Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
anše (sumérien) / âne (français) / asinine (anglais) / easel (anglais) - Le mot du jour - Forum Babel
anše (sumérien) / âne (français) / asinine (anglais) / easel (anglais)
Aller à la page 1, 2  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
Jacques
Animateur


Inscrit le: 25 Oct 2005
Messages: 6529
Lieu: Etats-Unis et France

Messageécrit le Wednesday 09 Aug 06, 3:06 Répondre en citant ce message   

angl. asinine : 1610, dépourvu d’intelligence, bête comme un âne, du lat. asinus, âne, cf. angl. ass, âne.
D’après etymonline.com

prononciation : l'angl. asinine rime avec l' angl. nine (le chiffre 9).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
dubsar
Animateur


Inscrit le: 07 May 2007
Messages: 448
Lieu: Altkirch (F68)

Messageécrit le Monday 30 Jun 08, 19:35 Répondre en citant ce message   

En sumérien l'âne c'est anše avec diverses précisions :
anše-edin-na : onagre
anše-gir2-nun-na : mule
anše-giš : âne de travail, etc

et le sens général de équidé :
anše-kur-ra : cheval (âne étranger)

L'étymologie du mot serait : an- : ciel et še3 : élever (vers le ciel) = animal qui élève vers le ciel (ce qu'il porte).

On prétend que, à une métathèse près, le mot aurait passé par l'Asie Mineure vers le grec onos et le latin asinus.
Et le plus surprenant c'est qu'en écoutant la conférence de C Rilly sur le méroïtique (langue très différente du sumérien, qu'on ne me fasse pas de mauvais procès), le conférencier a présenté une inscription où il est question de la capture de 25 ânes "ansu".
Etonnant animal qui a voyagé dans tout le Proche Orient, originaire de la basse Mésopotamie ?
(NB : les langues sémitiques utilisent un autre terme : akkadien, ḫimāru, imēru ; hébreu ḥamor ; arabe ḫimâr).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
marsyas



Inscrit le: 19 Jun 2007
Messages: 34
Lieu: Utopie, Alpes-Maritimes

Messageécrit le Tuesday 01 Jul 08, 12:00 Répondre en citant ce message   

anše-edin-na : équidé de la steppe (âne sauvage, onagre, hémippe)
anše-gir2-nun-na : équidé d'attelage, autorité, pied (mule ? = anše-nun-na)
anše-giš gigir : équidé attelé, de trait
anše-kur-ra : cheval (équidé de la montagne)

D'où vient cette étymologie sumérienne ?
Inscription méroïtique de quelle date ?
L'âne est originaire des terres autour de la Mer rouge
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Skipp



Inscrit le: 01 Dec 2006
Messages: 740
Lieu: Durocortorum

Messageécrit le Wednesday 02 Jul 08, 15:50 Répondre en citant ce message   

dubsar a écrit:
NB : les langues sémitiques utilisent un autre terme : akkadien, ḫimāru, imēru ; hébreu ḥamor ; arabe ḫimâr

A-t-on une idée de l'origine de cette racine ? A moins qu'il ne s'agisse d'un emprunt (ce qui serait peu probable si l'âne a été domestiqué là où résidait déja des populations de langues sémitiques) ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
giòrss



Inscrit le: 02 Aug 2007
Messages: 2784
Lieu: Barge - Piemont

Messageécrit le Wednesday 02 Jul 08, 17:44 Répondre en citant ce message   

Le grec chimaira et le lat chimaera ont quelque chose en commun avec les mots
akkadien, ḫimāru, imēru ; hébreu ḥamor ; arabe ḫimâr???

En occitan il existe un animal imaginaire: lou jimërou (la jumarre, en français des pasteurs vadois des Alpes Cottiennes).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 2695
Lieu: Nissa

Messageécrit le Wednesday 02 Jul 08, 18:56 Répondre en citant ce message   

Non, pas du tout, la chèvre ne doit rien à l'âne !

Le monstre nommé Chimère (Χίμαιρα) tire son nom de ce qu'il a tête et corps de chèvre (quelles que soient les variantes pour le reste chez Homère et Hésiode) et de ce que khímaira (χίμαιρα) est un nom de la chèvre, plus précisément de celle qui est née à la fin de l'hiver et qui a donc un an lors de la première mise bas.

Ce nom est lié à celui de l'hiver, *gʰei-ōm, et ce type de formation a des correspondants :

suéd., norv. dial. gimber (germ. *gimbrī) « brebis qui n'a pas encore eu de petits »
latin bīmus, trīmus, quadrīmus (< *bi-hīmos, etc.) pour les vins, légions, etc., de deux, trois, quatre ans.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
dubsar
Animateur


Inscrit le: 07 May 2007
Messages: 448
Lieu: Altkirch (F68)

Messageécrit le Wednesday 02 Jul 08, 20:07 Répondre en citant ce message   

J'attendais Outis sur asinus, onos, Esel, etc
Pour le nom de l'âne sumérien et méroitique c'est sans doute l'emprunt d'une langue à l'autre, mais dans quel sens ? On rappellera que les sumériens se disaient originaires de Dilmun, aujourd'hui Bahrein.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 2695
Lieu: Nissa

Messageécrit le Thursday 03 Jul 08, 10:09 Répondre en citant ce message   

J'y venais, dubsar, j'y venais, mais, dans le temps réduit dont je dispose, la priorité est aux corrections. De plus, il n'y a pas grand chose à dire des noms eurindiens de l'âne, ils n'existent pas, tous ceux qu'on connaît remontent très probablement au sumérien !

Dans le Nord, le germanique *asiluz (vieil-anglais ass, allemand Esel, gotique asilus), le lituanien asilas et le vieux-slave osl sont tous des emprunts au latin asellus « ânon », diminutif de asinus « âne ». Les langues celtiques partent du même emprunt (irlandais assal) ou de l'animal adulte (breton azen).

Le latin asinus, que son s intervocalique (sans rhotacisme) trahit comme un emprunt, a été considéré par Schrader et Benveniste comme dépendant du sumérien anšu, sans qu'on explique bien pourtant la métathèse (dissimilation de nasale dans anše-nun-[na] ?).

La nasale a disparu dans l'arménien ēš (gén. išoy) et la sifflante dans le grec ónos (ὄνος) qui est connu sans ambiguïté dès le mycénien par la tablette KN Ca 895 où les mots sont accompagnés d'idéogrammes :
i-qo (ἵπποι « chevaux ») EQUINE-b 5 EQUINE-mane 4 po-ro (πῶλοι « poulains ») FOAL[
o-no (ὄνοι « ânes ») EQUINE-b 3 po-ro (πῶλοι) FOAL 2 EQUINE-a 4[

Ni l'orthographe syllabique du mycénien, ni l'évolution phonétique jusqu'au grec alphabétique ne permettent de décider si les formes reposent sur *onso- ou *osno-.

D'autres étymologies, plus que douteuses, ont aussi été proposées :
- Benfey, Pictet partent de l'hébreu atana « cheminer lentement, à petits pas », d'où *otnos > *osnos > onos
- Weber, pour le latin propose le sanskrit asinas « gris, cendré » (cp. all. Asche « cendre ») et, pour le grec, le sanskrit anas « voiture de charge, camion » (cp. lat. onus « charge, fardeau ») en s'appuyant sur le grec ónagros (ὄναγρος) « âne sauvage, onagre », l'emprunt latin onager ayant aussi désigné une machine de guerre à lancer des pierres (probablement, en fait, à l'image d'une ruade) …

À l'Est, en indo-iranien, on a un tout autre mot, d'étymologie inconnue : skr. khara-, avest. ḫarō, iran., afghan ḫar, kurde ker, et un vieux-perse *ḫara-pati- « gardien d'ânes » emprunté dans l'élamite qarabatti.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
marsyas



Inscrit le: 19 Jun 2007
Messages: 34
Lieu: Utopie, Alpes-Maritimes

Messageécrit le Friday 04 Jul 08, 20:47 Répondre en citant ce message   

Outis a écrit:
le grec ónagros (ὄναγρος) « âne sauvage, onagre », l'emprunt latin onager ayant aussi désigné une machine de guerre à lancer des pierres (probablement, en fait, à l'image d'une ruade) …

Erreur bientôt rectifiée, (ὄναγρος) "âne sauvage".
Citation:
À l'Est, en indo-iranien, on a un tout autre mot, d'étymologie inconnue : skr. khara-, avest. ḫarō, iran., afghan ḫar, kurde ker, et un vieux-perse *ḫara-pati- « gardien d'ânes » emprunté dans l'élamite qarabatti.

equus hemionus khur, Gujarat et Pakistan.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 2695
Lieu: Nissa

Messageécrit le Saturday 05 Jul 08, 11:03 Répondre en citant ce message   

Marsyas me conduit à préciser un peu le grec ὄνος [ónos] « âne ».

D'abord, comme beaucoup de noms d'animaux (βοῦς [boûs] « bœuf, vache »), ὄνος est épicène, désignant aussi bien l'âne que l'ânesse. Ce n'est que dans un papyrus que l'on trouve la précision d'un composé ὀνοθήλεια « âne femelle ».

On considère usuellement que les sens ὄνος « treuil, cabestan » et « pierre d'une meule » sont des métaphores basées sur l'idée de travail (voir, aujourd'hui, « chargé comme un âne »). Bien que rejetée par Beekes, une étymologie parallèle a été proposée dans les années 30 par Henri Grégoire (qui n'est pas l'Abbé Grégoire de la Révolution !) : ce serait un neutre sigmatique *ὄνος, gén. ὄνεος qui aurait été contaminé par le nom de l'animal, ce neutre sigmatique correspondant exactement au latin onus, gén. oneris « charge, fardeau » et au sanskrit anas, gén. anasas « voiture de charge ».
Ces neutres sigmatiques ont le degé e de la racine et le ton présuffixal et il faudrait donc poser un étymon *h₃én-os. Je n'ai pas lu l'article de Grégoire (Byzantion 13, p. 287) mais je suppose qu'il voulait aussi en tirer le nom de l'animal et que c'est cela que Beekes rejette, à juste titre. Il me semble cependant que ce pourrait être une justification simple des emplois dits métaphoriques du mot.

Un autre dérivé est le composé ὄναγρος « onagre », contraction de ὄνος ἄγριος [ágrios] « âne sauvage » (titre d'une comédie attique perdue) qui désigne tardivement (Strabon, LXX) des espèces orientales du genre Equus.

Mais ces espèces sont nommées par Homère ἡμίονος ἀγρότερα « mule sauvage » (de Paphlagonie) et par Aristote ἡμίονος Συρία « mule syrienne », ce qui introduit un nouveau composé, ἡμίονος [hēmí-onos] « semi-âne > mulet, mule ». Le sens d'hybride est bien attesté chez Hérodote, où βασιλεὺς ἡμίονος [basileús] « roi mulet » désigne dans un oracle le roi Cyrus (demi-Mède, demi-Perse).
C'est cependant ce mot, « hémione », qui, débarrassé de ses qualificatifs, évincera « onagre » chez lez zoologistes pour désigner les équidés d'Asie dont nous parlait marsyas.

Un autre nom du mulet est tiré de celui de l'âne. Le khotanais khaḍara- et le sogdien γrtr'k proviennent d'un *khara-tara- « l'autre de l'âne » au moyen du suffixe *tero- qui, avant de se spécialiser comme formateur de comparatifs, signifiait « l'autre de deux » comme il en reste des traces dans le grec ἀγρότερος « des champs > rustique, sauvage » par opposition à la ville.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
marsyas



Inscrit le: 19 Jun 2007
Messages: 34
Lieu: Utopie, Alpes-Maritimes

Messageécrit le Saturday 05 Jul 08, 18:51 Répondre en citant ce message   

Merci Outis,

juste préciser mon intervention qui soulignait qu'aujourd'hui encore on confond onagre et âne sauvage et ce même dans de très bonnes traductions grecques ou latines. Traduire ἡμίονος ἀγρότερα par "mule sauvage" montre assez que l'on manque de connaissance éthologique. Homère, aussi bien que Aristote, connaissait très bien les véritables ânes sauvages qu'il nommait ὄνος ἄγριος ou ὄναγρος. Syrie du nord et sud-est de l'Anatolie depuis l'holocène : equus africanus et equus hemionus onager tous deux reconnus dans tous les lexiques suméro-akkadiens et amorrites.

Citation:
C'est cependant ce mot, « hémione », qui, débarrassé de ses qualificatifs, évincera « onagre » chez lez zoologistes pour désigner les équidés d'Asie dont nous parlait marsyas.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Skipp



Inscrit le: 01 Dec 2006
Messages: 740
Lieu: Durocortorum

Messageécrit le Friday 11 Jul 08, 11:53 Répondre en citant ce message   

dubsar a écrit:
En sumérien l'âne c'est anše [...] Et le plus surprenant c'est qu'en écoutant la conférence de C Rilly sur le méroïtique (langue très différente du sumérien, qu'on ne me fasse pas de mauvais procès), le conférencier a présenté une inscription où il est question de la capture de 25 ânes "ansu".

Après vérification... il semble que de nouveaux éléments semblent démontrer que l'âne aurait été domestiqué en Afrique du nord-est... Son plus proche cousin génétique serait l'âne sauvage... de nubie... là où était parlé le méroïtique... Il pourrait donc bien y avoir eu un emprunt d'une langue en famille avec le méroïtique par le sumérien... Si quelqu'un peut confirmer ou non ?

A propos de l'origine nubienne de la domestication de l'âne:
http://www2.cnrs.fr/presse/communique/495.htm

Sait on d'où viennent les mots "hémione" (grec probablement) et mule ? Et en a-t-on l'étymologie, la signification d'origine ?

Et puis... si le terme pour désigner l'âne dans les langues celtes et germaniques provient du latin... et que le terme d'origine est supposé venir des sumériens... Quels ont été les intermédiaires entre le terme sumérien et latin ? Surtout que les locuteurs des langues sémitiques plus proches géographiquement parlant avaient eux un terme différent...
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 Feb 2007
Messages: 2695
Lieu: Nissa

Messageécrit le Tuesday 29 Jul 08, 8:36 Répondre en citant ce message   

Pour l'étymologie de « hémione », il suffisait de lire l'avant-dernier paragraphe de ma dernière intervention …
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
marsyas



Inscrit le: 19 Jun 2007
Messages: 34
Lieu: Utopie, Alpes-Maritimes

Messageécrit le Tuesday 29 Jul 08, 20:16 Répondre en citant ce message   

... ou Shakespeare avec son Bottom qui n'est en fin de compte qu'un autre Mid-Ass !
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
dubsar
Animateur


Inscrit le: 07 May 2007
Messages: 448
Lieu: Altkirch (F68)

Messageécrit le Wednesday 30 Jul 08, 18:39 Répondre en citant ce message   

En reprenant les données de Outis quelque questions se posent :
1. le latin asellus comme diminutif vient-il de *asinellus ? Si non, le -n- de asinus pourrait n'être qu'une augmentation de la racine i-e. Et cela expliquerait le manque de la nasale en arménien.
2. la dérivation asinus de anše, en admettant la métathèse et le passage de š, inexistant, en ś ou s, présente une voyelle infixée i. D'où viendrait-elle ?
3. le grec onos : s'il venait d'une prononciation cananéenne du mot on pourrait comprendre le timbre o de la première syllabe : anše > anśe > asne > āne > ōn-
Dans ce cas pourquoi ὀνος et non pas ὠνος ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel Index -> Le mot du jour Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2









phpBB (c) 2001-2008