Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
sor (breton) - Le mot du jour - Forum Babel
sor (breton)

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 587
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Monday 09 Jan 17, 21:52 Répondre en citant ce message   

J'ai collecté le mot sor [sↄːr] "somnolence" à Cléden-Poher :

Me meus bet gwel(e)t mé dad wechou heñ ! 'Sell(ed) doc'h an tele war-lerc'h e goan 'è ha' gleèn mé mamm 'lar(e)d daoñ 'è :
« Opala ! Komañs é ho tad dé boues(añ) butun »
'Benn-neu'n vis(e)-heñw, ahaha ! 'H o(be)r ur tamm, un tamm sor kwa heñ !

J'ai eu vu mon père parfois hein ! Qui regardait la télé après le souper aussi et j'entendais ma mère lui dire aussi :
« Opala ! Votre père commence à dodeliner de la tête »
Pour alors il était ahaha ! En train de faire un peu, un peu de somnolence quoi hein !

https://brezhoneg-digor.blogspot.fr/2016/10/ma-ket-kousked-naon-mouredin-ra-henw.html

L'expression pouesañ butun qui veut dire "dodeliner de la tête" signifie littéralement "peser du tabac", à cause de l'analogie entre les oscillations de la balance à tabac et les hochements de tête d'une personne qui somnole.

Le mot sor ne paraît pas avoir d'étymologie satisfaisante. Celle que donne le Deshayes doit reposer sur une confusion entre deux homonymes. Il indique en effet, pour l'adjectif sor "engourdi, somnolent" que la première attestation date de 1650 et que sor remonte à l'ancien français sor "desséché", qui vient du moyen néerlandais soor "brun-jaune". Cette étymologie me semblait peu vraisemblable, j'ai donc consulté l'article sor du Dictionnaire diachronique du breton, dictionnaire qui ne propose pas d'étymologie, mais qui donne des références précises sur la première attestation d'un mot et présente une citation complète. Le sor de 1650 apparaît dans An novelov ancien ha devot :

An tan glaou en effaou à dezraouo
Han douar sor hac an mor à deuoro

Le feu de braise commencera aux cieux
Et il dévorera la terre desséchée et la mer


Il est clair Deshayes donne une étymologie et une première attestation toutes deux incorrectes par confusion avec un homonyme sor qui veut dire "desséché". Mais le mystère reste entier, puisque le Dictionnaire diachronique du breton n'a pas d'article sor "somnolence", seuls y sont attestés le verbe sorañ "fainéanter" et le verbe dérivé du singulatif sorenniñ "s'endormir". Mais ces dérivés évidents de sor n'en éclairent pas l'étymologie.

Je pense finalement à un rapprochement qui n'a pas encore été proposé entre sor et sorc'henn "obsession". Le sens d'obsession, qui est celui de mon parler du Centre-Bretagne et du standard léonard, semble éloigné de celui de sor. Mais des dictionnaires anciens, comme ceuxdu père Julien Maunoir (1659) et de Grégoire de Rostrenen (1732), donne à sorc'henn le sens de "rêve". Ce sens est encore attesté de nos jours, à Plozévet, par la thèse de Gilles Goyat qui note une prononciation /'sorjɛn/. La confusion entre -r- et -rc'h- que suppose le rapprochement que je fais semble faire difficulté, mais ce n'est pas un cas isolé. On admet ainsi que mourediñ "somnoler" vient d'un ancien morc'hed "inquiétude". Mais sorc'henn semble finalement difficile à expliquer lui-même. D'après Deshayes, des rapprochements ont été fait avec le vieil anglais sorh, apparenté à l'allemand Sorge "soin, sollicitude".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8285
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Tuesday 10 Jan 17, 0:55 Répondre en citant ce message   

Peut-être est-il légitime de rapprocher le breton sor du latin sopor "force qui endort, sommeil" (> fr. soporifique, s'assoupir) ? La chute du -p- en celtique, ça nous connaît ! sourire
Ernout et Meillet consacrent une assez longue notice étymologique - trop longue pour que je la recopie - au couple somnus / sopor, p. 635. Pour l'essentiel, la racine IE est *swep-, et ils donnent plusieurs formes verbales dans diverses langues, dont le grec ὕπνος húpnos, bien sûr.

Voici au moins ce que dit Etymonline pour Somnus :

"sleep personified; the god of sleep in Roman mythology," equivalent of Greek Hypnos, son of Night and brother of Death, 1590s, from Latin somnus "sleep, drowsiness," from PIE *swep-no-, from root *swep- "to sleep" (source also of Sanskrit svapnah, Avestan kvafna-, Greek hypnos, Lithuanian sapnas, Old Church Slavonic sunu, Old Irish suan, Welsh hun "sleep", Latin sopor "a deep sleep", Old English swefn, Old Norse svefn "a dream").

Voir aussi les pokorniens texans pour d'autres cognats.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 587
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Tuesday 10 Jan 17, 20:27 Répondre en citant ce message   

Oui, bien vu, excellente comparaison ! Mais je ne sais pas si phonétiquement ça marche si bien. Normalement, l'évolution de sor aurait dû être parallèle à celle qu'a connu hun "sommeil" (mot sortie d'usage localement mais qui existe toujours dans dihunañ "réveiller" et dans hunvreal "rêver"). D'après Delamarre, l'indo-européen *swep-no- a donné un celtique commun *sounos. En brittonique, le s- initial est passé à h- et la diphtongue à connu l'évolution ou > ō > ü. À la lecture du Ernoult et Meillet, je n'ai pas très bien compris comment ils analysaient sopor. Je comprends bien que somnus provient de la racine *swep- avec un suffice -no-, mais qu'en est-il de sopor ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8285
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Tuesday 10 Jan 17, 20:51 Répondre en citant ce message   

Sans grande compétence en la matière, je suppose que *swep- a pu évoluer assez naturellement en *sūp- puis *sōp- et enfin sop-, non ?
Quant à -or, c'est un simple suffixe nominal très fréquent en latin.
Je suppose que ça doit paraître tellement évident à EM que c'est la raison pour laquelle ils ne s'attardent pas sur cette question.
Voyons ce qu'en pensent les Babéliens latinistes.

Quoi qu'il en soit, ce sor breton pourrait bien être un emprunt direct au latin sopor ou à l'ancien français sopor / sopour et n'avoir donc rien à faire avec le celtique, non ? Qu'est-ce qui s'y oppose ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Moutik
Animateur


Inscrit le: 06 Apr 2008
Messages: 1032

Messageécrit le Tuesday 10 Jan 17, 21:10 Répondre en citant ce message   

Jeannotin a écrit:
L'expression pouesañ butun qui veut dire "dodeliner de la tête" signifie littéralement "peser du tabac", à cause de l'analogie entre les oscillations de la balance à tabac et les hochements de tête d'une personne qui somnole

Ne serait-ce pas plutôt une analogie avec les mouvements de tête de quelqu’un qui prise ?

Cf. l’expression française piquer du nez, "s'endormir".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 587
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Tuesday 10 Jan 17, 22:50 Répondre en citant ce message   

Papou JC a écrit:
Sans grande compétence en la matière, je suppose que *swep- a pu évoluer assez naturellement en *sūp- puis *sōp- et enfin sop-, non ?
J'avoue mon incompétence pour ce qui est de l'évolution de l'indo-européen au proto-celtique, mais je pense que les dernières étapes que tu proposes sont difficiles à concilier avec ce que dit Francis Gourvil dans son Que sais-je de l'évolution des voyelles longues entre le brittonique et le vieux breton :
Citation:
Les voyelles brèves ne devaient, par ailleurs, subir aucune altération sensible ; mais, dans les longues, vers le Vème-Vième siècle, ā devenait o, tandis que ō évoluait vers ü, que ū devenait intermédiaire entre ü et i, et que l'ī provenant d'un ancien ē demeurait intact. Certaines diphtongues se voyaient en même temps réduites à un son simple.
Si je comprends bien, le -or de sopor est tout simplement le même -or que celui qui a donné notre suffixe -eur.

Cela me paraît difficile d'expliquer sor directement par le latin sopor ou par l'ancien français sopor car le -p- intervocalique n'aurait pas complètement disparu mais serait normalement passé à -b-. En breton, capitaine est adapté en kabiten, chapon en kabon... Mais cela me paraît une très bonne idée de chercher du côté d'un emprunt à un dialecte français. En fait, un héritier gallo-roman de sopor ou le -p- serait passé à -v-, comme dans assouvir (< bas latin *assopire) expliquerait très bien sor, au vu de l'instabilité du [v] breton. Reste à trouver des attestations. Avec un sens pas si éloigné, le breton et le gallo ont le mot chop "sieste" qui ne doit pas être sans rapport avec le moyen français sopi "assoupi".

Moutik a écrit:
Ne serait-ce pas plutôt une analogie avec les mouvements de tête de quelqu’un qui prise ?
C'est bien ainsi que le bretonnant de l'enregistrement me l'avait expliqué lors d'une précédente discussion, à une époque où je ne travaillais pas encore avec un dictaphone. Dans mon premier poste, j'ai suivi une théorie de Jean-Françoise Bulot, qui a étudié le breton de Kergrist-Moëllou. Je trouvais à l'hypothèse de la balance le mérite d'expliquer le verbe pouesañ "peser". Mais il est toujours difficile d'expliquer l'origine d'une expression, en français aussi bien qu'en breton.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008