Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
caricature (français) / caricatura (italien) - Le mot du jour - Forum Babel
caricature (français) / caricatura (italien)

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3584
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Saturday 17 Jan 15, 18:19 Répondre en citant ce message   

Caricature est un mot français qui vient de l'italien caricatura, du verbe caricare (charger)

charger : exagérer le caractère, les traits de quelqu'un ou de quelque chose.
Dans le domaine des arts figuratifs : représenter d'une manière outrée et bouffonne les traits d'une personne pour la rendre ridicule. Charger un portrait

Représentation grotesque de personnes, d'événements qu'on veut ridiculiser. (Littré)

Dans le Dictionnaire de l'Académie (8e édition) :
Image satirique dans laquelle l'artiste représente d'une manière grotesque, bouffonne, les personnes qu'il veut tourner en dérision.
La caricature est une arme très dangereuse. Les Français excellent dans la caricature.
Par extension, en parlant d'Ouvrages littéraires, Ce n'est point là un portrait, c'est une caricature. Le principal personnage de cette pièce n'est qu'une caricature.
Il se dit au figuré d'une Personne ridiculement accoutrée. Voyez cette femme : quelle caricature !


je note cette phrase : "La caricature est une arme très dangereuse"
Cela pourrait donner un nouveau sens à la Marseillaise :
Aux armes, citoyens...
Formez vos bataillons, Marchons, marchons..."
c'est la marche républicaine du 11 janvier 2015.
"qu'un sang impur abreuve nos sillons... "
Que signifie sang impur ? On peut supposer que c'est l'ennemi qui n'est pas "pur", mais je ne pense pas que cela soit le contexte de la Marseillaise qui était un chant de guerre contre la tyrannie et non contre des peuples.
Le "sang impur", cela pourrait être le sang qui n'est pas noble, de ces hommes qui se battent contre la tyrannie d'aujourd'hui, à savoir le fanatisme.
Qu'ils ne soient pas morts pour rien et qu'il nous incite à continuer le combat...

Petite diversion...

Ce terme se retrouve dans beaucoup de langues :
en anglais : caricature
en allemand : Karikatur
en russe : карикатура
en turc : karikatür
en japonais : カリカチュア (karikatiyua)
en arabe : كاريكاتير (kārykātyr)

Quel destin extraordinaire pour ce mot italien ! comme si cet art n'existait pas dans d'autres pays...


Dernière édition par Xavier le Tuesday 20 Jan 15, 16:21; édité 2 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Glossophile
Animateur


Inscrit le: 21 May 2005
Messages: 2097

Messageécrit le Saturday 17 Jan 15, 19:16 Répondre en citant ce message   

Relisons le couplet depuis le premier vers :
Citation:

Allons enfants de la Patrie
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie
L'étendard sanglant est levé
Entendez-vous dans nos campagnes
Mugir ces féroces soldats?
Ils viennent jusque dans vos bras.
Égorger vos fils, vos compagnes!

Jusque dans vos bras... Cela ne vous dit rien ?
Si le sang est impur, c'est que c'est le sang de criminels sans foi ni loi.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Horatius
Animateur


Inscrit le: 11 Apr 2008
Messages: 692

Messageécrit le Sunday 18 Jan 15, 11:40 Répondre en citant ce message   

Ce mot italien caricare est l'équivalent du français charger : ils ont pour ancêtre latin carricare, resté tel quel en italien et pris sous sa forme syncopée carcare en français.

En latin, ce carricare, attesté à l'époque médiévale, est dérivé de carrus (le char) et signifie proprement "mettre quelque chose dans un char", donc "charger". Il a remplacé, dans la langue populaire, le terme classique de même sens onerare. Cette suffixation en -icare est typique du latin populaire : ainsi claudicare (à la place de claudere), nutricare (à la place de nutrire)...

En italien et en français, le sens concret "mettre sur" a évolué vers l'idée abstraite d' "accuser, souligner les défauts"

En ancien français, déjà, "charger" est employé dans la langue juridique au sens "aggraver les chefs d'accusation".
Le nom "charge" est attesté au XVe siècle au sens de "fait qui pèse à l'encontre d'un accusé".

Le dictionnaire de Richelet (1680) donne au mot "charge" ce sens que donnons à la caricature :
Citation:
Terme de peinture. Exagération burlesque des parties les plus marquées et qui contribuent davantage à la ressemblance, en sorte qu'on reconnaisse la personne dont on a fait la charge.


Vers la même époque, au XVIIe siècle, du côté de l'italien, le nom "caricatura" est employé au sens de "portrait ridicule en raison de l'exagération des traits".

Ce caricatura est introduit en français en 1740, d'abord pour le dessin et la peinture, puis (1784, Diderot) pour la littérature.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3584
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Monday 19 Jan 15, 11:59 Répondre en citant ce message   

J'ai cité plusieurs langues, en oubliant le grec, qui emploie un terme d'une origine différente.

En grec moderne : γελοιογραφία (géloiographia) du grec ancien γέλως : rire, d'où en grec ancien :
γελοιαστής (géloiastès) : bouffon
γελοιασμός (géloiasmos) : plaisanterie
άγελαστος (agélastos) qui ne rit pas, qui ne rit jamais, triste

γραφή : art d'écrire, mais aussi dessiner

Reste à savoir comment disait-on caricature en grec ancien et en latin
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 2749
Lieu: Paris

Messageécrit le Monday 19 Jan 15, 12:07 Répondre en citant ce message   

Xavier a écrit:
άγελαστος (agélastos) qui ne rit pas, qui ne rit jamais, triste

Bien connu en français grâce à Rabelais et ses agélastes.
http://fr.wiktionary.org/wiki/agelaste
http://un-jour-un-evenement-un-mot.over-blog.fr/article-agelaste-114224611.html
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Horatius
Animateur


Inscrit le: 11 Apr 2008
Messages: 692

Messageécrit le Monday 19 Jan 15, 20:22 Répondre en citant ce message   

Xavier a écrit:
comme si cet art n'existait pas dans d'autres pays
Je pense qu'il ne faut pas confondre les mots et la réalité.

D'une part, quand on emploie aujourd'hui le mot de "caricature", on parle d'un genre ; or les genres constituent des catégories historiques. Chaque époque et chaque culture ont leur propre système de genres.

Mais d'autre part, la pratique de la caricature (souligner des défauts dans un but satirique et critique) existe sans doute à toutes les époques, simplement elle a partie liée à d'autres pratiques, à d'autres genres.

Pour le dire autrement, ce n'est pas parce qu'il n'y a pas un mot spécifique pour la nommer et la classer dans une catégorie spécifique que la pratique n'existe pas.

Xavier a écrit:
Reste à savoir comment disait-on caricature en grec ancien et en latin
Dans l'Antiquité, toutes ces pratiques de la caricature s'intègrent dans cette distinction faite par Aristote (Poétique 2) qu'on peut "représenter en pire" : καθ' ἡμᾶς μιμοῦνται χείρονας.

Dans ce domaine, Aristote parle, pour la peinture, d'un certain Pauson : Aristophane (Acharniens 854) le cite comme un homme qui se moque (σκώπτειν), et dans sa Politique, Aristote déconseille de montrer ses dessins aux enfants. On est bien là dans la caricature...
Dans la comédie ancienne, du type d'Aristophane, on est régulièrement dans la caricature également.

En latin, Horace (Epitres II 1 265) emploie l'expression équivalente du grec "fingere vultum in pejus". Mais (n'en déplaise au dictionnaire Edon) il ne semble pas que cela soit une allusion à une pratique recherchée.

On trouve chez Pline l'Ancien (Histoire Naturelle 35.114) une expression qui mériterait une petite enquête (que j'essaierai de mener quand j'aurai du temps)
Citation:
Jocosis nomine Gryllum deridiculi habitus pinxit, unde id genus pictura grylli vocantur.
Antiphile a peint une figure habillée ridiculement, à laquelle il donna le nom plaisant de Gryllus, ce qui fit appeler grylles ces sortes de peintures.

Juste un point bibliographique pour renvoyer à l'ouvrage de référence sur le sujet, en latin : La caricature et la parodie dans le monde romain, de JP Cèbe.

Et pour le plaisir :
une caricature d'Enée portant Anchise et emmenant Ascagne (gravure à partir d'une peinture de Pompéi) :


Mais surtout, retrouvée apparemment dans une catacombe romaine, cette étonnante caricature du Christ crucifié avec une tête d'âne, et portant l'inscription Αλεξαμενος σεβετε θεον : Alexamène adore dieu :
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008