Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
LAKOTA - Langue lakota (ou sioux) - Langues du monde - Forum Babel
LAKOTA - Langue lakota (ou sioux)
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Langues du monde
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
HinTamaheca



Inscrit le: 30 Dec 2005
Messages: 13
Lieu: Kentucky, USA

Messageécrit le Friday 30 Dec 05, 3:50 Répondre en citant ce message   

Histoire de la Tribu Dakota.

Dakota ('alliés). C'est la plus grande division de la famille de Siouan, connue généralement comme Sioux, selon Hewitt une abréviation canadienne française du chippewa Nadowe-est-iw, un diminutif de nadowe, "UNE VIPERE", par conséquent 'un ennemi.' Nadoweisiw-par exemple est le pluriel de diminutif. Les singuliers et le pluriel diminutifs ont été appliqués par le chippewa au Dakota, et à l'Huron pour les distinguer du Iroquois proprement dit, des "VIPERES" ou 'des ennemis vrais.'

Selon la tradition chippewa, ce nom a été donné la première fois à un groupe d'Indiens vivant sur une île, quelque part à l'est de Detroit (W. Jones).

Dakota, Nakota, Lakota sont les noms employés par eux-mêmes, dans les dialectes de Santee, de Yankton, et de Teton respectivement.
J. O. Dorsey, dans sa classification des langues de Siouan, divise le groupe du Dakota en 4 dialectes : Santee, Yankton Assiniboin, et Teton, bien que les Assiniboin soient une tribu séparée.
La relation linguistique est étroite entre branches et des divisions plutôt dialectales indique qu'ils sont des issus d'un tronc original, puis probablement enrichis ensuite par des emprunts.

À l'heure de la longue expédition (1825), quand les bandes étaient toujours près de leurs localités respectives, le pays habité par le groupe était, selon lui, relié par une ligne incurvée se prolongeant à l'est du nord de Prairie du Chien sur le Mississippi, afin d'inclure tous les tributaires est du Mississippi, à la première branche du fleuve de chippewa ; de là par une ligne fonctionnant à l'ouest du nord au lac spirit ; de là à l'ouest wardly au fleuve d'aile de corneille, Minn., et lèvent ce jet à sa tête ; de là à l'ouest wardly au fleuve rouge, et vers le bas à ce jet à Pembina ; ouest de là du sud wardly vers la banque est du Missouri près des villages de Mandan ; de là en bas du Missouri à un point probablement pas loin du fleuve de soldats ; de là à l'est du nord à Prairie du Chien, Wis.

Cette région inclut le territoire entre le lat. 42° à 49°, et désirent ardemment. 90° 30'à 99° 30', mais omet entièrement la vaste région occupée par les diverses bandes du Teton Sioux à l'ouest du Missouri du Yellowstone au sud à la Platte. La première mention historique positive de ces personnes est trouvée dans la relation de jésuite pour 1640, où on lui dit qu'à proximité du "DES Puans de nation" (Winnebago) sont le "Nadvesiv" (Nadowessioux), "Assinipour" (Assiniboin), etc... Dans la relation de jésuite pour 1642 on affirme que le Nadouessis sont situés le nord-ouest du voyage d'environ 18 jours ou à l'ouest de la chambre Marie de Sault, "18 jours plus loin loin."

Selon leur tradition, le chippewa a rencontré la première fois le Dakota à la chambre Marie de Sault. DR Thomas S. Williamson, qui a passé plusieurs années parmi le Dakota du Mississippi, indique que (Schoolcraft, Ind. Tribes, 1, 247, 1851) ce elles ont prétendu avoir résidé près du confluent des fleuves du Mississippi et du Minnesota pour plusieurs générations ; qu'avant qu'elles soient venues au Mississippi qu'elles ont vécu à la laque de Mille, qu'elles appellent Isantamde, 'lac de couteau, 'de ce qui est probablement dérivé l'Isanyati nommé, 'demeurant au couteau, par lequel le Dakota de l'appel du Missouri ceux qui ont vécu sur des fleuves du Mississippi et du Minnesota.

Tour. A. L. Riggs affirme qu'isanyati, dont Santee est dérivé, a été correctement appliqué seulement au Mdewakanton, qui semblerait identifier cette tribu avec Issati de Hennepin. Il remarque également que la plupart de ces Indiens avec qui il a conversé pourraient ne tracer leur dos pas autre d'histoire qu'à la laque de Mille, mais que certains pourraient raconter les guerres ils ont eu avec le chippewa avant qu'ils soient allés thither et tracent leur histoire de nouveau au lac des bois. Il ajoute que toutes leurs traditions prouvent qu'elles sont venues du nord-est et s'étaient déplacées vers le sud-ouest, qui impliquerait qu'ils sont venus d'un certain nord de point des lacs. DuLuth (1678) et Hennepin (1680) ont trouvé une partie du Dakota et dans à la région de la laque de Mille, appelée par le dernier dans son lac Issati des textes, et dans son lac manuscrit Buade de carte. Ceux-ci ont inclus le Mdewakanton, une partie du Sisseton, partie si pas tous les Wahpeton, et probablement Wahpekute. La carte de Hennepin place l'Issati (Mdewakanton) près du lac Buade, Ofia de Battons (Wahpeton) au nord-est du lac, le Hanctons (Yankton ou Yanktonai) une certaine distance au nord, et aux prairies du DES de Tinthonha ou de gens (Teton) à l'ouest, sur le Mississippi supérieur.

Si ceci peut être considéré même approximativement correct, il indique que les parties au moins de certaines des tribus occidentales s'attardaient toujours dans la région du Mississippi supérieur, et en effet il est bien connu que très peu du Sioux aient croisé le Missouri avant 1750. Compte de l'hiver de Mallery (10ème Rep. B. E. de A., 266, 1894) place leur entrée dans les collines noires, desquelles ils ont dépossédé Cheyenne et Kiowa, à environ 1765. En référence à leur endroit dans la dernière partie du 17ème siècle, Hennepin (La de Descr., bassie trans., 201, 1880) indique : "huit lieues au-dessus de rue Anthony des chutes de Padoue du côté droit, vous trouvez le fleuve de l'Issati ou du Nadoussion [ fleuve de rhum ], avec une bouche très étroite, que vous pouvez monter au nord pour environ 70 ligues au lac Buade [ laque de Mille ] ou de l'Issati où il se lève. Dans le voisinage du lac Buade sont beaucoup d'autres lacs, d'où issue plusieurs fleuves, dont sur les banques de phase l'Issati, Nadouessans, Tinthonha (que les moyens 'prairiemen '), personnes de fleuve d'Ouadebathon, tribu de chien de Chongaskethon, ou de loup (pour le chonga parmi ces nations signifie le chien ou le loup), et d'autres tribus, tous ce que nous comportons sous le nom de Nadonessiou." Ici l'Issati sont distingué du Tinthonha (Teton), d'Ouadebathon (Wahpeton), de Chongaskethon (Sisseton), et de Nadouessans (peut-être le Wahpekute).

Dès la visite de Le Sueur's (1700) le Dakota est devenu un facteur important dans l'histoire du nord-ouest. Leur mouvement progressif était à l'ouest dû principalement des attaques persistantes de tuile du chippewa, qui a reçu des armes à feu du Français, alors qu'elles elles-mêmes étaient forcées pour se fonder presque complètement sur des arcs et des flèches. Lieut. Gorrell, un officier anglais, mentionne leur état à cet égard aussi tard que 1763 (Wis. Hist. Soc. Coll., 1, 36,1855) : "ce jour, 12 guerriers du Sous sont venus ici [ compartiment vert, Wis. ]. C'est certainement la plus grande nation des Indiens jamais pourtant trouvé. Pas au-dessus de 2.000 d'entre eux ont été jamais armés avec les armes à feu, le repos dépendant entièrement des arcs et les flèches et les dards, qu'ils utilisent avec plus de compétence que n'importe quelle autre nation indienne en Amérique du nord. Ils peuvent tirer les bêtes les plus sauvages et plus grandes dans les bois à 70 ou 100 mètres de distance. Ils sont remarquables pour leur danser ; les autres nations prennent la mode d'eux." Il mentionne qu'elles étaient toujours à la guerre avec le chippewa.

À la chute du dominion français le Dakota est immédiatement entré dans des relations amicales avec l'anglais. Il est probable que la construction des comptoirs commerciaux sur le lac Pepin les ait attirés de leur vieille résidence sur le fleuve de rhum et la laque de Mille, parce que c'était dans cette section que le tailleur (1766) a trouvé ceux du groupe oriental. Il dit (voyages, 37, 1796) : "près de la rue Croix de fleuve résident trois bandes des Indiens de Naudowessie, appelées les bandes de fleuve. Cette nation se compose, actuellement, de 11 bandes. Elles avaient à l'origine 12 ans, mais l'Assinipoils [ Assiniboin ] il y a quelques années, révoltant, et se séparant des autres, restent là seulement à ceci, le temps 11. Ceux que j'ai rencontrés ici se nomment les bandes de fleuve, parce qu'elles demeurent principalement près des banques de ce fleuve : les autres 8 sont généralement distingués par le titre, Naudowessies des plaines, et habitent un pays qui ment davantage à l'à l'ouest. Les noms de l'ancien sont Nehogatawonahs, le Mawtawbauntowahs, et Shahsweentowahs."

Pendant une recherche par Congress dans 1824 de la réclamation par les héritiers de Carver's à une concession supposée de terre, y compris l'emplacement de la rue Paul, a fait au tailleur par le Sioux, Gen. Leavenworth a déclaré que le Dakota l'a informé que le Sioux des plaines n'a jamais possédé n'importe quelle terre à l'est du Mississippi. Pendant la révolution et la guerre de 1812 le Dakota a adhéré à l'anglais. Il y avait, cependant, un chef qui a dégrossi avec les Etats-Unis en 1812 ; c'était Tohami, connu de l'anglais en tant qu'orignaux se levants, un chef du Mdewakanton qui a joint les Américains à St Louis, où il a été commissionné par Gen. Clark.

Par le traité de juillet, 1815, la paix entre le Dakota et les Etats-Unis a été établie, et par cela d'août, 1825, les lignes de frontière entre eux et les Etats-Unis et entre eux et les diverses tribus dans le nord-ouest ont été définies. Les frontières du Sioux et d'autres tribus du nord-ouest ont été de nouveau définies par le traité septembre de 17, 1851. Leur manifestation plus sérieuse contre les blancs s'est produite au Minnesota sous la petite corneille en 1862, quand environ 700 colons blancs et 100 soldats ont perdu leurs vies et certaines des cruautés les plus horribles connues de l'histoire ont été commis par l'Indiana ; mais le groupe entier du Dakota jamais n'a unitedly participé à aucune des guerres ou des manifestations modernes. Les mains occupées dans le soulèvement mentionné étaient le Mdewakanton, le Wahpekute, le Wahpeton, et le Sisseton.

Bien que cette révolte ait été apaisée et le Sioux ont été contraints pendant un certain temps de soumettre le tot qu'il nomme les a offertes, un esprit du malaise continué pour régner. Par le traité de 1867 ils ont accepté d'abandonner aux Etats-Unis tous leurs sud de territoire de fleuve de Niobrara, à l'ouest de long. 104°, et nord de lat. 46°, et promis de se retirer à une grande réservation dans le sud-ouest Dakota avant janv. 1, 1876. Sur la découverte de l'or dans les collines noires les précipitations du thither de mineurs sont devenues l'occasion d'une autre manifestation. Cette guerre a été participée dedans par des chefs bien connus tels que la séance Taureau, le cheval fou, la queue repèrée, le Pluie-dans-le-visage, le nuage rouge, le cheval américain, l'écorchure, et le roi de corneille, et a été rendue célèbre par découper du commandant générateur George A. Custer et cinq compagnies de la cavalerie sur Little Bighorn, juin 25, 1876. Une montée finale pendant l'excitation de danse de fantôme de 1890-91 a été soumise par la GEN N. A. Milles.

Le Dakota sont universellement concédés pour être du type le plus élevé, physiquement, mentalement, et probablement moralement, de n'importe laquelle des tribus occidentales. Leur courage n'a été jamais remis en cause par blanc ou indien, et elles ont conquis ou ont conduit hors de chaque rival excepté le chippewa. Elles sont instruites en leur propre langue, et par l'agence des missionnaires du type de Riggs, de Williamson, de Cleveland, et de cuisinier, beaucoup de livres dans la langue du Dakota ont été imprimés, et des papiers au Dakota sont publiés régulièrement. (Voir Le Pilling, Bibliog. Siouan Lang., Taureau. B. E. De A., 1887.) Socialement, le Dakota s'est à l'origine composé d'un grand nombre de groupes ou de bandes de gens du pays, et, bien qu'il ait y eu une certaine tendance d'encourager le mariage en dehors de la bande, ces divisions n'étaient pas les gentes vrais, rapport rappelé de sang, selon Clark, étant la seule barre avec le mariage.

La forme physique et la popularité personnelles ont déterminé le cieftainship davantage que l'hérédité, mais étaient décentes ont joué n'importe quel rôle qu'elle était habituellement de père au fils. Le tipi pourrait appartenir à l'un ou l'autre parent et a été obtenu par ce parent par un certain ancêtre qui avait fait indiquer son caractère dans un rêve ou qui l'avait capturé dans la guerre. L'autorité du chef a été limitée par le Conseil de bande, sans lequel l'approbation peu ou rien ne pourrait être accompli. Des parties de guerre ont été recrutées par les individus qui avaient acquis la réputation en tant que chefs réussis, alors que les shamans formulaient des danses et des adieux cérémonieux pour eux.

La poligamie était commune, les épouses occupant différents côtés du tipi. Les restes des morts étaient habituellement, bien que pas invariablement, placé sur des échafaudages. Dans 1904 le Dakota ont été distribués parmi les agences et les surintendances suivantes d'école : Fleuve de Cheyenne (Miniconjou, arcs de Sans, et bouilloire deux), 2.477 ; Crique De Corneille (Yanktonai Inférieur), 1.025 ; École de pi Totten (Sisseton, Wahpeton, et Pabaksa), 1.013 ; Institut De Riggs (Santee), 279 ; Picotin De Pi (Yankton), 1.116 ; Abaissez Les Brutes (Brgle Inférieur), 470 ; Arête De Pin (Oglala), 6.690 ; Rosebud (Brulé, Waglukhe, Brulé, nordiques inférieurs, bouilloire deux, et Wazhazha), 4.977 ; Santee (Santee), 1.075 ; Sisseton (Sisseton et Wahpeton), 1.908 ; Roche debout (Sihasapa, Hunkpapa, et Yanktonai), 3.514 ; Yankton (Yankton), 1.702 ; sous aucune agence (Mdewakanton au Minnesota), 929 ; total, 26.175. Y compris l'Assiniboin le total pour ceux parlant les langues 28.780 du Dakota.

Une comparaison de ces figures avec ceux pris en années précédentes indique un déclin progressif dans les nombres, mais pas aussi rapides une diminution comme parmi la plupart des tribus américaines du nord.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jacques



Inscrit le: 25 Oct 2005
Messages: 6480
Lieu: Etats-Unis et France

Messageécrit le Friday 30 Dec 05, 4:15 Répondre en citant ce message   

Bienvenue sur le forum, HinTamaheca,
Merci beaucoup pour toutes ces informations sur la culture Lakhota.
Jacques.

Que signifie l'accent (') dans Tata'nka ?
Est-ce un accent de volume ( en anglais "stress accent") ?
Est-ce un symbole de séparation ?

Que signifie "yelo" ou "welo" ?
On entend souvent ce mot dans le film "Danse avec les Loups".

Merci .
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jacques



Inscrit le: 25 Oct 2005
Messages: 6480
Lieu: Etats-Unis et France

Messageécrit le Friday 30 Dec 05, 6:00 Répondre en citant ce message   

LaHinTamaheca a écrit:
la plus grande division de la famille de Siouan, connue généralement comme Sioux, selon Hewitt une abréviation canadienne française du chippewa Nadowe-est-iw, un diminutif de nadowe, 'un additionneur, 'par conséquent 'un ennemi.' Nadoweisiw-par exemple est le pluriel de diminutif. Les singuliers et le pluriel diminutifs ont été appliqués par le chippewa au Dakota, et à l'Huron pour les distinguer du Iroquois proprement dit, des 'additionneurs ou 'des ennemis vrais.'
Le traducteur automatique a confondu les 2 homonymes
angl. adder : "celui qui additionne", additionneur (cf. angl "to add"= additionner)
angl. adder : la vipère, un serpent

Texte corrigé:
la plus grande division de la famille de Siouan, connue généralement comme Sioux, selon Hewitt une abréviation canadienne française du chippewa Nadowe-est-iw, un diminutif de nadowe, "UNE VIPERE", par conséquent 'un ennemi.' Nadoweisiw-par exemple est le pluriel de diminutif. Les singuliers et le pluriel diminutifs ont été appliqués par le chippewa au Dakota, et à l'Huron pour les distinguer du Iroquois proprement dit, des "VIPERES" ou 'des ennemis vrais.'
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
HinTamaheca



Inscrit le: 30 Dec 2005
Messages: 13
Lieu: Kentucky, USA

Messageécrit le Friday 30 Dec 05, 7:19 Répondre en citant ce message   

Antécédents familiaux Indiens De Sioux Famille De Siouan.

Le nord de famille linguistique le plus populeux du Mexique, à côté de l'Algonquian. Le nom est pris d'un 'terme appliqué au plus grand et le groupe ou la confédération tribal mieux connu appartenant la famille, le Sioux ou au Dakota, qui, alternativement, est une abréviation de Nadowessioux, une corruption française de Nadowe-est-iw, l'appellation indiquée les par le chippewa. Elle signifie l''serpent, ''additionneur, 'et, par la métaphore, 'ennemi.' Voir Le Dakota. Avant que les changements du domicile soient intervenus parmi eux, résultant du contact avec des blancs, du corps principal étendu de la banque occidentale du Mississippi au nord d'Arkansas presque aux montagnes rocheuses, excepté certaines sections tenues par le pawnee, l'Arikara, Cheyenne, l'arapaho, les Blackfeet, le Comanche, et le Kiowa. Le territoire également occupé approprié du Dakota du côté est du fleuve, de la bouche du Wisconsin aux laques de Mille, et le Winnebago étaient au sujet du lac de ce nom et de la tête du compartiment vert. Les tribus du nord de Siouan ont prolongé une certaine distance en le Canada, dans la direction du lac Winnipeg.

Un deuxième groupe de tribus de Siouan, embrassant le catawba, le Sara ou le Cheraw, Saponi, Tutelo, et plusieurs autres, a occupé la partie centrale de la Caroline du nord et de Sud Caroline et la région de Piémont de la Virginie (voir le Mooney, tribus de Siouan de l'est, Taureau. B. E. de A., 1894), alors que le Biloxi demeurait au Mississippi le long de la côte de Golfe, et l'Ofo sur le fleuve de Yazoo dans le même état. Accorder la tradition au Mandan et au Hidatsa a atteint le Missouri supérieur du nord-est, et, poussé par le Dakota, déplacé lentement en amont à leur endroit actuel. Une certaine heure après que le Hidatsa ait atteint les ennuis internes du Missouri a éclaté, et partie, a maintenant appelé les corneilles, séparées et déplacées à l'ouest au voisinage du fleuve de Yellowstone. Le Dakota a autrefois habité la région de forêt du Minnesota du sud, et ne semble pas être sorti sur les plaines jusque dur à serré par les Chippewa, qui avaient été fournis avec des pistolets par le Français. Selon toute l'évidence disponible, traditionnelle et autrement, prétendus tribus de Chiwere, Iowa, Oto, et Missouri, avant séparé le Winnebago ou bien déplacé à l'ouest au Missouri f roan la même région.

Les cinq tribus restantes de ces groupe, Omaha, Ponca, Osage, Kansa, et Quapaw, qui se sont appelées Dhegiha par Dorsey, assurément ont vécu ensemble en tant qu'une tribu à une certaine ancienne heure et ont été probablement situées sur le Mississippi. Le bas plus lointain en mouvement de partie est devenu notoire en tant que "personnes descendant," Quapaw, alors que telles qui sont montés étaient "les personnes ascendantes," Omaha. Ces derniers déplacés au nord-ouest le long du fleuve et divisés en Osage, Kansa, Ponca, et Omaha proprement dit.

Quant aux migrations plus à distance qui doivent avoir eu lieu dans des théories courantes et différentes si largement dispersées sont tenus. Par certains on le suppose que les diverses sections de la famille sont devenues dispersées d'une zone près qui a occupé par le Winnebago, ou, sur la base des traditions enregistrées par Gallatin et désirent ardemment, d'un certain point du côté du nord des Great Lakes. Par d'autres une région près du Siouans oriental est considérée leur maison primitive, d'où le Dhegiha a déplacé le bas à l'ouest l'Ohio, alors que le Dakota, le Winnebago, et les tribus apparentées gardaient un cours plus nordique près des Great Lakes.

Les tribus de la confédération de Manahoac ont été produites par capitaine John Smith en 1608, mais ensuite cette fois toute du Siouans oriental a diminué rapidement dans les nombres par des attaques de Iroquois et l'agression européenne. Enfin les restes des tribus nordiques, consistant principalement en Tutelo et Saponi, ont accompagné le Tuscarora au nord au Iroquois et ont été adoptés par le cayuga en 1753. Sur la destruction de leur village par Sullivan dans 1779 ils ont séparé, le Saponi restant avec le cayuga à nouvel York, alors que le Tutelo se sauvait au Canada avec l'autre cayuga. Des quelques survivants de la dernière tribu, vigoureux et de J. O. Dorsey a obtenu le suffisamment de matériel pour établir leurs raccordements de Siouan, mais ils sont maintenant presque éteints. Le destin du Saponi est probablement identique. Les tribus méridionales de ce groupe oriental de Siouan consolidé avec le catawba, et continué pour diminuer solidement dans les nombres, de sorte qu'à l'heure actuelle il y ait seulement environ de 100 restants du corps confédéré par totalité.

Certaines des tribus orientales de Siouan ont pu avoir été atteintes par De Soto ; elles sont mentionnées par le capitaine espagnol Juan Pardo, qui a conduit une expédition dans l'intérieur de la Caroline Du sud en 1567. Le Biloxi ont été notés la première fois par Iberville, qui les a trouvées en 1699 sur le fleuve de Pascagoula, Mlle. En siècle à venir ils se sont déplacés au nord-ouest et ont arrangé sur le fleuve rouge, La, où le reste a été trouvé par Gatschet en 1886 et leurs affinités ont déterminé.

Ces personnes ont rapporté qu'une autre section était entrée dans le Texas et avait joint le Choctaw. L'Ofo, appelé Ushpi par leurs voisins, sont d'abord mentionnés par Iberville en 1699, mais ont été probablement produits l'année précédant par les missionnaires De Montigny, Davion, source de La, et cosinus de rue, bien que pas spécifiquement mentionné. À la différence des autres tribus de Yazoo, ils ont dégrossi avec le Français dans la grande guerre de Natchez et ont continué à vivre près des Indiens de Tunica. Leur affinité de Siouan a été démontrée par Swanton dans 1908 par un vocabulaire rassemblé du dernier survivant. La première réunion connue entre n'importe quel Siouans occidental et les blancs avait lieu en 1541, quand De Soto a atteint les villages de Quapaw en Arkansas est. La notification la plus tôt du groupe du nord-ouest principal est probablement celle dans la relation de jésuite de 1640, où mention est faite du Winnebago, du Dakota, et de l'Assiniboin. Dès 1658 les missionnaires de jésuite avaient entendu parler de l'existence de 30 villages du Dakota dans le nord de région de la mission de Potawatomi à la rue Michael, au sujet de la tête du compartiment vert, Wis. Dans le père 1680 Hennepin a été pris le prisonnier par la même tribu. En 1804-05 Lewis et Clark ont traversé le centre de cette région et ont rencontré la plupart des tribus de Siouan.

Après les expéditions dans et par leur pays étaient nombreuses ; les commerçants ont soldé le compte parmi elles dans les nombres, et ont été suivis dans le cours du temps des colons permanents, qui les ont serrés dans des secteurs plus étroits et plus étroits jusqu'à ce qu'ils aient été finalement enlevés sur le territoire indien ou confinés aux réservations aux Dakota, au Nébraska, et au Montana. Tout au long de toute cette période le Dakota s'est prouvé le plus uniformément hostiles aux intrus. Dans 1862 s'est produit un soulèvement sanglant de Santee au Minnesota qui a eu comme conséquence le déplacement de tout le Dakota oriental de cet état, et dans 1876 la manifestation parmi le Dakota occidental et découper de la commande de Custer.

Postérieurs Fantôme-dansent toujours la religion écartée parmi le Sioux proprement dit, aboutissant à l'affaire du genou blessé, déc. 29, 1890. Il est impossible de faire des rapports des coutumes et des habitudes de ces personnes qui seront vraies pour le groupe entier. Presque tous les les tribus orientales et la plupart des tribus méridionales appartenant au groupe occidental ont élevé le maïs, mais Dakota (excepté certaines des bandes orientales) et corneilles ont dépendu presque entièrement du buffle et de tout autre gibier, le buffle entrant très profondément dans la vie économique et religieuse de toutes les tribus de cette section.

Dans l'est les habitations les tipis étaient, d'écorces et de natte, mais sur les plaines les loges de la terre et des tipis de peau ont été employés. Autrefois elles n'ont eu aucun animal domestique excepté les chiens, qui ont été utilisés en transportant les tipis et tous autres affaires de famille, y compris des enfants (voir le Travois), mais plus tard leur endroit a été en grande partie pris les chevaux, dont l'introduction a constitué une nouvelle époque dans la vie de toutes les tribus de plaines, facilitant leurs mouvements migrateurs et la poursuite du buffle, et en contribuant sans aucun doute en grande partie à l'extinction finale de cet animal.

Prenant les rapports des états unis et les bureaux indiens canadiens comme base et faisant une petite allocation pour des bandes ou les individus pas ici énumérée, tout le nombre d'Indiens des actions de Siouan peut être placé environ à 40.800. Le Tutelo, Biloxi, et le reste des tribus orientales de Siouan ont été organisés probablement intérieurement en clans avec la descente maternelle ; le Dakota, le Mandan, et le Hidatsa se sont composés de beaucoup de bandes ou villages non-totemic, les corneilles des gentes non-totemic, et le reste des tribus des gentes totemic.

La famille de Siouan est divisée comme suit:

Groupe du Dakota (Santee)
1) Mdewakanton
2) Wahpekute
3) Sisseton
4) Wahpeton

Groupe du Nakota (Yankton)
5) Yankton
6) Yanktonai

Groupe du Lakota (Teton)
7) Teton:
* Sicangu (cuisse brûlée)
* Itazipco (sans arcs)
* Sihasapa (pieds noirs)
* Mniconjou (planteurs par l'eau)
* Oohenonpa (deux chaudières)
* Oglala (pour disperser leurs propres, ou pour tacher la poussière au-dessus d'lui-même)
* Hunkpapa (à la tête du camp)


de: http://www.accessgenealogy.com/native/tribes/siouan/siouanfamilyhist.htm
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
HinTamaheca



Inscrit le: 30 Dec 2005
Messages: 13
Lieu: Kentucky, USA

Messageécrit le Friday 30 Dec 05, 7:32 Répondre en citant ce message   

jacques a écrit:
Bienvenue sur le forum, HinTamaheca,
Merci beaucoup pour toutes ces informations sur la culture Lakhota.
Jacques.

Que signifie l'accent (') dans Tata'nka ?
Est-ce un accent de volume ( en anglais "stress accent") ?
Est-ce un symbole de séparation ?

Que signifie "yelo" ou "welo" ?
On entend souvent ce mot dans le film "Danse avec les Loups".

Merci .


Que signifie l'accent (') dans Tata'nka ?

Peut-être que je devrais l'écrire comme ceci... ta-TAN-ka


Que signifie "yelo" ou "welo" ?

yelo est mis à la fin d'un phrase afin de donner un rapport de fait.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
HinTamaheca



Inscrit le: 30 Dec 2005
Messages: 13
Lieu: Kentucky, USA

Messageécrit le Friday 30 Dec 05, 7:37 Répondre en citant ce message   

jacques a écrit:
Le traducteur automatique a confondu les 2 homonymes
angl. adder : "celui qui additionne", additionneur (cf. angl "to add"= additionner)
angl. adder : la vipère, un serpent

Texte corrigé:
la plus grande division de la famille de Siouan, connue généralement comme Sioux, selon Hewitt une abréviation canadienne française du chippewa Nadowe-est-iw, un diminutif de nadowe, "UNE VIPERE", par conséquent 'un ennemi.' Nadoweisiw-par exemple est le pluriel de diminutif. Les singuliers et le pluriel diminutifs ont été appliqués par le chippewa au Dakota, et à l'Huron pour les distinguer du Iroquois proprement dit, des "VIPERES" ou 'des ennemis vrais.'


Merci Jacques d'attraper cet eror. Vous êtes très correct dans ce que vous énoncez sur l'origine de Sioux. sourire
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jacques



Inscrit le: 25 Oct 2005
Messages: 6480
Lieu: Etats-Unis et France

Messageécrit le Friday 30 Dec 05, 16:50 Répondre en citant ce message   

bcordelier a écrit:
, je suis presque sûr que pratiquement une phrase sur trois prononcée par Kevin Costner ou ses amis sioux (mais pas "Dressée avec le Poing") se terminait par quelque chose comme "ayello". Confirmez-vous ? Signifierait-ce alors quelque chose comme "j'ai dit" ?
Bravo, bcordelier, tu es très observateur !

Ces 3 mots (non obligatoires) sont utilisés pour conclure une phrase.
yeló (locuteur est un homme)
kstó (locuteur est une femme)
yeló devient weló lorsque le mot précédent se termine par u , ung ou o (avec ou sans accent)

He sapé yeló: C'est sale [, l'homme a dit].
Waú weló: Je viens [, l'homme a dit].
Waú kstó : Je viens [, la femme a dit].

Dans le film, la femme nommée "Dressée avec le Poing", devrait utiliser souvent kstó
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jean-Charles



Inscrit le: 15 Mar 2005
Messages: 3121
Lieu: Helvétie

Messageécrit le Friday 30 Dec 05, 19:52 Répondre en citant ce message   

HinTamaheca a écrit:
Citation:
Que signifie l'accent (') dans Tata'nka ?
Peut-être que je devrais l'écrire comme ceci... ta-TAN-ka

Je pense que la manière d'écrire devrait refléter la signification des mots et/ou leur prononciation:
Si on a les trois mots :
ta
tan
ka
alors, je l'écrirais ta-tan-ka, du moins pour pouvoir mieux expliquer.

Si l'apostrophe reflète quelque-chose de prononcé, par exemple une pause, je mettrais l'apostrophe. Selon le cas, on aurait alors:
ta-tan-ka
ta-ta'n-ka
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
HinTamaheca



Inscrit le: 30 Dec 2005
Messages: 13
Lieu: Kentucky, USA

Messageécrit le Friday 30 Dec 05, 22:20 Répondre en citant ce message   

Dans l'écriture exprime en langue de Lakota que la marque d'accent est normalement employée pour soumettre à une contrainte la prononciation d'une syllabe dans le mot. Cependant, je comprends maintenant qu'en français, la marque d'accent est identifiée comme pause. Par conséquent, j'avais fait la suggestion pour écrire un mot de Lakota avec la syllabe soumise à une contrainte dans les lettres majuscules comme alternative.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Nikura



Inscrit le: 08 Nov 2005
Messages: 2037
Lieu: Barcino / Brigantio

Messageécrit le Friday 30 Dec 05, 22:29 Répondre en citant ce message   

Si je ne me trompe pas la dénomination dakota, lakota ou encore nakota dépend de la prononciation d'un phonème, variable selon les dialectes. Rien à voir donc avec les préfixes des langues bantoues.

JE ne parle pas sioux, mais je connais (et c'est à mon humble avis l'une des plus belles façon qui soit de le dire), comment dire "je t'aime":
chante washte yama kahi (= tu remplis mon coeur de bonheur)

Les nombres de 1 à 10 sont:
Dakota: 1 wancha, 2 nonpa, 3 yamni, 4 topa, 5 zaptan, 6 s'akpe, 7 s'akowin, 8 s'ahdoghan, 9 napchinwanka, 10 wikchemna
Lakota: 1 wanji, 2 nupa, 3 yamni, 4 topa, 5 zaptan, 6 s'akpe, 7 s'akowin, 8 s'aglohan, 9 nepchunka, 10 wikchemna
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jean-Charles



Inscrit le: 15 Mar 2005
Messages: 3121
Lieu: Helvétie

Messageécrit le Friday 30 Dec 05, 22:34 Répondre en citant ce message   

Pour HinTamaheca:
Si j'ai bien compris, ce que tu nommes contrainte* est le fait d'appuyer sur une syllabe. Est ce qu'on appuie sur la voyelle ou sur la consonne ?
Ou est ce possible d'appuyer, selon le cas, sur la consonne ou la voyelle ?

Dans tous les cas, il n'y a aucun problème à utiliser la graphie que tu préfères, même si ce n'est pas celle qui est en usage en français. Il faut juste que tu mettes une table des correspondances entre les lettres ou les combinaisons de lettres et leur valeur en français (ou en alphabet phonétique international)

Si tu désires de l'aide, n'hésite pas à contacter un modérateur très content


*Je crois qu'il s'agit de l'accent tonique.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
HinTamaheca



Inscrit le: 30 Dec 2005
Messages: 13
Lieu: Kentucky, USA

Messageécrit le Friday 30 Dec 05, 22:43 Répondre en citant ce message   

Laissez-d'abord moi dire qu'il y a seulement de légères variations aux différents dialectes du Dakota, de Lakota et de Nakota. La différence la plus notable est que les tous les mots Lakota en qui s'écrivent avec la lettre L, utilisent la lettre D en Dakota et la lettre N en Nakota.
Un autre défi, lorsqu'on apprend le Lakota, est qu'il n'y a pas encore de version écrite uniforme. Par conséquent, vous pouvez trouver le même mot écrit un peu différemment, selon le dictionnaire.
L'auteur a appris à prononcer phonétiquement cette langue qui fut transmise principalement oralement durant les 80 dernières années.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jean-Charles



Inscrit le: 15 Mar 2005
Messages: 3121
Lieu: Helvétie

Messageécrit le Friday 30 Dec 05, 22:55 Répondre en citant ce message   

C'est exactement la même situation qu'en francoprovençal (arpitan). C'est une langue orale que chacun écrit comme il le sent.

Le même mot peut être prononcé de plusieurs manières, mais ces différentes manières sont comprises comme le même mot.

Donc, si quelqu'un qui ne comprend pas la langue essaie de la lire, il croit que des mots écrits différemment sont différents, alors que c'est le même mot. C'est un problème des langues écrite que d'avoir perdu cette flexibilité.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
HinTamaheca



Inscrit le: 30 Dec 2005
Messages: 13
Lieu: Kentucky, USA

Messageécrit le Friday 30 Dec 05, 22:55 Répondre en citant ce message   

Un autre point intéressant au sujet de la langue Lakota, est que quelques mots ont un sens courant et une traduction littérale:

Par exemple: Le mot Lakota piLAmayaye est souvent employé pour transcrire le terme (anglais): vous remercient.
En fait, il signifie littéralement: vous m'avez satisfait.


Dernière édition par HinTamaheca le Saturday 31 Dec 05, 0:32; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jean-Charles



Inscrit le: 15 Mar 2005
Messages: 3121
Lieu: Helvétie

Messageécrit le Friday 30 Dec 05, 23:12 Répondre en citant ce message   

Je crois que c'est préférable de coller le plus possible à ta langue, sans te préoccuper de la traduction usuelle en anglais.

Il y a sur ce forum des personnes de toute la planète qui pensent différement que les anglophones. Il est donc mieux de transcrire le plus précisément comme tu le sens que de tenter de trouver le terme dans une autre langue.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Langues du monde Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivante
Page 2 sur 9









phpBB (c) 2001-2008