livre arabe parlé au Caire
Commander le livre
Leçon 11 - L'arabe parlé au Caire - page
L'arabe parlé au Caire


Leçon 11



I- Compréhension


1. *eSMaK Eh ?

*eSM, pluriel *aSAMi : nom, prénom.


2. ṢâLÂḤ aBu CID

ṢâLÂḤ : Salah (prénom masculin)

*aBu : père de … ; *oMM : mère de

CID : fête, notamment dans *eL-CID eL-KeBIR et *eL-CID eS-SerIR, le grand et le petit Baïram.

*aBu CID : nom de famille.


3. SAKeN FEN ?

Voir leçon 5.


4. XaMSat ŠAReC MoḤaMMeD CALi

ŠAReC, pluriel ŠaWAReC : rue.


5. *eD-DOR eL-aWWaL, Šaqqat NeMRat TaLATat

DOR, pluriel *aDWAR : étage.

NeMRat, pluriel NeMaR : numéro.

TaLATat : trois. TALeT : troisième. TeLT : tiers.
*eS-SaCat XaMSat u TeLT : il est 5 h 20.
*eS-SaCat *aRBaCat *eLLa TeLT : il est 4 h moins 20.


6. Be-TeŠTaraL Eh ?

Be-TeŠTaraL : deuxième personne du masculin singulier du présent de *eŠTaraL, travailler (personne), marcher, fonctionner (chose). Forme dérivée de la racine Š-r-L (cf. ŠorL et MaŠrUL, leçon 3). On voit que pour former le présent il suffit de faire précéder le conditionnel du préfixe Be-. Rappelons que la troisième personne du féminin singulier (elle travaille) est identique à la deuxième du masculin singulier (cf. leçon 6, énoncé 6).


7. MeTGaWWeZ ?

Participe passé du verbe *eTGaWWeZ, se marier, forme dérivée de la racine G-W-Z.


8. CaND-aK KaM WaLaD ?

CaND : à, chez, en (ta) possession. Comme la préposition Le, celle-ci permet d’exprimer ce que le français exprime par le verbe avoir, possession et appartenance.

WaLaD, pluriel *aWLAD : enfant.


9. WAHeD, BaSS

WAHeD, WaHDat : un, une. *eL-WAHeD : on.


10. ṬâYYeB ! ŠoKRaN !

ṬâYYeB : bien. Parfois abrégé en ṬâYB.


11. MaCa S-SaLAMat !

SaLAMat : salut, sécurité.
MaCa S-SaLAMat ! : au revoir ! (littér. : avec le salut !)


12. *âLLÂH YeSaLLeM-aK !

SaLLeM : sauvegarder, préserver, garder sain et sauf. Remarquer l’emploi du conditionnel avec une valeur optative. L’expression est la réponse normale à la précédente.
Le verbe SaLLeM est le factitif de SeLeM, être sain et sauf.
SaLLeM CaLa FuLAN : saluer Untel.


II- Variantes


Répondre au questionnaire ci-dessus en variant le plus possible les réponses. Poser les questions au féminin. Ajouter les réponses qui manquent.

III- Déductions


1. *aBU CID, d’où : *ABU-Ya, *ABU-K, *ABU-Na. (Ce dernier est notamment employé par les Chrétiens devant le nom d’un prêtre ou d’un moine.)

2. Be-TeŠtaraL, d’où : Be-TAXoD, Be-TAKoL, Be-TRUḤ, Be-TŠUF, Be-TSaLLeM
B-aŠtaraL, d’où : B-AXoD, B-AKoL, B-aRUḤ, B-aŠUF
Be-YeŠtaraL, d’où : Be-YAXoD, etc.

3. CaND-aK, d’où : CaND-i, CaNDe-Na.
Avec la négation : Ma CaND-aK-Š, Ma CaND-I-Š, Ma CaNDe-Na-Š

IV- Questions


Essayez de répondre aux questions suivantes avec le vocabulaire dont vous disposez :

1. *eŠTaraLT eN-NaHaR-Da ? FEN ? KaM SACat ?
2. RoḤTe FEN eN-NaHaR-Da ?
3. ŠoFTe *Eh *eN-NaHaR-Da ?
4. KaLTe *Eh *eN-NaHaR-Da ?
5. *eŠTaReT *Eh *eN-NaHaR-Da ?
6. *eNTa GaY MeNEN DeLWaqTi ?
7. *eNTa SAKeN Fe D-DOR KaM ?
8. CaND aBU-K KaM WaLaD ? *eNTa L-âKBâR ?
9. *eSM aBU-K *Eh ? *eSM oMM-aK *Eh ? *eSM eBN-aK *Eh ? *eSM BeNT-aK *Eh ? *eSM ŠAReC-aK *Eh ?
10. CaND-aK RoXṢeT MuRUR ? CaND-aK RoZZ ? CaND-aK ZeBDat ? CaND-aK MOZ ?

Les questions s’adressent à un interlocuteur de sexe masculin. Mettez-les au féminin.

V- Transpositions


1. Bonjour ! ... On te salue et tu ne fais pas attention !
2. Tu travailles bien. Tu prends combien ? – Deux livres. – Bien.
3. Je travaille deux jours par mois. – Dieu ! Pas possible ?
4. Ce beurre est frais et délicieux. – Servez-vous (plur.) ! Mangez !
5. Ma fille veut se marier le jour de la fête.
6. Ma mère a l’intention de venir à la fin du mois.
7. Il a vu le numéro de ton permis.
8. Où est le marché ? – Rue du Salut.
9. Combien avons-nous de paquets ? – Cinq. – Moi, je n’en ai pas.
10. Il est une heure moins vingt, je veux dormir. – Bonne nuit !
11. Il a acheté du jasmin ce matin.

(Solution p. 83)

VI- Initiation à l’écriture arabe


1. La lettre ا (alif) est l’équivalent de la voyelle a. Elle est souvent longue (A). Elle n’a qu’une graphie, indépendamment de sa place dans le mot.

2. La lettre ييي (ya) se prononce comme la voyelle i (ou I) ou comme la voyelle e (ou E), ou encore comme la consonne y de yaourt. Elle est donnée ici sous ses trois graphies selon sa place dans le mot, début, milieu, fin. (Rappelons que l’arabe s’écrit de droite à gauche.) Le mot يا se lit « YA ».

3. La lettre ممم (ma) est l’équivalent de la consonne m. Elle est donnée ici sous ses trois graphies selon sa place dans le mot. Le mot ما se lit « Ma », et ماما se lit « MÂmâ ».

4. La lettre و (waw) se prononce comme la voyelle u (ou U) ou comme la voyelle o (ou O), ou encore comme la consonne w de watt. Elle n’a qu’une graphie, indépendamment de sa place dans le mot. Le mot يوم se lit donc « YOM », et ويا se lit « WaYYa ».
Remarque : dans ce dernier mot, le redoublement du Y n’est pas indiqué. En arabe, il faut presque toujours connaître un mot pour savoir le lire, car en graphie normale, il manque beaucoup d’indices permettant de lire un mot inconnu sans se tromper.

5. Lisez et écrivez (de droite à gauche) :

يا ـ ما ـ ماما ـ يوم ـ ويا





(c) photo Raymond Collet
1001images.com









L'arabe parlé au Caire

par Jean-Claude Rolland

Commander le livre

index & contact - lexique arabe-français