Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
alleu (français) - Le mot du jour - Forum Babel
alleu (français)
Aller à la page Précédente  1, 2
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
giòrss



Inscrit le: 02 Aug 2007
Messages: 2777
Lieu: Barge - Piemont

Messageécrit le Tuesday 11 Dec 07, 10:07 Répondre en citant ce message   

Ce n'est pas possible que allod derive de all+lod (variante de lot), parce que existe aussi "feod" (en français "fief"), que dérive de feh+od

Alors:

all+od / feh+od : clair???

TLFi a écrit:
De l'a. bas frq. *alôd « pleine propriété », composé de al « plein, entier » et *ōd, corresp. frq. du germ. *auda- « bien, propriété » attesté dans les formes de même sens got. auda-, a. nord. auodr, ags. ēad, a. sax. ōd, a. haut all. ōt (Kluge 1967). Cet a. bas frq. est transcrit alodis dans la Loi Salique, rédigée entre 507 et 596 (Lex. Sal. Merov. titre 59 ds Mittellat. W. s.v. alodis, 495, 7 : de alodis).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 11046
Lieu: Lyon

Messageécrit le Monday 22 Nov 10, 13:01 Répondre en citant ce message   

Le mot alleu s'écrit avec un l ou 2 l. Mais on trouve généralement la forme avec le double l.

Sab a écrit:
l'adjectif de alleu, c'est allodial

Extrait de la biographie "Hugues Capet" d'Yves Sassier (page 41) :

- en somme, au sein de la petite paysannerie, seul celui qui détient un bien allodial (*), une terre possédée en propre, n'est pas en situation de dépendance. Mais la liberté n'est-elle pas illusoire lorsque la faible superficie de son alleu, amputé à chaque génération par les partages, interdit au petit propriétaire de s'enrichir et d'améliorer ses conditions de vie ? Incapables de produire plus que le minimum nécessaire à leur subsistance quotidienne, les paysans libres sont en permanence à la merci d'une mauvaise récolte

(*) bien allodial : bien personnel, qui a le caractère d'un alleu
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
giòrss



Inscrit le: 02 Aug 2007
Messages: 2777
Lieu: Barge - Piemont

Messageécrit le Monday 22 Nov 10, 15:38 Répondre en citant ce message   

Citation:
La liberté n'est-elle pas illusoire lorsque la faible superficie de son alleu, amputé à chaque génération par les partages, interdit au petit propriétaire de s'enrichir et d'améliorer ses conditions de vie ?

Non, parce que, en plusieurs lieux, l'alleu ne passait qu'au fils aîné. Les autres fils pouvaient aller dans le "desertus" (les lieux sans proprietaires) et se bâtir une maison (avec l'aide des parents et, souvent, de la commaunité entière).
La crise a été déterminée quand ils ont perdu ce droit (XVIII siècle, surtout).
Le partage de la propriété était commun dans le siècle XVIII, mais non pas avant.
De toute façon, la situation n'était pas homogène, ni en France, ni dans les autres Pays de l'Europe occidentale.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Horatius
Animateur


Inscrit le: 11 Apr 2008
Messages: 695

Messageécrit le Thursday 22 Mar 12, 19:44 Répondre en citant ce message   

Essayons de faire le point sur ce qui a été dit dans ce fil, notamment par giòrss :

Malgré les nombreuses explications proposées, on admet généralement que alleu est formé des deux éléments germaniques *al - ôd, ce qui exprime l'idée de pleine-propriété (donc rien à voir avec le "lot")

Selon le dictionnaire étymologique de Kluge, cette racine germanique se retrouve dans plusieurs termes de différentes langues germaniques anciennes avec le sens de patrimoine. De là, vient le nom allemand de noblesse, Adel, et l'adjectif correspondant, edel.

Cette racine germanique * ôd semble dériver elle-même de la racine indo-européenne *at(ta), qui a servi, dans de nombreuses langues, à désigner le père nourricier. Voir là-dessus le MDJ atta


En revanche, le rapprochement que fait giòrss avec fief est une hypothèse marginale :
Selon M Gysseling (1953), fief serait formé des deux éléments germaniques *faw (got. fawai, angl few) +ôd, et signifierait donc "possession imparfaite, faible", devenant ainsi le contraire d'alleu.
En réalité, cette hypothèse semble peu défendue aujourd'hui, et on lui préfère celle qui tire le mot du francique fëhu (bétail, bien meuble) : Voir MDJ fief
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 10472
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Monday 06 May 13, 9:38 Répondre en citant ce message   

Pierre Guiraud s'en tient à l'étymologie traditionnelle, mentionnée par Littré, qui rattache le mot au germanique hlot, "sort". Le latin sors désigne déjà "une portion de terre obtenue en partage par tirage au sort", et, chez Festus, "le patrimoine". Je cite la suite in extenso :

L'alleu, en effet, contrairement au fief, est une propriété qui n'impose pas à l'héritier le renouvellement de l'hommage. Le droit féodal distingue donc deux types de propriétés : la terre obtenue en partage, par tirage au sort, et possédée en pleine propriété, transmissible par héritage, et celle qui est concédée par un suzerain en échanges de services et d'un hommage qui doit être renouvelé par l'héritier. Il s'agirait donc d'un de ces termes (relativement rares) de droit d'origine germanique ; sans doute du fait que l'usage - latin - d'attribuer des terres par le sort s'est fait principalement au bénéfice des légionnaires germains de l'Empire.

Morphologiquement, le latino-francique (Loi Salique) et le latino-gothique (Loi des Lombards) sont des calques latinisés. À partir de l'équivalence germ. lod = lat. sors, on a construit un dérivé latinisé allod, "ce qui est attribué à (ad) par tirage au sort (lod)" qui a pris au nord la forme alodis sur le modèle de sortis et, au sud, celle de allodium sur le modèle d'un hypothétique *sortium, attesté par l'ancien français sorz, "sorcier". L'origine et le caractère savants de ces formes rendent compte de leur évolution phonétique.

Mais les variantes aloy, aloe, alou postulent aussi un déverbal de allocare, "allouer (une terre)", et de allaudare, i.e. "récompenser".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Moutik
Animateur


Inscrit le: 06 Apr 2008
Messages: 1237

Messageécrit le Wednesday 26 Nov 14, 14:27 Répondre en citant ce message   

alleutier ou aleutier, n. m.

Propriétaire d’un alleu.
L’alleutier était un homme libre (Le Petit Robert).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour Aller à la page Précédente  1, 2
Page 2 sur 2









phpBB (c) 2001-2008