Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Hésiode et les enfants de la Nuit - Forum grec - Forum Babel
Hésiode et les enfants de la Nuit
Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum grec
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3337
Lieu: Nissa

Messageécrit le Saturday 13 Apr 19, 18:25 Répondre en citant ce message   

Ἀπάτη
Le féminin ἀπάτη est tout à la fois la tromperie, la ruse, la perfidie, la fraude et la malhonnêteté.
En fait, Apaté est simplement l'opposée de la Vérité.
Parmi les hypothèses sur l'étymologie du mot, celle qui m'amuse le plus est *n-pnt-eh₂ (la sonante n se vocalisant a) où l'on retrouve, précédé d'une négation (alpha privatif) le nom du chemin triomphant d'un obstacle (grec πόντος, lat. pons), l'idée étant qu'on ne puisse échapper à la tromperie. Se non è vero …
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3337
Lieu: Nissa

Messageécrit le Sunday 14 Apr 19, 8:24 Répondre en citant ce message   

Φιλότης
Sur φίλος « ami, chéri, cher » qui, initialement, désignait les deux personnes en relation d'hospitalité (cf. Benveniste, Vocabulaire …, chap. "Philos", t. I, p. 335), on a formé φιλότης « amitié, tendresse » à l'aide du suffixe *-tāt- formateur de noms de qualité (Chantraine, Formation … p. 293, cp. lat. novitās).
Cette Philotès fait bien sûr ici le pendant de Apaté, mettant en évidence que la Vérité est le meilleur appui de l'Amitié.


Dernière édition par Outis le Sunday 14 Apr 19, 9:19; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9614
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Sunday 14 Apr 19, 8:38 Répondre en citant ce message   

POST à SUPPRIMER

Dernière édition par Papou JC le Monday 22 Apr 19, 5:22; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3337
Lieu: Nissa

Messageécrit le Sunday 14 Apr 19, 9:08 Répondre en citant ce message   

Γῆρας
Le mot γῆρας « vieillesse » est un rajeunissement du vieux γέρας qui, primitivement, désignait la vieillesse (cp. skr. jarā « vieillesse » et γέρων « vieillard », d'où le Géronte de Molière), mais dont le sens avait glissé jusqu'à « privilège [dû à l'âge], part d'honneur ».
Gèras est le pendant de la déesse Hébé « Jeunesse » qui, elle, est fille de Zeus et de Héra.
Une petite série de vases du Ve siècle montre un affrontement entre Héraklès et Gèras (nommé) mais aucun texte ne nous est parvenu évoquant l'épisode ; si tant est que le sujet ne soit autre chose qu'une simple allégorie de circonstance opposant la vigueur (l'époux de Hébé) à la décrépitude …
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3337
Lieu: Nissa

Messageécrit le Sunday 14 Apr 19, 10:05 Répondre en citant ce message   

Ἔρις
Dernière des filles de la Nuit, Éris, la Discorde, est une des pires. Le nom commun ἔρις, peut-être lié au sanskrit ari « ennemi », était déjà querelle et rivalité.
La déesse Éris était bien connue par son rôle dans le déclenchement de la Guerre de Troie. Non conviée aux Noces de Pélée et de Thétis, elle vint y jeter une pomme où était gravée « À la plus belle » ; Héra, Athéna et Aphrodite voulurent le fruit pour elles, on décida d'un jugement, mais le juge — comme beaucoup — se laissa influencer, il offrit la pomme à Aphrodite, gagnant ainsi la belle Hélène et précipitant aussi la destruction de la race des Héros.
Sur ἔρις on a formé l'éristique, cette argumentation qui ne sert à celui qui en use qu'à venir à bout de ses contradicteurs (Pseudo-Platon, Éryxias). Là-dessus, outre un passé récent, voir, de Schopenhauer, L’art d'avoir toujours raison ou la Dialectique éristique.
Mais la Discorde a beaucoup de formes et de causes, l'heure est venue, suivant toujours Hésiode, d'énumérer ses enfants.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3337
Lieu: Nissa

Messageécrit le Monday 15 Apr 19, 7:55 Répondre en citant ce message   

Πόνος
Le nom πόνος « dur effort, peine, travail, souffrance physique » appartient à la famille du verbe πένομαι « se donner de la peine, travailler à » et du nom πενία « gêne, pauvreté ». De là, Ponos préside aux travaux qui excèdent en efforts celui strictement nécessaire.
Ces termes n'ont pas d'étymologie satisfaisante et on se gardera de les comparer au grec ποινή « prix du sang > châtiment » emprunté par les latins poena et pūnire (> fr. peine, punir).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3337
Lieu: Nissa

Messageécrit le Monday 15 Apr 19, 9:32 Répondre en citant ce message   

Λήθη
Ce λήθη « oubli » est déjà le nom d'un daïmôn chez Homère. Au début du livre II de l'Iliade, Zeus a envoyé à Agamemnon un Songe trompeur, ce dernier termine sa tromperie par une mise en garde:
Homère, Iliade, II.33-34 (trad. Bardollet) a écrit:
ἀλλὰ σὺ σῇσιν ἔχε φρεσί, μηδέ σε λήθη
αἱρείτω εὖτ᾽ ἄν σε μελίφρων ὕπνος ἀνήῃ.

et que ne te prenne l'Oubli, lorsque t'abandonnera le Sommeil, miel de l'âme.

Plus tard le Léthé deviendra une eau, fleuve des Enfers, source de Béotie au pied de l'Hélicon ou lac des enfers orphiques, chacun faisant perdre la mémoire, chacun étant doublé de son pendant Mnémosyne qui fait garder la mémoire.
Λήθη est de la même famille que le verbe λανθάνω « faire oublier, cacher », famille qui, avec un préfixe négatif, a donné ἀληθής « vrai, véridique » et ἀληθείη (dorien ἀληθεία) « vérité » qui subsistent en grec moderne.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3337
Lieu: Nissa

Messageécrit le Monday 15 Apr 19, 10:10 Répondre en citant ce message   

Λιμός
Leconte de Lisle semble avoir confondu λιμός () « famine, faim », employé par Hésiode, avec λοιμός « peste ». Il est possible que les deux mots soient apparentés mais Limos, Famine, semble plus dans le contexte hésiodique, ici celui des Maux récurrents. On ne connaît guère en effet que deux grandes Pestes, celle, mythique, envoyée par Apollon sur l'armée grecque devant Troie et celle, historique, d'Athènes au Ve siècle, qui vit la mort de Périclès.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3337
Lieu: Nissa

Messageécrit le Tuesday 16 Apr 19, 7:56 Répondre en citant ce message   

Ἄλγος
Même si Douleur et Chagrin ne dépareraient pas dans une liste de Maux, Hésiode semble le seul auteur conservé à avoir fait de ἄλγος un daïmôn.
Cet Algos a pourtant eu une nombreuse descendance avec névralgie, gastralgie, céphalalgie, pubalgie, odontalgie et autres algies.
Pour ce qui est du corps et de ses Douleurs ; pour le Chagrin, nous n'avons guère que la nostalgie car, Shakespeare le savait, les *érotalgies se perdent aisément …
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3337
Lieu: Nissa

Messageécrit le Tuesday 16 Apr 19, 9:20 Répondre en citant ce message   

Ὑσμίνη
Les malheurs de la guerre commencent avec ὑσμίνη « mêlée, combat » formé avec une double suffixation *-men- et *-īn- sur un thème *yudʰ- que l'on retrouve dans skr. yudh « guerrier », yudhyate « il combat ».
Singulière chez Homère et Hésiode, Hysminé se multiplie dans l'épopée tardive comme dans cette description du bouclier d'Achille :
Quintus de Smyrne, La Suite d'Homère, V, 34-36 (trad. F. Vian modifiée) a écrit:
Ἀμφὶ δὲ Κῆρες ἔθυνον ἀμείλιχοι, ἐν δ᾽ ἄρα τῆισι
φοίτα λευγαλέου Θανάτου μένος· ἀμφὶ δ᾽ ἄρ᾽ αὐτῶι
Ὑσμῖναι ἐνέκειντο δυσηχέες

À l'entour, bondissent les Kères inexorables ; Thanatos parcourt leurs rangs, affreux, ardent, avec sa suite d'Hysminai hurlantes
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3337
Lieu: Nissa

Messageécrit le Tuesday 16 Apr 19, 14:49 Répondre en citant ce message   

Φόνοι
Le nom commun φόνος est le meurtre, le massacre en parlant des animaux, il est lié au verbe θείνω « tuer » où les différences apparentes sont dues au traitement grec des labiovélaires : la racine est *gʷʰen- « frapper, tuer », attestée par le skr. hanti et le hittite kuenzi « il frappe, abat ». Les Phonoi sont envisagés ici par Hésiode au pluriel, mais le singulier Phonos, Meurtre, peut aussi être nommé, et pas seulement par Leconte de Lisle :
Eschyle, Choéphores, v. 805 (P. Mazon, traducteur) a écrit:
γέρων φόνος μηκέτ᾽ ἐν δόμοις τέκοι
Que le vieux crime n'enfante plus dans la maison !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3337
Lieu: Nissa

Messageécrit le Wednesday 17 Apr 19, 7:52 Répondre en citant ce message   

Μάχαι
Du verbe μάχομαι « combattre, lutter » le simple μάχη signifie bien sûr « combat, lutte » et se retrouve dans toute sorte de composés comme naumachie (combat naval) ou tauromachie, sans oublier la très drôle Batrachomyomachie, Combat des rats et des grenouilles, attribuée à Homère.
Leconte de Lisle a choisi de traduire Μάχαι par Batailles, mais il est vrai que *Machies n'aurait pas été très joli.
Dans un autre passage, en partie emprunté à l'Iliade, Hésiode énumère un certain nombre de ces daïmonès :
Le Bouclier d'Héraklès, vv. 154-158 (trad.d'après P. Mazon) a écrit:
ἐν δὲ Προΐωξίς τε Παλίωξίς τε τέτυκτο,
ἐν δ᾽ Ὅμαδός τε Φόβος τ᾽ Ἀνδροκτασίη τε δεδήει,
ἐν δ᾽ Ἔρις, ἐν δὲ Κυδοιμὸς ἐθύνεον, ἐν δ᾽ ὀλοὴ Κὴρ
ἄλλον ζωὸν ἔχουσα νεούτατον, ἄλλον ἄουτον,
ἄλλον τεθνηῶτα κατὰ μόθον ἕλκε ποδοῖιν.

Là étaient figurés Assaut et Repli. Là flamboyaient, Tumulte, Déroute et Carnage. Là sévissaient Lutte et Confusion. La pernicieuse Kère tenait là, vivants, un guerrier frais blessé, un autre sans blessure, et, en même temps, par les pieds traînait un cadavre au travers de la mêlée.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3337
Lieu: Nissa

Messageécrit le Wednesday 17 Apr 19, 8:40 Répondre en citant ce message   

Ἀνδροκτασίαι
Composé transparent de ἀνήρ « homme, guerrier » et d'un *κτασία issu de κτείνω « tuer » dont viennent aussi les composés en -ctone, Sauroctone (tueur de lézard, nom d'une célèbre statue d'Apollon par Praxitèle), ou Tyrannoctones attribué à Harmodios et Aristogiton qui assassinèrent le tyran athénien Hipparque en ~514.
On peut, avec Leconte de Lisle, parler de Carnages des guerriers ou, comme ci-dessus avec Mazon de Carnage tout court au singulier. Ça ne change hélas pas grand chose …
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3337
Lieu: Nissa

Messageécrit le Wednesday 17 Apr 19, 11:39 Répondre en citant ce message   

Νείκεά
Ceux que Leconte de Lisle traduit par Parjures sont en fait les Querelles, Conflits et autres Disputes. C'est le sens du neutre sigmatique νείκος qui peut n'être qu'un simple litige. Dans la philosophie d'Empédocle, Νείκος est le principe de séparation du Cosmos, s'opposant à Φιλότης, principe de rapprochement.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3337
Lieu: Nissa

Messageécrit le Thursday 18 Apr 19, 7:27 Répondre en citant ce message   

ψευδεῖς Λόγοι
Le ψευδής λόγος « parole mensongère », en tant que daïmôn apparaît aussi sous le composé Ψευδόλογος « Mensonge » qui, accentué sur le premier terme, est un bahuvrīhi (une parole qui est mensonge) alors que le tatpuruṣa ψευδολόγος signifie « menteur » (dont la parole est mensonge).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum grec Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Page 2 sur 3









phpBB (c) 2001-2008