être redondant ?

On retrouve cette expression dans 2 Samuel 18, 27 :
בשורה טובה
traduit en grec par :
εὐαγγελία ἀγαθή

La King James traduit par "good tidings", les Bibles contemporaines par "good news"
La belle bonne nouvelle ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 2749
Lieu: Paris

Messageécrit le Wednesday 05 Feb 14, 17:46 Répondre en citant ce message   

Xavier a écrit:
du verbe hébreu בָּשַׂר (basar, bassar) : apporter, annoncer une bonne nouvelle
Ce terme a un correspondant arabe.

Oui, c'est l'une des deux racines arabes بشر bašara. L'une d'elle est en rapport avec l'homme, l'humanité. L'autre est en rapport avec la bonne nouvelle.
bušrā, c'est la bonne nouvelle, glad tidings.
bišāra, aussi, mais également l'annonciation ou l'évangile.
bašīr et mubaššir signifie le héraut, le messager, l'évangéliste, le missionnaire.
Néanmoins le mot usuel pour évangile est إنجيل ʾinǧīl.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3584
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Wednesday 05 Feb 14, 18:44 Répondre en citant ce message   

Le mot arabe إنجيل (Injil) pour désigner l'Évangile vient du grec (par l'intermédiaire d'une autre langue ?). Il est présent dans le Coran (par exemple 9, 111 où il est question de la Torah, l'Évangile et le Coran)

Existe-t-il un rapport entre la "bonne nouvelle" et l'"être humain" ?

Dans le Coran, Mohammed est présenté comme le porteur de bonne nouvelle ("annonciateur") dans certaines traductions : bashir voir 35, 24 :
Nous t'avons envoyé, en toute vérité, en tant qu'annonciateur et avertisseur

Adam est considéré comme le "père de l'humanité" : Abu al-bashar
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 2749
Lieu: Paris

Messageécrit le Wednesday 05 Feb 14, 19:07 Répondre en citant ce message   

Xavier a écrit:
Existe-t-il un rapport entre la "bonne nouvelle" et l'"être humain" ?

Je n'en sais rien. Wehr et Reig présentent deux entrées distinctes mais d'autres dictionnaires mélangent tout. Cette page rassemble les différents sens :
Citation:
Définitions :

v.
بَشَّرَ : annoncer à quelqu’un une bonne nouvelle
بَشَّرَ : promettre

n.
بَشَر - البَشَر : gens, humanité, être humain
بِشْر : allégresse, bonheur, enjouement, gaieté, joie, jovialité
مبشرا : porteur d'une nouvelle, celui qui porte une bonne nouvelle / messager qui apporte une nouvelle aux humains

Autres sens divers liés à cette racine:

1. Peler en enlevant l'écorce, dépouiller d'écorce, de peau extérieure. 2. Raser (les moustaches). 3. Dévorer toutes les récoltes au point de rendre un pays comme pelé et nu 3. f. 0. Réjouir quelqu'un eu lui portant une bonne nouvelle 4. en général, Annoncer à quelqu'un une nouvelle bonne ou niauvaise.
- Se réjouir de quelque chose
- Porte-leur la bonne nouvelle {avec ironie) du châtiment douloureux (qui les attend).
- 1. Réjouir quelqu'un par quelque nouvelle. 2. Avoir un commerce charnel avec une fennne, la voir, av. ace. de la p. 3. Se coller à quelque chose.4. S'occuper de quelque chose, traiter une affaire ; livrer combat
- 1 . Bonne nouvelle. 2. Cadeau que reçoit le porteur d'une bonne nouvelle. 3. Beauté. 4. Action de peler, d'ôter l'écorce.
- 1. Nouvelle vraie, bonne ou mauvaise (qui cause une émotion et change la couleur du visage). Spécialem. 2. Bonne nouvelle. 3. Évangile. 4. Cadeau que reçoit le porteur d'une bonne nouvelle
1. Porteur d'une nouvelle bonne et attendue. 2. Beau, d'un beau corps (se dit des hommes et des animaux).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3584
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Wednesday 05 Feb 14, 20:11 Répondre en citant ce message   

En hébreu biblique, בָּשָׂר (basar) désigne la chair, ce terme est apparenté à la même famille selon James Strong, et apparenté à l'arabe (voir le sens de "peau")

Selon Gesenius, le verbe בָּשַׂר aurait alors un sens à l'origine qui exprimerait l'idée de beauté, d'où l'idée de rendre joyeux en annonçant une bonne nouvelle.
D'où l'idée de peau, de chair, par lesquelles la beauté du corps est perçue.

Plutôt tiré par les cheveux !
Mais cela expliquerait le lien entre ces deux termes dans le dictionnaire arabe.

Selon le dictionnaire de Klein (fin XXe), donc plus récent, il s'agit de deux termes distincts : bonne nouvelle // chair, corps, créature, pulpe.
Il le compare à l'arabe bashar et l'éthiopien bsr (peau)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3202
Lieu: Massalia

Messageécrit le Thursday 06 Feb 14, 0:00 Répondre en citant ce message   

Citation:
On trouve aussi "bessora tova" pour désigner l'Évangile. (tov = bon) Ce qualitatif semble être redondant ?


C'est étrange, parce qu'en yiddish בשורה que nous prononçons psure ne désigne pas en soi une bonne nouvelle. Cela signifie une nouvelle, une annonce importante.

En revanche justement, בשורה-טובֿה = psure-toyve, équivalent de l'hébreu bessora tova signifie bonne nouvelle ( donc Evangile pour les chrétiens) ou simplement bonne nouvelle pour les juifs.
S'y oppose בשורה-רעה = psure-roe ,Bsora ra'a en hébreu qui signifie mauvaise nouvelle.

Lors des hébraïsmes, le yiddish reste en règle générale très près du sens original des mots, il en transforme la prononciation en empruntant les termes mais garde en principe rigoureusement le sens donné par le texte biblique ( Torah ou Talmud).
Voilà pourquoi , à priori et sauf erreur , il n'y aurait pas de redondance. Le premier terme בשורה n'a pas je crois ce sens de bonne nouvelle mais seulement de nouvelle importante. c'est peut-être la traduction ou l'interprétation grecque / latine qui a donné cette impression?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3584
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Thursday 06 Feb 14, 1:15 Répondre en citant ce message   

Chouraqui traduit ce terme par "annonce".

En français, heur vient du latin augurium (augure qui peut être bon ou mauvais), pourtant heur a un sens positif (bon augure) : heur et malheur. On dit heureux et malheureux, et non bienheureux.

Les différents dictionnaires (hébreu, arabe, éthiopien) parlent de "bonne nouvelle". Mais le sens à l'origine est peut-être annonce, nouvelle (devenue, sous entendu, bonne), comme l'évolution du sens de heur.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 2749
Lieu: Paris

Messageécrit le Thursday 06 Feb 14, 9:28 Répondre en citant ce message   

En arabe aussi, ce peut être une mauvaise nouvelle, comme noté plus haut :
Nouvelle vraie, bonne ou mauvaise (qui cause une émotion et change la couleur du visage). Spécialem. 2. Bonne nouvelle.
Le sens de "bonne nouvelle" est spécialisé, comme en français le mot critique, qui peut encore être favorable ou défavorable, s'est spécialisé dans le sens défavorable.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8212
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Monday 10 Feb 14, 21:47 Répondre en citant ce message   

Xavier a écrit:
Le mot arabe إنجيل (Injil) pour désigner l'Évangile vient du grec (par l'intermédiaire d'une autre langue ?

Oui, probablement le syriaque. Pratiquement tous les mots arabes d'origine grecque ont transité par le syriaque.

Xavier a écrit:
Existe-t-il un rapport entre la "bonne nouvelle" et l'"être humain" ?

Non, aucun. Il suffit de consulter le dictionnaire de Rajki pour le constater. L'homonymie actuelle n'était encore que paronymie en akkadien :

- bashar : humanity [Akk bishru (small child), Heb basar (meat), JNA pisra (humanity), BAram bisra, Uga bshr, Phoen bshr]

- bashara : bring news [Akk busurtu (news), Heb besora, Mal bxara (news), basra (prediction), Hrs abeser (announce), Amh besrat (news), Tig bshr (announce), Uga bshrt] Swa bashiri borrowed from Ar
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3202
Lieu: Massalia

Messageécrit le Monday 10 Feb 14, 22:15 Répondre en citant ce message   

Citation:
Les différents dictionnaires (hébreu, arabe, éthiopien) parlent de "bonne nouvelle". Mais le sens à l'origine est peut-être annonce, nouvelle (devenue, sous entendu, bonne), comme l'évolution du sens de heur.


Pour l'hébreu comme pour le yiddish, je persiste à dire que בְּשׂוֹרָה n'indique pas la nature de la nouvelle ou de l'annonce. Seul l'ajout du qualificatif tova ou au contraire ra'a précise s'il s'agit d'une bonne ou mauvaise nouvelle. L'évolution dont tu parles n'existe ni en hébreu moderne ni en yiddish et à mon avis n'était pas non plus présente à l'origine dans la Torah.
Je continue, pour l'instant, de penser qu'il s'agit d'une interprétation lors de la traductiion.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3584
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Tuesday 11 Feb 14, 11:05 Répondre en citant ce message   

Cela a peut-être été influencé par l'arabe avec cette idée : joyeux > réjoui d'avoir reçu une bonne nouvelle > bonne nouvelle > nouvelle
Mais, si ces deux termes sont liés, il s'agit peut-être du contraire. Et ils ne sont même peut-être pas liés en arabe.

Cela me semble plus logique en effet que ce terme possède à l'origine le sens de "nouvelle, annonce".

Un peu comme si je disais : "j'ai une nouvelle à vous a annoncer" : on s'attend alors à une bonne nouvelle.
Sinon, on dirait : "j'ai une mauvaise nouvelle à vous annoncer".

Si on annonce un mariage, une naissance, on peut employer la première phrase.
Mais si on annonce un décès, on ne le fera pas : afin que la personne ne s'attend pas à se réjouir.

Pour revenir à la traduction du terme. C'est le verset d'Isäie qui est essentiel pour le christianisme.

La traduction littérale n'est pas toujours évidente.
L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a consacré par l'onction pour porter la nouvelle aux pauvres (...)

Si je place "nouvelle" à la place de "bonne nouvelle" : le sens est différent. La "bonne nouvelle", c'est un message d'espérance.
Tandis que "nouvelle", on se demande : quelle est donc cette nouvelle ?

Voici la traduction de Chouraqui :
Le souffle d'Adonaï IHVH-Elohîms est sur moi, parce que IHVH-Adonaï m'a messié pour l'annoncer aux humbles.

Cette traduction parle d'annonce (même sens que "nouvelle"), mais on sait que cette annonce concerne le souffle d'Adonaï (ou l'Esprit du Seigneur).
ce qui n'est pas explicite dans la phrase précédente.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
rejsl
Animatrice


Inscrit le: 14 Nov 2007
Messages: 3202
Lieu: Massalia

Messageécrit le Tuesday 11 Feb 14, 15:44 Répondre en citant ce message   

Certes, mais il ne faut pas non plus perdre de vue que toutes les annonces ou messages transmis au nom d'Adonaï( de Dieu) ne sont pas obligatoirement positifs dans la Torah. Ils peuvent même être menaçants...

D'où pour les textes hébro-araméens l'ajout d'un déterminant lorsque c'est nécessaire...

Parfois comme dans le cas que tu as cité, on peut effectivement sans difficulté le comprendre comme " bonne nouvelle" mais ce ne peut être une traduction ayant valeur générale.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3584
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Tuesday 11 Feb 14, 17:32 Répondre en citant ce message   

Effectivement, si on tient compte du sens de בָּשַׂר : c'est le messager.

Par exemple, Samuel 4, 17 :
Éli (grand prêtre, à Siloé, à ne pas confondre avec le prophète Élie) demande : "que s'est-il passé ?" le messager lui répond : Israël a fui devant les Philistins, deux fils d'Éli sont morts et l'arche de Dieu a été capturée.
(à Eben-Hezer)

Éli tombe alors à la renverse, se brise la nuque et meurt !

Il s'agit donc d'une mauvaise nouvelle.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8212
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Wednesday 20 Aug 14, 8:42 Répondre en citant ce message   

Pour confirmer ce que dit plus haut Rajki que j'ai cité, la théorie des étymons de Georges Bohas permet un peu plus savamment de lever l'ambigüité au sujet des divers sens de بشر bašar et de comprendre d'emblée qu'il s'agit de deux homonymes qui s'analysent (rapidement) de la façon suivante :

1. Le بشر bašar de la bonne nouvelle est à rapprocher du verbe بشّ bašša, "avoir un visage souriant, sourire". Il est donc construit sur l'étymon {b,š} et r est un crément. Ceci est une confirmation que la nouvelle qu'on s'empresse d'annoncer est le plus souvent bonne. Le sens a dû glisser ensuite à "nouvelle" tout court.

2. Le بشر bašar de la peau est à rapprocher du verbe قشر qašara, "peler". Il est donc construit sur l'étymon {š,r} et q est un crément. La notion d'homme, "celui qui a une peau", relève du même étymon.
(Cf. le nom d'Adam (ٱدم), probablement issu lui aussi de أدم adam, "peau".)

NB : Cette analyse succincte n'aborde ni le niveau de la matrice phonique ni la question des croisements, à savoir qu'une racine peut résulter du croisement de deux étymons. Auquel cas le rôle du crément n'est pas accidentel. Par exemple, schématiquement, une racine ABC peut résulter de AB + BC.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 2749
Lieu: Paris

Messageécrit le Monday 17 Aug 15, 18:40 Répondre en citant ce message   

Quelques commentaires peut-être intéressants :




Le Coran par lui-même: Vocabulaire et argumentation du discours coranique par Anne-Sylvie Boisliveau
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008