Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Ile de Tinos (iles grecques) - Voyages & découvertes - Forum Babel
Ile de Tinos (iles grecques)
Aller à la page 1, 2  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Voyages & découvertes
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Kyklos_Cyclades



Inscrit le: 18 Sep 2005
Messages: 23
Lieu: Cyclades - Grèce

Messageécrit le Sunday 18 Sep 05, 16:35 Répondre en citant ce message   

J' ai bien lu les recommandations concernant cette rubrique, et loin de moi l' idée de copier les guides.
Pour faire connaissance avec vous, je vais faire une rapide présentation, et puis entrer de suite dans le vif du sujet.

D' abord, j' ai parcouru oendant 21 ans et en toutes saisons, la Grèce du sommet des montagnes d' Agrafa, à la grotte de Castellorizo, et du monument de guerre de Porto Cagio dans le Magne jusqu' à la grotte au Mammouth de Tilos dans le Dodécanèse.

En résumé, il serait plus rapide d' écrire la liste des îles non visitées ou + exactement " râtissées " que celles à faire.

Ayant acquis une assez bonne expérience, je la partage depuis de longues années avec d' autres , par exemple en avril 2004, j' étais invité sur la chaîne VOYAGES de Canal Sat afin de discuter sur ces îles avant les Jeux Olympiques.

Dans cette rubrique ILES GRECQUES - ILE DE TINOS, je vais d' abord vous décrire cette île avec photos personnelles à l' appui car, comme vous le verrez, elle ne manque pas de curiosités dans tous les domaines.

Ensuite je passerai à une autre île, mais moins en détail, car j' ai la chance de résider 50 % de l' année à Tinos, ayant acquis une maison, et je la connais mieux que bien d' autres.

Je n' aborderai pas l' aspect religieux de cette merveilleuse île, car le monastère occulte très largement les 60 villages qui la composent, et les guides suffisent sur ce sujet, aussi , je vous propose de parler des villages .

Et pour commencer par une curiosité que les guides de Tinos ne présentent pas, voici 2 photos :

La première présente un ensemble de concassage des olives afin de faire un hachis, ce concassage est obtenu par rotation de 2 meules et un animal soit une mule ou un baudet tournait en rond pour ce faire.

Ce hachis sera ensuite ensuite déposé sous le pressoir de la photo 2 , et en bas, vous pouvez voir un alignement de bacs de décantation afin d' épurer cette huile.
Ces objets sont encore dans une maison abandonnée dans le village d' Aétofolia.

.

Voici pour le premier message.
Le prochain sera sur les sculptures sur l' île de Tinos.


Dernière édition par Kyklos_Cyclades le Tuesday 20 Sep 05, 15:11; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Kyklos_Cyclades



Inscrit le: 18 Sep 2005
Messages: 23
Lieu: Cyclades - Grèce

Messageécrit le Sunday 18 Sep 05, 17:11 Répondre en citant ce message   

Sur cette île , il y a 2 sommets, le Mont Elie, comme il se doit en Grèce, le plus haut et un autre l' Exomvourgo. C' est sur ce dernier qu' avaient choisi les Vénitiens de s' installer, aussi on peu encore y voir les ruines des murailles .
Le deuxième village le plus ancien de l' île est Pirgos. C' est le villages des plus grands sculpteurs grecs, s' il ne faut en citer un : Halépas ( prononcer Kalépas ) qui possède son propre musée dans le village.

L' île de Tinos avait un port antique situé à environ 5 km au nord du port actuel. En face de ce port antique ( Stavros ) existe un site dédié à Posséidon et Amphitrite. Il a été en parte fouillé par une équipe belge au début du siècle dernier et depuis, rien, pas de budget.
Le village de Pirgos avait son propre port : Panormos, qui était et reste le deuxième port de l' île, situé dans une baie très abritée verrouillée par le phare de Planitis.

A Pirgos, tout est marbre sculpté, par terre, sur les murs, au dessus des portes et fenêtres . Ces sculptures au dessus des portes et fenêtres sont appelées Hyperthiras .
Je vous mets en exmple la photo d' une parmi environ ...14.000 !
Et rappelez vous qu' aucune n' est identique, source de création et d' imagination.
Mais de nombreux objets symboliques y sont représentés tels que le raisin, la vigne, les bateaux, les phares, les ifs etc.

.

Vous avez aussi la vue que l' on a en intérieur de ces maisons.

Sur le haut de ce village de Pirgos, il existe une école de sculpture internationale, animée par un Directeur qui est aussi conseiller en restauration des statues de marbre au Louvre. En permanence, aux dates scolaires se cottoient environ 14 nationalités différentes, tous étudiants en sculpture.
La place du village possède une fontaine superbe, et si vous montez un peu plus haut vers le cimetière, les sculpteurs ont eux même réalisé leur stelle, à qui la plus belle !
Toujours dans ce cimetière, au sol, sur la gauche, des plaques de marbres avec l' identité du mort, mais aussi des sculptures de ses outils ce qui permet d' identifier le rabot du menuisier, le billot du boucher, ou les divers instruments du maçon. On peut y voir différentes dates des premières années de 1.700 AJC.
Et pour en finir avec ce village, après avoir visité des ateliers de sculpture par exemple celui de Mickaélis SALTAMALIKAS, qui va vous transmettre sa passion, vous pourrez admirer la réalisation récente de la municipalité, un abri bus de 12 tonnes de marbre massif, pas quastion de placage !
On est dans le pays du marbre ou pas !

Sur le prochain message, je vais changer de sujet t vous décrire un peu la vie de tous les jours des gens.

Par exemple en décembre le cochon que l' on tue avant l' hievr et qui fait l' objet d' une fête familiale, et aussi des Tiropitakia glyco que les gens des villages réalisent la semaine qui précède Pâques, et vendent aux pâtisseries chez qui on peut acheter.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Helene



Inscrit le: 11 Nov 2004
Messages: 2851
Lieu: Athènes, Grèce

Messageécrit le Sunday 18 Sep 05, 17:12 Répondre en citant ce message   

Il serait intéressant de parler d'ysternia le village des sculpteurs grecs Vitalis, Lamera et Sochou.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Kyklos_Cyclades



Inscrit le: 18 Sep 2005
Messages: 23
Lieu: Cyclades - Grèce

Messageécrit le Sunday 18 Sep 05, 20:24 Répondre en citant ce message   

Comme je connais le nom d' au moins 80 sculpteurs originaires de Tinos , car il faut aussi parler de ceux qui sont partis en Russie et aux USA par exemple, chaque chose en son temps, car mon souhait n' est pas de parler que de sculpture, ce serait vite lassant, le nom de la rubrique restant " Voyages et découvertes !

Citer le nom dune série de bons sculpteurs grecs n' est pas très instructif si on ne décrit pas ce que chacun réalise.

Exemple : Armakolas Dimitris, Vatis Dimitris, Valvi Elisabet, Varsos Dimitris, Vassiléou Akiléas, Vassilopoulos Théodoros, Voskakis Nikiforos, Gavalas Stéllios, Guérolimatos Dionisis, Géorgariou Pétros, Kiokas Tassos, Georgiadis Giorgos, Christos Giorgiou, Vassiliki Groussopoulou, Griparis Nicos, Dikaifalos Kostas, Destéfanos Xénophon , et je ne cite que les premiers des noms des sculpteurs grecs qui ont un lien avec Tinos, car à brule pourpoint je pourrais en citer environ une trentaine d' autres !

Et comme le nombre de villages de Tinos est de 60 environ, et que chacun a ses hommes illustres, exemple Tripotamos et ses écrivains, et aussi la baie ou réside Alexakis, j' ai de quoi faire, patience .

Donc pour varier les thèmes, le prochain message sera sur la vie locale.

Exemple : La cuve dans laquelle est placé le moût en vue de distiller s' appelle Casanis, et pour les français , ce mot a une consonnance particulière, le pastis de Marseille n' aurait-il pas cette marque ?
Voici donc une origine de marque expliquée.

Enchainons donc sur la vie locale :

De nombreux fromages sont fabriqués localement sur cette île, il y a d' ailleurs une fromagerie industrielle qui ramasse le lait de chèvres et en fait du kéfalotiri ou de la graviéra, 2 des quelques 6 sortes de fromages connus sur cette île.

Ci dessous une première photo de la fabrication artisanale du Tiri Tinou, et une deuxième photo de ces mêmes fromages qui sont mis à sécher dans la cave de cette grand - mère .




Ensuite en dessous vous pouvez observer la photo d' un four traditionnel fait d' un bidon en fer entouré de béton , et celui ci a été modernisé avec une sonde thermique en façade !

Ce four est ancien, et sert à fabriquer le pain familial, à cuire les gâteaux, etc...
Dans les îles des Cyclades, les gens vivaient beaucoup en autharcie, car les liaisons avec le continent était jadis très difficiles.

Pour mémoire, en 1955 il fallait encore 3 jours en caïque à moteur pour aller de Tinos au Pirée.

Le ferry de cette époque qui s' appelle le Tinos Sky ( et qui est actuellement reconverti en ferry de touristes vers Tinos en été) était le précurseur des ferries actuels. Il ne pouvait enmener que plus d' une centaine de passagers, mais le coût d' un voyage était dissuasif pour le revenu des habitants locaux.
Ces habitants passaient les mois d' été à effectuer des réserves en vue de l' hiver, comme dit mon ami Adonis,en Volaxania ( dialecte de Volax), nous n' achetions que le riz et le savon !
Ils faisaient sécher des figues, mises dans des boites en fer blanc, avec des feuilles de laurier et des graines de sésamme., Ils séchaient des tomates au soleil, méthode ancestrale de désydratation ou lyophilisation...

DE nombreuses viandes étaient trempées dans une saumure de citron, ce qui permettait de les conserver plusieurs mois. Exemple le pikti .
Ensuite la salaison permettait de fabriquer des genre de jambons de petite taille appelés localement louza, ils étaient conservés dans un boyau de gros intestin de cochon, pendus au plafond des caves séches.

Il y a aussi la loukaniko qui était très salée , et que l' on voit en vitrine des boucheries de Tinos, pendues au soleil.

Une précision : Tinos pendant de nombreuses années était le fournisseur principal d' Athènes en citrons, en effet le terroir local leur donne un fruité que je n' ai jamais retrouvé sur d' autres îles. Les commerçants des halles d' Athènes ne s' y étaient pas trompés.
De plus Tinos possédait aussi de nombreux muriers, et donc ver à soie, et donc cocns de soie. A la grande époque, il a été recensé la vente annuelle d' environ 9.000 cocons ce qui était très bien pour l' époque. Ceci explique pourquoi cette île fut très riche.

En parcourant Tinos, on y remarque des quantités invraisemblables de terrasses abandonnées. Ceci démontre qu' elle fut très cultivée et entretenue, et poussant un peu plus loin ma curiosité, un universitaire m' a expliqué les diverses mésaventures qu' a connue cette île et la dernière en date par exemple à Panormos entre 1940 et 1947 , 130 personnes sont mortes de faim, pour un village qui en comptait environ 350.

Les occupants avaient confisqué les animaux, les réserves hivernales des gens, et aucun moyen de se ravitailler sur d' autres îles ou sur le continent.

Dans le prochain message, la fête du cochon en décembre...


Dernière édition par Kyklos_Cyclades le Tuesday 20 Sep 05, 15:12; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Kyklos_Cyclades



Inscrit le: 18 Sep 2005
Messages: 23
Lieu: Cyclades - Grèce

Messageécrit le Sunday 18 Sep 05, 21:04 Répondre en citant ce message   

En décembre, traditionnellement, les familles préparent leur viande afin de passer l' hiver et le printemps.
Ils se groupent afin de tuer 1 ou 2 cochons, car la loi autorise les familles à élever jusqu' à 2 cochons maximum, au dela il faut une autorisation d' élevage.
Donc sur les photos ci jointes, vous voyez 2 cochons pendus, 2 membres d' une famille qui nettoient de la viande, et le seau de citrons coupés qui va servir de désinfectant et de conservateur.




En cuisine, les femmes s' affairent à la fois pour cuire et mettre en conserve, fabriquer les loukanicos ( saucisses ) les louzas et aussi pour préparer le repas de la fête familiale du messiméri ( midi ) .

Prochain message = des vues de villages et pigeonniers , environ au nombre de 640 sur Tinos.


Dernière édition par Kyklos_Cyclades le Tuesday 20 Sep 05, 15:13; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Helene



Inscrit le: 11 Nov 2004
Messages: 2851
Lieu: Athènes, Grèce

Messageécrit le Sunday 18 Sep 05, 22:08 Répondre en citant ce message   

Justement sur les pigeonniers grecs et en particulier de Tinos j'avais écrit ces messages, merci de me compléter si vous avez d'autres éléments.
http://projetbabel.org/forum/viewtopic.php?t=1055


.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Kyklos_Cyclades



Inscrit le: 18 Sep 2005
Messages: 23
Lieu: Cyclades - Grèce

Messageécrit le Monday 19 Sep 05, 8:27 Répondre en citant ce message   

OK, j' ai d' autres photos, mais ce que les guides ne donnent pas, c'est des photos de l' intérieur .
Et j' irai mettre le lien sur le message des pigeonniers, et en effet, j' ai un tas d' autres précisions qui vont contredire ce qui est écrit dans de nombreux endroits, et le résultat d' études a récement rétabli la vérité quelque peu malmenée.

Christi@n
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Kyklos_Cyclades



Inscrit le: 18 Sep 2005
Messages: 23
Lieu: Cyclades - Grèce

Messageécrit le Monday 19 Sep 05, 10:13 Répondre en citant ce message   

Avant toute chose, le lien d' Helen qui a déjà écrit sur ces pigeonniers, mais je vais donner d' autres informations...ci dessous.

http://projetbabel.org/forum/viewtopic.php?t=1055

D' abord il est utile de rectifier une erreur qui est largement répandue par de nombreux guides : l' arrivée de ces pigeonniers n' est pas le résultat de rencontre entre paysans et marbriers au 18 ème siècle, mais ceci date de bien avant !

Ce sont les vénitiens qui lors de leur occupation, avaient l' habitude d' élever des pigeons et qui ont importé ces élevages, car antérieurement à ces vénitiens, aucune trace de pigeons sur Tinos n' a été révélée par aucune trace , Pour 3 raisons que je vais exposer plus bas dans ce message, les raisons de ces élevages .

Il reste de nombreux témoignages vénitiens écrits sur de nombreuses maisons, par exemple sur une des dernières maisons du village de Xinara, ensuite sur une des plus vieilles maisons de Volax, et aussi sur une des maisons de Tripotamos.

Les 3 raisons de ces élevages de pigeons, la première et la plus simple est vitale, il s' agit de diversifier les sortes de viandes, sur cette île , il n' y avait que moutons, chèvres, baudets, volailles, des lièvres ( Lagos ) et lapins sauvages ou élevés, et bien plus tard des vaches.

La deuxième raison est que les fientes de pigeon est universellement connue comme engrais phosphaté. Le bas du pigeonnier était un abri pour les moutons et chèvres, et le haut un élevage de pigeon, avec accès permettant de récupérer le précieux engrais. ( Dans la région de Pamukale en Turquie ils en font de même ).

La troisième raison était l' autonomie de l' île en viande cas de blocus, et dans l' histoire il y en eu plusieurs.

L' île en compte environ 640 , mais plus de la moitié est à l' abandon par manque de financement, une partie est encore active, une autre partie restaurée pour le tourisme.
La plus forte concentration se situe dans la vallée de Smardakito et Kombos, mais on en trouve partout sur l' île.
Ils sont construits en pierre du pays, sans cilent ( saud les restaurés ) les pierres tiennent par simple calage .
Ils étaient tous en pierre brute, et peu à peu certains ont été blanchis.
Mais les plus beaux restent ceux de pierre, les guides se précipitent sur les blancs car le contraste est meilleur pour les publications, mais de l' avis des architectes et experts en construction, celui de Koumaros, près de l' ancien monastère est probablement le plus beau de tous.
Pour le mieux décoré et photogénique celui de Sténi est un des plus grands et il fonctionne encore.




Ces pigeonniers ont donc été construits par les paysans et non pas les sculpteurs, car il y a confusion d' époque. De nombreux ouvrages de chercheurs en architecture ont démontré que dans des maisons boen plus anciennes que l' arrivée des Vénitiens, ces décorations simples faites avec quelques pierres existaient déjà.
Elles ont simplement été sorties des maisons, et apposées en extérieur sur des pigeonniers.

Sur la photo ci dessous, 2 pigeonniers cohabitent, un ancien et primitif en pierres et un nouveau blanchi :



Les premières décorations ont été d' installer sur le sommet des pigeonniers des pierres verticales et blanchies qui ont pour seul intérêt d' attirer les pigeons vers les ouvertures car de loin, ces pierres blanches paraissent comme des pigeons déjà posés. Ce sont dons des appeaux faits avec les pierres ramassées sur le sol et blanchies à la chaux.

En parcourant Tinos, il est facile de voir quelle fut l' évolution de décoration de ces pigeonniers, d' abord des tous avec uniquement des pigeons, de pierre, et avec aucune décoration. ( Route de Kionia à Agios Romanos par la mer. Puis des pigeonniers avec décorations simples toujours sur cette même route, et aussi sur la route de Aétofolia à Pirgos.

Ensuite des décorations plus intenses un peu partout.
Et alors probablement qu' un paysan a eu l' idée d' associer pigeonnier qui était en hauteur avec abri pour ses moutons, et le pigeonnier à étages distinct est apparu. La majorité des pigeonniers qui ont échappé à l' usure du temps en font partie.

Puis plus récemment, ils ont été blanchis afin qu'il passenty d' un outil utile, à un objet d' expression culturelle : décor, jeu de lumières, jalousie d' avoir le plus beau , et activité touristique plus récemment.

Un pigeonnier a été restauré et aménagé en studio par Adonis Philipousis de Volax, les marbriers n' y ont aucunement participé !

Voici une photo e l' intérieur de ces pigeonniers aménagé en studios :


..

On peut remarquer aux fenêtres les pierres inclinées et auto calées les une par rapport aux autres.

Sur le prochain message , je vais vous parler des énormes pierres qui entourent Volax. 2 hypothèse s' affrontent volcanique ou pas, mais l' évidence démontre qu' elles ne sont en aucun cas volcaniques.

Et pour ceux qui pensent acheter un pigeonnier afin de le restaurer, sachez que le souhait est courant, mais la réalisation très faible : 1 restauration !!! Car les permis de construire et restaurer ces héritages du passé sont très très difficiles à obtenir et celui d' Adonis a été fait avant le renforcement de la loi.
Et que la restauration des anciens moulins a elle aussi été stoppée, car il se faisait tout et n' importe quoi.
Ceux qui ont acheté des moulins avaient aussi oublié que si ces moulins étaient placés à cet endroit c'est qu' il était éventé, très éventé même, aussi ils ne profietnt ratiquement jamais de la terrasse qui a été construite en bordure. Le Meltémi est bien présent !
Et rappelez vous que le prix d' un moulin en ruine est moins cher qu' un pigeonnier... à moins de 80.000 euros la ruine ( par terre ) de moulin, vous n' avez rien.

Nous essayons localement de faire en sorte qu' un moulin tourne à nouveau , et fasse de la farine, et pourquoi pas de l' électricité, car une récente étude en démontre le vif intérêt , mais les esprits locaux ne sont pas encore prêts...il faut à la fois convaincre un propriétaire, créer et faire vivre une Association afin de financer le projet, mettre à contribution différents corps de métiers de manière bénévole afin de réduire le prix de revient ... et obtenir le permis de restaurer, ce qui n' est pas la moindre affaire, car faire intervenir le Médiateur de la République à Athènes afin de faire lever la responsable de la délivrance des permis du dossier sur laquelle elle est assis, n' est pas une mince affaire.

Comme disent les architectes locaux, un café frappé, une discussion, un café frappé et 10 minutes de travail et un café frappé et une discussion etc....!


Dernière édition par Kyklos_Cyclades le Monday 19 Sep 05, 15:02; édité 2 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jean-Charles



Inscrit le: 15 Mar 2005
Messages: 3120
Lieu: Helvétie

Messageécrit le Monday 19 Sep 05, 10:30 Répondre en citant ce message   

En ce qui concerne les raisons qu'ont eu les Vénitiens d'élever des pigeons, je verrais bien l'usage en tant que moyen de télécommunication.
Peut-être s'agissait-t-il de relais postaux ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Helene



Inscrit le: 11 Nov 2004
Messages: 2851
Lieu: Athènes, Grèce

Messageécrit le Monday 19 Sep 05, 10:53 Répondre en citant ce message   

j'avais lu pour ma part comme le dit Jean-Charles qu?une des utilisations de ces pigeons par les Vénitiens était l'usage en tant que moyen de télécommunication.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jean-Charles



Inscrit le: 15 Mar 2005
Messages: 3120
Lieu: Helvétie

Messageécrit le Monday 19 Sep 05, 11:06 Répondre en citant ce message   

Evidemment, ça devait être un sacré dilemne gastronomique en cas de blocus: Doit-on appeller à l'aide en laissant s'envoler le diner (ou le souper) ou bien gagner un jour d'autonomie en consommant le pigeon.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Kyklos_Cyclades



Inscrit le: 18 Sep 2005
Messages: 23
Lieu: Cyclades - Grèce

Messageécrit le Monday 19 Sep 05, 13:46 Répondre en citant ce message   

Les pigeons de télécommunications encore appelés pigeons voyageurs, ne sont pas les mêmes que les pigeons qui servent à se nourrir .
Utiliser ces volatiles comme moyen de communication fut bien plus tard que les vénitiens, enfin je pense...
Des blagueurs diront que dans le mot pigeon ramier, il y a le mot "ramier" ( en argot celui qui est un peu fainéant... )
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Kyklos_Cyclades



Inscrit le: 18 Sep 2005
Messages: 23
Lieu: Cyclades - Grèce

Messageécrit le Monday 19 Sep 05, 14:20 Répondre en citant ce message   

Les énormes pierres de Tinos ont longtemps été la proie de discussions entre experts en géologie et en volcanisme.

Le sommet de l' Exomvourgo ayant des contours ressemblant à une cheminée de volcan pétrifiée lors du refroidissement, et ensuite usé par l' érosion sur son pourtour, en fait une autre théorie avec preuves à l' appui est venue contredire cette hypothèse. En effet pas de faille sous ce supposé volcan, et ensuite pas de séïsme sur Tinos depuis le dernier vers 1.420 AP JC environ .
Si vous le permettez, je m' attarde sur la deuxième hypothèse, car bon nombre de preuves formelles l' ont confirmée.
Tinos et son île était submergée par les flots ( présence de nombreux coquillages fossiles dans les sols ) et la chaïne qui commence à Eubée ( Evia ) et qui se termine à Mykonos l' était tout autant. En fin de compte, les îles d' Eubée, d' Andros, Tinos et Mykonos ne sont qu' une même chaïne et les cols qui les séparent font que ce sont devenu des îles indépendantes géographiquement.

Cette chaine fut créée par un soulèvement du fond des mers par plissage, phénomène bien connu, et ces fonds des mers au cours de milliers d' années se sont retrouvés à 900 m d' altitude parfis plus vers Naxos et Paros.
L' analyse des sols de ces sommets le confirme en tout points.
Et peu à peu l' érosion a laissé apparaître des énormes blocs de perre ronds et très friables qui constituent par exemple la vallée de Volax que des milliers de touristes chaque année vont voir par bus entiers.

Une curiosité : Dans le village de Volax, en contre bas, ceci n' est pas noté sur les guides, près de la chapelle dédiée à Marie, il existe un rocher d' environ 180 à 200 tonnes ( selon évaluation de géologues ) qui est en appui équilibré sur une seule pierre de 3 tonnes !
Des bergers ont construit des murs sous le périmètre de cette énorme pierre, et un troupeau entier de mouton et son berger peuvent dormir sous cette pierre. J' y suis allé, l' odeur y est ... disons particulière ... mais c'est assez surprenant !

Les pierres de Tinos pour disons ... les moins grosses environ de 10 à 200 kilos, ont été utilisées pour construire des terrasses.
Sans mentir, et ceux qui ont visité cette île, et il est très difficile d' en évaluer la longueur de murs ou le poids global, mais on m' annoncerait 3 ou 4.000 km de murs , je n' en serai pas surpris, et un tonnage qui correspond ! On se croirait en Irlande ...Et de plus ces terrasses sont reliées entr' elles par des chemins empiérrés bordés par des murets d' environ 1 m de façon à protégr les baudets ou ceux qui les empruntaient du Meltémi ou des pluies qui fouettent.

Dernier point sur la géologie de Tinos, le marbre vert.

Un marbre unique, il se trouve dans une carrière au delà de Pirgos, on traverse le village de Marlat en direction de Mali , et une très grande carrière d' extraction de marbre surgit , ce marbre est magnifique, mais difficile à travailler et sculpter.



Prochain message = le raki, ou tsipouro ou tsigoudia...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Kyklos_Cyclades



Inscrit le: 18 Sep 2005
Messages: 23
Lieu: Cyclades - Grèce

Messageécrit le Monday 19 Sep 05, 14:54 Répondre en citant ce message   

Bon comme il est de coutume = à consommer avec modération !

Le raki , le Tsipouro et le Tsigoudia appellation selon les régions est en réalité issue du moût de raisin .

Une première remarque, le mot CASANIS , marque du fameux pastis de Marseille , vient du nom grec de l' alambic qui sert à distiller.

On voit bien là , l' influence linguistique de la communauté grecque de Massalia qui a débutée il y a très très longtemps ....!!!

Les rakis n' ont que très peu de rapport avec l' ouzo, car ils ne contiennent aucun anis. Les grecs qui veulent vérifier s' il n' y a pas d' anis dans leur raki, y versent une goutte d' eau afin de voir s' il ne se trouble pas. S' il se trouble, il y a anis.

Les vendanges sont terminées, et ils ont récupéré le moût dans des bidons de plastique ou de tôle inoxydable pour les plus riches.
Ils y déposent des branchages de glikanisso, genre d' aneth sauvage que l' on trouve en bordure des routes avec fleurs de couleur jaune.
Ils ajoutent un peu d' eau, et ils posent un poids sur cet ensemble afin que les branchages transmettent leur parfum au moût. Ils ferment les containers et font fermenter le tout environ 12 jours.

Un peu d' histoire ....

Déterminés à ce que l' Etat ne viennent pas mettre le nez dans leur quantité distillée, le siècle dernier a vu un tas de péripéties dont je vais vous conter l' essentiel :

L' Etat a voulu controler la quantité distillée, donc il fallait aller à la police déclarer le jour de début et de fin de distillation, ainsi il était possible d' évaluer la quantité.
Les gens se sont alors mis à distiller y compris la nuit.
L' Etat a alors obligé les gens à venir faire apposer un plombage sur leurs casanis de distillation.
Les gens ont alors acheté un second casanis, le premier officiel, et plombé les jours nécessaires et le second qui travaillait sans discontinuer.

Je vous passe les autres combines, mais sachez que je connais un ami qui a 84 ans et qui détient une autorisation de distiller 40 litres.
Etant confit dans le raki qu' il consomme, il n' est plus en état de distiller lui même, alors il se fait " aider" par 3 autres de ses coapins dont un seul distille la quantité de 500 litres uniquement sur l' autorisation ed 40 litres de son copain.
Mais dit il, pour les " chasseurs de taxes" , sur place à côté de mon alambic, je n' ai jamais plus de 30 litres, le reste est réparti dans les caves de mes amis .... !

Bon une fois les 12 jours passés, un gros tas de branches de glikanisso a été cueuillie et faite sécher près de l' alambic. Un tas de bois a aussi été constitué, car comme il y en a peu sur l' île, il est accumulé tout au long de l' année.
Et 7 à 8 kilos de moût est entreposé dans le casanis, une poignée de glikanisso sec posé dessus, un demi litre d' eau afin d' éviter que le moût brule au fond, et ils ferment. L' échantéité est produite par un mélange de cendres du feu et d' eau et apposé autour du joint de l' alambic.
Le conduit de l' alambic est relié à un cône de cuivre qui traverse une réserve d' eau froide qui est constemment renouvelée afin de refroidir les vapeurs d' alcool . Ce deuxième joint est fait d' un chiffon trempé dans l' eau.
Dès les premières gouttes, unne dégustation a lieu car le parfum est fort et pourrait modifier le goût final, et dès que c'est correct, le breuvage est récupéré par une bouteille de loutraki ( esu minérale ) qui a été reconvertie à un usage plus noble.
La bouteille sera ensuite transvasée dans un jérrican qui sera lui même transvasé dans la cave du copain....

Le soir, les vapeurs ont fait leur effet, la dégustation aussi... parfois autour de l' alambic, on y chante du Tsitsanis ... si vous voyez ce que je veux dire....

Ambiance quand tu nous tiens... et ne vous approchez pas trop des vapeurs, car de suite un verre vous arrive devant les yeux pour que vous les accompagniez dans leur Tsitsanis...!

Et pour agrémenter ce récit voici une photo du patitiri : en français pressoir, il est traditionnel, ils foulent le raisin comme avant, aux pieds .

Et un de celui qui foule faisant un peu d' humour me dit ceci : Maintenant on se lave les pieds, mais jadis on ne le faisait pas, et le vin avait un meilleur goût ....!



Dans le prochain message, comme promis dans un message plus haut des gâteaux de Pâques faits maison par les villageois et apportés aux patisseries pour la vente : La tiropitakia glyco.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Helene



Inscrit le: 11 Nov 2004
Messages: 2851
Lieu: Athènes, Grèce

Messageécrit le Monday 19 Sep 05, 15:06 Répondre en citant ce message   

Attention ! Il ne faudrait tout mettre dans le chapitre sur Tinos. Le raki qui est un sujet intéressant puisque c'est la boisson des Crétois par excellence, il faudrait sans doute ouvrir un autre sujet dans le forum Cultures et Tradition.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Voyages & découvertes Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2









phpBB (c) 2001-2008