Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Apports du breton au français - Forum des langues celtiques - Forum Babel
Apports du breton au français
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum des langues celtiques
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Jacques
Animateur


Inscrit le: 25 Oct 2005
Messages: 6511
Lieu: Etats-Unis et France

Messageécrit le Monday 22 Sep 14, 14:22 Répondre en citant ce message   

Groultoudix a écrit:
balai, du breton balzn, balain désignant le genêt, avec lequel on fabriquait bien sûr des balais.


Si Geoffroy V d'Anjou, dit Plantagenêt (1132,1151) * avait été breton, toute une dynastie d'Angleterre aurait sans doute été appelée la "dysnatie des Plantes-à-Balai".


* il portait des fleurs de genêts (lat. planta genista) à son chapeau
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 587
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Thursday 10 Sep 15, 12:40 Répondre en citant ce message   

En lisant le Dictionnaire étymologique du breton d'Albert Deshayes, j'ai rencontré deux emprunts au breton présents en moyen français et disparus du français moderne. On avait donc morgade pour seiche, emprunté au breton morgad (de mor : mer et gad : lièvre) et qui est à comparer au gallo margate. Le moyen français bresil signifiait hareng. Deshayes le rapproche du breton brezell (maquereau) mais ne dit pas clairement s'il s'agit d'un emprunt ou d'un mot du substrat gaulois. À mon avis, il est bien pris au breton puisque le mot celtique qu'il reconstruit est *brik-tilo- et que la suite de transformation -kt- > -th- > -z- est attesté en breton mais pas en français.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Moutik
Animateur


Inscrit le: 06 Apr 2008
Messages: 1030

Messageécrit le Friday 11 Sep 15, 22:58 Répondre en citant ce message   

@ Jeannotin

Ton premier mot, sous la graphie morgate, et prononcé [mɔʀgat], comme la plage de Crozon, est toujours bien vivant sur les côtes du Morbihan. En français s’entend. Et en breton très probablement.

Voir par exemple cet article de Ouest-France :
Morbihan. La morgate a du mal à revenir dans le Golfe

Pour ma part j’ai découvert le mot à Belle-Île, une année ou les morgates étaient particulièrement abondantes, fin septembre début octobre. C’est-à-dire en dehors de la période de pêche dont parle l’article, avril mai. Apparemment il y a deux passages par an.

Je pense que le mot est très peu usité dans le Finistère. Peut-être tout simplement parce que la pêche de la seiche y est beaucoup moins importante.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jeannotin
Animateur


Inscrit le: 09 Mar 2014
Messages: 587
Lieu: Cléden-Poher

Messageécrit le Saturday 12 Sep 15, 0:09 Répondre en citant ce message   

Non, non, je connaissais bien ce mot en français de Basse-Bretagne !

Par contre, c'est vrai que Jean Le Dû présente morgate comme spécifiquement morbihannais dans Du café vous aurez ? et qu'à dire vrai, à Cléden, je n'ai entendu dire ça qu'une seule fois, et encore avec le sens de pieuvre. L'an dernier, j'étais dans le bureau des étudiants de mon université et j'avais raconté à des gens de mon village que nous avions eu un gros dépassement de budget à cause de l'achat de plusieurs pieuvres pour le week-end d'intégration. Alors, un de mes voisins m'a répondu :
- T'aurais dû m'dire que t'avais b'soin d'morgates, on aurait été les pêcher ensãmm !
On a même une attestation littéraire chez Tristan Corbière, qui était bien finistérien :
Citation:
Mon père était un vieux saltin
Ma mère une vieille morgate

En fait, si j'ai écrit que morgade était disparu du français moderne, c'est parce que je pense que le français régional morgate ne procède pas du moyen français morgade, mais qu'il a été réemprunté directement du breton relativement récemment (XIXème siècle ?).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Moutik
Animateur


Inscrit le: 06 Apr 2008
Messages: 1030

Messageécrit le Saturday 12 Sep 15, 4:30 Répondre en citant ce message   

Jeannotin a écrit:
je pense que le français régional morgate ne procède par du moyen français morgade, mais qu'il a été réemprunté directement du breton relativement récemment (XIXème siècle ?).

Ça c’est bien possib !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Moutik
Animateur


Inscrit le: 06 Apr 2008
Messages: 1030

Messageécrit le Sunday 20 Sep 15, 1:38 Répondre en citant ce message   

Mine, n. f.

Il, elle a bonne mine.

Peut-être breton min « bec, museau ». (Le Robert)


Minot, n. m.,

Arcs-boutants en bois, placés de chaque bord en dehors de la poulaine, et sur lesquels amure la misaine carrée.
Barthélémy Consolin, Manuel du voilier, Vocabulaire contenant les termes et expressions nautiques les plus usités en voilerie, 1859.

L’on a dit aussi minot d’ancre pour les bossoirs.

Dérivé du breton min « bec, museau, élément qui fait saillie ». (TLFi)

Ce mot min semble désormais inusité en breton.
Cf. beg « bec, gueule, pointe (de la côte), embouchure, extrémité, etc. »
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Moutik
Animateur


Inscrit le: 06 Apr 2008
Messages: 1030

Messageécrit le Sunday 24 Jan 16, 0:18 Répondre en citant ce message   

À propos de cotriade :
Moutik a écrit:
Comme ce mode de cuisson est quasi universel, d’autres langues présentent des couples analogues : le français, plus particulièrement en Aunis et Saintonge, avec chaudière au sens de « chaudron » et chaudrée, le portugais avec caldeira et caldeirada « guisado de peixe à moda dos pescadores », et sans doute encore beaucoup d’autres.

Outis a écrit:
Pour ce qui est des soupes de poisson on en a un autre exemple avec celle des îles de l'Égée, la κακαβιά [kakaviá], assez voisine de la bouillabaisse marseillaise, dont le nom remonte au grec ancien κακκάβη (var. κάκκαβος) « marmite, chaudron ».


Le basque connait marmita et marmitako.

Dans les Asturies et sur la côte cantabrique l’on cuisine la marmita.
Qui désigne à la fois le récipient et le mets.

Marmitako et marmita sont aujourd’hui préparés avec du thon germon, mais il semble qu’autrefois ils pouvaient être préparés avec d’autres poissons, ceux dont l’on disposait, comme pour la cotriade.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Moutik
Animateur


Inscrit le: 06 Apr 2008
Messages: 1030

Messageécrit le Wednesday 22 Jun 16, 22:22 Répondre en citant ce message   

fringale, n. f. Besoin de manger subit et impérieux (TLFi).

Fainvale, 1150.
Altération, probablement d'après fringuer « sauter, gambader », de faim-valle (TLFi).

faim-calle ou faim-valle, n. f. Accès cataleptique du cheval qui ne cesse qu’après la prise de nourriture.

Du français faim, du latin fames, famis « faim ; violent désir »,
et du breton gwall « mauvais ».

L’on a rencontré aussi soif-calle.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8284
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Friday 23 Sep 16, 9:14 Répondre en citant ce message   

Je viens de consulter la bibliographie du Robert Historique.
Sauf erreur de ma part, leur seule référence pour les mots d'origine celtique, gauloise ou bretonne, c'est quatre articles d'un certain Jakob Jud publiés entre 1920 et 1928...
Si j'en juge par Lexilogos, il y avait quand même d'autres sources possibles à consulter.

Cela dit, j'ai l'impression qu'il y a en ce moment un renouveau des études celtiques en général, à juger par de récentes publications, je me trompe ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum des langues celtiques Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
Page 4 sur 4









phpBB (c) 2001-2008