Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
colmena (espagnol) / koloenn (breton) - Le mot du jour - Forum Babel
colmena (espagnol) / koloenn (breton)

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 557
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Tuesday 27 Sep 16, 15:13 Répondre en citant ce message   

Colmena signifie ruche en castillan.

D'après le DRAE : Quizá del celta *kolmēnā, der. de *kŏlmos 'paja'; cf. bretón kôlôen-wénan, de kôlô 'paja' y wénan 'abejas'.

Koloenn-wenan veut bien dire ruche en breton, même si on dit plus usuellement koloenn sans préciser :

Ha patra vis(e) gwraet (e)vid kaoud mel ? Beñ vis(e) daw torpilh(añ) ur goloenn ha vis(e) gwraet ga'n heñi vis(e) jujañ vis(e) re-leun, oa ket plass kin d'ar gwen(an) dé labour(a)d ba'r goloenn
Et que faisait-on pour avoir du miel ? Ben on torpillait la ruche et c'était fait par celui qui jugeait si c'était trop plein, qu'il n'y avait plus de place pour les abeilles pour travailler dans la ruche (Kleden)
https://brezhoneg-digor.blogspot.fr/2015/09/ha-vise-raet-mel-de-toud-dud.html

Le sens premier de koloenn est panier de paille, où kolo signifie paille. Ce mot employé seul est tombé en désuétude en Centre-Bretagne, remplacé par le romanisme plous, mais il est toujours vivant en Léon et sans doute ailleurs en Basse-Bretagne. Les ruches dont on se servait autrefois en Bretagne étaient en effet de simple paniers de paille. Dans plusieurs langues romanes, la ruche porte également le nom du matériau qui la constitue. C'est le cas du français où ruche provient d'un mot celtique ruska qui signifie écorce. Dans Estudios sobre el léxico romanico, Gerhard Rohlfs compare la répartition des ruches de liège en Andalousie et celle de l'usage dans cette région du mot corcho (litt. liège) pour désigner la ruche. Le mot ruskenn existe également en breton, il serait intéressant de savoir si dans les zones où il est en usage, on se servait de ruches d'écorce plutôt que de paille.

Je trouve que la présence du mot colmena en espagnol bouleverse assez la compréhension que nous avions des relations entre les langues celtiques continentales (éteintes) avec les langues celtiques insulaires (les langues celtiques modernes). En effet, koloenn est le singulatif de kolo. Dans les langues brittoniques, le singulatif se construit par adjonction du suffixe -enn sur des mots collectifs pour en tirer un élément singulier (gwenan : des abeilles, ur wenanenn : une abeille) ou bien sur des indénombrables (dir : de l'acier , un direnn : un morceau d'acier). Or, on croyait que le singulatif n'existait pas dans les langues celtiques continentales ; ainsi que l'écrit Francis Gourvil p.12-13 de son Que sais-je :
Citation:
La langue continentale, d'une part, les dialectes parlés dans les Îles Britanniques d'autre part, influencés par différemment par les substrats régionaux de pays conquis, et par les langues avec lesquelles ils s'étaient trouvés en contact, avaient acquis des caractères tranchés. Si bien qu'au dire d'un des plus qualifiés des spécialistes,

"rien ne nous autorise jusqu'ici à croire que le gaulois ait eu en commun avec le gaélique et le brittonique quelque-uns des traits les plus originaux qui caractérisent les langues celtiques au regard des autres langues indo-européenns, mais qui n'ont été constatés que dans les dialectes insulaires"
(G. Dottin op. cit. [Manuel pour servir à l'étude de l'Antiquité celtique], p.123)
(...)

Les "traits" auxquels Dottin fait allusion sont principalement les mutations de certaines consonnes initiales dans des cas déterminés ; la modification de certaines voyelles par les consonnes qui les suivent ; la forme triple des pronoms personnels ; le "collectif" souvent utilisé comme pluriel, et dont le singulier n'est alors qu'un dérivé.

Si le mot *kolmēnā qui a donné l'espagnol colmena est venu d'une langue celtique continentale (gaulois ou celtibère ?) et est formé de la même façon que le singulatif koloenn en breton moderne, cela suggère fortement que le singulatif existait déjà dans les langues celtiques continentales. Un signe de plus que la distinction langues celtiques continentales/langues celtiques insulaires n'est pas pertinente ?

Le mot colmena apporte également un éclairage intéressant sur la question des mots celtiques en latin et dans les langues romanes modernes. En effet, le celtique *kŏlmos pourrait bien avoir donné le latin culmus : tige de blé, chaume. Comme l'écrit le Romanisches etymologisches Wörterbuch :
Citation:
2378. culmus "Halm".
Portg. colmo "Dachstroh" (Span. colmena, portg. colmeia "Bienenkorb") ist morphologisch nicht verständlich, Herleitung aus dem Gall. Diez, Wb. 441 hat in den kelt. Sprachen keine Stütze Thurneysen, Keltorom. 86).
https://archive.org/stream/romanischesetymo00meyeuoft#page/188/mode/2up

2378. culmus "tige".
Portg. colmo "chaume" (esp. colmena, portg. colmeia"ruche") n'est pas morphologiquement compréhensible, dérivé du gaulois Diez, Wb. 441 n'a aucun support dans les langues celtiques Thurneysen, Keltorom. 86).

Deshayes propose cependant le latin călămus comme étymologie du breton kolo. Il y a d'autres mots bretons qui sont donnés comme romans par Deshayes alors que les romanistes donnent une origine celtique à leurs cognats dans les langues romanes. C'est, je pense, un signe clair que l'héritage des langues celtiques a été sous-estimé, y compris par les spécialistes du breton.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8212
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Tuesday 27 Sep 16, 16:30 Répondre en citant ce message   

Très intéressant.
Je découvre à cette occasion que le mot espagnol colmo "comble", du latin cumulus, a un homonyme : colmo "paille de seigle", évidemment apparenté à colmena, et dont l'autre colmo a dû subir l'influence, d'où la métathèse.

J'apprends aussi que le celtique et l'arabe ont en commun un collectif et un singulatif (ou singulier) obtenu par adjonction d'un suffixe.

Enfin, très intéressant aussi ce que tu nous dis des liens entre les mots écorce, ruche et esp. corcho.
Un cas de plus à verser dans les cas de réversibilité de consonnes dans les racines indo-européennes.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8212
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Wednesday 28 Sep 16, 21:19 Répondre en citant ce message   

J'ai acquis aujourd'hui Nos racines celtiques : du gaulois au français, de Pierre Gastal (2013).
P. 157, voici ce qu'il dit de *colodio : paille de seigle, chaume pour couvrir les toits.
- > Par le lat. pop. clodium /*glodium, a donné le vx fr. glui (paille de seigle ou tige de jonc pour lier des gerbes)
- Cf. breton koloenn (paille, ruche en paille) ; gallois gwelltyn.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
AdM



Inscrit le: 13 Dec 2006
Messages: 432
Lieu: L-l-N (Belgique)

Messageécrit le Wednesday 28 Sep 16, 22:54 Répondre en citant ce message   

Jeannotin a écrit:
Le sens premier de koloenn est panier de paille, où kolo signifie paille. […]. Les ruches dont on se servait autrefois en Bretagne étaient en effet de simple paniers de paille.

Sur le rapport panier > < ruche, voir MDJ tchètwêre (wallon).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 557
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Thursday 29 Sep 16, 11:46 Répondre en citant ce message   

Papou JC a écrit:
J'apprends aussi que le celtique et l'arabe ont en commun un collectif et un singulatif (ou singulier) obtenu par adjonction d'un suffixe.

Ce n'est pas l'unique analogie entre les langues celtiques et les langues sémitiques. Les langues celtiques ont également un duel (mais il n'existe que pour les noms des parties du corps qui vont par pair) et la possession est rendue par l'état construit. Cela a été remarqué depuis longtemps ; certains ont même prétendu que ces analogies était dues à ce que les habitants des Îles Britanniques étaient en fait des Sémites celtisés. Bon, pour moi c'est de l'archéologie-fiction mais cette idée traîne encore dans des livres un peu légers, comme ceux de Jean Markale.

Papou JC a écrit:
Un cas de plus à verser dans les cas de réversibilité de consonnes dans les racines indo-européennes.

C'est-à-dire que les racines indo-européennes voudraient dire la même chose "à l'endroit" et "à l'envers" ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 557
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Thursday 29 Sep 16, 13:25 Répondre en citant ce message   

Jeannotin a écrit:
Le sens premier de koloenn est panier de paille, où kolo signifie paille. Ce mot employé seul est tombé en désuétude en Centre-Bretagne, remplacé par le romanisme plous, mais il est toujours vivant en Léon et sans doute ailleurs en Basse-Bretagne.

Gurvan Lozac'h m'a aimablement signalé qu'il avait entendu le mot kolo dans une enregistrement fait à Plouyé, en Centre-Bretagne :

Pé vé troc'het ed a-wechou jom ar skoud war-lerc'h, ha lod a ra "kolo" deus an dra-he.
Quand on coupe le blé parfois la tige reste après, et certains appellent cela "kolo".

Comme quoi, on s'avance toujours trop quand on prétend que tel ou tel mot bien connu quelque part en Basse-Bretagne n'existe pas ailleurs. Francis Favereau a également entendu ce mot en Centre-Bretagne, à Poullaouen. Voici ce qu'il écrit dans sa thèse sur le parler breton de cette commune :
Citation:
KOLO /'ko.lo/, m. (coll.) paille (rare) ; ex. "pa larae ar person 'bern kolo' gomprenaen 'nahoñ", quand le recteur disait un tas de paille, je le comprenais ; "ru Hollo" /'ho.lo/ à Carhaix, impasse où existait un entrepôt agricole ; B 11 "or goz kesten golo", une fichue ruche en paille (cf. "koloenn") ; cf. "plous", seul usuel.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8212
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Thursday 29 Sep 16, 21:43 Répondre en citant ce message   

Jeannotin a écrit:
C'est-à-dire que les racines indo-européennes voudraient dire la même chose "à l'endroit" et "à l'envers" ?

Oui, pas toutes, mais j'en ai déjà relevé quelques-unes que j'ai signalées sur ce forum.
En arabe, c'est un phénomène avéré. On a d'abord parlé de métathèse, jusqu'au jour où des chercheurs, dont Georges Bohas, se sont rendu compte que le phénomène touchait un très grand nombre de racines, plus exactement ce que Bohas appelle "étymon", à savoir les deux consonnes radicales d'une racine. Il parle donc de la "réversibilité des étymons". Je suppose que c'est la même chose en hébreu.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 557
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Monday 13 Feb 17, 22:00 Répondre en citant ce message   

Kolo, koloenn et colmena remontent à une racine IE *k(e)l-h₂-m- dont Outis a listé les descendants dans le MDJ κάλαμος [kálamos].
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8212
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Tuesday 14 Feb 17, 6:11 Répondre en citant ce message   

Jeannotin a écrit:
Kolo, koloenn et colmena remontent à une racine IE *k(e)l-h₂-m- dont Outis a listé les descendants dans le MDJ κάλαμος [kálamos].

J'ai ajouté cette racine dans le titre et dans l'index sous la forme *kolə-mo-.
Dans le fil j'ai fait un renvoi vers celui-ci.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008