Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Fautes d'anglais qui vous irritent le plus - Forum anglais - Forum Babel
Fautes d'anglais qui vous irritent le plus
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum anglais
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Feintisti



Inscrit le: 09 Oct 2005
Messages: 1592
Lieu: Liège, Belgique

Messageécrit le Thursday 28 May 09, 11:17 Répondre en citant ce message   

Moi, les fautes de grammaire, ça me gène beaucoup moins que la prononciation... A la limite, un -s oublié au présent, ça ne me gène pas trop (je fais moi-même la faute de temps en temps en parlant trop vite).
Ce qui m'agace le plus, c'est l'accentuation "à la française" sur la dernière syllabe. Le nombre de fois que j'ai entendu "it's not diffiCULT!".

La tendance à prononcer le /ju/ ou le /V/ (v retourné en API) comme un u français... "difficult" ressemble alors à "difficulte" en français...

Je n'aime pas non plus le th prononcé z ou s, les /ai/ mal placés (j'ai déjà entendu "since" prononcé saïnce!) ou à l'inverse le /i/.
Les /au/ prononcé /o/ ou /o:/ comme dans Brown ou Cowboy (qui sonne alors "cawboy").

Les finales en consonne sonore prononcées sourdes (mais c'est typiquement belge je pense!): code prononcé "côte".
Le -ng final avec le -g prononcé (voire prononcé -k en Belgique!): doing sonne doingue (ou doink)... Si vous n'arrivez pas à prononcer le son "ng" sans prononcer le G, prononcez simplement "n"...

CH prononcé SH dans certains mots (alors que normalement, c'est TCH), voire l'inverse...

Le placement d'un H au début des mots qui commencent par une voyelle pour éviter un hiatus...

Après, mais c'est moins grave, une tendance à copier des accents divers pour en faire un "fourre-tout" francophone...
/ei/ transformé en /e/ voire /E/, ça fait écossais: exemple: made prononcé méde
/ou/ transformé en /o:/, ça fait aussi écossais: exemple: low prononcé comme law (lô)
/æ/ prononcé /E/, ça fait américain: exemple: carry prononcé comme Kerry
/r/ prononcé systématiquement en rhotique, ça fait encore américain... (les anglais le prononcent peu ou pas à la fin d'une syllabe), prononcé /w/ (qui est la tendance la plus répandue), ça fait Créole (j'ai même vu des élèves, à des cours sur la phonétique anglaise, remplacer des R par des W... effarant) et prononcé à la française, ça fait... français... mort de rire
/u/ prononcé comme notre "ou". En fait, le /U/ anglais est une sorte de compromis entre "ou", "u" et "eu". Il est plus distingué que notre "ou", la bouche étant moins ouverte et plus arrondie. Au début je prononçais comme un "u", et là ça fait... écossais... très content

La tendance à vouloir toujours tout prononcer comme si c'était phonétique...

La tendance à reproduire des expressions françaises ou à "angliciser" des mots français en y ajoutant l'accent (faussement américain)...

L'usage systématique du present perfect "have -ed" pour remplacer le passé composé.

"How many" pour "How much"...

L'utilisation du ", no?" à la fin d'une phrase au lieu d'utiliser les question tags (do you? have you? are you?...)

L'usage du correctif français " 'fin" quand on se trompe... Les anglais utilisent "I mean", "OK..." ou simplement "sorry"...

L'usage systématique de "the" pour remplacer "le, la, les"...

L'anglais parlé par des locuteurs de certaines langues slaves: ils prononcent le H comme leur H/KH/CH, donc une sorte de /x/ différent du J espagnol...

Au sujet des espagnols, j'en ai déjà entendu qui composaient leurs phrases en plaçant comme pronom 3e personne du singulier par défaut "he" et systématiquement, même après un sujet... "Maria he is Spanish".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Zwielicht



Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 1223
Lieu: la rencontre des eaux

Messageécrit le Monday 01 Jun 09, 19:07 Répondre en citant ce message   

Jacques a écrit:
Voici un mot que je trouve irritant :

irregardless : barbarisme et pléonasme fait de la combinaision des synonymes irrespective et regardless
Ginormous
Guesstimate

sourire
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jacques



Inscrit le: 25 Oct 2005
Messages: 6481
Lieu: Etats-Unis et France

Messageécrit le Thursday 27 Aug 09, 0:28 Répondre en citant ce message   

Ce contresens devient très fréquent depuis une dizaine d'années :
usage de is comprised au lieu de is composed.


Ex.
The atom is comprised of a nucleus and electrons. (incorrect)
The atom is composed of a nucleus and electrons. (correct)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jacques



Inscrit le: 25 Oct 2005
Messages: 6481
Lieu: Etats-Unis et France

Messageécrit le Monday 21 Sep 09, 4:21 Répondre en citant ce message   

Pléonasme très courant, même chez les gens cultivés :
It seems as though ...

It seems as though it is raining. (pléonasme)
it seems [that] it is raining. (simple et correct)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jacques



Inscrit le: 25 Oct 2005
Messages: 6481
Lieu: Etats-Unis et France

Messageécrit le Sunday 15 Nov 09, 4:11 Répondre en citant ce message   

angl. déjà vu, dejavu : sentiment qu'une situation a déjà eu lieu. < fr. déjà vu

Le pléonasme suivant apparaît plus de 6.000.000 de fois avec google.

It is déjà vu all over again.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jacques



Inscrit le: 25 Oct 2005
Messages: 6481
Lieu: Etats-Unis et France

Messageécrit le Saturday 12 Dec 09, 4:13 Répondre en citant ce message   

Sur des sites Internet, to wait est parfois accompagné de la mauvaise préposition. On voit
"Please, wait on the message ..." (incorrect) au lieu de
"Please, wait for the message ..." (correct)

to wait for : attendre [quelqu'un]
to wait on : servir [quelqu'un] (cf. waiter)


Exemple d'usage correct :
The waiter waits for the guests to arrive, welcome them, then waits on them.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Gaillimh



Inscrit le: 12 Nov 2005
Messages: 366
Lieu: Aberdeen (Ecosse)

Messageécrit le Thursday 17 Dec 09, 16:06 Répondre en citant ce message   

Citation:
Le placement d'un H au début des mots qui commencent par une voyelle pour éviter un hiatus...


Certains Anglais font ça aussi. On dit d'eux : "he speaks all his Hs, even those that aren't there". Assez amusant en fait.

Sinon, en fautes des anglais j'entends pas mal des 'I goes/he goes'. I goes down town lookin for my dad cos he owes me 50 quid
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Iskender



Inscrit le: 30 Nov 2009
Messages: 189
Lieu: Le Mans (72)

Messageécrit le Wednesday 24 Feb 10, 21:14 Répondre en citant ce message   

Ce qui me gêne, chez les francophones qui s'expriment en anglais, ce n'est
pas tant leur mauvais accent (on ne saurait en vouloir à quelqu'un pour ça), mais
le refus systématique de respecter les règles de la prononciation. En particulier,
le fait de prononcer le i anglais comme un i français, au lieu de 'aille'.
(Exemple : spiiidermane), ou le "oo" : ô. Ex. Snôpie...
Par ailleurs, j'aimerais mettre en garde contre le fréquent faux-sens qui consiste
à traduire "prétendre" par "to pretend" (=faire semblant) au lieu de "to claim".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Zwielicht



Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 1223
Lieu: la rencontre des eaux

Messageécrit le Wednesday 24 Feb 10, 23:47 Répondre en citant ce message   

Iskender : certains Français réclament le droit de prononcer "spidèremanne". Cela leur permet de maintenir une distance avec l'anglais. Au Québec, on a tendance à essayer d'imiter la prononciation anglaise : "spaille-duwr-men" ! Peut-être que ça choque moins les oreilles des anglophones, mais à la longue, ça conduit à une certaine anglicisation.

Disons qu'ici, mal prononcer l'anglais est considéré comme une faiblesse, même entre Québécois. Tout le monde veut éviter de paraître incompétent dans la langue dominante culturelle et dans notre cas, du conquérant.

Tandis qu'en France, tout prononcer à la française (j'ai déjà entendu des exposés entiers prononcés à la spidèreman dans des réunions scientifiques internationales, par des Français), c'est comme dire haut et fort "Je suis Français, je parle anglais car les circonstances m'y obligent mais sachez que je me fous de bien le parler".

Les Français ont ce réflexe davantage que les Québécois. Pourquoi ? Histoire du pays, le fait de vivre dans un pays reconnu, dont le nom de la langue parlée est d'ailleurs issu.

Le Québécois moyen quant à lui trouve que son français n'est pas vargeux (une minorité en est fier, mais tout le monde se rend compte que notre vocabulaire est un peu limité et les constructions de phrase moins littéraires), alors, s'il fallait en plus être pourri en anglais (en prononciation de l'anglais par exemple).. ça serait insupportable pour l'ego.


Dernière édition par Zwielicht le Thursday 25 Feb 10, 0:36; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
shlomoavital



Inscrit le: 19 Apr 2008
Messages: 130

Messageécrit le Thursday 25 Feb 10, 0:19 Répondre en citant ce message   

Plusieurs choses m'agacent...

- La prononciation du TH comme un Z ou S selon le cas... "zat sing" pour "that thing"... choqué

- Pire : la prononciation du TH comme un V ou un F selon le cas : "vat fing" pour "that thing" choqué

- La prononciation du mot "idea", que les Français (au moins dans ma boîte) prononcent systématiquement [aïdî] ave un /i/ long final, comme la petite fille des montagnes, en oubliant le ə final choqué
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Iskender



Inscrit le: 30 Nov 2009
Messages: 189
Lieu: Le Mans (72)

Messageécrit le Thursday 25 Feb 10, 3:09 Répondre en citant ce message   

Zwielicht a écrit:
c'est comme dire haut et fort "Je suis Français, je parle anglais car les circonstances m'y obligent mais sachez que je me fous de bien le parler". Les Français ont ce réflexe davantage que les Québécois. Pourquoi ? Histoire du pays, le fait de vivre dans un pays reconnu, dont le nom de la langue parlée est d'ailleurs issu.

Zwielicht, il y a aussi une chose dont peu de gens semblent avoir conscience : pour bien des Français
(surtout les petits-bourgeois d'un certain âge), le fait de s'efforcer de parler une langue étrangère
avec un bon accent équivaut un peu à se livrer à des simagrées, des singeries ; à vouloir se rendre
intéressant ("faire son frais" dirions-nous au Québec). Je l'ai remarqué maintes fois de la part de mon
entourage. Et cela dès mon plus jeune âge, lorsqu'il m'arrivait de devoir parler russe, et que mes
camarades se moquaient de moi, persuadés de ce que je faisais seulement semblant, pour les épater...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Zwielicht



Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 1223
Lieu: la rencontre des eaux

Messageécrit le Thursday 25 Feb 10, 4:51 Répondre en citant ce message   

Iskender a écrit:
]Zwielicht, il y a aussi une chose dont peu de gens semblent avoir conscience : pour bien des Français (surtout les petits-bourgeois d'un certain âge), le fait de s'efforcer de parler une langue étrangère
avec un bon accent équivaut un peu à se livrer à des simagrées, des singeries ; à vouloir se rendre
intéressant ("faire son frais" dirions-nous au Québec). Je l'ai remarqué maintes fois de la part de mon
entourage. Et cela dès mon plus jeune âge, lorsqu'il m'arrivait de devoir parler russe, et que mes
camarades se moquaient de moi, persuadés de ce que je faisais seulement semblant, pour les épater...
C'est vrai. On peut aussi dire "faire son gros" sourire Dans le Québec rural c'est la même chose, sauf pour l'anglais, bien sûr, à dose contrôlée.

Je suis en train de lire Jean Forest et il me fait réfléchir à des concepts que j'avais jugés autrement. Par exemple, j'attribuais l'anglicisation de la génération de mes parents et grand-parents à une certaine industrialisation venue des anglais, avec des patrons qui parlent anglais ou formés chez les anglais, sans manuels ou guides français. C'est encore vrai, mais Forest me fait remarquer que cette anglicisation des métiers "durs" a entrainé avec elle une sorte de notion selon laquelle utiliser un terme anglais fait plus sérieux, plus viril, plus "tough" (!) et ce dans d'autres domaines (informatique, équitation..). Dans le Québec rural d'au moins il y a 10, 15 ans.. c'est utiliser les termes français en mécanique automobile qui serait perçu comme faire son frais. Dire un crankshaft et des spark plugs donne une assurance, intimide, montre qu'on s'y connait. Utiliser un terme français, souvent inconnu, donnerait l'impression qu'on veut faire l'école aux autres.

Évidemment il y a des exceptions, mais je pense que c'est, hormis l'anglais, la même chose entre le Québec rural et la France rurale. Apprendre des tierces langues sans but précis, ici, est perçu comme une perte de temps totale. En fait j'ai perçu la même mentalité ailleurs où j'ai vécu au Canada. Surtout chez un groupe d'âge donné. Apprendre la langue de l'autre, est souvent perçu comme s'abaisser, se mettre dans une situation d'infériorité gênante. Pourquoi apprendre la langue d'un peuple inférieur, en quelque sorte, est la question. Mais bien sûr, au Québec, l'anglais fait exception (sauf chez certains souverainistes purs et durs, mais pas tous, certains estiment qu'il est bon d'apprendre la langue de l'ennemi pour mieux l'étudier, prévoir ses coups).

Désolé de cette "écartade" du sujet.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Iskender



Inscrit le: 30 Nov 2009
Messages: 189
Lieu: Le Mans (72)

Messageécrit le Thursday 25 Feb 10, 14:00 Répondre en citant ce message   

Zwielicht a écrit:
c'est utiliser les termes français en mécanique automobile qui serait perçu comme faire son frais. Dire un crankshaft et des spark plugs donne une assurance, intimide, montre qu'on s'y connait. Utiliser un terme français, souvent inconnu, donnerait l'impression qu'on veut faire l'école aux autres.

Tu as, hélas, raison. Et pourtant, dès le début des années 1980, lorsque j'étudiais l'ajustage mécanique dans un CEGEP de
la région montréalaise, les professeurs insistaient énergiquement sur l'utilisation exclusive des termes purement français.
(Ce qui m'a d'ailleurs beaucoup aidé, par la suite, dans la rédaction de traductions techniques pour le Secrétariat d'Etat...*)

(*) J'ai souvenir d'un crétin de réviseur qui, par exemple, aurait tenu absolument à ce que "cutting tool" fût traduit par
"outil coupant" au lieu de "outil de coupe".....

Zwielicht a écrit:
certains estiment qu'il est bon d'apprendre la langue de l'ennemi pour mieux l'étudier, prévoir ses coups).

C'est, en effet, une des bonnes motivations. (Tout comme, pour combattre efficacement les extrémistes religieux,
il est utile d'avoir été élevé dans leur religion...). Mais heureusement, ce n'est pas la seule, tant s'en faut !... très content
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
pgmam



Inscrit le: 29 May 2010
Messages: 39
Lieu: Puy-de-Dôme

Messageécrit le Monday 31 May 10, 14:29 Répondre en citant ce message   

Je commence par digresser un peu, mais peut-être pas de manière trop inutile. Quelqu'un (je n'ai pas noté qui, pardon) a demandé plus haut dans ce fil comment on pouvait se servir des caractères API sur ce forum. Et la suite de la discussion montre à l'envi que ce ne serait effectivement pas du luxe. Or donc, sur Mac (mais je crois que l'équivalent existe sur PC), il faut ouvrir la palette de caractères et dérouler les symboles jusqu'à symboles phonétiques. Après, un double clic et le tour est joué. Il deviendra facile de dire qu'il est effectivement assez ridicule de prononcer [flud] ce qui se prononce [flʌd].
Pour ce qui est du fond de la question, il y a une certaine ambigüité entre les fautes que font les anglophones en parlant anglais et celles que font les francophones en parlant (ou en croyant parler) anglais. Dans cette dernière catégorie, j'ai l'impression que la plus caractéristique est l'incapacité à placer l'accent tonique au bon endroit, ce qui est sûrement le meilleur moyen de rendre incompréhensible une phrase qui autrement n'aurait pas trop à souffrir.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 11168
Lieu: Lyon

Messageécrit le Monday 31 May 10, 16:08 Répondre en citant ce message   

Pgmam a écrit:
Quelqu'un a demandé plus haut dans ce fil comment on pouvait se servir des caractères API sur ce forum. Et la suite de la discussion montre à l'envi que ce ne serait effectivement pas du luxe

Sur le fond tu as raison mais l'expérience montre que l'approche API de la phonétique ne parle qu'aux initiés. Le système API est très peu utilisé sur ce Forum par exemple.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum anglais Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante
Page 6 sur 8









phpBB (c) 2001-2008