Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
La légende du colibri : je fais ma part - Expressions, locutions, proverbes & citations - Forum Babel
La légende du colibri : je fais ma part

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Expressions, locutions, proverbes & citations
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3663
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Sunday 21 Oct 18, 23:20 Répondre en citant ce message   

Je viens de découvrir une étude assez critique sur Pierre Rabhi, par Jean Baptise Malet : Le système Pierre Rabhi

Pierre Rabhi est connu pour la légende du Colibri :

Sur le site du mouvement Colibris, on peut lire :
Colibris tire son nom d'une légende amérindienne, racontée par Pierre Rabhi, son fondateur :

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : "Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! "

Et le colibri lui répondit : "Je le sais, mais je fais ma part."


Je me pose la question : quelle est la version originale amérindienne ? De quel peuple s'agit-il ? de quelle langue ?

Je commence une petite recherche et je constate que cette légende est aussi connue en anglais sous le titre : The legend of the Hummingbird (colibri)

Cette légende a été popularisée par une Kenyane, Wangari Maathai, qui a en particulier milité pour le reboisement du Kenya. Elle a obtenu le prix Nobel de la paix en 2004.
Voici le texte en anglais, avec une vidéo de Wangari Maathai :

Le texte fini par la phrase :
I am doing the best I can. : je fais du mieux que je peux, je fais de mon mieux, je fais ce que je peux.

cependant dans le petit livre Flight of the Hummingbird, a parable for the environment de Michael Nicoll Yahgulanaas, avec une préface de Wangari Maathai et une postface du Dalaï Lama (2008)
Le texte fini par :
I am doing what I can : je fais ce que je peux

Dans cette histoire, le colibri a un nom propre, il s'appelle Dukdukdiya, ce qui, selon ce livre, signifie colibri dans la langue du peuple Haida (de la côte ouest du Canada).
En fait, l'auteur (et dessinateur) est issu de ce peuple amérindien, d'où ce choix.

Mais cette histoire ne vient pas de ce peuple Haida. Dans ce livre, il est écrit qu'elle est originaire d'un peuple Quechua de l'Équateur.
Dans ce pays, la langue s'écrit kichwa et le colibri : kinti (en quechua du Pérou : q'enti)

Mais je ne vois aucune trace de cette légende dans cette langue.
Il existe des légendes sur le colibri dans plusieurs régions d'Amérique. Mais celle-ci, je ne la trouve nulle part !

Peut-être est-ce une légende inventée et que l'on fait passer pour une légende amérindienne ?
Comme ce fut le cas pour la fameuse citation attribuée à Saint-Exupéry ?

Et qui est le premier a avoir rapporté cette légende : Pierre Rabhi (1938) ou Wangari Maathai (1940-2011) ?

Enfin, dans une interview dans Le Média (dans la sphère du parti politique "La France insoumise") Jean-Baptiste Malet (qui ne cache pas ses idées politiques proches de ce parti) déclare :
Ce que Rabhi ne dit pas, c'est que selon la légende amérindienne, à la fin, le colibri meurt d'épuisement, sans réussir à éteindre l'incendie.

Il parle de la version amérindienne (mais il ne cite pas la langue).
Cela permet aussi à ceux qui critiquent ce genre d'action de montrer que les actions individuelles ne servent à rien, seule compte la lutte politique...


Voir le mot du jour : colibri

Voir la citation attribuée à Saint-Exupéry (amérindienne dans la version anglaise)
(Nous n'héritons pas de la terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3663
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Monday 22 Oct 18, 22:24 Répondre en citant ce message   

Je poursuis ma recherche.

L'illustrateur canadien Michael Nicoll Yahgulanaas avait auparavant réalisé des illustrations pour un livre en japonais, sorti en 2005

Le titre de l'ouvrage :
ハチドリ の ひとしずく hachidori no hitoshizuku (une goutte par colibri)

Le colibri porte le nom propre de クリキンディ (Kurikindi)

Le texte se termine par :
私は、私にできることをしているだけ : je fais ce que je peux.

L'auteur est Keibo Oiwa 辻信一
Cependant son nom d'auteur est Tsuji Shin’ichi 辻信一

Il avait déjà écrit un ouvrage intiulé Stone Voices: Wartime Writings of Japanese Canadian

Il s'intéresse donc aux Canadiens d'origine japonaise, d'où le lien avec l'illustrateur.

Jean-Baptiste Malet a peut-être confondu la fin de l'histoire avec un commentaire qu'il aurait mal compris ?

Dans le livre Flight of the Hummingbird, Michelle Benjamin écrit que cette histoire est inspirée d'une légende racontée par un peuple Quechua de l'Équateur, sans précision, mais raconte une autre légende provenant des indiens Pueblos (du Nouveau Mexique) : la terre est en feu, le colibri provoque la pluie en faisant rencontrer des nuages. Les couleurs du colibri sont à l'origine de l'arc en ciel.

Peut-être est-cette légende qui est à l'origine du texte remanié pour faire passer un message incitant chacun d'entre nous à participer pour reboiser la terre, et au-delà, agir pour l'environnement ?
Faire passer une histoire pour une légende d'origine amérindienne, cela permet de lui donner un caractère plus "authentique", plus "naturel", de l'enraciner dans une tradition de peuples qui vivent (ou sont supposés vivre) depuis toujours en harmonie avec la nature...


Pour revenir à Keibo Oiwa, il dirige un "Slow movement" au Japon
Il prône un passage de l'"excess" au "just enough", un changement caractérisé par 3 s : slow, small, simple (lent, petit, simple)
contre a course au "faster, bigger and more"
voir Global Chorus

Cela correspond à l'idée de "sobriété heureuse" prônée par Pierre Rabhi.

Enfin, dans ce livre, Wangari Maathai écrit qu'elle avait appris au Japon le terme Mottainai.
Voir le mot du jour : Mottanai 勿体無い
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Expressions, locutions, proverbes & citations
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008