Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
רב [rab] (hébreu) / رب [rabb] (arabe) / rabbin (français) - Le mot du jour - Forum Babel
רב [rab] (hébreu) / رب [rabb] (arabe) / rabbin (français)
Aller à la page 1, 2  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel : Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 nov 2004
Messages: 3597
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le lundi 30 mars 15, 17:55 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Le rabbin désigne le "chef religieux d'une communauté juive" (selon le TLF)

Cette définition peut sembler étrange si on la compare à d'autres religions. Je ne pense pas qu'on emploierait le terme de "chef religieux" pour un prêtre ou un pasteur.
Le rabbin désignait celui qui étudiait et commentait la Torah dans le judaïsme antique.
Après la destruction du temple de Jérusalem en 70, le judaïsme a subi une transformation assez radicale, au niveau de la forme. On passe d'un judaïsme de prêtre (כֹּהֵן cohen en hébreu) à un judaïsme rabbinique : il n'y a plus de temple, plus de sacrifices. On étudie et commente la Bible (ce qu'on faisait aussi avant, mais cette activité devient une sorte d'autorité qui remplace celle exercée par les prêtres.

Ce terme vient du latin médiéval rabbinus, pluriel de רַב rab

L'arabe رب se retrouve souvent dans le Coran : c'est un des radicaux les plus fréquents. Il a le sens de "Seigneur".

On l'emploie aussi pour désigner le maître, le chef, le patron

Dans le Coran :
رَبِّ (rabbi) le Seigneur, mon Seigneur

رَبَّنَا (rabbana) : notre Seigneur.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Azwaw
Animateur


Inscrit le: 30 août 2010
Messages: 1014
Lieu: ⴼⵔⴰⵏⵙⴰ

Messageécrit le lundi 30 mars 15, 19:48 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Au Maghreb on emploie plus facilement ربّ pour désigner Dieu que الله - sauf peut être dans les formules figées - et on entend fréquemment des expressions comme :
    يا ربّي = yā rebbī > ô mon Dieu

    يا سيدي ربّي = yā sīdī rebbī > ô mon Seigneur Dieu
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 mars 2011
Messages: 2681
Lieu: Paris

Messageécrit le lundi 30 mars 15, 20:35 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Xavier a écrit:
L'arabe رب se retrouve souvent dans le Coran : c'est un des radicaux les plus fréquents. Il a le sens de "Seigneur".

Dans le Coran :
رَبِّ (rabbi) le Seigneur, mon Seigneur

On le trouve aussi dans les Évangiles : par exemple, Mathieu 26:25
Judas, celui qui le livrait, prit la parole : « Rabbi, serait-ce moi ? » Jésus lui répond : « C’est toi-même qui l’as dit ! »
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 nov 2004
Messages: 3597
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le lundi 30 mars 15, 20:43 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Dans la Bible, le terme en grec s'écrit : ῥαββί
On a aussi la forme ῥαββουνί (rabbouni)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Azwaw
Animateur


Inscrit le: 30 août 2010
Messages: 1014
Lieu: ⴼⵔⴰⵏⵙⴰ

Messageécrit le mardi 31 mars 15, 7:39 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

En arabe c'est le mot حاخام [ ḥāẖām ] qui est employé pour rabbin.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 nov 2004
Messages: 3597
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le mercredi 01 avr 15, 15:08 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Après une petite recherche, je constate que hakham est le "titre donné au rabbin sépharade" (Dictionnaire du christianisme, Martin Gabriel)

de l'hébreu חָכָם qui signifie sage, terme traduit dans la Septante par σοφὸς (sophos) : sage

http://fr.wikipedia.org/wiki/Hakham
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 nov 2008
Messages: 7987
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le mercredi 08 avr 15, 8:40 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Xavier a écrit:
Le rabbin désigne le "chef religieux d'une communauté juive" (selon le TLF)
Cette définition peut sembler étrange si on la compare à d'autres religions. Je ne pense pas qu'on emploierait le terme de "chef religieux" pour un prêtre ou un pasteur.
Le rabbin désignait celui qui étudiait et commentait la Torah dans le judaïsme antique.
Après la destruction du temple de Jérusalem en 70, le judaïsme a subi une transformation assez radicale, au niveau de la forme. On passe d'un judaïsme de prêtre (כֹּהֵן cohen en hébreu) à un judaïsme rabbinique : il n'y a plus de temple, plus de sacrifices. On étudie et commente la Bible (ce qu'on faisait aussi avant, mais cette activité devient une sorte d'autorité qui remplace celle exercée par les prêtres.

Merci à toi Xavier, pour cette information qui me semble du plus haut intérêt pour comprendre l'histoire des religions. Je n'avais jamais réfléchi à cette question, elle est pourtant capitale pour saisir ce qui différencie certaines religions, ou deux époques d'une même religion. Quand le sacrificateur, le mage ou le juge, disons "le célébrant", laisse la place à l'intellectuel, il me semble que la religion passe à un autre niveau, fait un bond qualitatif. Si la destruction du temple a eu cet effet secondaire, elle n'aura pas été vaine. C'est peut-être ce qu'avait tenté Akhénaton, mais les prêtres d'Amon ne se sont pas laissés voler leur pouvoir. Au sein du Christianisme, la naissance du Protestantisme me semble relever du même phénomène.

Je reviendrai plus tard sur l'étymologie de rabbin.
Je dirai juste ici que dans rabbi et rabbouni, le i final est le pronom suffixe de la première personne. Littéralement, rabb-i signifie donc "maître de moi", c'est à dire "mon maître".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 nov 2008
Messages: 7987
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le mercredi 08 avr 15, 8:49 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Azwaw a écrit:
Au Maghreb on entend fréquemment des expressions comme :
    يا ربّي = yā rebbī > ô mon Dieu

En Égypte on se contente de يا ربّ yā rabb, sans le pronom suffixe.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 nov 2008
Messages: 7987
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le mercredi 08 avr 15, 13:13 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Xavier a écrit:
Ce terme vient du latin médiéval rabbinus, pluriel de רַב rab .

Je dirais plus exactement "du latin médiéval rabbinus, singulier latin fabriqué à partir de rabbin, pluriel hébreu de רַב rab. (Cf. oulema, même processus).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 mars 2011
Messages: 2681
Lieu: Paris

Messageécrit le mercredi 08 avr 15, 14:39 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Papou JC a écrit:
Je dirais plus exactement "du latin médiéval rabbinus, singulier latin fabriqué à partir de rabbin, pluriel hébreu de רַב rab. (Cf. oulema, même processus).

Cf. chérubin et séraphin.
Toutefois, le TLFi parle d'un pluriel araméen rabbin, car "rabbin" ne serait pas un pluriel hébreu (le pluriel hébreu serait rabbanim).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 nov 2008
Messages: 7987
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le mercredi 08 avr 15, 15:38 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Tu as certainement raison. Je voulais d'abord écrire "sémitique", par mesure de sécurité, j'aurais mieux fait !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 nov 2008
Messages: 7987
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le mercredi 08 avr 15, 16:22 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Xavier a écrit:
L'arabe رب se retrouve souvent dans le Coran : c'est un des radicaux les plus fréquents. Il a le sens de "Seigneur".
On l'emploie aussi pour désigner le maître, le chef, le patron.

C'est juste mais on peut aller plus loin.
Les mots rabb et rabbin, lointains cousins de marabout, sont comme lui issus d’une racine protosémitique de base r-b dont l’invariant sémantique est lier, serrer, coudre, rapprocher, réunir, nouer... Ce n’est pas ici le lieu d’exposer en détail le riche réseau sémantique qui se déploie à partir de cet hypersème du rapprochement, sur lequel il y a beaucoup à dire, mais je voudrais tout de même donner quelques racines arabes significatives.

ربّ rabba réunir, ramasser ; s’attacher à ; se fixer dans un lieu ; être près de qqn, être inséparable (se dit d’une femelle qui ne quitte pas le mâle) – رباب rubāb nœud serré fortement et difficile à défaire – ربيب rabīb allié, lié par un pacte – رباب ribāb pacte, alliance ; compagnons alliés, confédérés – ربابة ribāba pacte, alliance, et, bien sûr, notre mot titre.

NB : Par les sens seconds des racines ربّ rabba et, plus bas, ربد rabada, on voit que le fait d’attacher les animaux dans un lieu ou de les confiner dans un enclos implique qu’on va faire halte dans ce lieu, et peut-être même s’y fixer.

- Racines r-b + crément final :

ربأ raba’a ramasser, réunir toutes sortes de choses, toutes sortes de provisions de bouche.
ربد rabada lier, attacher avec des liens ; faire halte, s’arrêter dans un lieu
ربض rabḍ femme de famille (sœur, mère ou épouse) – مربض marbiḍ enclos pour les moutons

NB : Pour immobiliser un animal, il existe une autre possibilité que de l’attacher, on peut le confiner dans un enclos. Voir aussi, plus loin, زرب zarb et سرب sarb.

ربط rabaṭa lier (> marabout)
ربق rabaqa prendre qqn avec un lacet de manière qu’il ait la tête prise dans le nœud coulant ; lier, serrer avec des liens. – F II. 1. faire un lacet, arranger la corde de manière à y faire des nœuds coulants. 2. arranger, agencer, coordonner les différentes parties, p. ex., de son discours.

NB : On voit par les divers sens de ce verbe comment se rattache au lien la notion plus abstraite d’arrangement, d’agencement.

ربو rabw réunion d’hommes, troupe nombreuse.

- Crément initial + racines r-b :

أرب ’araba serrer (un nœud) ; s’appliquer avec assiduité à qqch. – إربة ’irba nœud, surtout noué fortement et serré. – أربة ’urba nœud, surtout noué fortement et serré ; collier, ornement du cou.
زرب zarb, zirb enclos en bois pour les bestiaux.
سرب saraba coudre (une outre). – سرب sarb enclos pour les moutons. – سربة sarba couture.
شرب šrb – F IV. mettre la corde au cou d’un cheval.

NB : Ce sens n’a à l’évidence aucun rapport avec le verbe شرب šariba « boire ». On voit qu’il existe donc probablement au moins deux racines شرب šrb homonymes.

ظرب ẓariba s’attacher, se coller, s’accrocher à qqn.
قرّب qarraba rapprocher
كرب karaba serrer plus fort, p. ex., les liens, les cordes avec lesquelles on a lié qqn, donner un tour aux cordes qui serrent ; munir d’une corde (p. ex. un seau) ; être près de faire qqch. – F III. être près, s’approcher de qqn. – كريب karīb nœud de la tige du roseau.

Le ربّ rabb, c’est donc Celui qui relie, réunit, recoud, c’est le grand Unificateur, le grand Rassembleur, le grand Arrangeur, Celui qui recolle les morceaux du Chaos ayant précédé la Création, Celui qui est tout naturellement le Maître, le Chef du groupe qu’il a constitué, composé, à partir d’éléments dispersés.


Dernière édition par Papou JC le mercredi 08 avr 15, 19:45; édité 2 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 nov 2004
Messages: 3597
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le mercredi 08 avr 15, 16:29 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Papou JC a écrit:
"le célébrant", laisse la place à l'intellectuel, il me semble que la religion passe à un autre niveau, fait un bond qualitatif. Si la destruction du temple a eu cet effet secondaire, elle n'aura pas été vaine.
Au sein du Christianisme, la naissance du Protestantisme me semble relever du même phénomène.

Je ne le vois pas ainsi. La destruction du temple de Jérusalem met fin à une pratique religieuse, en particulier le sacrifice. Mais cela ne veut pas dire que le judaïsme devient intellectuel. Il l'était aussi avant.
Et il était même aussi plus ouvert, plus tolérant. Je pense en particulier à l'influence de la culture grecque.
Le judaïsme rabbinique s'est replié sur la Torah. Il y a un repli sur lui-même. Et un rejet de l'influence extérieure. Les livres les plus récents de l'Ancien Testament ont même été supprimés, car ils ont subi une influence de la pensée grecque, en particulier la sagesse. Ces livres nous ont été conservés dans leur traduction grecque (la Septante).
Philon d'Alexandrie qui tente une synthèse entre le judaïsme et la philosophie grecque est ignoré. Il aura une influence sur les pères de l'Église.
Il y a donc d'une certaine façon un appauvrissement.

Je ne pense pas que cela soit très sain qu'une religion se replie sur elle-même. Cependant, c'est cela qui a certainement joué un rôle important dans la constitution de l'identité juive et a permis à cette religion de continuer à exister.

En ce qui concerne le protestantisme, il y a certes un rejet important de la liturgie, de la religion formelle. Mais ce qui est à l'origine du protestantisme, c'est surtout la question du péché et le rejet de la culpabilisation. Une libéralisation du joug de l'église. Ce qui a fait aussi la force du protestantisme, c'est la liberté. Et la liberté est stimulante.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 mars 2011
Messages: 2681
Lieu: Paris

Messageécrit le mercredi 08 avr 15, 17:03 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Dans les documents que je lis sur les rabbins, l'origine est généralement rapportée ainsi :
Citation:
Le mot rabbin dérive du terme Rav qui a d'abord signifié grand, important puis maître d'un esclave avant de signifier maître, enseignant.

http://www.akadem.org/medias/documents/VERBATIM-rabbins.pdf

https://books.google.fr/books?id=Nk_RFL9LYg0C&pg=PA140#v=onepage&q&f=false
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 nov 2008
Messages: 7987
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le mercredi 08 avr 15, 19:18 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Je pourrais démontrer que la grande quantité et l'importance, d'abord au sens propre puis au sens figuré, sont - au moins en arabe, et au même titre que d'autres sens secondaires - dérivés du rapprochement. (J'ai un travail en cours sur le sujet.) Peut-être en rendrai-je compte ici un jour. Pour le moment, on constatera plus haut le glissement sémantique facile de la réunion au grand nombre dans ce mot vu plus haut : ربو rabw réunion d’hommes, troupe nombreuse.

En attendant, si on me démontre, avec au moins autant d'exemples, que la grandeur et l'importance sont, en arabe et dans d'autres langues sémitiques, des sens premiers qui n'ont rien à voir avec les actions concrètes que j'ai représentées par quelques verbes comme lier, serrer, unir, etc. (voir plus haut), alors je me réjouirai d'avoir appris quelque chose de nouveau.

De toutes façons, dire que "l'hébreu rav a d'abord signifié grand, important, puis maître, enseignant" est juste, car c'est - à mon avis - à interpréter ainsi : "Le sens de maître découle de celui de grand", ça ne veut pas dire qu'il a d'abord signifié grand dans l'absolu. D'ailleurs bien malin qui pourra dire un jour ce qu'un mot a d'abord signifié dans l'absolu ! Moi même, quand je parle de "sens premier", je veux dire "tête de réseau", mais il n'est pas interdit de penser que cette tête ne soit amenée un jour à laisser la place à une notion dont on aura démontré l'antériorité.

En passant : le rapport grand > maître se retrouve en latin : magis > magister. C'est ce que Michel Masson appelle un "parallélisme sémantique".

Pour revenir à ce que dit Xavier à propos de ce qui fait la force de certaines religions, je crois que ce qui fait la force du Judaïsme et du Protestantisme, c'est l'importance accordée à la lecture et aux commentaires de leurs livres saints. Je crois qu'il y a un lien de cause à effet entre cette importance et le nombre avéré de penseurs et d'intellectuels en tous genres passés par l'une ou l'autre de ces religions. Je touche là sans doute à un sujet délicat, je ne voudrais blesser personne, alors restons-en là sur ce sujet, ça vaudra sans doute mieux.


Dernière édition par Papou JC le mercredi 08 avr 15, 19:51; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel : Index -> Le mot du jour Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2









phpBB (c) 2001-2008