Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
hamadryade (français) - Le mot du jour - Forum Babel
hamadryade (français)
Aller à la page Précédente  1, 2
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3497
Lieu: Nissa

Messageécrit le Thursday 21 Jul 11, 11:47 Répondre en citant ce message   

Papou JC a écrit:
Pas d'autre problème que de donner le même nom à un serpent et à un singe. A part ça, pas de problème ...

Ce n'est effectivement pas un problème !

D'abord, il faut bien distinguer entre les nymphes Hamadryades (Ἁμαδρυάδες) et le nom scientifique hamadryas, calque exact de la forme grecque (ἁμαδρυάς < *hama-dru-ad-s).

I - Étymologie
Le premier élément de ce composé est ἅμα [háma], adverbe et (plus rarement) préposition signifiant « ensemble, en même temps ». Bien que le a final soit difficile à expliquer, on considère en général qu'il s'agit du degré zéro de la racine eurindienne *sem- « un, unique, même » (grec εἷς « un », grec ὁμός « même » > fr. homo-, skr. sama-, angl. same, etc.).
Le second élément dépend, lui, du thème *der-u- qui dénote à la fois la solidité des sentiments (all. treu « fidèle », angl. truth « vérité ») et celle du bois, plus spécifiquement en grec, celle du chêne, δρῦς.
Le troisième élément est le suffixe -άδ-, généralement formateur de féminins (Chantraine, Formation…, pp. 349-358, Pléiades, Cyclades, olympiades, etc.).

II. Les Nymphes
C'est avec ce suffixe qu'on a formé une classification des Nymphes, distinguant ainsi celles des eaux, les Naïades, celles des montagnes, les Oréades ou celles des bois, les Dryades (énumération exhaustive ici).
Les Hamadryades forment un groupe très particulier de Dryades, dans la mesure où, bien qu'admises à partager l'ambroisie avec les Dieux, elles ne sont pas immortelles mais, comme leur nom l'indique, elles sont associées étroitement à l'arbre avec lequel elles naissent et meurent. Ce sont à elles qu'Aphrodite confiera le bébé Énée qu'elle porte d'Anchise :

Homère, Hymne à Aphrodite 254-273, trad. Lecomte de Lisle a écrit:
…  je porte un enfant sous ma ceinture, m'étant unie à un homme mortel. Dès qu'il aura vu la lumière de Hèlios, les Nymphes montagnardes aux larges seins le nourriront, elles qui habitent cette montagne grande et divine et qui n'obéissent, ni aux mortels ni aux Immortels, mais qui vivent longtemps, mangent l'ambroisie et dansent en choeur avec les Immortels. Les Silènes et le vigilant Tueur d'Argos s'unissent à elles, d'amour, au fond des fraîches cavernes. Les sapins et les chênes élevés, nés en même temps qu'elles sur la terre qui nourrit les hommes, croissent, grands, beaux et florissants, sur les hautes montagnes, et les Nymphes les nomment les bois sacrés des Immortels, et jamais les hommes ne les coupent avec le fer. Mais quand la Moire de la mort s'approche d'eux, les beaux arbres se dessèchent d'abord, leur écorce se corrompt et leurs rameaux tombent, et, en même temps, l'âme des Nymphes abandonne la lumière de Hèlios. Elles garderont et nourriront mon fils …
(le Tueur d'Argos, gr. Ἀργειφόντης, est Hermès)

Et c'est peut-être aussi l'occasion d'un petit écart temporel :

Pierre de Ronsard, Contre les bucherons de la forest de Gastine, 19-26 a écrit:
Escoute, Bucheron (arreste un peu le bras)
Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas,
Ne vois-tu pas le sang lequel degoute à force
Des Nymphes qui vivoyent dessous la dure escorce ?
Sacrilege meurdrier, si on prend un voleur
Pour piller un butin de bien peu de valeur,
Combien de feux, de fers, de morts, et de destresses
Merites-tu, meschant, pour tuer des Déesses ?

III. La taxinomie
Les langues naturelles n'ont qu'un nombre limité de mots pour distiguer la grande variété des bêtes et des plantes, elles regroupent donc selon la ressemblance : peu importe la sorte de couleuvre, « serpent qui pique pas » suffit aux besoins courants.
Les langues artificielles ont d'autres exigences, langues scientifiques, elles haïssent l'ambiguïté. Et zoologues ou botanistes manquent de mots, d'autant plus qu'ils s'intéressent à des espèces exotiques, nommées dans des langues que nous ignorons superbement. Aussi, contre de rares axolotl ou hévéas, c'est surtout au moyen du grec et du latin que nous nommons l'exotique.

Il suffit alors de se référer au sens étymologique hamadryas « lié à un arbre » pour attribuer ce nom à toute espèce arboricole.

Autant que j'ai pu voir, c'est le cynocéphale papion, Papio hamadryas, Linné 1758, qui inaugure l'usage mais le nom ne se répand guère dans l'usage courant et, à l'aube du XXe siècle, Alfred Jarry, cependant fort érudit, pour qui le cynocéphale papion Bosse-de-Nage est un personnage essentiel de son Gestes et opinions du docteur Faustroll, n'écrit jamais ce nom d'hamadryas (à vrai dire, je n'ai relu que le chapitre X qui présente le personnage).

Le papillon guatémaltèque Hamadryas amphinome le suit de près (Linné 1767).

Hamadryas hannah pour le cobra royal est de 1836 (Cantor) et il est aujourd'hui abandonné pour Ophiophagus hannah. D'ailleurs, bien évidemment, personne ne l'a jamais appelé hamadryas dans la vraie vie : en hindi il est नागराज (nāgarāja), en indonésien il est ular anang et en vietnamien rắn hổ mang chúa.

La page d'homonymie de Wikipedia sur hamadryas en fournit bien d'autres (la plupart aujourd'hui invalides) mais il faut se rendre à l'évidence que ces homonymies sont parfaitement artificielles et, pour quelqu'un qui se préoccupe de la langue française, totalement dépourvues d'intérêt …
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Patrick



Inscrit le: 03 Apr 2007
Messages: 598
Lieu: Βέλγιο: Βαλλωνία

Messageécrit le Friday 22 Jul 11, 17:02 Répondre en citant ce message   

Hamadryas est aussi le nom d'un personnage créé par André Franquin en 1957 : Dans le Repère de la murène, Spirou et Fantasio sont les victimes d'un plan machiavélique ourdi par un richissime Grec, Xénophon Hamadryas. C'est la seule "histoire" où le marsupilami "parle" (comme un perroquet) et se montre amphibie.
Franquin s'en est excusé ensuite car il a abandonné cette idée estimant que le marsupilami est un héros qui se suffit à lui-même !

cf. http://www.franquin-collector.com/albums/le-repaire-de-la-murene.html

http://www.spirouetfantasio.com/albums/09/index.htm
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour Aller à la page Précédente  1, 2
Page 2 sur 2









phpBB (c) 2001-2008