Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
La théorie de la médiation - Langues d'ici & d'ailleurs - Forum Babel
La théorie de la médiation
Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Langues d'ici & d'ailleurs
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Cormier



Inscrit le: 14 May 2005
Messages: 98
Lieu: Rennes

Messageécrit le Thursday 09 Feb 06, 20:27 Répondre en citant ce message   

Dans ce forum on parle beaucoup des langues. Ca revient à faire de la linguistique appliquée mais est ce que d'un point de vue théorique vous vous définissez par rapport à un courant de pensée ?

J'ai suivi une formation de linguistique à l'université de Rennes et le cursus s'inscrit clairement dans une école de pensée.
On y enseigne la linguistique structurale et la théorie de la médiation de Jean Gagnepain. J'ai eu aussi à Rennes comme professeur Henriette Walter dont certains parlent ici. Elle elle se reconnait comme appartenant à l'école fonctionnaliste d'André Martinet.


Dernière édition par Cormier le Thursday 22 Oct 09, 10:04; édité 5 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Maisse Arsouye



Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 2037
Lieu: Djiblou, Waloneye

Messageécrit le Thursday 09 Feb 06, 21:46 Répondre en citant ce message   

La linguistique théorique est intéressante, mais de nombreux babéliens sont des amateurs éclairés, pas des pros. Ce qui serait intéressant, c'est que les pros nous fassent profiter de leurs connaissances théoriques.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Cormier



Inscrit le: 14 May 2005
Messages: 98
Lieu: Rennes

Messageécrit le Thursday 09 Feb 06, 23:41 Répondre en citant ce message   

Je ne suis pas vraiment un pro puisque je n'en ai pas fait mon métier et ayant terminé mes études il y a plus d'une quinzaine d'années j'ai oublié beaucoup de choses mais d'un point de vue linguistique j'adhère à la théorie de la médiation de Jean Gagnepain.

C'est une théorie qui cherche dans la clinique la mise à l'épreuve et la validation de son modèle. Elle vise à faire des sciences humaines vraiment des sciences alors que dans ce domaine on est trop souvent dans la littérature.
Dans cette théorie l'humain ou le culturel est analysé selon 4 plans qui correspondent à 4 sciences humaines : la glossologie, l'ergologie, l'axiologie et la sociologie.

Pour en revenir à la linguistique ça conduit à déconstruire ce concept et à ne plus parler de linguistique mais de 4 disciplines différentes : la glossologie, l'ergolinguistique, l'axiolinguistique et la sociolinguistique.

Au niveau du langage la glossologie correspond à ce qu'on appelle dans les sciences de la nature la science fondamentale tandis que ergo, axio et sociolinguistique à la confluence de deux disciplines comme leur noms l'indiquent sont des sciences appliquées.

En glossologie on étudie la structure, la grammaire, la théorie du signe. Dans le signe à la suite de Saussure on fait la différence entre le signifiant et le signifié qui se distinguent du son et du sens et caractérisent le langage humain par rapport au langage animal. Le modèle est mis à l'épreuve expérimentalement en étudiant les pathologies de l'aphasie.
La glossologie ou théorie du signe est une théorie sans sujet ni histoire.

Le sujet au niveau du langage on l'étudie dans l'axiolinguistique. Ca correspond schématiquement à la parole et ça recouvre tout ce qui ressort de la psychologie dans l'acte de parler et de prendre la parole : le non-dit, le lapsus, le jeu de mot , la norme, le discours, etc.

L'ergolinguistique à la croisée de l'ergologie ( l'outil) et de la glossologie (le signe) c'est l'écriture.

La sociolinguistique s'intéresse à ce qui ressort de la sociologie ou de l'histoire dans le langage c'est à dire aux langues.


Dernière édition par Cormier le Thursday 22 Oct 09, 10:23; édité 6 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jean-Charles



Inscrit le: 15 Mar 2005
Messages: 3122
Lieu: Helvétie

Messageécrit le Thursday 09 Feb 06, 23:52 Répondre en citant ce message   

Ton explication est si condensée que je n'arrive pas à te suivre.

Si j'ai bien compris, la Théorie de la médiation de Jean Gagnepain est une théorie basée sur l'expérience clinique.

J'imagine que saussure est Horace-Bénédict de Saussure, le savant Genevois.

Pour que je puisse suivre, je crois qu'il serait bien que tu commence par l'autre bout: Mettre les définitions comme mot du jour. Et pas du copié/collé STP.


Dernière édition par Jean-Charles le Tuesday 21 Mar 06, 19:35; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Cormier



Inscrit le: 14 May 2005
Messages: 98
Lieu: Rennes

Messageécrit le Friday 10 Feb 06, 0:17 Répondre en citant ce message   

Oui il s'agit bien de Saussure, le linguiste genevois.

Ce n'est pas un copié/collé mais comme ça fait 15 ans que j'ai quitté l'université je ne maitrise plus aussi bien que jadis cette théorie. J'ai condensé parce que je n'ai pas trop le temps de faire un grand exposé. Pour plus de détails il suffit de chercher les renseignements sur internet.

Voici quelques liens :

http://www.sites.univ-rennes2.fr/las/lirl/

http://www.rennes-mediation.fr/bmedia/

http://www.contemporary-painting.com/fheral.html


Dernière édition par Cormier le Tuesday 01 Jan 13, 17:09; édité 4 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Cormier



Inscrit le: 14 May 2005
Messages: 98
Lieu: Rennes

Messageécrit le Sunday 12 Feb 06, 12:35 Répondre en citant ce message   

Voici deux autres liens intéressants sur la théorie de la médiation :

Une bonne synthèse :

http://www.anthropiques.org/?page_id=56

et une étude sur les aphasies de Broca et Wernicke :

http://www.rennes-mediation.org/dossiers/dossiers.php?id_dossier=35&PHPSESSID=1776d56a3f428f1cc2bdc044e458624f

Pour avoir un aperçu sur les pathologies du langage lire le livre d'Olivier Sabouraud :

http://www.sites.univ-rennes2.fr/las/lirl/livres/sabouraud.html

Dans l'équipe de Jean Gagnepain c'est ce neurologue qui s'occupait des pathologies du langage.


Dernière édition par Cormier le Tuesday 03 Nov 09, 8:01; édité 3 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Cormier



Inscrit le: 14 May 2005
Messages: 98
Lieu: Rennes

Messageécrit le Saturday 18 Mar 06, 13:45 Répondre en citant ce message   

Je viens d'apprendre dans une revue rennaise qu'Olivier Sabouraud est mort le 23 février à 82 ans un mois et demi après Jean Gagnepain lui aussi mort à 82 ans.Ils ont collaboré ensemble plus de 40 ans.

Dans l'encyclopédie wikipedia un lien très intéressant est donné sur la théorie de la médiation :

http://www.contemporary-painting.com/fitdm.html

En voici quelques passages :
Citation:
La Théorie de la Médiation élaborée par Jean Gagnepain et son équipe, est celle-là. Encore confidentielle - ce n'est pas un hasard : elle remet trop radicalement en question l'établissement, culturel, scientifique et universitaire -, il ne fait nul doute en notre esprit qu'elle sera cependant tôt ou tard LA théorie du XXIème siècle, théorie fondatrice des Sciences Humaines (qui sont encore à faire, celles-ci n'ayant encore, on le sait, de scientifique que le nom). Car la TdM est une théorie non-philosophique de la raison humaine.
Citation:
Au risque de paraître présomptueux nous affirmerons pourtant qu'on n'est pas médiationniste comme on peut être freudien ou lacanien. Ce n'est pas affaire d'opinion, comme la loi de la pesanteur n'est pas affaire d'opinion : elle s'expérimente.
Comme le dit Jean Gagnepain : " je ne suis pas médiationniste, je ne peux qu'être médiationniste ".

Le fait qu'on trouve cette synthèse de la théorie de médiation sur un site d'art contemporain peut sembler curieux mais ça tient à ce que cette théorie a une approche globale de l'homme.
L'art ici n'a pas le sens réducteur qu'on lui donne communément mais il correspond au 2ème plan de la théorie médiation celui de l'outil et de l'ergologie.


Dernière édition par Cormier le Sunday 27 Aug 06, 14:29; édité 2 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Nikura



Inscrit le: 08 Nov 2005
Messages: 2037
Lieu: Barcino / Brigantio

Messageécrit le Tuesday 21 Mar 06, 13:30 Répondre en citant ce message   

Moi aussi j'ai suivi un cursus de linguistique. Je me suis malheureusement perdu dans les désespoirs de la dialectologie... J'ai beaucoup lu André Martinet (1908-1999), né à St-Alban-des-Villards, juste au dessus d'un de mes fiefs familiaux, en Maurienne, Savoie. Mais aussi, Benvéniste (auteur de remarquables travaux sur les langues du Caucase). Je ne suis pas vraiment pour une école plutôt qu'une autre...

Quelques linguistes célèbres:
Français André Martinet, Émile Benvéniste, Antoine Meillet, Claude Hagège
Français de Suisse Ferdinand de Saussure
Russe Roman Jakobson
USA Noam Chomsky

Ces dernières années, c'est plutôt la linguistique américaine qui donne le ton.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Cormier



Inscrit le: 14 May 2005
Messages: 98
Lieu: Rennes

Messageécrit le Tuesday 21 Mar 06, 19:11 Répondre en citant ce message   

A l'université de Rennes on étudie les différentes écoles ( ce qui n'est pas le cas partout et ça prouve la confiance que les médiationnistes ont dans leur modèle , qu'ils ne redoutent pas la critique ) et pour moi et tous ceux qui ont étudié la théorie de la médiation il y a vraiment un saut qualitatif entre la théorie de la médiation et les autres écoles linguistiques où trop souvent pour reprendre ton expression on se perd "dans les désespoirs de la dialectologie".
L'ancrage dans la clinique de la théorie de la médiation évite ces errements.

Quand tu dis
Nikura a écrit:

Ces dernières années, c'est plutôt la linguistique américaine qui donne le ton.
tu fais sans doute allusion à la grammaire générative de Noam Chomsky.
Je ne suis pas d'accord avec ton assertion mais saches que dans la théorie de la médiation la générativité y est incluse.
Je te renvoie au lien que j'ai donné sur les aphasies de Broca et Wernicke :

http://www.rennes-mediation.org/dossiers/dossiers.php?id_dossier=35&PHPSESSID=1776d56a3f428f1cc2bdc044e458624f

voir le paragraphe :

Biaxialité : taxinomie et générativité.
Citation:
J. Gagnepain quant à lui, en collaboration avec O. Sabouraud, neurologue, étudia d’un point de vue spécifiquement linguistique les deux tableaux aphasiques, chacun correspondant à des lésions neurologiques distinctes. C'est par le concept de biaxialité qu'il se proposa de rendre compte de ces deux types d'aphasies, concept dont nous allons donner un bref aperçu théorique, préalable nécessaire à l’étude qui va suivre. Si la biaxialité permet de rendre compte des deux formes d’aphasies, celles-ci ont elles-mêmes permis l’élaboration de ce concept du point de vue de la Théorie de la médiation. Clinique et théorie sont de fait indissociables comme nous l'avons déjà souligné. L’hypothèse de Gagnepain est que pathologiquement, chez l’aphasique, un des axes ne fonctionne plus, contrairement au sujet normal. L’aphasique de Broca (lésion antérieure gauche) garde la taxinomie, mais perd la générativité, il ne procède plus que par différenciation, tandis que l’aphasique de Wernicke (lésion postérieure gauche) conserve lui la générativité, procédant uniquement par segmentation, sans taxinomie. La pathologie permet ainsi de dissocier et de mettre en évidence le fonctionnement intrinsèque, implicite des deux axes. C’est ce que l’on nomme la biaxialité. Cette double analyse, qui met en jeu deux axes, est culturelle, elle est abstraite, elle spécifie l ‘humain, le dissociant de l’animal, qui n’a pas ces capacités d’abstraction. Un axe est celui des identités, qui permet de substituer des éléments. Cette analyse par "opposition", ou taxinomique, se distingue d’une analyse par "segmentation", qui elle, permet de dénombrer des éléments, et qui correspond à l’autre axe, génératif, celui des unités.


Pour les forumeurs qui ne connaisse pas le sujet le mieux est encore qu'ils se fassent une opinion par eux même. Je tenais simplement à faire connaitre la théorie de la médiation qui est méconnue.


Dernière édition par Cormier le Tuesday 03 Nov 09, 8:16; édité 8 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jean-Charles



Inscrit le: 15 Mar 2005
Messages: 3122
Lieu: Helvétie

Messageécrit le Tuesday 21 Mar 06, 19:33 Répondre en citant ce message   

Ferdinand de Saussure, l'arrière-petit-fils d'Horace-Béné

Post Tenebras Lux
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Cormier



Inscrit le: 14 May 2005
Messages: 98
Lieu: Rennes

Messageécrit le Tuesday 21 Mar 06, 19:47 Répondre en citant ce message   

L'oeuvre de Jean Gagnepain s'inscrit dans la lignée de Saussure à qui elle emprunte toute l'analyse structurale du langage mais aussi dans celle de Marx non pas pour le communisme mais pour l'approche dialectique de l'histoire et aussi dans celle de Freud pour sa découverte de l'inconscient.

Dernière édition par Cormier le Sunday 20 Aug 06, 15:21; édité 1 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Cormier



Inscrit le: 14 May 2005
Messages: 98
Lieu: Rennes

Messageécrit le Saturday 25 Mar 06, 17:55 Répondre en citant ce message   

Nikura a écrit:
J'ai beaucoup lu André Martinet (1908-1999), né à St-Alban-des-Villards, juste au dessus d'un de mes fiefs familiaux, en Maurienne, Savoie.

André Martinet est le fondateur du fonctionnalisme en linguistique. Toi qui l'a beaucoup lu tu pourrais nous faire un résumé de sa pensée.

Si mes souvenirs sont bons pour les fonctionnalistes comme leur nom l'indique le langage a une fonction, celle de communiquer. Or c'est une assertion que la théorie de la médiation conteste.

D'une part parce que les animaux communiquent comme les travaux d'éthologie de Karl von Fritsch sur le langage des abeilles l'ont montré. On parle aussi du langage des dauphins, des baleines , etc.
Il va sans dire que pour les médiationnistes ce n'est pas du langage.

D'autre part parce que l'étude des pathologies du langage prouve le contraire.
Un aphasique ne sait plus parler correctement mais il garde la capacité de communiquer (par gestes ou par des mots "mal contrôlés"). Par contre un schizophrène ne communique plus alors que sa grammaticalité n'est pas atteinte.

Je vous renvoie au lien suivant où Jean Gagnepain raconte comment il a pris conscience du problème :

http://www.anthropiques.org/?page_id=56

Citation:
La rencontre avec un schizophrène, envoyé en consultation neurologique par l'hôpital psychiatrique, permit de découvrir que le trouble verbal de ce malade n'avait rien d'aphasique, mais consistait en un refus pathologique de toute communication.

« C'était hallucinant, totalement incompréhensible, raconte J. Gagnepain, ce que l'on décrit dans la littérature psychiatrique comme la glossomanie. Ce type nous comprenait mais s'exprimait de manière étrange (ibid., p. 41). »

À force de l'écouter, J. Gagnepain avait repéré la récurrence de certaines séquences et en avait calculé le coefficient de récursivité, qui était du même ordre que dans une langue normale.

« C'était donc une langue. On devait dès lors, pensais-je, induire les règles qui président à la formation des énoncés qui, même incompréhensibles pour nous, ne le seraient pas pour lui. J'ai donc essayé et je me suis mis à parler comme lui. Le malade est entré dans une colère folle et il a fallu que les infirmiers le maîtrisent. Je pense que c'est parce que j'avais osé franchir son "javanais", la clôture qu'il s'était donné en appropriant le "langage" au point de fabriquer sa langue, qui ne valait que par l'impuissance dans laquelle nous étions d'échanger avec lui. Il n'a pas pu vivre mon effraction, mais cela démontrait qu'il n'avait rien d'aphasique. Sa grammaticalité était parfaite, même si elle animait un jargon singulier, dans lequel j'avais pu m'introduire par certains calculs, appuyés également sur quelques confidences qu'il m'avait faites et qui m'avaient mis sur la voie. Nous nous sommes dit alors que nous avions probablement rencontré un phénomène de création de langue (ibid., p. 41-42). »

C'est là qu'on voit qu'en étudiant la clinique est apparu la nécessité de déconstruire le concept de langage, de faire la différence entre le signe et la langue, entre la glossologie et la sociolinguistique.
Dans la théorie de la médiation la communication ressort de la sociolinguistique et quand on parle plus géneralement d'échange (de mots, produits, désirs,etc) de la sociologie.

http://www.anthropiques.org/?page_id=56

Citation:
L'hypothèse était la suivante : la « langue » ne serait-elle pas l'appropriation du « langage » ? Et la schizophrénie ne pourrait-elle pas être comprise comme l'exacerbation pathologique d'un processus d'appropriation et de singularisation, normalement dépassé dans la « communication » ? Cette singularisation serait le résultat d'un troisième mode d'analyse : celui par lequel l'être humain rompt avec l'espèce et qui expliquerait notamment qu'il ne parle jamais simplement « humain » ou « anthropien », mais toujours en « langues ».

Cette hypothèse amène à concevoir la « communication » comme le dépassement dialectique d'un processus normal de singularisation dont témoignerait justement l'extrême diversité des langues et, plus généralement, « l'humaine diversité, où entrent tous les univers sociaux au sein desquels les hommes ont vécu, vivent ou pourraient vivre » [Wright-Mills, 1983, p. 135]. L'être humain passerait ainsi son temps à « sauter par dessus les fossés qu'il creuse lui-même » (ibid., p. 42) ou encore, comme le disait Georg Simmel pour qui « l'homme est à tout instant un être qui sépare ce qui est lié et qui lie ce qui est séparé », à poser des portes et établir des ponts [Simmel, 1981, p. 15]. Divergence et frontières, obligeant à la négociation, résulteraient donc d'une faculté mentale de singularisation dont la schizophrénie représenterait l'exacerbation. « Mais à l'inverse, rappelle J. Gagnepain, une communication absolument transparente », c'est-à-dire la perte ou l'absence de cette faculté de singularisation, « nous réduirait à l'anthropien » (ibid.).

Cette perspective qui engageait à se tourner vers la psychiatrie pour rencontrer d'autres cas de ce genre et confirmer que les « délires », qui ne vont pas tous jusqu'à la glossomanie, sont le plus souvent très grammaticaux, suggérait en outre de dissocier la « langue » du « langage » pour s'intéresser à une « fonction » de communication, et, plus largement, d'appropriation (de singularisation) et d'échange. Il n'y a aucune raison en effet d'accorder une attention particulière à l'échange « verbal ». Quel que soit le « contenu » de l'échange (mots, produits, désirs, etc.) sa formalisation semble ressortir au même principe. La « communication » du pervers ou du psychotique n'est ni plus ni moins affectée que sa collaboration éventuelle à la production ou son commerce, qu'il soit marchand ou amoureux.
Cela débouche sur une sociologie qui trouve son lieu d'expérimentation et de vérification dans la clinique psychiatrique des psychoses et des perversions et qui n'ignore pas - contrairement trop souvent à la sociologie « classique », mais aussi à l'économie, décrivant, surtout depuis Keynes, les « circuits » et les « flux », « réels » ou « monétaires » qui s'établissent entre les « unités » ou « agents » « économiques », ou encore aux théories de la communication décrivant le « circuit de la parole » selon un schéma déjà présent chez Ferdinand de Saussure - qu'il n'y a de « lien social » et d'échange que dans le contrecoup d'une singularisation (ethnicisation) fondatrice qui « s'exacerbe » notamment dans la schizophrénie et s'abolit dans la paranoïa.
Cette hypothèse, renforcée par de nouveaux travaux et par une confrontation avec la littérature psychiatrique, psychanalytique et sociologique, est à la base de la théorie sociologique particulière à laquelle nous nous référerons ici : la théorie de la Personne (le terme « Personne » avec un P majuscule y désignant la faculté mentale de distinction et de singularisation par laquelle l'être humain rompt avec son être naturel et formalise - ou « structure » - ses rapports aux autres - rapports de connexion - autant qu'à autrui - rapports de contribution).


Dernière édition par Cormier le Tuesday 03 Nov 09, 8:24; édité 7 fois
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Nina Padilha



Inscrit le: 15 Mar 2006
Messages: 548

Messageécrit le Saturday 25 Mar 06, 18:54 Répondre en citant ce message   

Post Tenebras Lux ? Quid ?
Où donc ai-je rangé le Gaffiot ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
prstprsi



Inscrit le: 22 Oct 2005
Messages: 396
Lieu: Bratislava

Messageécrit le Saturday 25 Mar 06, 19:07 Répondre en citant ce message   

Après les ténèbres la lumière
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jean-Charles



Inscrit le: 15 Mar 2005
Messages: 3122
Lieu: Helvétie

Messageécrit le Saturday 25 Mar 06, 22:40 Répondre en citant ce message   

C'est exact. Pourquoi là ...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Langues d'ici & d'ailleurs Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
Page 1 sur 4









phpBB (c) 2001-2008