Prénoms poitevin-saintongeais



A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y



écrire un prénom français ou poitevin-saintongeais (ou une partie d'un prénom) :





m - Dictionnaire des prénoms poitevins saintongeais
prénom
français
prénom
poitevin-saintongeais
graphie normalisée

prénom
poitevin-saintongeais
autres graphies
prononciationlocalisationremarques
M-MégrinMaigrin[mégrin]- Charente-Maritime (partie linguistiquement saintongeaise).- MASCULIN. Forme poitevine-saintongeaise du nom d'un saint. On la retrouve dans Saint-Maigrin , forme officielle moderne du nom d'une commune de charente-Maritime, et dans Saint-Mégrin, orthographe ancienne du nom de cette même commune.
MacrineMégrineMaigrine[mégrine]- Deux-Sèvres.- FÉMININ. Forme poitevine-saintongeaise du nom d'une sainte. On la retrouve dans Sainte-Maigrine, forme écrite ancienne (1765) de Saint-Macrine, nom d'une commune des Deux-Sèvres.

Sainte Macrine vivait au IXème siècle, lorsque, avec sa soeur sainte Colombe, elles rencontrèrent sainte Pexine, originaire d'Espagne. S'installant près de Niort (Deux-Sèvres) elles furent rejointes par de nombreuses compagnes et finirent par se faire construire un monastère. Poursuivies par les assuidités d'un certain Olivier, seigneur des environs, sainte Colombe se dévoua la première. Les deux autres s'enfuirent et sainte Pezenne trouva la mort pendant cette fuite. Ses restes furent déposés en un lieu qui devint l'actuelle commune de Sainte-Pezenne. Sainte Macrine se serait ensuite réfugiée en un lieu qui devint l'actuelle commune de Sainte-Macrine. Elle s'en fut ensuite dans l'île de Magné où se trouve un lieu appelé butte de Sainte-Macrine, et où elle serait morte vers 850.

MadeleineMadeluche-[mad'luche]- Deux-Sèvres, Vienne.- FÉMININ. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème). On le retrouve, écrit Mad'luche, dans "Les Histoires de Jhaquet Mâle" (1931), oeuvre d'Eugène Rougier en poitevin du sud-Civraisien (Vienne).
MadeleineMadeloche-[mad'loche]- Sud Loire-Atlantique (partie linguistiquement poitevine : Pays de Retz).- FÉMININ. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème).
MadeleineMadelunMadelon[mad'lon], [Mad'lan], [Mad'lin]- Deux-Sèvres, Vienne.- FÉMININ. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème).
MadeleineMédeline-[méd'line]- Vienne.- FÉMININ. Attesté comme prénom, avant la révolution, dans les registres paroisiaux de la Vienne.
MainMoénMouin[mouin]- Vienne.- MASCULIN. Forme poitevine-saintongeaise du nom d'un saint.
MaloMacouMacoux, Macoult[mâcou]- Vienne, Charente-Maritime (partie linguistiquement saintongeaise).- MASCULIN. Forme poitevine-saintongeaise du nom d'un saint.

Né au VIème siècle en Grande-Bretagne, saint-Malo (ou saint Maclou) serait partit en expédition vers les îles Hébrides, Orcades et Shetland. De retour au monastère de Lancarvan il aurait ensuite débarqué en Bretagne à Alet, aujourd'hui Saint-Servan, où il occupa le siège épiscopal. En but à des inimités il s'embarqua pour la Saintonge où il fut accueilli par l'évêque de Saintes et reçu l'hospitalité à Nancras. Il retourna par la Suite à Alet, passant-dit-on, par Saint-Macoux dans la Vienne, puis finit ses jours en Saintonge.

ManonManéteManette, Manète[manète]- Vienne.- FÉMININ. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème).
MarcMarquétMarquet, Marqué[marké]- Vendée.- MASCULIN. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème).
MarcMar-[mar]- Vendée.- MASCULIN. Forme poitevine-saintongeaise du nom d'un saint. On la retrouve dans Saint-Mar, prononciation locale traditionnelle de Saint-Marc-la-Lande, nom d'une commune de Vendée..
MarcMarquotMarquo[marko]- Deux-Sèvres, Vienne, Charente-Maritime (partie linguistiquement saintongeaise), Nord Gironde (partie linguistiquement saintongeaise : Pays Gabaye).- MASCULIN. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème).
MarcMarquéteMarquète, Marquette[markète]- Charente (partie linguistiquement saintongeaise).- FÉMININ. Attesté comme prénom au XVIIème siècle dans des documents d'archives de la Charente.
MarcMarce-[marsse]- Charente-Maritime (partie linguistiquement poitevine : Aunis).- FÉMININ. Attesté comme prénom au XIIIème siècle, écrit Marce, dans le "Terrier du Grand fief d'Aunis".
MarcelMarceaMarcéa, Marcia, Marcè, Marçua[Marséâ], [marsè], [marsiâ], [marsuâ]-?- MASCULIN.
MarcelMarceuMarcè[marsè]- Sud-ouest de l'Indre (parlers poitevins de transition avec le berrichon).- MASCULIN. Forme poitevine-saintongeaise du nom d'un saint. On la trouve dans Saint Marsè, prononciation locale traditionnelle de Saint-Marcel, nom d'une commune du sud-ouest de l'Indre (située dans la zone de parlers poitevins de transition avec le berrichon).
MargueriteMargarite-[margarite]- Vendée, Deux-Sèvres, Vienne, Charente-Maritime (partie linguistiquement saintongeaise).- FÉMININ. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème). Attesté en outre au XIIIème comme prénom, écrit Margarite, dans un texte d'archive de Rochefort et dans un de Mirambeau, et avant la révolurion dans les registres paroissiaux de la Vienne (dès le XVIIème). On le retrouve, écrit Margarite, dans plusieurs textes en saintongeais écrits entre 1724 et 1768 et publiés par Jacques Duguet en 1970 dans "Le Manuscrit de Pons".
MargueriteGote-[gote]- ?- FÉMININ.
MargueriteGotunGoton[goton]- Vienne, Charente-Maritime (partie linguistiquement saintongeaise), Charente (partie linguistiquement saintongeaise).- FÉMININ. Attesté comme prénom avant la révolution dans les registres paroissiaux de la Vienne, et, écrit Goton, dans les registres d'état civil de la Vienne au XIXème siècle.

Goton est en outre devenu nom commun en Charente-Maritime, prenant le sens, péjoraif, de... putain.

MargueriteGuite-[guite]- Deux-Sèvres, Charente (partie linguistiquement poitevine : Ruffécois), Sud-Ouest de l'Indre (parlers poitevins de transition avec le berrichon).- FÉMININ. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème). On le retrouve, écrite Guitte, dans "Avant que le temps ne l'emporte : récits en patois poitevin" (1987), oeuvre de Marius Gagnère en poitevin du Ruffécois (Charente poitevine).
MargueriteMargarile-[margarile]- Vienne.- FÉMININ. Attesté comme prénom avant la révolution dans les registres paroissiaux de la Vienne.
MargueriteMargochéteMargochète, Margochette[margochète]- Vendée.- FÉMININ. On le retrouve, écrit Margochéte, dans la chanson "Nichan" (1806), oeuvre de Jacques-Laurent Paliau en poitevin des Sables d'Olonne (Vendée).
MargueriteMargotunMargoton[margoton]- Deux-Sèvres, Charente-Maritime (partie linguistiquement saintongeaise), Nord Gironde (partie linguistiquement saintongeaise : Pays Gabaye).- FÉMININ. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème). On le retrouve, écrit Margoton, dans plusieurs textes en saintongeais écrits entre 1724 et 1768 et publiés par Jacques Duguet en 1970 dans "Le Manuscrit de Pons".
MargueriteMarguérite-[marguérite]- Charente-Maritime (partie linguistiquement saintongeaise).- FÉMININ. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème), mais comme nom donné à une jument.
MargueriteMarguite-[marguite]- Charente-Maritime (partie linguistiquement saintongeaise), Charente (partie linguistiquement saintongeaise).- FÉMININ. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème). On le retrouve, écrit marguite, dans kles "Contes Balzatois" (1877-1878) oeuvre de jean condat en saintongeais d'entre Angoulême et sAint-Amant-de-Boixe (Charente).
MargueriteMérgueriteMerguerite, Mèrguerite[mèrguerite]- ?- FÉMININ.
MarieMaritunMariton[mariton], [maritan], [maritin]- Deux-Sèvres, Vienne, Charente-Maritime (partie linguistiquement saintongeaise).- FÉMININ. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème).
MarieMarioteMariothe[mariote]- Charente (partie linguistiquement poitevine : bordure d'oïl du Confolentais), Nord Gironde (partie linguistiquement saintongeaise : Pays Gabaye).- FÉMININ. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème). Attesté en outre au XVIème comme prénom, écrit Mariothe, dans le "Terrier des seigneurs de Romefort" (Gironde saintongeaise).
MarieMarioune-[marioune]- ?- FÉMININ.
MarieMarite-[marite]- Charente-Maritime (partie linguistiquement saintongeaise).- FÉMININ. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème).
MarieMaritourne-[maritourne]- Charente-Maritime (partoe linguistiqement saintongeaise).- FÉMININ. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème).
MarienMariaMariâ[mariâ]- Nord Gironde (partie linguistiqement saintongeaise : Pays Gabaye).- MASCULIN. Forme poitevine-saintongeaise du nom d'un saint. On la retrouve dans Saint-Mariâ, prononciation locale traditionnelle de Saint-Mariens, nom d'une commune du Nord Gironde (Gironde saintongeaise).
MartheMartuche-[martuche]- Vienne.- FÉMININ. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème).
MartialMarçàuMarçau, Marsau, Marsault[marsô], [marsâô], [marsâ]- Deux-Sèvres, Vienne, Charente-Maritime (partie linguistiquement poitevine : Ile de Ré), Charente (partie linguistiqement saintongeaise), Nord Gironde (partie linguistiquement saintongeaise : Pays Gabaye).- MASCULIN. Attesté comme prénom au XVème siècle écrit Marsaut dans le "Compte du receveur de la seigneurie de l'île de Ré", au XVIème siècle écrit Marsault dans le "Terrier des seigneurs de Romefort" (Gironde saintongeaise), et au XVIIème siècle écrit Marsaud, Marssaud et Marsault dans des documents d'archive de la Charente. On le retrouyve dans Saint-Marsault, forme officielle moderne du nom d'une commune des Deux-Sèvres, et dans Saint-Marsâô, prononciation locale traditionnelle du nom de cette commune. On le retrouve également dans "Saint-Marsault", forme officielle du nom d'un hameau de la commune de Château-Larcher (Vienne).

Saint Martial vécut en Limousin, et de là son rayonnement s'étendit sur le sud-est de notre région (Angoumois) d'ailleurs très proche culturellement du Limousin, la partie orientale de l'Angoumois étant toujours de langue occitane limousine, et la partie occidentale n'étant passée que récemment au poitevin-saintongeais (comme dans la région de Saint-Amant-de-Boixe où le passage de l'occitan limousin au poitevin-saintongeais ne s'est accomplit qu'au début du XXème siècle). Saint Martial fut l'un des septs évêques envoyés de Rome en Gaule vers les années 250. Evêque de Limoges, il évangélisa le Limousin. On raconte que, passant par Poitiers, Saintes et Bordeaux, il contribua à l'évangélisation de ces lieux.

MartialMarçaudeMarsaude[marsôde]- Charente (partie linguistiquement saintongeaise).- FÉMININ. Attesté comme prénom au XVIIème siècle écrit Marsaude dans des documents d'archives de la Charente.
MathildeMaltide-[maltide]- Vendée, Sud Loire-Atlantique (partie linguistiquement poitevine : Pays de Retz), Charente-Maritime (partie linguistiquement saintongeaise).- FÉMININ. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème).
MathildeMatide-[matide]- Vendée, Nord Gironde (partie linguistiquement saintongeaise : Pays Gabaye).- FÉMININ. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème).
MathildeMalticiaMalthicia[malticia]- Charente-Maritime (partie linguistiquement poitevine : Ile de Ré).- FÉMININ. Attesté comme prénom, écrit Malticia et Malthicia, dans les registres d'état civil de l'île de Ré.
MathurinMatelinMathelin[mat'lin]- Vienne, Charente-Maritime (partie linguistiquement poitevine : île de Ré), Charente (partie linguistiquement saintongeaise).- MASCULIN. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème). Attesté comme prénom au XVème siècle écrit Mathelin dans le "Compte du receveur de la seigneurie de l'île de Ré", au XVIIème siècle écrit Matelin et Mathelin dans des documents d'archives de la Charente, et avant la révolution dans les registres paroissiaux de la Vienne.
MathurineMatelineMatheline[mat'line]- Vienne, Charente (partie linguistiquement saintongeaise).- FÉMININ. Attesté comme prénom aux XVIIème et XVIIIèmes siècles, écrit Matheline, dans des documents d'archives de la Charente, et avant la révolution dans les registres paroissiaux de la Vienne
MatthieuMatelu-[mat'lu]- Deux-Sèvres.- MASCULIN. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème).
MatthieuMataMatâ[matâ]- Vienne.- MASCULIN. Attesté comme prénom avant la révolution dans les registres paroissiaux de la Vienne.
MatthieuMataiMaté, Mathé, Mathée[maté]- Vendée, Charente-Maritime (partie linguistiquement poitevine : île de Ré), Charente (partie linguistiquement saintongeaise).- MASCULIN. Attesté comme prénom entre les XIIème et XVème siècles, écrit Mathé, dans le "Cartulaire de l'abbaye de Saint-jean-d'Orbestier" (Vendée), au XVème siècle écrit Mathée dans le "Compte du receveur de la seigneurie de l'île de Ré", et au XVIIème siècle, écrit Mathée, dans des documents d'archives de la Charente.
MatthieuMatàieMatée[matée], [matèye], [mataye]- Charente-Maritime (partie linguistiquement poitevine : île de Ré et Aunis).- FÉMININ. Attesté comme prénom au XIIIème siècle, écrit Mathée, dans le "Terrier du grand fief d'Aunis", et au XVème siècle, dans le "Compte du receveur de la seigneurie de l'île de Ré".
MatthieuMatiu-[matiu]- ?- MASCULIN.
MatthieuMatàuMatau[matô], [matâô], [matâ]- ?- MASCULIN.
MaxenceMéssentMéssan[méssan]- Vendée, Deux-Sèvres.- MASCULIN. Forme poitevine-saintongeaise du nom d'un saint. On la retrouve dans Saint-Méssan, prononciation locale traditionnelle de Saint-Maixent, nom d'une commune de Vendée et d'une commune des Deux-Sèvres.

Saint Maxence ou Maixent naquit vers la fin du IIIème siècle à Mouterre-Silly (Vienne) où naquirent aussi saint Maxime et saint Maximin . Evêque de Poitiers, il prépara l'évangélisation menée ensuite par Saint-Hilaire, son successeur.

MaxenceMoessentMoéssent, Mouéssent, Mouéssont[mouéssan], [mouésson]- Deux-Sèvres.- MASCULIN. Forme poitevine-saintongeaise du nom d'un saint. On la retrouve dans Saint-Mouéssan, Saint-Mouésson et Sé-Mouéssan, prononciations locales traditionnelles de Saint-Maixent, nom d'une commune des Deux-Sèvres.

Saint Maxence ou Maixent naquit vers la fin du IIIème siècle à Mouterre-Silly (Vienne) où naquirent aussi saint Maxime et saint Maximin . Evêque de Poitiers, il prépara l'évangélisation menée ensuite par Saint-Hilaire, son successeur.

MaximeMémeMême[mème]- Vienne, Charente (partie linguistiquement saintongeaise), Sud de la Loire-Atlantique (partie linguistiquement poitevine : pays de Retz).- MASCULIN. Forme poitevine-saintongeaise du nom d'un saint. On la retrouve dans la forme officielle moderne du nom de deux communes : Saint-Même-les-Carrières en Charente, et Saint-Méme-le-Tenu en Pays de Retz (sud Loire-Atlantique).

Saint Maxime naquit au IVème siècle à Mouterre-Silly (Vienne) où naquirent aussi saint Maixent (ou Maxence) et saint Maximin. D'abord retiré dans un monastère près de Lyon il vécu ensuite en ermite à Chinon, non loin du Loudunais (Poitou) où il était né.

MaximeSimeSyme[sime]- Charente-Maritime (partie linguistiquement poitevine : île de Ré).- MASCULIN. Attesté comme prénom au XIIIème siècle, écrit Syme, dans le "Terrier du Grand fief d'Aunis".

Saint Maxime naquit au IVème siècle à Mouterre-Silly (Vienne) où naquirent aussi saint Maixent (ou Maxence) et saint Maximin. D'abord retiré dans un monastère près de Lyon il vécu ensuite en ermite à Chinon, non loin du Loudunais (Poitou) où il était né.

MaximinMéminMesmin, Mêmin[mémin]- Vendée, Vienne.- MASCULIN. Forme poitevine-saintongeaise du nom d'un saint. On la retrouve dans la forme officielle moderne du nom d'une commune : Saint-Mesmin (Vendée), et dans "la fontaine de Sain-Mesmin" située sur la commune de Mouterre-Silly (Vienne).

Saint Maximin naquit au IVème siècle à Mouterre-Silly (Vienne) où naquirent aussi saint Maixent (ou Maxence) et Saint Maxime. Il devint évêque de Trèves, capitale de l'empire à l'époqe. Il signa les actes du concile de Sardique (l'actuelle Sofia en Bulgarie).

MédardMardMars[mâr]- Vienne, Charente-Maritime (partie linguistiquement saintongeaise), Sud Loire Atlantique (partie linguistiquement poitevine : Pays de Retz).- MASCULIN. Forme poitevine-saintongeaise du nom d'un saint. On la retrouve dans Saint-Mard forme officielle moderne du nom d'une commune de Charente-Maritime, dans Saint Mars forme officielle moderne du nom d'un hameau de la commune de Bonneuil-Matours dans la Vienne, et dans Saint-Mars-de-Coutais forme officielle moderne du nom d'une commune du Pays de retz (sud de la Loire-Atlantique).
MédardMardMars[mâr]- Vienne, Charente-Maritime (partie linguistiquement poitevine), Sud Loire Atlantique (partie linguistiquement poitevine : Pays de Retz).- MASCULIN. Forme poitevine-saintongeaise du nom d'un saint. On la retrouve dans Saint-Mard forme officielle moderne du nom d'une commune de Charente-Maritime, dans Saint Mars forme officielle moderne du nom d'un hameau de la commune de Bonneuil-Matours dans la Vienne, et dans Saint-Mars-de-Coutais forme officielle moderne du nom d'une commune du Pays de retz (sud de la Loire-Atlantique).
MichelMicha-[michâ]- Vendée, Deux-Sèvres, Vienne, Charente-Maritime (partie linguistiquement saintongeaise, partie linguistiquement poitevine : île de Ré).- MASCULIN. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème). De plus attesté en tant que prénom, écrit Michea, entre les XII et XVèmme siècles, dans le Cartulaire de l'abbaye de Saint-Jean-d'Orbestier (Vendée). On le retrouve, écrit Michea, dans « L’Universeou poetevinea », texte inclu dans le « Rolea », recueil en poitevin publié en 1660. On le retrouve, écrit Michas, dans l’un des textes en poitevin-saintongeais d'entre 1724 et 1768 publiés dans « Le Manuscrit de Pons » en 1970 par Jacques Duguet. On le retrouve écrit Michea dans un Noël publié au 18ème siècle, écrit en poitevin, et dont le titre est « Noel gaillard contenant toutes les villes, bourgs, villages et contrées de la province de Poitou et encores quelques provinces, villes et lieux adjacens ».

Micha est le nom de plume de Michel Gautier, vendéen responsable de l’UPCP, association promouvant la langue et la culture régionale entre Loire et Gironde, vice-président du Bureau européen des langues moins répandues, et président de Défense et Promotion des Langues d’Oïl. Cet auteur fut le fer de lance d’un renouveau de la littérature d’expression poitevine-saintongeaise, la révolutionnant même par une poétique empruntant à la poésie comptemporaine.
MichelleMechéleMechèle, Mechelle[mechèle]- Vendée.- FÉMININ. On le retrouve, écrit Mechéle, dans la chanson "Nichan" (1806), oeuvre de Jacques-Laurent Paliau en poitevin des Sables d'Olonne (Vendée).
MoniqueMounique-[mounique]- Vienne, (Charente-Maritime : partie linguistiquement saintongeaise), Sud-Ouest de l'Indre (parlers poitevins de transition avec le berrichon).- FÉMININ. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème). De plus Mounique est attesté comme nom commun dans la partie saintongeaise de la Charente-Maritime avec le sens péjoratif de "catin" et même de "macaque". On le retrouve, écrit Mounique, dans "Les Histoires de Jhaquet Mâle" (1931) oeuvre d'Eugène Rougier en poitevin du sud Cvraisien (Vienne).
MoniqueMounaque-[mounaque]- Charente-Maritime (partie linguistiquement saintongeaise), Nord Gironde (partie linguistiquement poitevine : Pays Gabaye).- FÉMININ. Attesté dans l'usage oral comme prénom à date récente (XIXème-XXème). De plus Mounaque est attesté comme nom commun dans la partie saintongeaise de la Charente-Maritime et du Nord Gironde avec le sens péjoratif de "vilaine femme".





Prénoms poitevin-saintongeais

Index

Contact :