Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Léthé et Styx - Le mot du jour - Forum Babel
Léthé et Styx

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel : Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Pierre



Inscrit le: 11 nov 2004
Messages: 1189
Lieu: Vosges

Messageécrit le jeudi 03 mars 05, 14:52 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Le Léthé

C'est dans la mythologie grecque, le fleuve de l'oubli (Du grec Lêthê, oubli) coulant en enfer.

Les morts soucieux d'oublier leur vie terreste, s'y abreuvaient, tandis que (Selon Platon) les âmes en passe de renaître s'y immergeaient pour effacer ce qui avait été vu dans le monde souterrain.

Vierges de toute mémoire, ces âmes pouvaient alors renaître.......

Le Styx

Tout comme l'Achéron, le Styx était aussi dans la même mythologie grecque, un des fleuves des Enfers.

Il entourait le royaume des morts sur lequel régnait le dieu Hadès.

Les eaux noires de cette rivière souterraine d'Arcadie avaient des propriétés magiques . Ainsi le héros légendaire Achile, devint immortel après un bain dans ces flots mystèrieux. Il garda cependant un point faible, le talon par lequel sa mère Thétis, l'avait tenu lorsqu'elle le plongea dans l'eau.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Charles
Animateur


Inscrit le: 14 nov 2004
Messages: 2464
Lieu: Düſſeldorf

Messageécrit le lundi 19 déc 05, 12:31 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Le léthargique semble lui par contre encore en pleine baignade...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Helene



Inscrit le: 11 nov 2004
Messages: 2867
Lieu: Athènes, Grèce

Messageécrit le lundi 19 déc 05, 12:47 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Citation:
Il garda cependant un point faible, le talon par lequel sa mère Thétis, l'avait tenu lorsqu'elle le plongea dans l'eau.


C’est exact et ce point sensible se nomme le Talon d’Achille, Αχίλλειος πτέρνα. C’est à cause de se point sensible que Paris le tua en décrochant une flèche.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 fév 2007
Messages: 2498
Lieu: Nissa

Messageécrit le vendredi 19 oct 07, 17:10 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Sur le Léthé

Dans la tradition grecque antique, le Léthé (l'Oubli) n'est pas un fleuve mais une source (personnifiée par Hésiode comme fille d'Éris, la Discorde) et elle est normalement considérée comme allant de pair avec Mnémosyné (la Mémoire).

Comme souvent en Grèce, ces sources existent sous deux aspects, géographique et mythique.

Ici-bas, Léthé et Mnémosyné sont deux sources situées dans le ravin qui débouche à Livadhia (Béotie), là où se trouvait l'oracle de Trophonios. Elles jouaient un rôle dans le rituel oraculaire bien qu'on n'ait que peu de détails sur celui-ci (Pausanias, IX, 39, 8 ).

Dans l'au-delà, selon la tradition orphique recueillie sur des tablettes accompagnant les défunts, il s'agissait de deux lacs (?). L'âme cheminait dans un paysage désolé et brûlant où elle était torturée par la soif. Assez vite, elle arrivait à la Léthé et, ne pouvant s'empêcher de boire, elle oubliait tout de sa vie passée. L'initié, lui, savait s'en garder et trouver la force de poursuivre jusqu'à la Mnémosyné, gagnant ainsi le privilège de garder ses souvenirs lors de ses réincarnations ultérieures …

Étymologiquement, λήθη [lēthē] (f.) « oubli » (< *leh₂-dʰ-eh₂) est inséparable de λανθάνω [lanthánō] (v.) « oublier » (< *lh₂-n-dʰ-h₂-nō) et de αληθής [alēthḗs] (adj.) « vrai, véridique » (< *n-leh₂-dʰ-ēs). Le lien entre l'oubli et le mensonge s'éclaircit un peu si on considère l'adverbe homérique λάθρῃ [lathrēi] « en cachette » (< *lh₂-dʰ-reh₂-i) ainsi que l'a analysé Jean-Pierre Levet, Le Vrai et le Faux dans la pensée grecque archaïque :

Il part d'un neutre hypothétique *λᾱθος [lāthos] « voile, brume, obstacle à la vue » (< *leh₂-dʰ-os), considérant l'oubli comme un voile obscurcissant nos souvenirs et les rendant indistincts, alors que la vérité est ce qui est dé-voilé !

Le thème *leh₂-dʰ- n'a pas de cognat eurindien exact mais, malgré la difficulté phonétique du mode d'articulation de la dentale, on s'accorde à lui associer le latin lateō « être caché » (cf. français latent).

Sur le Styx

En premier lieu, il faut rappeler que la tradition d'Achille baigné dans le Styx par sa mère, sauf au talon, est très tardive (époque romaine) et qu'elle s'est développée parallèlement et symétriquement à la légende qui faisait mourir Alexandre le Grand empoisonné par l'eau du Styx que les assassins avaient transportée dans le sabot (le talon !) d'un âne. Homère ne connait pas d'invulnérabilité d'Achille et, à l'époque hellénistique, c'est dans le feu que Thétis plonge Achille bébé (Apollonios de Rhodes).

C'est tout aussi tardivement que le Styx deviendra un sinistre marais, initialement il est au contraire d'une eau très pure, qu'il soit mythique ou terrestre.

La Styx d'Hésiode est la fille aînée d'Okéanos et, ayant soutenu Zeus dans ses luttes, elle obtint le privilège que ce soit sur son eau que les dieux devaient jurer le Grand Serment des Dieux. Quand c'était nécessaire, Iris allait puiser à la cascade de sa source dans une aiguière d'or et, si le dieu qui prêtait serment sur elle se parjurait, il était privé d'ambroisie, la boisson d'immortalité.

Le premier des Styx terrestres naît par une cascade issue d'un névé en Arcadie (dans les monts Aroaniens) et est aujourd'hui connu sous le nom de Mavronéri (l'eau noire) à cause de sa dangerosité : quiconque en boit meurt, sauf un jour dans l'année (on ne sait évidemment lequel) où, au contraire, elle donne l'immortalité.
(ces « eaux de mort » de haute montagne sont connues ailleurs, on l'attribue quelquefois à leur froid glacial qui, après une ascension épuisante, pourrait provoquer une hydrocution)

Un autre Styx est donné dans un roman d'Achille Tatius, Clitophon et Leucippe (IIe s. ?), comme une fontaine d'Éphèse utilisée dans un rituel d'ordalie pour tester la fidélité des femmes mariées (bien que coupable, l'héroïne s'en tire, comme Iseult dans des circonstances analogues, par une vérité fallacieuse).

On aura remarqué dans ce thème du Styx la liaison quasi-permanente entre les oppositions mensonge/vérité et mort/immortalité. Y compris dans la fontaine d'Éphèse si l'on considère que la fidélité des femmes mariées est la garantie de pureté du lignage agnatique, condition nécessaire d'immortalité par celui-ci dans le cadre du culte des ancêtres …

Le grec στύξ, gén. στυγός [stúks, stugós] (f.), outre le fleuve et la source, a aussi les sens de « froid glacial » et de « haine, crainte ». Le seul cognat en serait le russe stygnuti « refroidir, se refroidir, geler », mais c'est insuffisant à éliminer une coïncidence éventuelle.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
telephos



Inscrit le: 13 fév 2008
Messages: 332
Lieu: Montréal

Messageécrit le dimanche 04 juil 10, 2:10 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Outis a écrit:
Le grec στύξ, gén. στυγός [stúks, stugós] (f.), outre le fleuve et la source, a aussi les sens de « froid glacial » et de « haine, crainte ». Le seul cognat en serait le russe stygnuti « refroidir, se refroidir, geler », mais c'est insuffisant à éliminer une coïncidence éventuelle.


Le verbe russe pour "refroidir" (intransitif) est стынуть stynut'. La consonne finale de la racine qui s'est élidée au contact du suffixe -nu- est un d (styd + nut' > stynut'). On peut se convaincre de la présence du d en comparant avec le verbe transitif остудить ostudit' "refroidir" (il y a en plus une alternance vocalique y/u).
Notons au passage que стыд styd veut dire "honte". Le russe compare la honte à un froid qui nous parcourt le dos.

Pourrait-on supposer qu'il y a eu passage de [g] à [d] à un certain moment de l'histoire des langues slaves ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 fév 2007
Messages: 2498
Lieu: Nissa

Messageécrit le dimanche 04 juil 10, 7:44 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Je ne sais pas grand chose des langues slaves mais voici ce que dit Beekes à l'occasion de l'étymologie du verbe στυγέω :


Beekes a écrit:
As behind the notion `hate' a concrete conception will be hidden and for στύξ the meaning `icy cold, icecold water' is in fact attested (from where στυγέω prop. `shiver'?) it is obvious to connect a synonymous Slav. word: Russ. stýgnutь, stúgnutь `cool down, get cold, freeze', Stugna tributary of the Dniepr. Much less usual are forms with -d-, e.g. Russ. stúda `cold', studítь `cool (down)', OCS studъ also = αἰσχύνη; a Slavic change -dn- to -gn- is perhaps not to be excluded (s. lit. in Vasmer s. stýgnutь).

Traduction :
Comme derrière la notion de « haine » un sens concret est dissimulé et que pour στύξ les sens « froid glacial, eau glacée » sont en fait attestés (d'où, pour στυγέω, le sens propre « frissonner » ?) il est évident de mettre en relation un mot slave synonyme : russ. stýgnutь, stúgnutь « refroidir, rendre froid, geler », Stugna affluent du Dniepr. Beaucoup moins usuelles sont les formes en -d-, e.g. russ. stúda « froid », studítь « refroidir », vx-slave d'église studъ aussi = αἰσχύνη [honte, déshonneur] ; un changement slave de -dn- à -gn- n'est peut-être pas à exclure (littérature chez Vasmer s.u. stýgnutь).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
MiccaSoffiu



Inscrit le: 24 juin 2008
Messages: 464
Lieu: Capicursinu-Sophia

Messageécrit le dimanche 04 juil 10, 11:38 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

L’amour ne meurt pas, il permettrait même de braver le Styx :
«... Bien qu'il soit assis comme rameur dans les roseaux du Styx, qu'il regarde les lugubres voiles du radeau infernal, si la voix de son ami lui crie de revenir, il fera demi tour sans s'occuper de la loi.» (Copie de remacle.org.)

«... Iam licet et Stygia sedeat sub harundine remex cernat et infernae tristia vela ratis, si modo clamantis revocaverit aura puellae, concessum nulla lege redibit iter.»
PROPERCE, Elégies, II, 27, 1-2 ; 11-16.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 nov 2008
Messages: 7908
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le samedi 29 mars 14, 6:59 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Outis a écrit:
Le thème *leh₂-dʰ- n'a pas de cognat eurindien exact mais, malgré la difficulté phonétique du mode d'articulation de la dentale, on s'accorde à lui associer le latin lateō « être caché » (cf. français latent).

Voir le mot du jour latere.

Pour ceux qui s'intéressent à Alastor, il fait aussi partie de la famille, semble-t-il. Quel qu'il soit.
Lire Chantraine p. 54 du livre (68 du PDF).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel : Index -> Le mot du jour
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008