Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Les sacres québécois : survivances françaises ? - Expressions, locutions, proverbes & citations - Forum Babel
Les sacres québécois : survivances françaises ?

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Expressions, locutions, proverbes & citations
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Zwielicht



Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 1223
Lieu: la rencontre des eaux

Messageécrit le Wednesday 16 Dec 09, 6:23 Répondre en citant ce message   

Le Québec est souvent caricaturé par ses sacres, ces jurons blasphématoires, tantôt appelés patois, sacres ou blasphèmes, ici. Les tabernacle, Christ, hostie, ciboire, chalice.. s'entendent couramment, dans des situations rarement officielles, et perdurent malgré le désintérêt envers la religion catholique, pour ne pas dire, tout ce qui est religieux. Comme interjections, adjectifs, verbes (lui en crisser une) ou même adverbes (crissement), souvent à la chaîne (christ-de-chalice-de..-d'hostie-d'ciboire).. ils offrent une souplesse remarquable permettant toutes les nuances.

Tout comme pour un bon nombre d'expressions et habitudes québécoises, on soupçonne pour ces sacres une origine d'oïl (Île-de-France, Normandie, Poitou-Charentes, Bretagne..) qui aurait disparu en France avec le temps et un usage qui n'aurait pas été consigné à temps dans les livres pour cause, justement, de blasphème. Je ne parle pas des Bon Dieu et autres interjections qui ont le mérite de flatter, ou qui font référence à d'autres tabous (putain..), ou des blasphèmes timides (nom de Dieu).

Or je n'ai jamais entendu de survivance française des sacres religieux qui sont si courants au Québec. Il est facile d'imaginer que des conditions aient pu favoriser la survivance de ces sacres, comme habitude, dans certaines régions et non dans d'autres. Au Québec le mélange culturel (comme génétique) était plutôt limité, tandis qu'en France il y avait sans doute un système d'éducation plus élaboré, et du fait d'une nationalité regroupant plusieurs parlers, des migrations continentales, de mélange culturel, etc.

En re-re-réécoutant Un pays sans bon sens ! aujourd'hui, avec les sous-titres pour les passages que je ne comprenais pas (ceux tournés en Bretagne par exemple), j'ai eu connaissance d'un sacre non-Québécois. Dans la scène mémorable du marin breton (né à Saint-Servan), celui-ci s'exprime:

Ils sont tous morts, aïe de crisse ! Aïe de crisse, comme on dit en Bretagne, bon Dieu !

C'est à 43:22.

Je ne sais pas si ce genre d'interjection est encore familière à nos amis Français et dans quelle région ? L'entretien a été filmé entre 1967 et 1970.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Iskender



Inscrit le: 30 Nov 2009
Messages: 189
Lieu: Le Mans (72)

Messageécrit le Wednesday 16 Dec 09, 16:17 Répondre en citant ce message   

Zwielicht a écrit:
Je ne sais pas si ce genre d'interjection est encore familière
à nos amis Français et dans quelle région ? .

Ma foi, on peut déjà citer certaines interjections comme "Foutredieu !", ou encore
"Jarnidieu !" (je renie Dieu). Cette dernière si chère à Henri IV...

Cela dit, il serait également intéressant de rechercher quelles interjections, au Québec,
sont d'origine anglophone. La plus belle que j'aie entendue (très rarement, je l'avoue),
c'est "Va te faire un avion !", traduction - très approximative - de "Go fly a kite!",
et équivalant à "Va te faire cuire un oeuf !". Ou encore "Maudit chien sale !" (you
dirty dog) ; "l'ostie d'chienne !" (the fucking bitch) ; "Mange d'la marde !" (eat shit)...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Zwielicht



Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 1223
Lieu: la rencontre des eaux

Messageécrit le Wednesday 16 Dec 09, 19:35 Répondre en citant ce message   

Outre chien sale, les expressions du genre qui sont résolument anglaises (pour cause, je les ai entendues à la télé pour la première fois dans les années '80) sont:
enfant d'chienne (son of a bitch)
plein d'marde (full of shit)

Va te faire un avion n'est pas une expression consacrée.. c'était probablement une blague que tu as entendue. Et je ne vois pas le lien avec go fly a kite. hostie d'chienne n'est pas une expression. Je veux dire.. ça peut être entendu, mais pas plus que "maudite ch.." ou "crisse de ch..". Et chienne est aussi français quand vient le temps de dénigrer le sexe féminin. CHIEN se dit d'une Personne sévère et dure. C'est un mauvais chien. Quel mauvais chien! .. c'est très français. Comme on dit encore "c'est chien !" en parlant d'une injustice.

"Qu'ils mangent d'la m.." n'a pas d'équivalent exclusif en anglais, sauf peut-être accidentellement. L'expression est ancienne car on retrouve aussi "mangez donc tous un char de m...", qui implique pour char une définition différente* de celle qu'on a aujourd'hui (automobile), donc qui date probablement d'avant l'industrialisation (et l'influence anglaise).

*qu'on pense aux chars à foin
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Iskender



Inscrit le: 30 Nov 2009
Messages: 189
Lieu: Le Mans (72)

Messageécrit le Thursday 17 Dec 09, 0:03 Répondre en citant ce message   

Zwielicht a écrit:
chienne est aussi français quand vient le temps de dénigrer le sexe féminin.
CHIEN se dit d'une Personne sévère et dure.

Désolé de te contredire (c'est ben d'valeur), cher ami Zwielicht, mais chien et chienne n'ont
pas tout à fait la même acception en français.
- "Chien" s'applique plutôt à un personnage tâtillon et mesquin : "Allons, ne soyons pas chien"
- "Chienne" désigne essentiellement une femme à la fois soumise, veule et lubrique.
L'équivalent français du québécois "chien" (dirty dog, bastard) est "salaud".
Celui de "chienne" est "garce".

Tiens, une autre expression québécoise directement calquée de l'anglais :
"Y a rien lô" = "There's nothing there".
(Quant au "papier calque*" (tracing paper), ça se dit "papier à tracer" en québécois....) très content

(*) Ne pas confondre avec "papier carbone"...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Zwielicht



Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 1223
Lieu: la rencontre des eaux

Messageécrit le Thursday 17 Dec 09, 4:59 Répondre en citant ce message   

Iskender a écrit:
Désolé de te contredire (c'est ben d'valeur), cher ami Zwielicht, mais chien et chienne n'ont
pas tout à fait la même acception en français.
Même si c'était le cas, ce n'est pas le français d'aujourd'hui qu'il faut comparer avec le Québécois, mais le français de jadis.
Iskender a écrit:
- "Chien" s'applique plutôt à un personnage tâtillon et mesquin : "Allons, ne soyons pas chien"
[...]
L'équivalent français du québécois "chien" (dirty dog, bastard) est "salaud".
En français : "une personne rude et sévère" (Littré); " Il n'est pas trop chien avec (ou pour) ses ouvriers" (Littré). Il est en de même au Québec : il est chien (il n'est pas équitable, il n'est pas généreux) ou: c'est ben chien ! (c'est injuste, ce n'est pas correct).

En passant, en anglais, a dog est un homme qui cherche constamment à avoir des relations sexuelles (et qui, souvent, réussit).
Iskender a écrit:
- "Chienne" désigne essentiellement une femme à la fois soumise, veule et lubrique.
[...]
Celui de "chienne" est "garce".
Au Québec, une chienne est une marie-couche-toi-là, une fille facile ou du moins qui aime le sexe et qui est volage. Elle n'est garce que pour celui qui la croit fidèle et qui se fait tromper. Toutefois selon le contexte, chienne peut être le féminin du chien donné plus haut, mais uniquement en adjectif (dire : C'est une chienne est sans équivoque, c'est sexuel, mais dire : elle est chienne, en parlant d'une maîtresse d'école, signifie qu'elle est trop dure, trop sévère, etc).

Quant à "there is nothing there", ce n'est simplement pas une expression anglaise !

Pour revenir au sujet, foutredieu et jernidieu n'ont que peu à voir avec les sacres québécois dont j'ai parlé du fait que ces derniers ne prennent même pas la peine de déprécier l'objet liturgique ou la "personne" religieuse qu'ils désignent. Les sacres québécois semblent venir d'une époque et d'un milieu où la simple mention d'un de ces noms était considérée mal en soi.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Iskender



Inscrit le: 30 Nov 2009
Messages: 189
Lieu: Le Mans (72)

Messageécrit le Thursday 17 Dec 09, 12:19 Répondre en citant ce message   

Zwielicht a écrit:
en anglais, a dog est un homme qui cherche constamment à avoir des relations sexuelles

C'est exact. Mais dans ce cas, il n'est pas qualifié de "dirty" (bien que ce soit un chriss' de mautadit cochon !...) très content

Zwielicht a écrit:
Quant à "there is nothing there", ce n'est simplement pas une expression anglaise !

Je l'ai pourtant entendue (et lue) des tas de fois. Ou encore "there's nothing to it".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Zwielicht



Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 1223
Lieu: la rencontre des eaux

Messageécrit le Thursday 17 Dec 09, 14:57 Répondre en citant ce message   

Pour chien sale je n'ai pas remis l'origine anglaise en question.

Mais there's nothing there.. est une formule maladroite en anglais. Cette répétition du "there" ne me semble pas naturelle à moins que ce deuxième there réfère à "Là-bas". Si on cherche sur Google, on ne trouve pratiquement rien, sinon des fragments de phrases qui sont l'équivalent anglais de "II n'y a rien là d'étrange". Le "there's nothing to it" commence à s'éloigner de la construction québécoise. On aurait plutôt "y a rien à ça" si c'était un calque.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Iskender



Inscrit le: 30 Nov 2009
Messages: 189
Lieu: Le Mans (72)

Messageécrit le Thursday 17 Dec 09, 15:53 Répondre en citant ce message   

Zwielicht a écrit:
Mais there's nothing there.. est une formule maladroite en anglais.

D'accord avec toi. Il faudrait dire "There's nothing here". De même que les francophones (moi y compris) commettent souvent la même faute sémantique en disant "là" au lieu de "ici"....

Pour en revenir à "Va t'faire un avion !", je ne l'ai pas entendu sous forme de blague, mais
bien comme une véritable interjection. Un jour, étant en camionnette avec mon plombier
dans St Henri, c'est ainsi que je l'ai entendu envoyer se faire... euh... cuire un oeuf
l'automobiliste qui lui avait indûment klaxonné après...

Cela dit, connais-tu l'origine de "kétaine" ? On m'en a proposé une, mais il se peut fort
qu'elle soit fantaisiste...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Zwielicht



Inscrit le: 30 Jan 2007
Messages: 1223
Lieu: la rencontre des eaux

Messageécrit le Thursday 17 Dec 09, 18:21 Répondre en citant ce message   

Kétaine ou quétaine..

J'ai entendu quelques étymologies :
1) instrumentalisation du patronyme Keating, d'une famille d'origine écossaise domiciliée à Saint-Hyacinthe qui avait des allures de pauvres (parfois on dit la même chose mais d'une famille Boileau dit Quétenne)
2) déformation du sigle "K-Tel", maison de disques qui endossait des artistes "sentimentaux"
3) mot dérivé de quêteux

Il faut toutefois éclaircir la signification de ce quétaine. Il semble qu'au début des années 1970, il y avait une forme masculine (quétain) et une forme féminine (quétaine). Mais il me semble n'avoir jamais entendu cet adjectif au "masculin".

Le sens quant à lui semble osciller entre "kitsch" ou "fleur bleue" d'une part, et pauvre, frèle, de l'autre (avec au sens figuré : ce qui ne coute pas cher, qui ne vaut pas cher, qui est banal). Du moins c'est ce que montrent les sources accessibles, et ce, depuis 1970. Les ouvrages qui soutiennent l'hypothèse (1) (émise dès 1971) parlent du terme comme désignant ce qui est arriéré, pauvre, déguenillé. L'émission Dodo et Denise aurait contribué à répandre ce terme autrefois surtout connu à Saint Hyacinthe à travers le Québec, avec la notion de "ce qui est de mauvais goût" (d'abord, vestimentairement).

Quelle est l'hypothèse que vous aviez en tête ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Iskender



Inscrit le: 30 Nov 2009
Messages: 189
Lieu: Le Mans (72)

Messageécrit le Thursday 17 Dec 09, 21:31 Répondre en citant ce message   

Zwielicht a écrit:
Quelle est l'hypothèse que vous aviez en tête ?

La toute première. Et effectivement, je n'ai, moi non plus, jamais entendu
ce mot au masculin. (Quoique je n'avais jamais fait de rapprochement avec
le féminin non plus, considérant plutôt le terme comme un adverbe).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Expressions, locutions, proverbes & citations
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008