en Hors-Château - Les enseignes de Liège en pierre sculptée
Les enseignes de Liège en pierre sculptée




voir plan



En Hors-Château :

Rue créée au début du 11e siècle, hors les murs.( en-dehors de la première enceinte)
Des drapiers s’y étaient installés le long du ruisseau qui y coulait. Au 14e siècle, elle se nomme Pisseroule, sans doute à cause de la petite taille de ce ruisseau. Au 16e siècle, elle devient le quartier général de la noblesse et de certaines institutions religieuses. Grands hôtels, maisons bourgeoises, négoces, couvents s’y succèdent.




11. SAINT-PIERRE (n° 6)






Date incertaine ; la maison a été recouverte d’un mortier de ciment. L’enseigne montre un Saint-Pierre tenant de la main droite une grande clé.




12. RUCHE ET SANGLIER (n° 9) :










Façade datant de 1680. Les allèges (murs d’appui sous les fenêtres) sont décorées de feuilles de laurier, palmes, rinceaux, rosaces, guirlandes et rubans. Sous la fenêtre du premier étage, c’est un bandeau de toute la largeur de la façade qui encadre deux sujets : à gauche, une ruche et à droite, une tête de sanglier. La sculpture est très fine, les détails sont bien rendus. Que signifient ces figures ? La hure figure sur le blason d’un abbé de Saint-Laurent, et le nom de la mère de cet abbé est Labeye. La maison a sans doute appartenu à cette famille.




13. « 17-AU LION BLANC-36 » (n° 33)






Le sujet a été martelé. Au 15e s, une brassine avait déjà choisi le lion blanc pour enseigne.




14. 1750 « A LA TETE D’OR »(n° 39)






Tête de jeune homme vue de trois quarts. Chevelure abondante, nez droit, lèvres bien dessinées ; fine sculpture représentant une sorte d’ange…
C’est intéressant de la comparer à une monnaie grecque ancienne de Rhodes, représentant Apollon (350 avant J.C.)







15. « 17 A L’ANGE DOR LAN 59 » (n° 45)






Cet ange a donné son nom à l’impasse voisine. Cette représentation a peut-être été inspirée par la statue de l’ange gardien sculpté par Jean Delcour vers 1655 pour l’église des Carmes, statue disparue à la révolution.





16. PETIT CAVALIER (n° 57)










Elégante façade Louis XV, assez rare à Liège. Sur un ressaut mouluré dominant une coquille encadrant une sorte de blason, se dressent un cavalier et sa monture. Dans cette rue où la chevalerie était bien représentée, ce sujet plein de panache n’étonne pas.
Encadrant le cavalier, le texte suivant : « au champion teinturier en soye et en laines »




17. ANNO 1748 « AU CHATEAU DE BOUILLON BRASSINE » (n° 110)






Cette enseigne appartient à la famille Mottard installée à cet endroit depuis plus de deux siècles. Elle représente en léger relief un château flanqué de deux tours. Ce château doit être celui situé près de Havelange en Condroz, dans un domaine traversé par un petit ruisseau, le Bouillon, affluent du Hoyoux. Ce domaine est devenu par héritage, au 18e siècle, une résidence des princes-évêques de Liège.




18. A L’ANNEAU D’OR (n° 104)






Du début du 18e s. En partie martelé, l’anneau porte encore des traces de dorure. C’est un cercle très simple, comme une alliance




19.





La façade du n° 64 ne présente pas d’enseigne comme nous venons d’en voir. Elle est elle-même une grande enseigne du début du 18e siècle. Sous le premier étage , différents motifs sont sculptés dans la pierre : au centre, une étoile à six branches entourée d’une couronne de feuilles de chêne, de part et d’autre, des disques évoquant tartes ou fromages. Ce motif est repris sous la corniche au centre et est encadré par des rosaces fleuries.






page suivante : Féronstrée et rue du Péry




index & contact