Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
fesse-mathieu (français) - Le mot du jour - Forum Babel
fesse-mathieu (français)

Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Liliane



Inscrit le: 20 Mar 2006
Messages: 793
Lieu: Côtes d'Armor

Messageécrit le Saturday 20 May 06, 20:04 Répondre en citant ce message   

Un fesse-mathieu est un usurier, un avare.

Saint Mathieu, selon la tradition, fut prêteur ou changeur, avant de se convertir.

Celui qui fesse Saint Mathieu le "met à mal" en pratiquant indignement son premier métier.

Un fesse-pinte signifie celui qui "fesse" qui expédie rapidement sa pinte.

Ces composés ne viennent pas de "fesse" mais du verbe "fesser".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Glossophile
Animateur


Inscrit le: 21 May 2005
Messages: 2097

Messageécrit le Saturday 20 May 06, 20:22 Répondre en citant ce message   

L'énigme est donc enfin résolue ?
La plupart des bons auteurs s'accordent à dire qu'on ignore totalement l'origine de fesse-mathieu. Qui a décroché la timbale ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Liliane



Inscrit le: 20 Mar 2006
Messages: 793
Lieu: Côtes d'Armor

Messageécrit le Saturday 20 May 06, 20:37 Répondre en citant ce message   

http://fr.wiktionary.org/wiki/fesse-mathieu
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Glossophile
Animateur


Inscrit le: 21 May 2005
Messages: 2097

Messageécrit le Saturday 20 May 06, 20:48 Répondre en citant ce message   

C'est bien ce que je craignais : sans signature, et sans garantie.

Mathieu n'était pas usurier, il était percepteur, tout le contraire ! L'usurier prête l'argent, le percepteur le perçoit...
De même, Harpagon a beau cumuler les deux emplois, l'usurier n'est pas forcément avare, et l'avare pas forcément usurier, à d'autant plus forte raison que l'avare, qui répugne à dépenser, ne peut être prêteur.

Telles sont mes raisons de douter des affirmations de wikipédia.
Pour l'instant, l'origine de l'expression conserve tout son mystère à mes yeux.

Par contre fesse-pinte est très imagé, et très clair : le buveur boit cul-sec, et à une telle cadence qu'il semble fesser sa pinte.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jacques
Animateur


Inscrit le: 25 Oct 2005
Messages: 6529
Lieu: Etats-Unis et France

Messageécrit le Saturday 20 May 06, 22:14 Répondre en citant ce message   

Citation:
n. m. (pl. fesse-mathieux). XVIe siècle. Composé de fesse, forme conjuguée de fesser, et du nom de saint Matthieu, patron des changeurs. Proprement « (qui) bat saint Matthieu avec des verges (pour lui soutirer de l'argent) ».Fam. Anciennt. Usurier. Par ext. Auj. Avare, grippe-sou. Ce n'est qu'un ladre, un fesse-mathieu.
Source : patrimoine-de-france.org

Liliane a écrit:
Ces composés ne viennent pas de "fesse" mais du verbe "fesser".
Effectivement fesse et fesser n’ont pas la même origine.
fesser < faisse, fece, « bande, lien », du latin fascia, bande, bandelette ».
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Liliane



Inscrit le: 20 Mar 2006
Messages: 793
Lieu: Côtes d'Armor

Messageécrit le Saturday 20 May 06, 22:33 Répondre en citant ce message   

Glossophile a écrit:
l'avare, qui répugne à dépenser, ne peut être prêteur.

D'accord, j'ai fait une erreur.
Le Fesse-Mathieu usurier fesse le Mathieu percepteur. Normal !
mais l'avare voyant l'lntérêt ne peut-il pas être prêteur ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Glossophile
Animateur


Inscrit le: 21 May 2005
Messages: 2097

Messageécrit le Saturday 20 May 06, 23:17 Répondre en citant ce message   

Le parcours est admis du sens d'usurier au sens d'avare.

Citation:
... et jamais on ne parle de vous que sous les noms d'avare, de ladre, de vilain et de fesse-mathieu.
dit imprudemment maitre Jacques à son maitre Harpagon.

Je pense seulement à voix haute que le passage du percepteur, qui prend l'argent, à l'usurier, qui le donne, ne va pas de soi.
Les dictionnaires se recopient les uns les autres, et personne ne donne de solution incontestable de l'origine du mot.
AMHA, la question n'est pas tranchée.

Reste que le mot est beau de son pittoresque et qu'il mérite d'être connu.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Jean-Charles
Animateur


Inscrit le: 15 Mar 2005
Messages: 3142
Lieu: Helvétie

Messageécrit le Sunday 21 May 06, 3:30 Répondre en citant ce message   

Glossophile a écrit:
C'est bien ce que je craignais : sans signature, et sans garantie.
...
Telles sont mes raisons de douter des affirmations de wikipédia.
Pour l'instant, l'origine de l'expression conserve tout son mystère à mes yeux.

Wikipédia est une encyclopédie. Elle est, certes, bien faite et très accessible, mais n'est pas une source. C'est une compilation de sources par des anonymes masqués sous un pseudonymes. Certains de ces anonymes sont d'ailleurs très compétents.
Si on passe par Wikipédia, il faut se référer aux sources citées par les compilateurs anonymes.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Glossophile
Animateur


Inscrit le: 21 May 2005
Messages: 2097

Messageécrit le Sunday 21 May 06, 5:11 Répondre en citant ce message   

La référence est donnée : le Dictionnaire de l'Académie, édition de 1932.
C'est une référence, mais la recherche a fait des progrès depuis.
Ce n'est pas d'une équipe d'amateurs travaillant voici septante ans qu'il faut attendre le point le plus récent.
Ils ont d'ailleurs eu la prudence de ne pas expliquer le terme.

Bref, le mystère reste entier.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Pierre



Inscrit le: 11 Nov 2004
Messages: 1189
Lieu: Vosges

Messageécrit le Sunday 21 May 06, 21:10 Répondre en citant ce message   

fesse-mathieu

Extrait du Larousse du XIX ème siècle.

Les étymologistes varient à l'infini sur l'origine de cette expression fesse-matthieu ou fesse-mathieu. La plupart ont raconté, et ceux-ci se rapprochent de la version donnée par Noël Du Fail, qu'avant sa conversion Saint Matthieu était receveur de tributs, et que la malignité publique lui attribuait des prêts usuraires. D'où l'ancienne locution proverbiale fester saint Matthieu, pour prêter à usure, et par corruption fesse-mathieu. Notons que, dès le xive siècle, les huissiers de Paris, dont la parcimonie et la frugalité étaient proverbiales dans le peuple, ne sacrifiaient guère au dieu de la bonne chère et du bon vin que le jour de la Saint-Mathieu et le jour de la calvacade annuelle du lendemain de la Trinité. Ne serait-ce pas pour peindre cette frugalité et cette double bombance qu'on aurait enrichi notre langue du mot fête-mathieu, dont par corruption le peuple aurait fait ensuite fesse-mathieu, qui se rapportait si bien avec l'âpreté au gain et la ladrerie des huissiers et sergents d'autrefois ? Ce serait là une véritable métamorphose et une création pittoresque devant laquelle ne recule pas le moins du monde M. Amédée de Bast, dans ses Origines judiciaires, mais que nous signalons sous toutes réserves. On a fait aussi venir fesse-mathieu de face de Mathieu, mine d'usurier, toujours en mémoire de l'apôtre et évangéliste galiléen, publicain de profession. Enfin Béroalde lui donne une autre origine, qui est peut-être la véritable, s'il faut en croire Aimé Martin : « II n'y a rien, dit-il, qui sangle si fort et qui donne de plus vilaines fessées que d'emprunter de l'argent à gros intérêts. » Voilà comment les usuriers fessent les autres, et de là l'expression de fesse-mathieu. (Palais des Curieux, p. 456.)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
José
Animateur


Inscrit le: 16 Oct 2006
Messages: 10763
Lieu: Lyon

Messageécrit le Saturday 14 Jan 17, 11:21 Répondre en citant ce message   

Citation:
Effectivement fesse et fesser n’ont pas la même origine.

Ce MDJ n'a donc pas d'histoire (de fesse) partagée avec le MDJ fesse.
Et maintenant que chacun s'occupe de ses fesses !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
AdM



Inscrit le: 13 Dec 2006
Messages: 431
Lieu: L-l-N (Belgique)

Messageécrit le Saturday 14 Jan 17, 14:10 Répondre en citant ce message   

Jean-Charles a écrit:
Glossophile a écrit:
C'est bien ce que je craignais : sans signature, et sans garantie.
...
Telles sont mes raisons de douter des affirmations de wikipédia.
Pour l'instant, l'origine de l'expression conserve tout son mystère à mes yeux.

Wikipédia est une encyclopédie. Elle est, certes, bien faite et très accessible, mais n'est pas une source. C'est une compilation de sources par des anonymes masqués sous un pseudonymes. Certains de ces anonymes sont d'ailleurs très compétents.
Si on passe par Wikipédia, il faut se référer aux sources citées par les compilateurs anonymes.
La source indiquée pour l'étymologie semble être le Bescherelle 1856 :

plutôt que le Dictionnaire de l'Académie 1932.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8208
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Saturday 14 Jan 17, 15:28 Répondre en citant ce message   

Mon hypothèse sur l'origine de l'expression : ce type-là, il fait (le) Saint Mathieu, comme on dit "il fait le malin" ou "elle fait la Sainte Nitouche" pour rester dans la sainte thématique.
Je n'ai pas d'avis sur le sens de l'expression. Il faudrait savoir quelle était exactement la réputation de Mathieu au Moyen Âge, dans l'imagerie populaire, dans les vitraux et statues des églises et cathédrales.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
embatérienne
Animateur


Inscrit le: 11 Mar 2011
Messages: 2749
Lieu: Paris

Messageécrit le Saturday 14 Jan 17, 16:54 Répondre en citant ce message   

Papou JC a écrit:
Mon hypothèse sur l'origine de l'expression : ce type-là, il fait (le) Saint Mathieu,

Ou encore "il fait son Mathieu".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Papou JC
Animateur


Inscrit le: 01 Nov 2008
Messages: 8208
Lieu: Meaux (F)

Messageécrit le Sunday 15 Jan 17, 10:10 Répondre en citant ce message   

Oui, c'est encore mieux.
En ce qui concerne la profession de Matthieu à Capharnaüm, il était, semble-t-il, fonctionnaire de douane, ce qui s'apparenterait à ce que nous connaissons plutôt de nos jours comme un agent de péage.
Cela dit, est-ce que ça explique le sens de "faire son Matthieu" ?
Peut-être que le Matthieu en question est un illustre inconnu qui n'a rien à voir avec le saint apôtre.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Page 1 sur 1









phpBB (c) 2001-2008