Le Prénçot XVII
Le Prénçot XVII




Quoure qu’i velun faere de l’aeme, ol arive a daus fés de menti in petit. I ae poet étai vrae ounéte en vous causant daus alumours de révrbéres. I risque de dounàe ine fàusse idàie de noutre pllanéte a qués qui la couneùssant poet. Lés oumes oçupant pa ghére de larjhe su la Tiare. Si lés deùs millasses de demourants qui ennorinant la pllanéte se métiant a debout é se chacllant in petit, coume pr in agrouajhe, le ténderiant a l’aese su ine pllace publlique de vént miles de lun su vént miles de larjhe. I periun apilotàe l’ouménetai su le mendre petit ilét dau Pacifique.

Lés grandes prsounes, bén sur, vous crérant poet. A se fighurant qu’al oçupant beacop de rénjhe.

A se véyant cunséquentes coume daus baobabs. Ve lou cunselleréz dun de faere le carçhul. Al adorant lés chifres : o lou pllérat. Mé gnognotéz poet ac quéle malegagne. Ol ét malinutile. V’avéz fiat den màe.

Le prénçot, ine fés su la Tiare, sit dun bén ébrlobai de vére prsoune. L’avét déjha pour de s’étre cunfundu de pllanéte, quant in anea coulour de lune se mouvit den le sablle.

« Boune nèut, fasit le prénçot, daus fés que...

Boune neùt, fasit le silan.

Su quau pllanéte seù z-i cheù ? demandit le prénçot.

Su la Tiare, en Afrique, répounit le silan.

Ah !... Ol at dun prsoune su la Tiare ?

Çhi ol ét le désart. Ol at prsoune den lés désarts. La Tiare ét grande », disit le silan.

Le prénçot se sitit su ine piare é levit lés élls devér le ciàu :

« I me demande, que le disit, si lés étéles sant acllértàies a quéle fin que chaquin pejhe in jhor retrovàe la sene. Argarde ma pllanéte. Al ét jhusce en-su de nousàutres… Mé coume al ét lén !

Al ét béle, disit le silan. Qui que te véns faere çhi ?

I ae daus haeres ac ine fllour, disit le prénçot.

Ah ! » fasit le silan.

Pi le se taesirant.

« Voure que sant lés oumes ? reprenghit a la fin le prénçot. Le munde sant in petit soucs den le désart…

Le munde sant soucs che lés oumes étou », disit le silan.

Le prénçot l’argardit luntenp :

« T’és ine draule de bàete, que le li disit a la fin, fin coume in dét.

Mé i seù mae pissent que le dét d’in ràe », disit le silan.

Le prénçot oghit in chaurire :

« T’és pa bén pissent… t’as jha tansement de potes… te pes jha tansement véyajhàe…

I pe t’enmenàe mae lén qu’in batea », disit le silan.

Le se vrtit aus entours de la chevelle dau prénçot, coume in bracelét d’aur :

« Quau qu’i cote, i le rague a la tiare de voure l’ét srti, que le disit core. Mé t’és pur é te véns d’ine étéle… »

Le prénçot répounit rén.

« Te me fés pidai, tàe si frague, su quéle Tiare de granit. I pe t’ajhudàe in jhor si te regréte trot ta pllanéte. I pe…

Oh ! I ae vrae bén cunprénghu, fasit le prénçot, mé prquàe que te causes trjhou pr devinoere ?

I lés troue totes », disit le silan.

Pi le se taesirant.




chapitre précédent           chapitre suivant



sommaire








Projet Babel