Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Sardu (sarde, sardo) - Forum italien - Forum Babel
Sardu (sarde, sardo)
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum italien
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Ittiandro



Inscrit le: 24 Jul 2018
Messages: 2
Lieu: Montreal

Messageécrit le Tuesday 24 Jul 18, 20:15 Répondre en citant ce message   

Sono Italiano della Lombardia ( Bergamo). Anche se vivo in Canadà da più di quarant’anni, sono ancora attaccatissimo alla mia cultura italiana, che tengo viva ritornandoci quando posso e leggendo la nostra letteratura classica e anche il latino, insigne matrice dell’italiano e del sardo, anche se in quest’ultimo l’apporto dello spagnuolo, del catalano e ( oggi) dell’italiano è significativo .

Purtroppo oggi in Italia dialetti e altre lingue una volta diffusissime stanno scomparendo.
Stanno scomparendo più o meno lentamente, come il sardo, ma pur scompaiono, inesorabilmente, nonostante la tutela della legislazione europea…

In Liguria, dove ho praticamente passato per quasi vent’anni le mie vacanze estive con la famiglia in un paesino vicino a Rapallo, dove tutti parlavano genovese, al punto che lo avevo quasi imparato, oggi il Genovese non lo si sente quasi più.. Perfinol’accento si è sbiadito e le autentiche parole genovesi sono state sostituite dall’italiano… genovesizzato.

Nel vicolo Pre di Genova, autentico cuore della vecchia Genova popolare,una volta pieno di vita con le sue bancarelle e mercatini( e altre attività ..meno lecite), oggi invece scritte in arabo troneggiano sulle vetrine dei negozi o imbrattano i muri, come qualunque graffiti imbratta i luoghi, in qualunque lingua, anche in italiano!… “Oh Zena,Oh Zena -diranno molti-- donde che t'ê annéta.?! .

Oggi mi interesserebbe moltissimo dialogare con sardi, per vedere come si articola la loro identità sarda, cosa ne pensano dell’ “ altra “ Italia e della questione linguistica…, ma purtroppo in Canadà non ne conosco e anche in Italia, del resto, non ne ho mai conosciuti, al di fuori dei vecchi stereotipi e dei pochi sardi trapiantati a Bergamo nel dopoguerra, gente degnissima , in molti casi giudici, professionisti e funzionari statali, alcuni avvocati, colleghi di mio padre. I Marongiu, i Canu, i Podda, i De Lussu erano nomi famigliari a Bergamo.

La questione linguistica mi interessa in particolar modo, soprattutto l’arcaicità di alcune varianti sarde, come il sardo di Barbagia, dove il latino echeggia( o echeggiava, forse, fino a non molto tempo fà) in modo quasi integrale.

Ho sentito di detti popolari come :” Qui tenet santos in corte non timet mala sorte” latino quasi spaccato, che allude alle statuette porta fortuna di vari santi nei cortili delle vecchie case contadine…. Oppure il pastore che prima di partire al pascolo col bestiame chiedeva a un famigliare “ Pone mi duos panes in sabercula”. Sabercula è di chiara fonetica latina. Non ne ho però trovato traccia sul dizionario latino. Forse è tardo latino o latino popolare, ma nel contesto potrebbe voler dire sacco,sacca, zaino o magari sella. “ mettimi due pani nel sacco”.. Forse qualcuno potrebbe commentare sull'arcaicità di certe varianti sarde. O la " limba comuna" le ha forse eradicate?

Una precisazione: Hiruma nota giustamente che il sardo campidanese è molto differente dal “sardo” del Nord. Certo! Non tanto differente forse dal logudorese o dal Barbaricino, quanto dal Gallurese o dal Sassarese, che, linguisticamente, non sono sardo, ma si avvicinno al toscano e quindi all’Italiano per via della dominazione pisana.

Malgrado qualche venatura sarda, il Gallurese è piuttosto vicino al Còrso, che è una variante del Toscano. C’è addirittura une regione della Corsica ( non ricordo quale) dove il Còrso è praticamente indistinguibile dall’Italiano, in quanto Toscano puro.

Da notare che l'Italiano non è mai penetrato come tale in Corsica come lingua popolare, malgrado i tentativi di italianizzazione di Paoli in seguito alla sua effimera dichiarazione di indipendenza della Corsica. Si trattava piuttosto del toscano impiantato Corsica fin dal Medioevo, sotto l'influenza pisana.
Chi legge la Divina Commedia di Dante, legge il toscano puro di quei tempi..Analogamente, il còrso della regione delle Bocche di Bonifacio, ad eccezione del "Bunifacin" chè è ligure, assomiglia molto, mi dicono, al sardo del nord.

Una particolarità linguistica del sardo che forse interesserà alcuni è l’origine dell’ articolo determinativo sardo : nel latino classico esso non esisteva: homo voleva dire sia “ l’uomo” che “ un uomo”.
Nel latino medievale è invalso l’uso di far precede il nome dal pronome dimostrativo “ ille” “illa”, per cui si diceva “ ille homo” “ ille pater” al maschile e “illa casa” al femminile, che sono poi diventati “ l’uomo”, “ il padre”, “ la casa” in Toscano-Italiano, per aferesi.

In sardo, il fenomeno è analogo: anzichè però dal pronome dimostrativo latino “ ille”. Il sardo forma l’articolo dal pronome “ ipse-ipsa” che letteralmente significava “ stesso” in latino. Ecco perche in Sardo dicono ” SA domu” per “la casa” , “ S’homine” ( l’uomo) et “ Sos homines” ( plurale), dove l’articolo “ sos” era originalmente “IPSOS homines” in latino. Significativamente, nel gallurese, prevale la forma toscana-italiana: si dice” la casa”, invece di “ sa domu”.

Se qualcuno vuole commentare sulla questione linguistica o sull’identità sarda, mi farebbe piacere.

Grazie

Ittiandro
Montreal, Canadà
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 11064
Lieu: Lyon

Messageécrit le Wednesday 25 Jul 18, 16:47 Répondre en citant ce message   

Bonjour et bienvenue Ittiandro, tu n'as apparemment pas lu le message précédent :
José a écrit:
Nous rappelons également que la langue d'échange sur ce Forum est le français, ceci afin que tous les lecteurs puissent suivre les débats.
Merci pour ta compréhension.

Tu résides depuis une quarantaine d'années au Canada, tu es à Montréal, tu dois pouvoir échanger en français.
Ce serait appréciable que tu traduises ton message en français car il est intéressant et peut intéresser des participants ne parlant pas italien.
Merci pour ta compréhension, à bientôt.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Ittiandro



Inscrit le: 24 Jul 2018
Messages: 2
Lieu: Montreal

Messageécrit le Wednesday 25 Jul 18, 22:46 Répondre en citant ce message   

Je traduis en Français mon intervention de hier au sujet de la Sardaigne et de la langue sarde, afin de donner à plus de membres l’opportunité de comprendre et de participer à la discussion.

J’avais écrit en italien puisque d’autres l’ont fait et aussi par ce que, malgré le français soit forcément devenu aujourd’hui, après quarant’ans de vie au Canada, presque ma seconde langue maternelle ( avec l’anglais), non seulement écrire dans sa propre langue maternelle implique moins d’effort ( et d’erreurs !) , mais il nous permet aussi d’exprimer certaines nuances intraduisibles dans toute autre langue qui ne soit pas sa langue maternelle et celle dans laquelle on a fait ses études.

Peut-on avoir réellement plus qu’une langue maternelle ? Cette question est tout à fait pertinente dans tout pays, comme le Canada et le Québec, où deux peuples ( et deux langues) se côtoient dans rapport complexe, ambigu et souvent hostile. J’ai l’intention de faire de cette question ( peut-on avoir deux langues maternelles ?) le sujet d’un autre « fil » dans ce Forum.

Je disais que, malheureusement, en Italie, tout comme dans d’autres pays, des dialectes ou des langues autrefois bien vivantes, sont en train de disparaitre.
A long terme, il ne faut pas prendre pour acquise non plus la survie même de « grandes » langues, comme l’italien ou le français, aujourd’hui assiégées par l’anglais.

Bien sûr, les langues évoluent continuellement dans la forme et dans la substance. Même l’italien a adopté au cours des siècles bien de mots germaniques, celtes, arabes, français, espagnols etc., presque plus nombreux que ceux d’origine latine…

Ceci dit, je trouve tragique et même quelque peu dégoutant qu’une langue étrangère comme l’anglais, aussi belle et riche que soit-elle,( tout au moins lorsqu’elle n’est pas dans la bouche, à la TV et dans les journaux des américains..), serve de cheval de Troie pour un asservissement culturel qui efface peu à peu notre culture et bien d’autres cultures européennes et non européennes …

Je constate ceci chaque fois que je lis un journal italien, truffé de mots anglais, souvent incorrectement choisis (mais ça fait tellement « chic » et à la mode.. ) ou employés au dépit de l’existence d’un équivalent italien..

Pour trouver l’Italien tel qu’il était parlé et écrit par Monsieur-Tout-le-Monde dans mes jours, je dois maintenant aller dans les milieux intellectuels, universitaires et littéraires. Ceci en dit beaucoup.

Si ceci n’était pas tragique, cet appauvrissement de l’Italien, en concomitance avec l’usage débridé de l’anglais à tout bout de champs serait même ridicule : dans une petite municipalité secondaire pas loin de ma ville natale, qui est déjà elle-même une petite ville de province secondaire, un magasin de chaussures affiche sa raison sociale sur la vitrine principale pas en italien « xxxx Calzature » ( chaussures), mais en anglais « xxx SHOES ». Et pourtant on n’est pas à Venise ou à Florence !

Encore pire si on débarque sur un site Web ou un Forum italien. Ici c‘est un pot-pourri anglo-italien, où finalement l’italien et l’anglais sont massacrés, jusqu’au point de l’incompréhensibilité ! On s’est rendu au même niveau que le français « populaire » au Québec.

A titre de curiosité, dans la région francophone de l’Acadie, au Canada, dans notre province voisine (le Nouveau-Brunswick, officiellement bilingue..), on peut entendre une expression aussi « pittoresque » que « Wait pour moi sur le corner de la street » ( Attends moi au coin de la rue..).
Est-ce le destin de l’Italien ou du Français demain ? Che Dio ci salvi !

Pour revenir à l’extinction progressive des dialectes et des langues mineures, dans la région Italienne de la Liguria,( à laquelle, n’en plaise à mes amis français …,appartenait autrefois aussi toute la Côte d’Azur, y inclus Nice, jusqu’au troc de Napoléon), on n’entend presque plus le Génois ( pourtant encore aujourd’hui langue officielle du Principauté de Monaco, avec le Français).

Même l’accent du génois en Liguria s’est quelque peu effacé aujourd’hui et on se sert de plus en plus de mots italiens phonétiquement traduits en Génois.
Et pourtant le Génois était encore bien vivant dans ma jeunesse, lorsque je passais mes vacances estives dans un petit village près de Rapallo, où tous mes amis parlaient Génois en famille et entre eux. Je l’avais presqu’appris moi-même, après y avoir passé mes vacance pendant presque vingt ans..

Dans le vicolo ( ruelle) Pre , à Gênes, authentique cœur de la vieille Gênes populaire, autrefois pleine de vie, avec ses marchés, ses étals (et autres activités ..moins licites), aujourd’hui trônent des affiches en arabe sur le magasins où on entendait autrefois génois… “Oh Zena, - diront plusieurs - donde che t'ê annéta.?! . « Oh Gênes, ou es-tu allée ?! »

La question de la langue et de l’identité sarde se situe dans le cadre de cette disparition progressive de la richesse anthropologique et culturelle de notre planète.
J’aimerais beaucoup parler avec des sardes, de leur identité sarde et de la langue sarde, cette belle langue dont les poésies s’approchent parfois du lyrisme et du style des troubadours et de la poésie chevaleresque provençale. Qu’est-ce-qu’ils pensent mes amis sardes de tout ça et de « l’autre Italie » ?

Malheureusement je n’en connais pas ici au Canada. Même en Italie je n’en ai vraiment pas connus, à l’exception des vieux clichés et d’une poignée de sardes émigres chez nous dans l’après- guerre, des gens très dignes, souvent des juges, des fonctionnaires d’état, des professionnels, même quelques avocats, collègues de mon père.

En tant que passionné de langues ( et de dialectes), ce qui m’intéresse particulièrement c’est la question linguistique, surtout les archaïsmes de certaines variétés du sardo, comme celui de Barbagia où le Latin semble( ou semblait) encore mystérieusement résonner, tout au moins selon les données recueillies par un linguiste italien et publiées dans une revue spécialisée, que j’ai trouvée il y a quelques années dans une bibliothèque canadienne...

Cette revue citait des expressions populaires comme « Qui tenet santos in corte non timet mala sorte”..Presque du vrai latin, faisant allusion aux petites statues porte-bonheur de saints dans les cours des vieilles maisons rurales..
Ou bien le berger, qui avant de partir pour les pâturages avec son troupeau, demandait à quelqu’un « Pone mi duos panes in sabercula ». Ici aussi, du latin à 100%. Le mot sabercula est clairement latin, phonétiquement, mais je ne l’ai pas trouvé dans le dictionnaire. Possiblement un mot du latin populaire ou médiéval, qui dans le contexte, pourrait signifier sac ou panier..

Une précision : Hiruma note justement que le sardo du sud est très diffèrent par rapport a celui du Nord.
Peut être pas « très » diffèrent jusqu’au point de l’incompréhensibilité, mais certainement diffèrent ( quelqu’un pourrait commenter à ce sujet), ne serait-il à cause du fait que, après tout, au point de vue linguistique le sardo du Nord ( Gallura, Sassari) n’est pas vraiment du sarde, mais s’approche davantage du toscan (et par conséquent de l’italien) , à cause de la domination de la République de Pise.
Selon les linguistes, malgré une inévitable veinure sarde, le sarde de Gallura s’approche plutôt du Corse , qui à son tour est une variation du Toscan, qui n’est rien d’autre que l’Italien d’aujourd’hui.

IL y aurait même une région de la Corse( je ne me souviens pas laquelle) ou un italien croirait entendre parler italien, malgré cette langue ne soit jamais pénétré en Corse comme telle en temps récents . Il s’agit plutôt de la vieille langue toscane porté en Corse par Pisa au Moyen Age et qui a survécu jusqu’à nos jours, sans doute à cause de l'isolement de certains rerritoires corses.

Une particularite linguistique de la langue sarde, qui pourrait intéresser quelques-uns, est l’origine de l’article sardo SU, SA et SOS.
Dans le latin classique il n’y avait pas d’article déterminatif, le mot HOMO signifiant à la fois « l’homme « et « un homme ».

Cette différentiation a eu lieu dans le latin médiéval, qui s’est servi des pronoms démonstratifs ILLE et IPSE ( en italien et sardo respectivement) comme articles, alors qu’en latin classique ILLe voulait dire « lui » ou « celui-là) et IPSE signifiait « le même » , sans aucun rapport avec un article.

Pour cette raison, dans les mots sardes « SU fradi » ( le frère), SA Limba ( la langue) et SOS MONTES ( les monts), les articles SU ( le) SA (la) et SOS ( les) dérivent du pronom démonstratif latin IPSE, IPSA et IPSOS après aphérèse de la partie initiale IP, alors que l’article italien et français( IL fratello/le frère, LA lingua/la langue et i padri /les pères) dérive du pronom latine ILLE –ILLA, qui a perdu la partie initiale IL.

Le processus est analogue.
Si quelqu’un veut commenter, corriger ou apporter des précisions, ça me fera plaisir.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum italien Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
Page 4 sur 4









phpBB (c) 2001-2008