Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
sérendipité (français) - Le mot du jour - Forum Babel
sérendipité (français)
Aller à la page Précédente  1, 2
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3807
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Thursday 05 Sep 19, 12:14 Répondre en citant ce message   

Je reprends cette définition à propos du colloque sur la sérenpidité :
Voici la définition de Pek van Andel (chercheur en médecine) & Danièle Bourcier (juriste)

La sérendipité est considérée comme la capacité de découvrir, d’inventer, de créer ou d’imaginer quelque chose de nouveau sans l’avoir cherché à l’occasion d’une observation surprenante qui a été expliquée correctement. La sérendipité par définition ne commence pas par une savante hypothèse ou avec un plan déterminé. Elle n’est pas due seulement à un accident ou au hasard. Les milliers de grandes ou petites innovations qui ont jalonné l’histoire de l’humanité ont un élément commun: ils n’ont pu se transmettre que parce qu’un observateur, un expérimentateur, un artiste, un chercheur à un certain moment a su tirer profit de circonstances imprévues.


Pourquoi un colloque sur la sérenpidité ?
Le phénomène de sérendipité est soit inconnu soit la cible de nombreuses critiques. Est-ce un concept pertinent pour la recherche ?
En pratique une vraie découverte, invention, création est toujours la combinaison d’un élément étonnant et d’une vérification pertinente. Nous pensons que la recherche systématique et la sérendipité ne s’excluent pas, au contraire elles se complètent et même se renforcent. En science et en général dans l’action, il faut planifier, mais un plan n’est jamais sacré: des milliers d’événements inattendus ou d’effets non anticipés interviennent dans le cours d’une expérience ou d’un projet dont un bon chercheur doit savoir se servir. Il en est de même pour tout type de création.
Ce colloque voudrait, dans une culture dominée par le cartésianisme, mais où l’ingéniosité a toujours cohabité avec la raison, réhabiliter le génie de l’empirie quand il s’exerce sur "des esprits préparés" (Pasteur). Hymne à la liberté de chercher et de trouver, ce phénomène concerne chercheurs et créateurs de toutes disciplines et de tous les domaines de l’action.

(extrait)

Voici une autre approche de la sérenpidité, selon Danièle Bourcier :
La sérendipité décisionnelle renvoie à cette classe de phénomènes inattendus issus d’un projet rationnel qui contredisent les effets visés par la décision.
La sérendipité législative, plus spécifiquement, consiste pour tout acteur plongé dans la complexité des normes, à tirer profit de l’interprétation qui lui semblera la plus favorable, ou à contourner simplement l’objectif affiché de la loi par n’importe quel moyen légitime
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3390
Lieu: Nissa

Messageécrit le Thursday 05 Sep 19, 14:54 Répondre en citant ce message   

Et un petit coup d'étymologie ne fait pas de mal !

Comme c'est écrit partout, Serendip, nom arabe, était l'ancien nom de Śrī Laṅkā (en français, Ceylan).

Ce Serendip viendrait (sous toute réserve*) du tamoul Seren deevu, lui-même issu du sanskrit suvarṇa dvīpa, autant dire « île d'or » (ou de grande richesse, de haute noblesse) <
• su- « favorable, de bon augure »
• varṇa « couleur, caste »
• dvīpa « île » <
• dvī- « double »
• pa « protection »

* en tamoul actuel, Ceylan se nomme Illankai (l'île) et Illankai Chananaayaka Chosalisa Kudiyarasu (l'État)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Glossophile
Animateur


Inscrit le: 21 May 2005
Messages: 2245

Messageécrit le Thursday 05 Sep 19, 15:25 Répondre en citant ce message   

Le scénario du film Slumdog millionnaire repose sur une cascade de sérendipités.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3807
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Saturday 07 Sep 19, 18:02 Répondre en citant ce message   

Dans son dictionnaire sanskrit-français, Gérard Huet rattache serendipity à Svarṇadvīpa (l'île d'or).

Il existe aussi une autre hypothèse, qui le rattache à Siṃhaladvīpa : l'île de Simhala, Simhala étant le nom du fondateur mythique de l'île (de la lignée de Simha, nom attribué à son grand père et qui signifie lion).

Voir l'article de Ananda Abeydeera dans Archipel (1994) :

Biruni, savant persan qui séjourna longuement en Inde du Nord, connaît à côté de Sarandib, nom arabe de Ceylan, le nom indien de l'île, Siṃhaladipa qu'il transcrit Singaldîb
(Il est à noter que dans l'écriture du persan, on confond le k et le g mais on le distingue en le lisant.)
On voit ici, pour la première fois, se faire le rapprochement entre Sarandîb/Serendib et Singaldîb donné comme une variante du même terme; cette variante correspond au singhalais Singhaladîpa.
[...]
Sarandîb apparaît donc comme la corruption de Singhaladîpa où nous voyons s'amuïr la voyelle du déterminatif (Singha-la>Singhal) et le gh de Singha passer par le ghaïn, le r grasseyé de l'arabe, puis au r «roulé», avec une métaphonie du i de la première syllabe, sans doute sous l'influence du a de la deuxième, à savoir passage de i, suivi de la gutturale nasalisée ng (n), à a qui précède lui-même la vibrante r. Nous avons alors Singhal qui passe à Saran , avec ici en finale métathèse de la nasalisation (ngh) qui, en se portant dans la syllabe suivante, subit elle-même l'attraction de la dentale sonore d, initiale de dîb, dernier mot dans la composition, et fait passer le l à n, d'où la formation Saran-dîb. La voyelle e [schwa] n'existant pas en arabe, se transforme en i long ce qui donne Sîrandîb. Le passage de l'alvéo-dentale vibrante r dans Sîrandîb à l'alvéo-dentale liquide l donne Sîlandîb. L'ellipse du suffixe dîb, ensuite, laisse seulement subsister Sîlân.


Il y a quand même le latin Serendivis. Serait-ce un mot emprunté à l'arabe ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 3390
Lieu: Nissa

Messageécrit le Sunday 08 Sep 19, 9:58 Répondre en citant ce message   

• que le mot Serendip nous soit parvenu par l'arabe me semblait un fait acquis ;

svarṇa et suvarṇa sont le même mot (penser que u et v s'échangent selon le contexte) :
Zu svàr- auch AVff. suvárṇa- n. 'Gold', da wohl erst sekundär als su-várṇa 'schönfarbig' verstanden.
(Mayrhofer, KEWA, p. 567)

• je suis plus amusé que convaincu par la kyrielle d'évolutions phonétiques de Abeydeera (à combien de poignées de mains un mot quelconque est-il distant d'un mot quelconque ?) ; une île comme Ceylan a dû posséder des tas de noms et tous les sanskrits devaient se terminer par -dvīpa, nom très commun. L'exercice me semble un peu vain.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 3191
Lieu: Paris

Messageécrit le Sunday 08 Sep 19, 11:02 Répondre en citant ce message   

Xavier a écrit:
Voir l'article de Ananda Abeydeera dans Archipel (1994) :
Biruni, savant persan qui séjourna longuement en Inde du Nord, connaît à côté de Sarandib, nom arabe de Ceylan, le nom indien de l'île, Siṃhaladipa qu'il transcrit Singaldîb
(Il est à noter que dans l'écriture du persan, on confond le k et le g mais on le distingue en le lisant.)


Aujourd'hui, l'écriture du persan distingue parfaitement le "gâf" (گ) du "kâf" (ک).
Mais à l’époque de Biruni (milieu du XIe siècle), cela ne faisait pas longtemps que le persan avait emprunté à l'arabe son alphabet qui ne connaît pas le "gâf". Celui-ci a dû être introduit plus tard.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3807
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Sunday 08 Sep 19, 21:09 Répondre en citant ce message   

Outis a écrit:
je suis plus amusé que convaincu.

Moi de même. L'origine "île d'or" me semble a priori plus convaincante.
Cependant, l'étymologie présentée par Ananda Abeydeera n'est pas un cas isolé, elle se retrouve dans plusieurs ouvrages, dont l'Encyclopaedia Britannica
à l'article Serendib:
The name Serendib is a corruption of the Sanskrit compound Siṃhaladvīpa (“Dwelling-Place-of-Lions Island”).

Ce qui ne veut pas dire qu'elle soit juste.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3807
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Monday 09 Sep 19, 13:08 Répondre en citant ce message   

Voici une autre piste, mais l'origine du nom reste tout aussi confuse !

Sachi Sri Kantha : Serendipity: a synopsis of its 260 year life as an English word (2014)
La première hypothèse présentée ans les dictionnaires (chronologiquement) vient du sanskrit Siṃhaladvīpa.

Leo Goodman en 1961 présente une autre origine : du sanskrit suvarna-dvipa et hindi sunahra-dip (île d'or)

Samuel Livingston (pseudonyme) dans The Sinhalese of Ceylon and the Aryan Theory: Letters of a Tamil father to his son (1971)
présente une origine différente :
du tamoul Cheran, l'une des trois grandes dynasties tamoules. L'état du Kerala serait, selon Sachi Sri Kantha, à l'origine le pays des Cheras.
Cheran + tiva (île)

People who came to Ceylon from Malabar or via Malabar, as the Moorish traders, would have naturally called Ceylon Serendib (Tamil: Serendivu), the island of the Cheras. The Chera kingdom, comprising at that time the present Travancore, Cochin, the land bordering the Western Ghats in the North and even the area up to Cape Comorin in the South, was at
the zenith of its power for a very long time, even after the arrival of the so-called Arab merchants, who, by the way, were not Arab-speaking people, but Tamil-speaking people converted to Islam during their sojourns in Arabia and the Persian Gulf for purposes of trade.



Donc ce mot attribué aux marchants arabes serait un terme provenant des Tamouls convertis à l'islam pendant leur séjour dans le golfe persique.

Il cite des vers d'Horace (Odes, I, 12)
Ille seu Parthos Latio imminentis
Egerit iusto domitos triumpho,
Sive subiectos Orientis orae
Seras et Indos,

On a, selon Sachi Sri Kantha :
Parthos (Bharathas, l'ancien nom de l'Inde)
Seras : Chéras
Indos : India

traduction :

Il mènera à son triomphe mérité le cortège
soumis des Parthes qui menaçaient le seuil
du Latium, ou des Sères et des Indiens aux
confins de l’Orient.


problème :
1) Parthes : Bharat est le nom actuel de l'Inde, je ne vois pas le rapport avec les Parthes.
2) Sères
L'état du Kerala se trouve au sud-ouest de l'Inde.
L'origine du nom n'est pas certaine. Est-ce le pays des Kera/Chera ?

Qui sont les Sères ?
Il sont à l'origine de l'adjectif sericus, qu'on retrouve dans le français sériciculture (élevage des vers à soie)
En latin, sericum : soie.

Les Sères sont les habitants de la Serica. Où se trouve cette région ? Ce n'est guère évident.
Mais je ne vois pas de traces qui permettent de rattacher les Sères aux Tamouls.
La Sérique était plus au nord, du côté de la Chine.

Cette origine, Céran-tēvu, est reprise dans un Etymological dictionary of Tamil loanwords (2016)

Il faudrait chercher du côté du tamoul, en particulier l'origine de ce nom "Serendivu". Le second élément signifie île. Je pense que, a priori, il n'y a pas de doute sur ce point.
Reste ce "Seren". Il y a t-il vraiment de l'or derrière ce mot ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC



Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 9706
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Monday 09 Sep 19, 14:14 Répondre en citant ce message   

Outis a écrit:
Comme c'est écrit partout, Serendip, nom arabe

Persan. Le p n'existe pas en arabe.

Outis a écrit:
que le mot Serendip nous soit parvenu par l'arabe me semblait un fait acquis

Plutôt par le persan, donc.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Xavier
Animateur


Inscrit le: 10 Nov 2004
Messages: 3807
Lieu: Μασσαλία, Prouvènço

Messageécrit le Monday 09 Sep 19, 23:12 Répondre en citant ce message   

Je continue mes recherches.
Un voyageur chinois, Fa-Hien, ou Faxian, a visité l'île en 411-412. (voir Wikipédia).

Il parle de l'île comme le "royaume du lion". En précisant qu'elle avait auparavant un autre nom.

Il aurait rencontré des marchands arabes. En cherchant la trace des Arabes dans les traductions de son livre, c'est assez confus. C'est un mot chinois qui est interprété comme Sabéen (de Saba, région du Yémen)
A record of Buddhistic kingdoms
Autre source : Foĕ Kouĕ Ki, ou Relation des royaumes bouddhiques
le traducteur, Abel Remusat écrit qu'il s'agit de "marchands Sa Pho"

Selon lui, le terme serait peut-être d'origine singhalaise pour désigner un marchand qui fait un grand voyage...

Le nom de l'île était autrefois l'île des joyaux en raison des choses précieuses qui étaient produites (voir note)

Il y a bien une origine qui désigne Ceylan comme l'île aux joyaux.
Ratna-Dvipa.

L'île a été aussi désignée sous le nom de Hirayna-Dvipa ( île d'or)
voir : Ceylan et ses habitants aux temps anciens, moyens, modernes (1885)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour Aller à la page Précédente  1, 2
Page 2 sur 2









phpBB (c) 2001-2008