Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
faillir (français) - Le mot du jour - Forum Babel
faillir (français)

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel : Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Greenheart



Inscrit le: 27 avr 2007
Messages: 220
Lieu: Cannes

Messageécrit le mercredi 02 mai 07, 18:44 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Je découvre avec émerveillement la conjugaison du verbe français Faillir :
1°) Etre sur le point de, manquer de
2°) Manquer à (sa parole, ses obligations).

Présent : Je faux, tu faux, il faut, nous faillons, vous faillez, ils faillent.
Futur simple : Je faillirai ou je faudrai.

Faillir, selon le Bescherelle de 1971, n'a que trois emplois :
- manquer de, qui ne s'emploierait jamais au présent, par exemple "J'ai failli tomber" (de tomber, à tomber)
- manquer à, comme dans "je ne faillirai pas à mon devoir".
- faire faillite, c'est à dire manquer à ses obligations financières, mais dans ce cas, il se conjugue comme "Finir"

Soit au présent : Je faillis, tu faillis, il faillit, nous faillissons, vous faillissez, ils faillissent.

Le Bescherelle de 1971 et le dictionnaire Hachette de 1921 divergent catégoriquement :

"Ne dites pas : Je faillirai (futur), mais Je faudrai.
Faillir signifie d'abord "se tromper", "tomber en faute", "pêcher" - puis "manquer à" et "être sur le point de".
Toutefois, dans le sens de "faire faillite", faillir se conjugue souvent comme "finir". Souvent et non toujours.


****

Faillir viendrait du Latin FALLO / IS / ERE / FEFELLI / FALSVM
1°) Faire glisser ;
2°) Induire en erreur, tromper, décevoir, abuser.
3°) Manquer à sa promesse, être infidèle, trahir
4°) Echapper à, ne pas être remarqué de
5°) Ne pas parvenir à la connaissance de
6°) Empêcher d'apercevoir ou de sentir

FALLO donne en latin
FALLACIA (AE - féminin) : la ruse, l'artifice, le déguisement, l'erreur, l'enchantement (trompeur).
FALLAX (ACIS) trompeur, perfide, mensonger.
FALSATOR (ORIS - masculin) Faussaire, falsificateur.
FALSE faussement
FALSILOQUIUM - mensonge (FALSE+LOQVOR, parler).

Ainsi que le verbe FALSO / ARE, Falsifier, la version fréquentative* de FALLO
et l'adjectif FALSVS / A / VM : supposé, simulé, apocryphe, mensonger.
En parlant d'une personne : Menteur, hypocrite, trompeur (imposteur ?)
et l'adjectif substantivé FALSVM (I, neutre)

Enfin il faut noter que FALX (FALCIS, féminin) signifie la Faux, faucille, serpe ou tout instrument tranchant ressemblant à une faux. Peut on imaginer que l'idée figurée de l'imposture ou du manquement à ses obligations provient tout simplement de l'analogie avec le fait que ce qui est fauché se dérobe et chute lamentablement au-devant du spectateur armé de l'outil adéquat ?

A l'évidence, FALLO a donc donner les mots français "FAUX" (l'outil) et "FAUX" (contraire à la vérité), l'adjectif étant censé venir du latin FALSUS / A / VM, "trompé" selon le Larousse de 1980, qui opte également pour une conjugaison de faillir réduite à trois temps : Je faillis, je faillirai (!), je faillirais - sans oublier le participe "failli".

Ainsi que le verbe impersonnel FALLOIR (1°) être nécessaire, obligatoire, convenable ; 2°) être en moins, bien loin de), les noms "La faille" (le défaut, le manque), "la faillite" (l'échec ou la cessation de paiement pour un commerçant).

Personnellement, je ne peux m'empêcher de penser au verbe anglais "TO FALL" (tomber).


****

En Ancien Français, Faillir est d'un emploi beaucoup plus prolifique selon le dictionnaire Larousse de 2001 :

1°) Manquer, faire défaut, être en défaut : "Icy fault la regle" (la règle fait défaut).
2°) "Faillir son chemin", c'est à dire s'écarter involontairement de sa route.
3°) Ne pas réussir, échouer, manquer le coup : "la moitie (des pistoles) faillent".
4°) Rater, ne pas pas réussir à : "ses gens avoient faily d'enfoncer le bataillon des ennemis"
5°) Se tromper, tomber en faute, commettre une faute.
6°) Succomber : "Si je faux, ma raison, que veux-tu que je face ?"
7°) Finir, prendre fin : "de sorte que sa race faillit en lui" (sa lignée s'éteignit avec lui ?).
8°) Estre failly : "leur pere est failly trop tost"
9°) "si il vous estoit failli", si vous venez à le perdre.
10°) Falloir : "Quant au faict des armes, au contraire, François parlans, il ne vous faille taire".
11°) S'en falloir.
12°) "Le jour faillant" : le crépuscule. "le jour failli" : à la tombée de la nuit"
12°) "Faillir à" : manquer de peu, se tromper sur.
14°) "Sans faillir" : sans aucun doute.

Failli, l'adjectif donne 1°) Lâche, poltron, sans courage. 2°) Malade, épuisé, sans vivre. 3°) Terminé, fini.


Dernière édition par Greenheart le mercredi 02 mai 07, 22:09; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Pablo Saratxaga



Inscrit le: 30 jan 2006
Messages: 222
Lieu: A Rtene, etur Lidje et Vervî

Messageécrit le jeudi 03 mai 07, 11:51 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Espagnol En espagnol le verbe "fallar" est un verbe tout à fait régulier qui s'emploit à tous les temps et toutes les personnes.
avec tous les sens illustrés dans les exemples d'ancien français (sauf ceux signifiant "mourir", voir plus loin)

Wallon En wallon le verbe "fali" n'est, pour autant que je sache, employé que dans sa forme participe adjectival, dans l'expression "falou gamén" (garçon manqué); ou conjuqué avec des temps composés (donc, sous sa forme participe): "dj' falou fé ci ou ça" (j'ai failli faire ci ou ça).

En wallon on a, tout comme en français, des formes conjuguées identiques pour "fali" (faillir) et "faleur" (falloir); il existe aussi un verbe "fali" (=faiblir, defaillir), mais qui se conjugue differemment (comme "fini")

Espagnol En espagnol il n'existe pas d'équivalent du verbe falloir, on utilise "deber" (devoir) ou "tener" (avoir, posseder, tenir) pour exprimer une obligation (il faut que j'y aille = debo ir / tengo que ir)

En espagnol il y a aussi le verbe fallecer = mourir, deceder; pourrait-il avoir une même étymologie que le français defaillir?
Les exemples de faillir = mourir, s'éteindre dans la liste d'exemple en ancien français se traduiraient en castillan en utilisant le verbe "fallecer". S'agit-il vraiment en (ancien) français d'un seul et même verbe pour les deux sens "manquer de, ne pas faire" et "s'eteindre, mourir"; ou bien deux verbes differents avec des formes conjuguées homonymes (comme "faillir" et "falloir" qui tous deux font "il faut")
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Glossophile
Animateur


Inscrit le: 21 mai 2005
Messages: 2065

Messageécrit le jeudi 03 mai 07, 19:08 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

« Il ne manquera pas d'y faillir » dit Madame Jourdain, quand le parasite Dorante s'engage à rembourser les sommes colossales qu'il emprunte à M. Jourdain.

Mais Martin ne donne pas falx comme mot de la famille fallo. Il y voit un emprunt à une peuple méditerranéen.

Alors, qui croire ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Kyrillion



Inscrit le: 02 jan 2007
Messages: 311
Lieu: Haute-Savoie

Messageécrit le vendredi 04 mai 07, 18:36 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Les conjugueurs que j'ai consultés ne donnent pas d'impératif. Dommage, je me serais plu à dire à quelqu'un : "Surtout, ne faus pas"
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
felyrops



Inscrit le: 04 mai 2007
Messages: 1151
Lieu: Sint-Niklaas (Belgique)

Messageécrit le mardi 08 mai 07, 14:18 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Pour ce qu'il est de l'anglais, je ne pense pas au verbe 'to fall' mais 'to fail' qui a la même signification qu'en français.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Romanovich
Animateur


Inscrit le: 05 déc 2006
Messages: 340
Lieu: Poitiers

Messageécrit le mardi 08 mai 07, 15:50 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Greenheart a écrit:
Personnellement, je ne peux m'empêcher de penser au verbe anglais "TO FALL" (tomber).

En effet c'est tentant mais je ne pense pas qu'il existe un quelconque lien.
Par contre to fail vient d'un emprunt au français faillir, les deux mots recouvrant un champ sémantique commun. (Sources: Felyrops et Etymonline)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
felyrops



Inscrit le: 04 mai 2007
Messages: 1151
Lieu: Sint-Niklaas (Belgique)

Messageécrit le mardi 08 mai 07, 16:45 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

En néerlandais/flamand il y a aussi le verbe 'falen' qui a la même signification. Il pourrait être emprunté au français ou à l'anglais.
Et il s'emploie aussi au présent.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Sisyphos



Inscrit le: 06 mai 2006
Messages: 140
Lieu: Bruxelles

Messageécrit le mardi 08 mai 07, 17:10 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Le verbe 'falen' a été emprunté au français au treizième siècle.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
felyrops



Inscrit le: 04 mai 2007
Messages: 1151
Lieu: Sint-Niklaas (Belgique)

Messageécrit le mardi 08 mai 07, 23:16 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Ah, j'apprends. Merci!
Notez que c'est plutôt logique, chez nous au 13e siècle la diplomatique commence à s'écrire en français, mais la cour anglaise demandait encore d'écrire en latin.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 oct 2006
Messages: 10660
Lieu: Lyon

Messageécrit le mercredi 17 nov 10, 11:55 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Lire ICI le Mot du Jour faillite.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 oct 2006
Messages: 10660
Lieu: Lyon

Messageécrit le mercredi 17 nov 10, 15:35 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Pablo a écrit:
1. En espagnol il n'existe pas d'équivalent du verbe falloir, on utilise "deber" (devoir) ou "tener" (avoir, posseder, tenir) pour exprimer une obligation (il faut que j'y aille = debo ir / tengo que ir)

2. En espagnol il y a aussi le verbe fallecer = mourir, deceder; pourrait-il avoir une même étymologie que le français defaillir?

1. Dans la locution hace falta (= il faut), on retrouve la même racine que celle de faillir :
- falta : du latin vulgaire fallĭta (DRAE)

2. fallecer : d'un incoat. du latin fallĕre (DRAE)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Horatius
Animateur


Inscrit le: 11 avr 2008
Messages: 691

Messageécrit le mercredi 17 nov 10, 18:54 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Greenheart a écrit:
Le Bescherelle de 1971 et le dictionnaire Hachette de 1921 divergent catégoriquement :

En fait, il s'agit d'une série de doublets:
Je faux / je faillis - je faillais / je faillissais - je faudrai / je faillirai - je faudrais / je faillirais

Les premières formes sont les plus anciennes ; les secondes sont des réfections sur le modèle de "finir".

Au XVIIe siècle, les premières formes sont les plus régulières ; les usages s'inversent au cours du XIXe siècle d'après Grevisse :
-Dès 1845, Bescherelle présente les secondes formes comme d'usage courant
- Le vieux Littré n'accepte que les premières formes et note :
Citation:
les trois personnes du présent au singulier, le futur et le conditionnel vieillissent, et c'est dommage ; les personnes qui ont besoin du futur ou du conditionnel et qui en ignorent la véritable forme, les composent suivant la règle des verbes en ir, et disent : je faillirai, je faillirais ; c'est un barbarisme, mais qui a chance de s'introduire et de devenir correct ; déjà quelques grammairiens disent que ce verbe, dans le sens de faire faillite, se conjugue régulièrement sur finir : Quand un négociant faillit, les créanciers, etc. ; s'il faillissait, vous seriez ruiné ; si la baisse continue. il faillira ; c'est un usage tout moderne qui cherche à s'introduire


Pour Grevisse, à l'heure actuelle, la tendance à aligner sur "finir" a triomphé au futur et au conditionnel (je faillirai[s]), mais n'est pas encore assurée aux autres temps (je faux, je faillais). Mon édition récente de Bescherelle (1997), traite ces formes de présent et d'imparfait (faux / faillais) de "tout à fait désuètes" mais n'en propose pas d'autres...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 nov 2008
Messages: 7910
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le vendredi 18 avr 14, 10:22 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Ernout et Meillet sont perplexes quant à l’étymologie – “embarrassante” – du verbe latin fallo, fallere.

Je me permettrai donc d'oser avancer l’hypothèse d’une origine sémitique (phénicienne ?) de ce verbe, à partir des mots rencontrés sous le mot du jour Pleite, auquel je renvoie.
J'ajouterai simplement ici une remarque : l'arabe فلتة falta signifie “faute, manque” aussi bien en arabe qu’en espagnol, langue dans laquelle il est bien antérieur à l’invasion musulmane de l’Andalousie, et donc d'origine latine.

Quant à l'arabe, il n'est pas emprunté à l'espagnol mais dérivé du verbe فلت falata, “s’échapper, échapper à qqn”.
Cela dit, le sens de "faute" dans le mot arabe est peut-être dû à une contamination de l'espagnol. Seuls des textes datés nous dirons si ce sens est antérieur ou postérieur à l'arrivée des Arabes en Espagne. On remarquera qu'en français, quand on dit "ça m'a échappé", c'est souvent l'équivalent de "j'ai fait une faute, une erreur, je n'aurais pas dû faire cela".

Bien sûr, il peut - encore et toujours - s'agir aussi d'une coïncidence.

Pour revenir à l'espagnol, d'un vieux verbe inusité fallir issu du latin fallere, il reste le participe toujours très usuel fallido, "manqué, avorté". Ce mot manquait à la liste donnée plus haut.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 nov 2008
Messages: 7910
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le jeudi 07 août 14, 16:18 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Pablo Saratxaga a écrit:
Espagnol En espagnol le verbe "fallar" est un verbe tout à fait régulier qui s'emploit à tous les temps et toutes les personnes.
avec tous les sens illustrés dans les exemples d'ancien français (sauf ceux signifiant "mourir", voir plus loin)

Ce que ne dit pas Pablo, c'est qu'il y a deux verbes fallar en espagnol, celui qui est apparenté à tous les mots dont on a parlé ici, et un autre, qui veut dire "juger, décider en justice", avec son nom d'action, fallo, très utilisé dans le langage des prix littéraires, en fait de tous les prix avec un jury où l'on décide qui remporte le prix.

Le DRAE donne le verbe latin adflare ou afflare, "souffler sur", comme étymon de ce verbe... J'avoue en douter beaucoup. Je ne vois pas bien comment on aurait glissé, aussi bien dans la forme que dans le sens, de adflare à fallar.

En revanche - je vais encore la ramener avec l'arabe, désolé ! - il y a plusieurs verbes arabes qui commencent par /falla-/, qui se terminent par une gutturale, et qui ont le sens de "couper, fendre, trancher", ce que fait un juge, métaphoriquement parlant, il tranche. Plus qu'il ne souffle (en direction de quoi ?). J'espère que des textes viendront un jour confirmer mon intuition...

En attendant, voici quelques-uns des verbes auxquels je pense, pour qui voudrait vérifier : فلّج fallaǧa, فلّح fallaḥa, فلّخ fallaẖa, فلّع fallaʿa, ...

Pour rester dans le même champ sémantique :
Greenheart a écrit:
Enfin il faut noter que FALX (FALCIS, féminin) signifie la Faux, faucille, serpe ou tout instrument tranchant ressemblant à une faux. Peut on imaginer que l'idée figurée de l'imposture ou du manquement à ses obligations provient tout simplement de l'analogie avec le fait que ce qui est fauché se dérobe et chute lamentablement au-devant du spectateur armé de l'outil adéquat ?

Pour Ernout et Meillet, falx fait partie d'une série de noms d'outils d'origine obscure, non indo-européenne. Je ne serais pas étonné que le mot soit d'origine sémitique (phénicienne ?). Il y a un autre verbe arabe qui veut dire "fendre, couper", c'est le verbe فلّق fallaqa...

Quant à l'hypothèse de Greenheart, elle ne manque pas d'intérêt. Nous sommes effectivement en présence de deux séries de mots en F-L probablement d'origine sémitique, qui pourraient bien avoir un sème commun. J'aime assez "l'analogie avec le fait que ce qui est fauché se dérobe et chute lamentablement au-devant du spectateur armé de l'outil adéquat".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel : Index -> Le mot du jour
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008