Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
Les RES de Lucrèce. Une mise au point. - Forum latin - Forum Babel
Les RES de Lucrèce. Une mise au point.

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum latin
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Ion
Animateur


Inscrit le: 26 May 2017
Messages: 293
Lieu: Liège

Messageécrit le Sunday 12 Jul 20, 10:14 Répondre en citant ce message   

Le mot latin res désigne principalement un « signifié », c'est-à-dire un découpage de la réalité.

D’une part, à certains de ces signifiés, les Anciens prêtaient une existence autonome dans le monde extérieur à l’esprit humain. Bien sûr, en réalité, ces découpages sont effectués plus ou moins consciemment par les hommes, puis sont fixés dans les cultures humaines, mais pas toujours sans raison.
« Volcan », par exemple, est une notion qui est née chez les hommes, mais si elle est négligée au titre d’invention subjective, on négligera éventuellement aussi des risques d’éruption avec les morts et les dégâts associés.
Dans ce sens, res désigne des « choses » indépendantes des hommes, et c’est à cette catégorie qu’appartiennent les choses dont Lucrèce pense exposer la nature.
Mais d’autre part, res désigne des signifiés de toutes sortes mis en œuvre dans les discours particuliers, au titre de contenu des paroles prononcées. Dans ce cas, res peut renvoyer à des « événements », des « faits », des « actes », qui supposent un autre niveau de réalité qui leur permet d’exister. Pas de course automobile sans circuits ni voitures. Et res peut renvoyer au contenu « objectif » de ce que l’on vient de dire.
J’ai bien l’impression que c’est pour cela que, res, avec des pronoms ou adjectifs, entre dans des périphrases emphatiques pour exprimer simplement le neutre (Lewis&Short, s.v., I D)

Prenons alors Lucrèce, I, 830-833
Nunc et Anaxagorae scrutemur homoeomerian
quam Grai memorant, nec nostra dicere lingua
concedit nobis patrii sermonis egestas
sed tamen ipsam rem facilest exponere verbis

« Examinons maintenant l’homéomérie d’Anaxagore, comme disent les Grecs sans que la pauvreté de l’idiome de nos pères nous permette de nommer celle-ci en notre langue, quoiqu’il soit facile de traduire en mots la théorie elle-même. »

Il est erroné de conclure sans précaution (Vesperini, p. 148) que « le dogma de l’homéomérie, par exemple, qui appartient à Anaxagore, est présenté explicitement comme une res. » Ce n’est pas une res comme un rocher où un fleuve. Ipsam rem est simplement là pour reprendre homoeomerian, dans le contraste rem / verbis qui distingue un « sens » du « mot » qui l’exprime.
C’est la valeur de « neutre emphatique » que l’on trouve dans les expressions fréquentes (illud) in his rebus et quas ob res « à ce sujet, pour ces raisons » (cf. Vesperini p. 148n8 - p. 321 qui sauf erreur voudrait encore y voir des res comme les plaines ou les lacs)

Voyons encore :
I, 857-858
at neque reccidere ad nihilum res posse neque autem
crescere de nihilo testor res ante probatas.

Mais les choses ne peuvent retourner au néant ni d’ailleurs en surgir : témoins les développements (res) validés ci-dessus.
Les res de 857 ne sont pas celles de 858.

II, 478-480
Quod quoniam docui, pergam conectere rem quae
ex hoc apta fidem ducat, promordia rerum
finita variare figurarum ratione.

« Puisque j’ai exposé cela, je poursuivrai en y attachant un fait (res) qui s’y relie et mérite l’adhésion : les éléments qui constituent les choses varient selon un nombre fini de formes. »

Ici, rem désigne « un fait ».
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Cligès



Inscrit le: 18 Jul 2019
Messages: 266
Lieu: Pays de Loire

Messageécrit le Sunday 12 Jul 20, 20:18 Répondre en citant ce message   

Ion a écrit:
Le mot latin res désigne principalement un « signifié », c'est-à-dire un découpage de la réalité.

D’une part, à certains de ces signifiés, les Anciens prêtaient une existence autonome dans le monde extérieur à l’esprit humain. Bien sûr, en réalité, ces découpages sont effectués plus ou moins consciemment par les hommes, puis sont fixés dans les cultures humaines, mais pas toujours sans raison.


Un signifié est un concept : on ne peut pas lui "prêter une existence autonome" : vous voulez parler des référents.

Ion a écrit:
Prenons alors Lucrèce, I, 830-833
Nunc et Anaxagorae scrutemur homoeomerian
quam Grai memorant, nec nostra dicere lingua
concedit nobis patrii sermonis egestas
sed tamen ipsam rem facilest exponere verbis

« Examinons maintenant l’homéomérie d’Anaxagore, comme disent les Grecs sans que la pauvreté de l’idiome de nos pères nous permette de nommer celle-ci en notre langue, quoiqu’il soit facile de traduire en mots la théorie elle-même. »

Il est erroné de conclure sans précaution (Vesperini, p. 148) que « le dogma de l’homéomérie, par exemple, qui appartient à Anaxagore, est présenté explicitement comme une res. » Ce n’est pas une res comme un rocher où un fleuve. Ipsam rem est simplement là pour reprendre homoeomerian, dans le contraste rem / verbis qui distingue un « sens » du « mot » qui l’exprime.
C’est la valeur de « neutre emphatique » que l’on trouve dans les expressions fréquentes (illud) in his rebus et quas ob res « à ce sujet, pour ces raisons » (cf. Vesperini p. 148n8 - p. 321 qui sauf erreur voudrait encore y voir des res comme les plaines ou les lacs)


Prendre le mot "théorie" relève de la "traduction élégante" ; je ne vois aucune emphase dans le texte latin. Il me semble que res, c'est ici la "chose", opposée à la manière de désigner cette chose (homoeomerian en grec). Cela rappelle tout à fait le début du De signis :

Ego quo nomine appellem nescio. Rem vobis proponam : vos eam suo, non nominis pondere penditote.
"De quel nom l'appeler, je ne sais. Je vous proposerai la chose, vous, appréciez-la par sa vertu propre, non par celle d'un nom"
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Ion
Animateur


Inscrit le: 26 May 2017
Messages: 293
Lieu: Liège

Messageécrit le Monday 13 Jul 20, 17:41 Répondre en citant ce message   

Ah oui ! un référent ! Il faut que je complète mes ressources théoriques. Mais cette lacune de ma part est une felix culpa, une "heureuse faute", car vous me fournissez un exemple qui illustre bien ce que je pense de la valeur de res que je voulais mettre en évidence sans être capable de trouver la bonne formule pour l'expliquer. Merci !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 10435
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Monday 13 Jul 20, 18:04 Répondre en citant ce message   

J'allais vous proposer déictique ou anaphorique...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Cligès



Inscrit le: 18 Jul 2019
Messages: 266
Lieu: Pays de Loire

Messageécrit le Monday 13 Jul 20, 18:24 Répondre en citant ce message   

Merci Ion, je m'aperçois que ma manière de vous répondre manquait quelque peu de courtoisie, je vous prie de m'excuser.

Papou, à quel emploi du mot res faites-vous allusion ? Dans l'exemple de Lucrèce que j'ai relevé, res à son sens propre. Il y a opposition entre la chose, la théorie si l'on veut, et sa désignation ; le latin manque d'un mot qui corresponde au grec, on peut néanmoins expliquer la chose désignée par ce nom au moyen d'une glose.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Ion
Animateur


Inscrit le: 26 May 2017
Messages: 293
Lieu: Liège

Messageécrit le Monday 13 Jul 20, 18:31 Répondre en citant ce message   

Sur la pointe des pieds : il me semble que l'on peut parler d'anaphore dans les expressions comme quas ob res "pour ces raisons", qui rappellent ce dont on vient de parler.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 10435
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Monday 13 Jul 20, 19:22 Répondre en citant ce message   

Je parlais du res qui ne désigne pas une chose bien définie ni les choses en général mais LA chose dont on vient de parler. Dans ces cas, res, me semble-t-il, joue le rôle d'un PRO-NOM. Je me trompe ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Cligès



Inscrit le: 18 Jul 2019
Messages: 266
Lieu: Pays de Loire

Messageécrit le Monday 13 Jul 20, 20:29 Répondre en citant ce message   

Mais si, pour moi, c'est une chose bien définie : c'est la "réalité" de la théorie grecque, la chose en soi ; res ne "remplace" pas le mot grec, il n'y a aucune figure de style à chercher. L'opposition res/nomen est un topos rhétorique, mais chez Lucrèce, il est opportunément rajeuni, je trouve.


Non, sûrement pas anaphore :

Rome, l'unique objet de mon ressentiment !
Rome, à qui vient ton bras d'immoler mon amant !
Rome, qui t'a vu naître, et que ton cœur adore !
Rome enfin que je hais parce qu'elle t'honore !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Forum latin
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008