livre arabe parlé au Caire
Commander le livre
Leçon 4 - L'arabe parlé au Caire - page
L'arabe parlé au Caire


Leçon 4



Remarque préliminaire sur la prononciation

Il y a deux S en arabe : S, qui se prononce comme le /s/ français, et Ṣ, dit « emphatique » parce qu’il se prononce avec plus d’emphase, à l’arrière du palais et en creusant la langue.
I- Compréhension


1. Ya RaYYeS !

RaYYeS : chef. Titre donné amicalement à certains petits personnages visiblement dotés d’autorité pour les flatter. C’est le même mot, mais prononcé un peu différemment, qui signifie « président » : Ra*IS.


2. MuŠ rALi

rALi : cher, coûteux.


3. *aNa qaBL-aK

qaBL : avant (prép.). L'ajout de Ma en fait une conjonction : qaBLe Ma : avant que / de


4. FEN FeLUS-aK ?

FeLUS : argent (monnaie). D’où le mot argot français flouse ou flouze.


5. MIN eL-aWWaL ?

MIN ? : qui ?

*aWWaL : premier. (fém. : *ULa). *aWWaLaN : premièrement, d’abord.


6. KiLo S-SaMaK Be-KAM ?

KiLo : kilo

SaMaK : poisson.

Be-KAM : composé de Be, préposition ayant le sens de “avec, par, au moyen de”, et de KAM, « combien ». Ce même mot, avec sa voyelle abrégée, placé devant un nom singulier indéterminé, signifie « quelques ». Exemple : KaM YOM, quelques jours.


7. Be GeNEh u NoṢṢ

GeNEh : livre (monnaie, de l’anglais guinea)

NoṢṢ : moitié, demie. NoṢṢ u NoṢṢ : comme ci comme ça.


8. *eMŠi, Baqa

*eMŠi : voir Leçon 2, déduction 2.

Baqa : sorte d’adverbe extrêmement courant dont la principale fonction semble être de permettre l’évacuation d’un trop-plein de souffle. On le trouve surtout dans des phrases qui, sans lui, seraient trop brèves. Il équivaut parfois à « alors, donc » mais est le plus souvent intraduisible.

II- Composition

À l'aide des huit énoncés ci-dessus et des mots suivants : *aYWah, La*, *aNa, qaWi, MaFIŠ, composez une micro-conversation entre un marchand de poisson et deux clients, dont un désargenté.

(Solution p. 31)
III- Mémorisation


Variante : Remplacer les deux clients par deux clientes.
IV- Déductions


KiLo S-SaMaK : le kilo de poisson, d’où : RaYYeS el-GoMRoK : le chef de la douane,
FeLUS eR-RaYYeS : l’argent du chef, NoṢṢ ŠorL-i : la moitié de mon travail, NoṢṢ GeNEh : la moitié d’une livre, etc.
V- Transpositions


1. Le chef de la douane est occupé ? – Non, pas très.
2. Qui est le président ? – C’est moi. Pourquoi ?
3. Alors, le poisson, c’est combien ? – Une livre. – Merci.
4. Où est mon argent ?
5. Mon travail n’est pas cher.
6. Tu as une course à faire ? – Oui. – Où ? – D’abord à la douane.
7. Le président a bu la moitié du thé avant de partir.

(Solutions p. 36)

Remarque supplémentaire sur la prononciation


Nous avons vu jusqu’ici que le L de l’article est assimilé à la première consonne du nom qui le suit dans les cas suivants :
R, par exemple *eR-RaYYeS (pour *eL-RaYYeS)
S, par exemple *eS-SaMaK (pour *eL-SaMaK)
Š, par exemple *eŠ-ŠaWIŠ (pour *eL-ŠaWIŠ)
Nous verrons dans les prochaines leçons que cette assimilation se produit avec un certain nombre d’autres consonnes.




(c) photo Raymond Collet
1001images.com









L'arabe parlé au Caire

par Jean-Claude Rolland

Commander le livre

index & contact - lexique arabe-français