livre arabe parlé au Caire
Commander le livre
Leçon 16 - L'arabe parlé au Caire - page
L'arabe parlé au Caire


Leçon 16



I- Compréhension


1. YaCNi …

= c’est-à-dire, enfin. C’est un de ces mots qui servent surtout à meubler un silence. Il exprime une satisfaction modeste, ou une légère contradiction.


2. La*, Be-GaDD

GaDD : sérieux (n.), gravité. Be-GaDD : sérieusement.


3. WeNTa Baqa MaBSUṬ Fe MâṢR ?

MaBSUṬ, plur. MaBSuṬIN : content.
De la même racine B-S-Ṭ que BaSIṬ (Leçon 5).


4. BaSS eNTa B-TeTKaLLeM CaRaBi KWaYYeS !

*eTKaLLeM : parler (une langue), parler de quelque chose (MeN)
De la même racine K-L-M, il faut aussi connaître :
KaLLeM : parler à quelqu’un (transitif direct)
KaLAM : parole, langage.
KeLMat : mot.

CaRaBi : arabe (adj.). Comme nom : la langue arabe, un Arabe, un bédouin.
*eL-CaRaB : les Arabes.


5. BaSSe FIh DaWŠat KeTIR Fe WeSṬ eL-BaLaD

DaWŠat : bruit.

WeSṬ : milieu, centre.

BaLaD : ville, village. Fe L-BaLaD : en ville.
De la même racine B-L-D, il faut aussi connaître :
BeLAD : pays.
BaLaDi : local, indigène (par opposition à « européen, occidental, moderne »), en parlant de la nourriture, de l’habillement, d’un marché, d’un quartier …


6. TaCALa MaCA-Ya L-aRYAF eL-oSBUC eLLe GaY

TaCALa : viens ! (masc.) (Cf. Leçon 6, déduction 3). Fém. TaCALi, plur. TaCALu.

*aRYAF : pluriel de RIF, campagne. Le pluriel s’emploie dans le sens collectif de « la campagne ».
II- Composition


À l’aide des six énoncés ci-dessus et des suivants : MuŠ MaCqUL ! – MAŠi – *eNTa MâṢRi ? – MaBSUṬ qAWi – BaSIṬât ! – La*, FRaNSAWi - composer un dialogue entre un Égyptien hospitalier et un Français allergique au bruit.

(Solution p. 80)
III- Mémorisation


Variante 1 : ... et une Française.
Variante 2 : ... et deux Français.
IV- Questions


1. NAWi TeTKaLLeM CaRaBi ? MaCa MIN Baqat ?
2. NAWi TFUT CaLa MIN Fe L-aRYAF ? Fe L-BaLaD ?
3. NAWi TeTFâRRâG CaLa *Eh Fe MâṢR ?
4. NAWi TeSTeRaYaḤ eMTa ?
5. *eTKaLLeMT MaCa MIN eMBAReḤ ? MeN *Eh ?
6. Be-TeCMeL *Eh LaMMa TRUḤ eL-aRYAF ?
7. Be-TeCMeL *Eh LaMMa YeKUN FIh DaWŠat KeTIR Fe L-BaLaD ?
8. Be-TeLCaB FEN ? *eMTa ? MaCa MIN ?
9. Ha-TeTKaLLeM CaRaBi KWaYYeS eMTa ?
10. Ha-TFUT CaLa ṢâḤB-aK eMTa ?
11. Ha-TKUN MâBSUṬ eMTa ?
12. Ha-TNAM FEN *eL-LELat ?
V- Transpositions


1. Venez jouer avec nous dimanche prochain. – Non, merci, j’ai l’intention d’aller voir les ruines avec une amie.
2. Il ne parle jamais sérieusement. Enfin … parfois.
3. Bonne année ! (= Toute l’année et toi bon, bien) (bon, bien = ṬaYYeB)
4. Les Arabes ont raison, cela va sans dire. (= celle-là n’a pas besoin de parole)
5. Les ouvriers ne vont pas souvent à la campagne parce que le train aussi est cher.
6. Les gens parlent beaucoup mais ils ne savent rien. Moi seul je sais tout.
7. Je me repose chaque mardi de la fatigue du lundi.
8. Bonsoir ! Où est le centre-ville ? – Derrière toi.
9. En tout cas, ce qui est passé est passé. – Exact.
10. Mon amie n’est pas bien : avant-hier elle n’a pas dormi.
11. Chacun veut parler mais personne ne connaît un seul mot d’arabe.

(Solution p. 87)
VI- Initiation à l’écriture arabe (suite)


Les quatre consonnes ci-dessous n’ont qu’une seule et unique graphie, quelle que soit leur place dans le mot.

1. La lettre د (dāl) est l’équivalent de la consonne d. Vous pouvez maintenant lire les mots suivants :

ولد WaLaD - سادس SADeS - نادي NADi - دنيا DuNYa


2. La lettre ذ (dhāl) est, en arabe égyptien, l’équivalent de la consonne z. (Elle se prononce donc comme le ز (zā) ci-dessous.) Vous pouvez maintenant lire le mot suivant :

لذيذ LaZIZ


3. La lettre ر (rā’) est l’équivalent du r roulé des Bourguignons. Vous pouvez maintenant lire les mots suivants :

كبير KeBIR - أكبر *âKBâR - كثير KeTIR


4. La lettre ز (zā) est l’équivalent de la consonne z. Vous pouvez maintenant lire les mots suivants :

لازم LAZeM - موز MOZ


5. Lisez et écrivez :

ولد - سادس - نادي - دنيا - لذيذ - كبير - كثير - أكبر - لازم - موز





(c) photo Raymond Collet
1001images.com









L'arabe parlé au Caire

par Jean-Claude Rolland

Commander le livre

index & contact - lexique arabe-français