Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Quel est votre avis sur la réforme du portugais ? - Forum portugais - Forum Babel
Quel est votre avis sur la réforme du portugais ?

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum portugais
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Villon



Inscrit le: 21 Oct 2006
Messages: 92
Lieu: Rio de Janeiro - Brésil

Messageécrit le Wednesday 19 Sep 07, 7:47 Répondre en citant ce message   

Caso queira saber mais sobre a proposta de reforma ortográfica acesse as ligações abaixo:

http://g1.globo.com/Noticias/Vestibular/0,,MUL104815-5604,00-BRASIL+VAI+ESPERAR+PORTUGAL+PARA+FAZER+A+REFORMA+ORTOGRAFICA.html

http://observatorio.ultimosegundo.ig.com.br/artigos.asp?cod=310ASP008

http://www1.folha.uol.com.br/folha/educacao/ult305u321371.shtml


Dernière édition par Villon le Monday 17 Dec 07, 9:53; édité 2 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Força_Portugal



Inscrit le: 03 Aug 2006
Messages: 77

Messageécrit le Friday 21 Sep 07, 20:11 Répondre en citant ce message   

Je ne sais pas trop quoi penser de cette réforme...

Dernière édition par Força_Portugal le Wednesday 30 Jan 13, 12:15; édité 4 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Villon



Inscrit le: 21 Oct 2006
Messages: 92
Lieu: Rio de Janeiro - Brésil

Messageécrit le Sunday 18 Nov 07, 2:51 Répondre en citant ce message   

Todos nós bem sabemos que a questão da reforma ortográfica da língua portuguesa está sendo tema de controvérsias e debates, nos mais diversos meios de comunicação, no Mundo Lusófono.

O grande empecilho para a adoção definitiva do Acordo Ortográfico da Língua Portuguesa esta sendo, sobretudo, os interesses meramente financeiros das editoras de livros. Penso ser extremamente lamentável que os editores ponham, acima dos valores culturais, identitários, que encerra a língua portuguesa, objetivos mercadológicos e se façam mentores de negociatas com o único intuito da não entrada em vigor do tão importante acordo. As casas editoriais, que deveriam ser baluartes da divulgação da cultura lusófona, são agora simples empresas sôfregas por lucros!

Além disso, há setores conservadores que não querem aceitar o acordo. As palavras do professores Malaca Casteleiro (Portugal) e Evanildo Bechara(Brasil) são extremamente sábias e mais do que dignas de destaque.

Assim sendo, tendo consciência da importância de tal reforma, imprescindível para o futuro da língua Portuguesa, hei de reproduzir aqui alguns pequenos textos sobre o tema


Citation:
O «medo estúpido» de Portugal
do domínio do Brasil nos PALOP


Em declarações à agência de notícias Lusa, o coordenador do “Dicionário da Língua Portuguesa Contemporânea”, da Academia das Ciências de Lisboa, Malaca Casteleiro, acusou as autoridades portuguesas de entravarem o Acordo Ortográfico por «um medo estúpido de que o Brasil, através da ortografia, reconquiste os países africanos de língua portuguesa e os leve para o seu lado, o que é completamente descabido e mau para a língua portuguesa». Transcrição integral destas declarações, a seguir.
________________________________________
Bragança, 03 Out (Lusa) - Um dos mais conceituados linguistas portugueses, Malaca Casteleiro, acusou hoje Portugal de estar a entravar o acordo ortográfico com os países lusófonos por um «medo estúpido» do domínio do Brasil.

O linguista, que tem participado nas tentativas de acordo da unificação ortográfica nos países de língua oficial portuguesa, fala mesmo num «cisma» entre Portugal e Brasil que «se arrasta há mais de um século e que prejudica a difusão da língua portuguesa».
«É maior do que a guerra dos cem anos», ironizou, à margem do VI Congresso da Lusofonia, que começou hoje em Bragança, e que tem como tema central o acordo ortográfico e a variante brasileira da língua portuguesa.

Segundo o linguista português, o Brasil - o maior falante da língua portuguesa - «tem muita vontade de implementar o acordo e Portugal não diz nada».

«Eu creio que há aqui um medo estúpido de que o Brasil, através da ortografia, reconquiste os países africanos de língua portuguesa e os leve para o seu lado, o que é completamente descabido e mau para a língua portuguesa», afirmou.
Malaca Casteleiro entende que Portugal está a desperdiçar um potencial de quase duzentos milhões de falantes para a difusão da língua portuguesa no mundo, através de um país que, além do elevado número de habitantes, «tem uma literatura potentíssima, é um potentado económico e tem uma capacidade de difusão cultural magnífica».

Em vez do «receio deste domínio», o linguista entende que Portugal devia aproveitar esta potencialidade e implementar, de uma vez por todas, um projecto de que há muito se fala no seio da CPLP (Comunidade de Países de Língua Portuguesa).

O projecto, de acordo com Malaca Casteleiro, consiste no intercâmbio de alunos e professores, conferências e outras iniciativas culturais, um programa algo semelhante ao europeu Erasmus, mas que ainda não foi avante por «falta de recursos financeiros».

Malaca Casteleiro lembrou que Portugal ainda não ratificou a mais recente decisão sobre a escrita comum da língua, que permitiria a entrada em vigor do acordo ortográfico com apenas a ratificação de três países.

Apenas o Brasil, Cabo Verde e São Tomé e Príncipe ratificaram essa norma.
O impasse mantém-se e arrastou-se por todo o século XX, conforme recordou o linguista, lembrando que desde a reforma ortográfica da implantação da República, em 1911 que Portugal e Brasil tentam um acordo.

Depois de várias tentativas em 1931, 1943, 1945, 1973 e 1986 para a convenção ortográfica luso-brasileira, em 1990 foi negociado e aprovado por todos os países de língua portuguesa, a nível político, um acordo que só foi ratificado pelos respectivos parlamentos de Portugal, Brasil e Cabo Verde.




Citation:
Evanildo Bechara: 'As mudanças foram muito modestas'Publicada em 14/11/2007 às 14h24m
Miguel Conde - O GloboRIO - Um dos maiores conhecedores da língua portuguesa, o acadêmico Evanildo Bechara critica o acordo ortográfico de 1990, que, em sua opinião, não simplifica suficientemente as regras de emprego do hífen, e ainda admite um número excessivo de casos de acentuação. Para Bechara, a Academia Brasileira de Letras e os países lusófonos deveriam se unir para alterar "a filosofia" da reforma ortográfica.

Qual sua opinião geral sobre o Acordo Ortográfico de 1990?
EVANILDO BECHARA: As mudanças foram muito modestas para conseguirmos uma unificação do sistema gráfico em Portugal e no Brasil. Não há grandes revoluções nas alterações que se vão fazer. Esse é um ponto. O outro é que as modificações no sistema brasileiro são em maior número do que as que os portugueses vão ter que fazer. Portugal a rigor só vai ter duas modificações: vão deixar de usar as consoantes mudas e eliminar o "h" inicial em palavras como úmido. O Brasil fez mais cedências.


Que outras mudanças ortográficas deveriam ser feitas?
BECHARA: Seria bom que se economizasse mais na acentuação. Quando você põe um acento, circunflexo ou agudo, você mexe na pronúncia. Como Portugal e Brasil têm diferenças de timbre na pronúncia das palavras, o ideal seria que diminuíssemos os acentos ao mínimo possível. Se a pessoa já sabe como pronunciar a vogal, ela pode dispensar o acento.


Mas até que grau se poderia levar essa diminuição de acentos?
BECHARA: Uma racionalização não é uma supressão total. Teríamos que estudar mais aprofundadamente o excesso de emprego de acento, para retornar ao uso antigo. Se você pegar um livro escrito antes da reforma de 1911, e esse mesmo texto na ortografia atual, portuguesa ou brasileira, vai ver que o texto tinha muito menos acentos antigamente.


Por que se criaram tantos acentos?
BECHARA: As primeiras tentativas de reforma ortográfica datam de 1886 em Portugal, e no Brasil de 1906. Uma época em que a rede escolar era muito mais frágil do que hoje. Era necessária uma reforma em que a maneira de grafar as palavras ajudasse as pessoas a pronunciá-las corretamente. O sistema educacional ainda era precário, tanto em Portugal quanto no Brasil. Hoje, com a rede escolar, com o rádio, com a televisão, é diferente. Esses meios de comunicação ajudam mais na difusão da pronúncia correta do que a ortografia. Basta ver que há casos em que as pessoas pronunciam a palavra de um jeito diferente do indicado pela grafia.


A Academia Brasileira de Letras pensa em apresentar essas propostas?
BECHARA: A ABL não pode, nesse momento. Mas se o impasse continuar, quem sabe? Minha opinião é que as academias do Brasil e de Portugal deveriam se reunir, juntamente com os outros países, para mudar a filosofia da reforma.
Além da acentuação, há outro ponto insatisfatório no acordo?
BECHARA: A reforma estabelece 13 regras para utilização do hífen. É um avanço, já que hoje Portugal tem mais de quarenta regras e sub-regras. Mas isso ainda poderia ser resolvido com quatro ou cinco regrinhas muito simples, que tivessem como critério básico impedir pronúncias erradas.


Entrevista publicada no dia 1º de setembro de 2007 no caderno Prosa e Verso





Citation:
Editores e livreiros exigem debate sobre acordo ortográfico

A Associação Portuguesa de Editores e Livreiros, APEL, manifestou hoje «profunda preocupação» pelo recente anúncio oficial de que até ao final do ano será ratificado o Protocolo Modificativo do Acordo Ortográfico e exigiu que se realize «um debate sério» sobre a matéria.

Num comunicado à imprensa, a associação considera «precipitada e estranha a forma como este processo tem sido conduzido».

Lembrando os mais de 15 anos de «quase silêncio» decorridos desde a aprovação do Acordo Ortográfico, a APEL observa que a decisão de ratificar o Protocolo, anunciada recentemente pelo ministro dos Negócios Estrangeiros, ocorre por «pressão» do Brasil e «sem qualquer discussão pública nem intervenção dos ministérios da Cultura e da Educação e da própria Assembleia da República».

O Brasil, Cabo Verde e São Tomé e Príncipe assinaram este ano o Protocolo Modificativo, tendo sido os três primeiros países da CPLP - Comunidade dos Países de Língua Portuguesa - a fazê-lo.

«É fundamental - declara a APEL - que todos os sectores da sociedade portuguesa, sem excepção, tenham consciência das implicações da eventual assinatura do Protocolo Modificativo do Acordo Ortográfico, quer a nível interno, quer a nível externo».

Na óptica da associação, não há, por um lado, «uma avaliação rigorosa do impacto que tal medida terá na Educação(...)» e, por outro, «numa altura em que Portugal beneficia do sucesso alcançado pelas editoras portuguesas em Angola e Moçambique, essa posição poderá ser posta em causa com a ratificação do Protocolo Modificativo do Acordo Ortográfico».

No caso concreto do impacto da medida na Educação, a APEL precisa que não é «apenas» o ensino da Língua Portuguesa que está em causa, na medida em que «toda a edição escolar e para-escolar, incluindo livros auxiliares de várias disciplinas, gramáticas e dicionários, terá de ser rapidamente actualizada».

Também a edição generalista e os catálogos das bibliotecas serão abrangidos, assim se «destruindo grande parte do esforço desenvolvido pela iniciativa do Plano Nacional de Leitura», adverte o comunicado.

Posição semelhante à da APEL foi tornada pública pela Sociedade Portuguesa de Autores, SPA, que contesta a ratificação do Protocolo sem o «indispensável debate público e institucional sobre a matéria».


Diário Digital / Lusa
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Lou caga-blea
Animateur


Inscrit le: 05 Sep 2006
Messages: 515
Lieu: Nissa

Messageécrit le Sunday 18 Nov 07, 12:08 Répondre en citant ce message   

Je suis bien incapable d'intervenir en portugais : l'un de vous pourrait-il résumer rapidement (en français) le contenu de cette réforme (et expliquer quel problème phonétique et/ou morphologique la mesure est censée résoudre) ?
Obrigado d'avance !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Villon



Inscrit le: 21 Oct 2006
Messages: 92
Lieu: Rio de Janeiro - Brésil

Messageécrit le Sunday 18 Nov 07, 20:08 Répondre en citant ce message   

Cher Lou Caga-Blea :

Je remercie l’intérêt que tu porte à la langue portugaise. Je ne suis pas philologue, ni un spécialiste de la reforme orthographique - ma formation est l’Histoire - mais c’est un débat qui m’intéresse beaucoup. Je suis un train d’écrire(en français) un petit résumé du contenu de cette réforme. J’espère qu’il peut t’aider à mieux comprendre ce débat. Je vais le poster le plus tôt possible. D’accord ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Lou caga-blea
Animateur


Inscrit le: 05 Sep 2006
Messages: 515
Lieu: Nissa

Messageécrit le Sunday 18 Nov 07, 21:22 Répondre en citant ce message   

Obrigado a você, Victor ! Ne t'inquiète pas, il n'y a pas urgence, mais je serai très content de lire ce résumé.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Villon



Inscrit le: 21 Oct 2006
Messages: 92
Lieu: Rio de Janeiro - Brésil

Messageécrit le Thursday 13 Dec 07, 8:26 Répondre en citant ce message   

Lou Caga-Blea:

D’abord pardonne moi à cause de mon retard, mais j’étais en train de mener une petite recherche sur la Reforme ou l’Accord Orthographique. Quand on veut bien comprendre les détailles de l’histoire des Accords Orthographiques de la langue portugaise et aussi les nouvelles propositions qui seront, peut-être, un jour, finalement, adoptées dans touts les pays lusophones, on est devant des renseignements qui ne sont pas toujours très objectifs et clairs. Les articles, les journaux, les textes des sites consacrées à la langue et même les grammaires ne expliquent pas souvent chaque point de différence entre l’orthographie du Brésil et du Portugal et le moment exact de certains changements orthographiques.

Je présente un tableau ci-dessous qui n’a aucune prétention d’être un travail de grammairien.
Malgré, ces observations, j’ai essayé de montré un panorama général de l’histoire de cette Réforme Orthographique, depuis ses origines jusqu’à aujourd’hui et après un résumé des modifications orthographiques qui sont proposées à toute la Lusophonie.

J’ai déjà dit que ma formation ne sont pas les lettres portugaises, en tout cas j’ai toujours été très proche de ce qui concerne les langues du monde. Mais formation est l’histoire, mais je te dis que j’habite à la frontière de ce continuum des disciplines. Au milieu des « isoglosses » des dialectes des historiens, linguistes et des philologues.

Selon le professeur Ivo Catro, dans l’article « Acordos Ortográficos » du Dicionário Temático da Lusofonia, on pourrait périodiser l’histoire de l’orthographie de la langue portugaise en trois grandes périodes.

D’abord, nous avons la période phonétique, les gens qui écrivent s’attache de représenter les sons de la langue tel qu’ils sont parlés. C’est le Moyen-âge et les centres privilégiés de l’écriture sont les chancelleries et les institutions religieuses. Il y a plusieurs façons d’écrire les mots, malgré une certaine uniformité utilisée en chaque établissement où le document est fait.

À partir de la Renaissance, on a la période étymologique ou, plutôt, pseudo étymologique. Pour régler les plusieurs façons d’écrire, très liées à la variabilité des prononciations, les savants font un retour aux origines latines. L’écriture sera basée, dès cette époque, sur l’étymologie. En tout cas, les projets d’uniformisations ne réussissent pas beaucoup, parce que l’orthographe continue à être instable.

En troisième lieu, il y la période des accords. Après la proclamation de la République au Portugal, en 1910, on veut systématiser officiellement l’orthographe de la langue portugaise. Jusqu’à lors il n’y avait pas une loi officielle qui fixait strictement comme on devrait écrire les mots. Même dans des documents officiaux, on pourrait constater des divergences. On dirait plutôt qu’il y avait une relative unité orthographique, établie par la tradition, mais il n’y avait pas des lois gouvernementales au strict sens du terme. C’est pour cela qu’il y eut des tentatives individuelles qui surpassèrent les règles consacrées par l’usage. Quelques uns ont entreprirent des simplifications radicales. Mais la date historique c’est l’année 1911, Portugal fit une Réforme orthographique. C’est la première fois que la langue portugaise eut une orthographie systématisée par une loi gouvernementale. Il faut mentionner Aniceto dos Reis Gonçalves Vianna, ce célèbre latiniste et phoneticiste, fut le père de la moderne orthographie de la langue portugaise. La Réforme de 1911 fut presque entièrement basée sur ses idées. Gonçalves Vianna, en 1902, écrivit dans son livre « As Ortographias Portuguesas » : « L’orthographie étymologique est une superstition héritée, une faute scientifique, fille du pédantisme qu’à l’époque de la Renaissance qui hantaient l’éblouissement des adorateurs da l’Antiquité Classique et des lettres romaines et grecs. Il pût pousser, parce que la lecture et, par conséquent, l’instruction des classes savantes et dirigeantes étaient possible à un petit groupe de personnes, dont les dictames on acceptaient presque sans protestation ». Les solutions prise à l’étymologie furent en grande partie abolies, c'est-à-dire on essaye de dépouiller la langue écrite des règles archaïsantes. Les groupes « ph », « th », « rh » -dont l’existence était justifiée par les racines grecs et latines – disparaîtront. À titre de comparaison, on observe que ces groupes de consonnes font, jusqu’à aujourd’hui, partie de l’orthographie française. Quand on lit des textes en portugais, datés du commencement du XXe siècle, on rencontre facilement des mots écrits comme « pharmacia » (pharmacie), « ortographia » (ortographie), « diccionario » (Dictionnaire), « stylo » (style), « theatro » (théâtre) et « rhythmo » (rythme). Aujourd’hui la orthographie correcte est : « farmácia », « ortografia », « dicionário », « estilo », « teatro » et « ritmo ». En ce qui concerne l’écriture, on dirait que les deux langues sœurs, le portugais et le français se sont éloignèrent.

Le problème de la loi de 1911, qui avait comme objectif de fixer, finalement, l’orthographie, en se débarrassant des complexités étymologiques, ou pseudo étymologique, c’est qu’elle entra en vigueur seulement au Portugal. Les rédacteurs ne consultèrent pas les lusophones de l’autre côté de l’Atlantique, c’est-à-dire le Brésil. Les savants n’avaient pas crée qu’un hiatus entre les deux variantes de la langue portugaise, ils avaient aussi déclenchée une longue et difficile polémique qui perdure jusqu’à aujourd’hui, malgré plusieurs efforts communs d’unifications de l’orthographie du Brésil et du Portugal. Tant que le portugais du Portugal était déjà écrit avec la graphie modernisée, le portugais du Brésil utilisait encore la graphie ancienne.

C’est en 1931 qui l’Académie Brésilienne des Lettres et l’Académie des Sciences de Lisbonne essaieront d’établir un accord orthographique. A grosso modo le Brésil renonce la graphie ancienne et s’approche de la graphie déjà en vigueur au Portugal depuis 1911. Mais l’accord entre les deux pays n’est pas parfait. Au commencement de son dictionnaire le lexicographe Laudelino de Freire se plaint déjà de la rédaction de la Constitution Brésilienne, promulguée le 16 juillet 1934, qui a utilisa la graphie ancienne. En 1940 l’académie des Sciences de Lisbonne publia son vocabulaire et en 1943 l’Académie Brésilienne de lettres publia le sien, ce qui on pût constater c’est qu’il y avaient encore des divergences. Ayant le but de régler ces différences, il y eut une réunion à Lisbonne, c’est à partir de cex travaux qui naquît l’accord orthographique en 1945. Cet accord devînt loi au Portugal, mais le Brésil continua à adopter son vocabulaire, publié en 1943.

Dès cette époque plusieurs tentatives voulaient mettre fin à ces deux graphies, la plupart échoua. En 1971 le Brésil promulgua des modifications orthographiques, pour s’approcher du Portugal et 1975 le Portugal fit le même. Mais cet approchement fût partiel. Actuellement le Brésil s’oriente à partir du vocabulaire de 1943 plus les altérations de 1971, le Portugal s’oriente à partir de la réforme de 1945, plus les altérations de 1975.

En 1986 le Président du Brésil, José Sarney, convoqua une rencontre des sept pays de la lusophonie (Portugal, Brésil, Angola, Cap-Vert, Mozambique, Guinée-Bissau, Saint Tomé et Prince, à l’exception du Timor Leste, puisqu’il était encore envahi par l’Indonésie, ce pays atteint son indépendance seulement en 1999, on calcule que vers 200.000 personnes moururent après le massacres perpétrés par l’Indonésie). Les membres de cette rencontre – dont un des membres plus actifs fut le grand philologue Antonio Houaiss – proposèrent un Accord Orthographique. Malheureusement, les secteurs conservateurs ou, plutôt les « intégriste » de la langue portugaise, du Brésil et du Portugal, considèrent les propositions modificatrices inacceptables. Un des items les plus polémiques de ce projet était l’abrogation les mots paroxytons.

En 1990 un autre texte d’Accord Orthographique fut proposé, cette fois l’orthographie subirait beaucoup moins d’altérations. Les nouvelles règles devraient être en vigueur en 1e Janvier 1994. Mais, après des retards diplomatiques et bureaucratiques, l’Accord Orthographique n’a pas encore été appliqué. Aujourd’hui le principal problème est les hésitations du Gouvernement Portugais. Les maisons d’éditions portugaises se battent contre l’acceptation de la novelle orthographie. Les éditeurs portugais n’ont qu’un objectif, c’est-à-dire le lucre. Ils ne veulent pas
En bref, la graphie du portugais du Portugal et celle du portugais du Brésil ont des petites différences. Le but principal de cette reforme serait de résoudre la plupart de ces petits problèmes. Mais la reforme touche aussi d’autres items, elle veut dépouiller la langue de certaines


(1)LA REALITÉ ACTUELLE -La graphie du portugais du Portugal garde encore le « c » et « p » de certains mots comme acção (acction), acto (acte), adoption (adoção), optimo. Comme tu peux constater, elle est plus proche de la graphie étymologique adoptée par la langue française. Au Brésil on écrit ação, ato, adoção, ótimo.

APRÈS LA REFORME – La norme portugaise renoncerait les « c » et les « p » muets. Ces mots seraient écrits de la même façon dans touts les pays de la lusophonie, c'est-à-dire, comme on écrit déjà au Brésil.



(2)LA REALITÉ ACTUELLE - Au Portugal des mots comme «herva » (herbe) et « húmido » (humide) sont écrits aves des « h ». Le portugais brésilien écrit sans « h », « erva » e « úmido ». Comme on pourra remarquer, la graphie du portugais du Portugal est aussi dans ce cas plus proche de la graphie étymologique de la langue française, on maintient le « h ».

APRÈS LA REFORME – Le portugais du Portugal renoncerait les « h », dans ces groupe de mots, où il y a une différence entre la norme portugaise et brésilienne. Mais il faut souligner que le « h » continue à exister dans la langue portugaise. La grande majorité des mots qu’on écrit avec des « h » ne changeront pas, puisqu’il n’y a pas de divergence entre Portugal et Brésil.



(3)LA REALITÉ ACTUELLE - Le tréma n’existe plus au Portugal, depuis déjà quelques décennies, par contre, il est encore utilisé au Brésil. Au Brésil la norme exige que les mots comme « pingüim », « cinqüenta », « lingüiça » portent des trémas. Malgré la règle, la plupart des brésiliens dans la vie quotidienne ont déjà délaissé le tréma.

APRÈS LA REFORME- Le tréma n’existerait plus, alors des mots comme « cinqüenta », « pingüim » et « lingüiça » seraient orthographier comme au Portugal, c’est-á-dire sans le « tréma ». Dans ce cas, comme on a vu ci-dessu, la simplification a déjà été faite par la norme portugaise. Le Brésil suivrait le portugais du Portugal, en renonçant les trémas.



(4)LA REALITÉ ACTUELLE – Au Brésil on utilise l’accent aigu sur les diphtongues ouverts « ei » et « oi » des mots paroxytons Par exemple : « idéia » (idée), assembléia (assemblée), « geléia », (gelée), « heróica » (héroïque), « gibóia » (boa), Enéias (Énée).
Au Portugal les diphtongues en « ei » ne portent pas l’accent, donc, on écrit « ideia », « assembleia », « geleia » e « Eneias » Le portugais du Portugal prononce les diphtongues « ei » toujours de la même façon, le portugais du Brésil fait la différence entre « ei » ouvert et fermé. C’est dû a cette particularité da la prononciation du portugais du Brésil, c’est pour cet motif qu’ils ont maintenu l’accent sur les « éi » ouverts (à mon avis sans aucune utilité pratique). Par contre, la diphtongue ouverte « oi » au Portugal est aussi accentuée.

APRÈS LA REFORME - L’accent aigu serait éliminé sur les diphtongues « oi » et « ei » ouverts des mots paroxytons. C’est-à-dire, les brésiliens vont écrire « ideia », « assembleia », « geleia » e « Eneias », comme écrivent aujourd’hui les portugais.
Dans le cas de l’accent aigu sur la diphtongue « oi » ouverte, les deux pays, Portuga et Brésil » vont l’abroger.



(5)LA REALITÉ ACTUELLE – Au Brésil on met des accents sur les mots qui on un « i » ou un « u » toniques, quand il y avant une diphtongue. Par exemple: «feiúra» (laideur), «baiúca» (bicoque). Au Portugal cette règle d’accentuation n’existe pas.

APRÈS LA REFORME – Les « i » et les « u » toniques, quand il y avant un diphtongue ne seront plus accentué comme au fait déjà au Portugal.



(6)LA REALITÉ ACTUELLE- Les formes verbales qui ont l’accent tonique sur la racine, avec un « u » précédé de « g » ou « q » et suivies de « e » ou « i », doivent recevoir un accent sur le « u ». Par exemple : « averigúe » (qu’il vérifie), « apazigúem », (qu’ils apaisent), « argúem » (qu’ils interrogent). Mais ce point n’est pas très important, puisqu’il y a très peu formes verbales qui peuvent figurer dans ce cas.

APRÈS LA REFORME – Ces rares conjugaisons ne seront plus accentuées.



(7) LA REALITÉ ACTUELLE- En portugais il y a des accents différentiels. Certains mots homophones ou presque homophones reçoivent des accents pour les différencier. Par exemple : « pára » (Il arrête) ≠ « para » (pour) préposition, « péla » (Il épluche) ≠ « pela » « par la » contraction de la préposition ancienne « per » avec l’article défini féminin archaïque « la », « pólo » (polo) substantif ≠ « par le » contraction ancienne de la préposition « por » plus l’article l’ancien masculin « lo », « pêra » (poire) ≠ « péra » (pierre) ≠ « pera » (pour) ancienne préposition, aujourd’hui « para ».

APRÈS LA REFORME- Ces mots n’auraient plus d’accent. C’est très logique puisque il y a déjà plusieurs homographes en portugais qui n’ont pas l’accent différentiel comme « manga » (mangue) et (manche).



8 LA REALITÈ ACTUELLE – Les mot qui finissent par un hiatus tonique en « oo » ou « ee » comme « vôo » (vol), « enjôo » (écœurement), portent un accent sur le premier « o » ou sur le premier « e ». À la troisième personne du pluriel, surtout au subjonctif, quelques verbes et leurs dérivés, comme « crer » (croire), « ler » (lire), « dar » (donner), « ver » (voir), portent un accent circonflexe : « crêem » (Ils croivent), « dêem » (qu’ils donnent), , « lêem » (ils lisent », « vêem » (ils voient). Cette règle est valide à part entière au Brésil. Par contre l’accentuation sur les formes verbales finissant par « oo », comme « abençoo » (je benissent), « abotoo » (je boutonne), « voo » (je vole) ne sont pas accentuées au Portugal. Ainsi que les substantifs, « voo » (vol) enjoo (écœurement). Mais au Brésil il faut encore écrire « abençôo », « abotôo », « vôo », avec l’accent circonflexe.

APRÈS LA REFORME – Dans ce cas les accents circonflexes ne seraient plus employés.



(9) LA REALITÈ ACTUELLE - Il y a encore l’utilisation du trait d’union, entre les mots. Bien que l’Accord Orthographique veuille la simplifier, il ne réussira pas, puisqu’il ne touche que des points très précis. Jusqu’à des grands spécialistes disent que les règles pour l’utilisation du trait d’union en portugais sont excessivement complexes, il y en a vers cinquante ! Un jour peut-être ces normes seront vraiment simplifier, parce qu’il y a déjà des spécialistes qui haussent la voix contre enchevêtrement de prescriptions, d’exceptions et de particularité. Bref, les plusieurs possibilités d’emploi du trait d’union en portugais compose un immense compendium de byzantinismes. Dans la pratique, quand on n’est pas sûr de son utilisation, on consulte le dictionnaire. Je vous assure que la plupart de professeur de portugais ne serait pas capable d’énumérer par cœur tout ce labyrinthe de règles.



Bien que la réforme soit très timide, comme j’ai déjà dit, elle veut aussi se débarrasser de quelques règles orthographiques qui sont encombrantes. Les modifications ci-dessus ont comme objectif finir avec la plupart des petites divergences entre la norme portugais du Brésil et du Portugal. Comme tu à pu remarquer il y a des altérations qui auront lieu seulement au Brésil et d’autres seulement au Portugal, mais il y a un troisième groupe qui auront deux graphie possible, qu’il soit au Portugal ou au Brésil, par exemple « António» au Portugal(Antoine) et « Antônio » au Brésil ou encore, « económico » (économique) au Portugal, et « Econômico » au Brésil. Cela est dû a la prononciation du « e » ouvert du portugais du Portugal et du « e » fermé du portugais du Brésil. C’est pour cela que la proposition de 1986 voulait `finir avec l’accent sur les proparoxytons, comme cela le problème aurait fini.

C’est toujours très important d’affirmer que la langue brésilienne n’existe pas, ce qui existe est l’accent brésilien, ou le portugais du Brésil. Il y a des livres en français, traduit a partir du portugais, dont on lit « traduit du brésilien », cela n’est pas correcte, puisqu’il suffit de rendre visite à au site d’une Université au Brésil. Il n’aura jamais des références a une langue brésilienne, c’est toujours portugais qu’on apprend à l’école, au lycée et dans les facultés de lettres. Les gens du Portugal et du Brésil se comprennent facilement. Bien sûr qu’il faut quelquefois un peu de temps pour s’adapter à l’accent surtout quand il s’agit, des personnes moins instruits. Les portugais sont totalement adaptés la prononciation du Brésil, les célèbres feuilletons de la Chaîne Globo sont transmise au Portugal dans la version originelle. On dit que les brésiliens on un petit peu de difficulté de comprendre quand les portugais du Portugal parlent vite. Mais j’assure qu’après une semaine à Lisbonne, il n’aura plus aucune difficulté.

Peut-être, je devrai mettre au point ces explications, mais comme je mets beaucoup de temps à te répondre, je ne veux plus tarder…Si tu ne comprends pas quelque chose, n’hésite pas à me demander. En ce qui concerne le français, d’ores et déjà je remercie tes corrections.

À bientôt
VICTOR


Dernière édition par Villon le Thursday 13 Dec 07, 20:54; édité 2 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Dino



Inscrit le: 09 Oct 2006
Messages: 481
Lieu: Αθήνα – Ελλάδα

Messageécrit le Thursday 13 Dec 07, 16:24 Répondre en citant ce message   

Meu caro Villon: Fico devendo muito. Há quase dois meses estou de volta ao meu país e muito contente por sinal. Esse teu trabalho referente à reforma ortográfica da lingua portuguesa é bom demais. Não são muitos os Babelianos capazes de apreciar o verdadeiro valor. Você sabe que, eu, sendo Grego, mantenho a teoría da ortografía etimológica (que facilita a compreensão dos termos). Mas o debate fica aberto. Saudações do teu bom amigo de sempre, e até a próxima.

Se alguém precisar da tradução do anterior, fico à disposição.
Je répète pour les non-lusophones que je suis à leur disposition pour traduire mon petit texte en portugais.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10774
Lieu: Lyon

Messageécrit le Thursday 13 Dec 07, 19:28 Répondre en citant ce message   

@ Villon : ce fil, comme tous ceux que tu ouvres ou auxquels tu participes, est très intéressant à lire. Et ta traduction, c'est du bon boulot !

Petit détail : le titre en portugais risque de n'attirer que des lusophones, ce qui serait dommage vu l'intérêt du fil, que l'on soit lusophone ou pas. Vois-tu un inconvénient à le traduire en français ?

Citation:
Chère Lou caga-blea

Il me semble que Lou caga-blea est de sexe masculin...donc "cher" serait peut-être plus adéquat très content.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Villon



Inscrit le: 21 Oct 2006
Messages: 92
Lieu: Rio de Janeiro - Brésil

Messageécrit le Monday 17 Dec 07, 10:13 Répondre en citant ce message   

Portugais Bresilien (portugais) Meu Caríssimo Dino:

Primeiramente hei de pedir perdão, pois estou em falta com você, por não ter respondido a sua última mensagem aqui na Babel. Mas Ultimamente não estava podendo entrar muito aqui nosso fórum.

Agradeço imensamente as suas sempre tão gentis palavras em relação à minha modesta pesquisa sobre a Reforma Ortográfica. Você disse que é a favor da ortografia etimológica. Eu não sou totalmente contra, quando, em determinados aspectos, há diferenças fonéticas marcantes, entre populações que falam a mesma língua, as soluções etimológicas são mais do que úteis e importantes. Mas, por exemplo, acho a ortografia da língua francesa excessivamente etimológica e conservadora o que dificulta o aprendizado, tanto de nativos, como de não nativos.

Aliás, sobre a questão da Reforma ou Acordo Ortográfico tenho pensado sempre na valorosa iniciativa dos gregos que aboliram a Katharévousa e, posteriormente, simplificaram a própria ortografia do grego demótico. Penso que lusófonos e francófonos deveriam inspirar-se nos nossos amigos gregos e temer menos reformas racionais ou, melhor dizendo, fazendo uso de palavra de raiz tipicamente grega, reformas lógicas.

Quanto o seu retorno à Grécia, é definitivo ou está somente passando uma temporada? Depois me conte se tem surgido por aí livros, filmes sobre o nosso querido e grande Kavafis. Eu encontrei, na internet, um sítio no qual há uma bela APRESENTAÇÃO DA Alexandria de Kavafis, gostaria de indicá-la depois para você... Mas nos falamos depois, porque já estou resvalando em um “hors sujet”!

Um grande abraço do amigo
Victor


Français Cher José:
Je remercie beaucoup tes gentils mots envers ma réponse sur la Réforme Orthographique de la Langue Portugaise.

J'ai changé le titre du sujet. D’abord Je l’ai écrit en portugais, parce que je ne savais pas si les non lusophones porteraient l’intérêt à cette question. Heureusement, comme je peux constater d’autres amis babéliens se sont intéressés à cette polémique.

Je voudrais le titré en portugais et en français : « Quel est votre avis sur Réforme Orthographie de la langur portugaise ? », « Qual é a sua opinião sobre a Reforma Ortográfica da Língua Portuguesa ? ». Mais il y a une limite de caractères, alors je n’ai pu écrire que « Quel est votre avis sur la Réforme du Portugais ». Tant pis …

Il y a déjà quelques mois, que je veux te remercier d’avoir indiqué, sur le Forum Babel, Canal Académie. C’est une Radio très intéressante. J’ai déjà écouté plusieurs émissions.

Encore une fois merci !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Lou caga-blea
Animateur


Inscrit le: 05 Sep 2006
Messages: 515
Lieu: Nissa

Messageécrit le Monday 17 Dec 07, 11:01 Répondre en citant ce message   

Cher Villon,

Obrigado (obrigadíssimo, même, si on peut dire ainsi !) pour ton message très clair, très précis et écrit dans un excellent français. Si j'ai bien compris, donc, la réforme orthographique viserait à rapprocher le portugais du Brésil du portugais "hispanique".
Ton message m'intéresse d'autant plus, que je suis locuteur de nissart, qui est une variante de l'occitan qui vocalise les -l étymologiques finaux (castel > casteu), et qui a, partant, beaucoup de "hiatus toniques" comme tu dis, en fin de mot. Les solutions orthographiques prospectées par le portugais (du Brésil ou de la péninsule ibérique) m'intéressent donc particulièrement.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Pirulito



Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 14

Messageécrit le Tuesday 18 Dec 07, 2:50 Répondre en citant ce message   

Pessoalmente nao estou de acordo com a reforma, mas nao por medo do quer que seja. Para min un "fato" serve para vestir e um "facto" nao entre muitos outro exemplos. Nos casos em que o "c" se lê, porque em português ele se lê, nao vejo porque é que o tirariamos! Muitos dos acentos servem também para distinguir duas palavras e sao importantes para a pronunciaçao, nos outros casos estaria de acordo para que fossem suprimidos.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum portugais
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008