Le Prénçot VIII
Le Prénçot VIII




I aprenghi bén vitement a meù counétre quéle fllour. Ol avét trjhou oghu, su la pllanéte dau prénçot, daus fllours réde sénplles, adornàie d’ine soule rande de foulles, é qui preniant poet de rénjhe, é qui déturbiant prsoune. A boutiant in matin den l’arbe, pi a se tuiant le sér. Mé quéle-lae avét jharnai in jhor, d’ine grane aboulàie de qui sé voure, é le prénçot avét surjhai de réde pràe quéle bréngalle qui senbllét poet aus àutres bréngalles. O pevét étre in novea jhenre de baobab. Mé le petit abre décéssit vitement de prfitàe, é coumencit d’adrigallàe ine fllour. Le prénçot, qui assestét a l’apuntajhe d’in boutun énourme, éprmuntét bén qu’ol en srtirét ine aparuciun miraçhulouse, mé la fllour finissét pa de s’arouàe pr étre béle, a l’abric den sa chanbre varte.

A choesissét ac sogn sés coulours. A s’abenét lodement, al adounét ine a ine sés foulles. A velét poet srti tote fripàie coume lés pabous. A velét boutàe que den le pllén arallement de sa beatai. Éh ! voué. Al étét réde fognouse ! Sa pllume mistaeriouse avét dun durai daus jhors é daus jhors. Pi velat-o pa qu’in matin, jhusce a l’oure dau levàe dau soulall, a s’étét boutràie.

É lai, qu’avét ouvrajhai ac tant de dréture, disit en ballant :

« Ah ! i m’évelle a paene… I vous demande prdun… I seù core tote éprounàie… »

Le prénçot, aloure, poghit poet téndre soun amiraciun :

« Coume v’étéz béle !

Parae, répounit pllanjhement la fllour. Pi i seù naessue en ménme tenp que le soulall… »

Le prénçot devinit bén qu’al étét poet trot sénplle, mé al étét si émovante !

« Ol ét l’oure, i cré, dau déjhunàe, qu’al avét béntout apéçai, ariéz-vous la buntai de sunjhàe den màe… »

É le prénçot, tot enbroullai, éyant étai queri in arousour d’aeve fraeche, avét sarvi la fllour.



De maeme a l’avét bén vitement chacotai ac sa farauderie in petit patelouse. In jhor, pr éxenplle, causant de sés quatre picots, al avét dit au prénçot :

« Le pevant veni, lés tigres, ac lours gripes !

Ol at poet de tigres su ma pllanéte, avét trouàe a redire le prénçot, pi lés tigres ménjhant poet d’arbe.

I seù poet ine arbe, avét pllanjhement répounai la flleùr.

Prdounéz-mou…

I crén rén daus tigres, mé lés courants d’aer me fasant zire. V’ariéz poet in paravent ? »

« Lés courants d’aer li fasant zire… a chance poet, pr ine pllante, avét remarcai le prénçot. Quéle fllour ét bén enmanchàie… »

« Le sér ve me saqueréz sou gllobe. O fét réde fréd che vous. Ol ét màu apuntai. De voure qu’i vén… »

Mé al avét déroctàie. Al étét vénghu sou formance de grane. Al avét rén poghu counétre daus àutres mundes. Abrjhàie de s’étre laechai sourpréndre a adrigallàe ine menterie tant nice, al avét tussai deùs ou tràes fés, pr boutre le prénçot en dérésun :

« Quou paravent ?...

I alae z-ou queri mé ve me causiéz ! »

Aloure al avét épaessai sa tusse pr le travallàe quant ménme.



De ménme le prénçot, maugrai la bévelence de soun amour, s’étét vitement défiai de lai.

L’avét prénghu su le sérious daus mouts sen énpourtance é l’étét rendu réde malurous.

« I aràe deghu poet l’acoutàe, que le me disit in jhor, fàut jhamaes acoutàe lés fllours. Fàut lés argardàe pi lés alenàe. La méne enflléràe ma pllanéte, mé i savàe poet m’en égaudi. Quéle istoere de gripes, qui m’avét télement atinai, oghit deghu me tendresi… »

Le me disit core :

« I soghi aloure rén cunprendre ! I aràe deghu la jhujhàe su lés acs é poet su lés mouts. A m’enflléràe é m’acllértai. I aràes jhamae deghu décanijhàe ! I aràes deghu devinàe sa tendréce darére sés poures nadretais. Lés fllours sant si cuntrariantes ! Mé i étàe trot jhéne pr savér l’aemàe. »




chapitre précédent           chapitre suivant



sommaire








Projet Babel