Projet Babel forum Babel
Contact - Règles du forum - Index du projet - Babéliens
INSCRIPTION - Connexion - Profil - Messages personnels
Clavier - Dictionnaires

Dictionnaire Babel

recherche sur le forum
auberge, héberger (français) - Le mot du jour - Forum Babel
auberge, héberger (français)
Aller à la page 1, 2  Suivante
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel : Index -> Le mot du jour
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
Auteur Message
max-azerty



Inscrit le: 11 jan 2006
Messages: 801
Lieu: arras

Messageécrit le lundi 11 sep 06, 8:31 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

auberge vient du verbe héberger qui vient lui-même du francique heriberga.
En allemand moderne, héberger se dit beherbergen et auberge de jeunesse se dit Jugendherberge.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
guillaume



Inscrit le: 14 déc 2005
Messages: 673
Lieu: Istanbul, natif du Québec

Messageécrit le lundi 11 sep 06, 17:34 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Au Moyen-Age, les formes germanique occidentale, espagnole et italienne du verbe auraient eu la signification première de loger une armée, selon TLF.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
max-azerty



Inscrit le: 11 jan 2006
Messages: 801
Lieu: arras

Messageécrit le mardi 12 sep 06, 8:33 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

la formation du mot est heri+berga, soit armée+abri.
en allemand moderne: das Heer signifie l'armée et le verbe bergen, mettre à l'abri.
on retrouve le heri dans la toponymie d'origine germanique.
par exemple, le nom de la ville anglaise de Hereford signifie guet de l'armée.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
guillaume



Inscrit le: 14 déc 2005
Messages: 673
Lieu: Istanbul, natif du Québec

Messageécrit le mardi 12 sep 06, 16:45 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

C'est drôle aussi cette similitude entre bergerie et auberge (et même abergerie dans l'ancien français !).

Pourtant bergerie (bergaria au moyen-age) vient de berger (berbicarius), du latin vervecarius, "berger", formé de vervex, "brebis".

Berga et le verbe bergen (mettre à l'abri) ont-ils un lien avec le radical germanique *burg, ville fortifiée, bourg ?
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
max-azerty



Inscrit le: 11 jan 2006
Messages: 801
Lieu: arras

Messageécrit le mercredi 13 sep 06, 7:41 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

il est vraisemblable que Burg et bergen soient de même origine car la racine indo-européenne* de Burg renvoie à l'idée de fortification, donc forcèment à celle de mise à l'abri.
Quand on pense que bourgeois vient de là, on se dit que le mot a fait du chemin.

======
Voir aussi bourg.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
acdebombourg



Inscrit le: 30 mars 2007
Messages: 225
Lieu: Viviers du Lac

Messageécrit le lundi 06 août 07, 12:05 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Il ya dans le vieux droit savoyard le "droit d'albergement" qui est l'ancêtre du bail emphitéotique, mais qui peut être transmis par héritage.
Ce droit consistait à laisser en concession des terres de peu de valeur (les terres à blache inondables près des lacs, les marais, etc...)
C'était une pratique assez répandue de la part du Duc de Savoie qui laissait à ses vassaux des droits d'exploitation et de mise en valeur de propriétaires en somme, sans en perdre la propriété foncière.
Cette pratique était proche de celle en usage au Moyenâge dans ce qu'on appelle "les condamines", terres non imposées et libres de taxes.
La résorption de ces "baux" après le rattachement de la Savoie à la France a posé des problèmes juqu'à une époque récente, car les propriétés et les terres du duc de Savoie sont devenues propriété de l'état français,.
Or le droit français ne connait pas le droit d'"albergement".
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 fév 2007
Messages: 2498
Lieu: Nissa

Messageécrit le jeudi 18 oct 07, 12:16 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Résumons et étendons.

On a un thème eurindien I *bʰer-gʰ- , II *bʰr-egʰ-, III *bʰr-gʰ- avec le sens général de « élever [des murailles], protéger, fortifier ».
Ce thème a déjà été examiné dans le mot du jour bourg.

On a une racine eurindienne *ker- « guerre, armée » :
- vieux-perse : kāra- « armée, peuple » ;
- lituanien : kāras « guerre », kārias « armée » ;
- grec : κοίρανος [koíranos] (< *kor-ya-no-) « roi, chef » ;
- celtique : *kor-yo- « troupe, tribu », v.irl. cuire, m.gall. cordd, gaul. Petrocorii « Périgord », Tricorii « Troyes, Tréguiers » ;

Mais c'est le germanique qui comporte le plus grand nombre d'attestations de la racine. À tout ce qui a déjà été dit plus haut, j'ajouterai :
- germanique : *harjaz « armée » (all. Heer) ;
- germanique : *harjōn « razzier, harasser » (angl. harry) ;
- norrois herjann (< *ker-ya-no-), herföðr (< *ker-ph₂tēr-, père des armées) « surnoms d'Oðin » ;
etc.
attention : le français harasser est sans rapport, il est issu du cri de chasse haro apparenté à l'anglais here « ici ! ».

Avec ces deux-là on forme en germanique le composé *ker-bʰer-gʰ- « abri de l'armée » dont les formes germano-romanes ont été déjà énumérées, à l'exception des formes anglaises !

- le français hébergeur a un correspondant exact dans le moyen-anglais herbergere, d'où par dissimilation l'anglais harbinger « logeur [de militaire] » au XIVe puis, au XVIe, par un curieux glissement de sens, « annonceur, précurseur » : the crowing of the cock is a harbinger of dawn « le chant du coq annonce l'aurore », the cuckoo is a harbinger of spring « le coucou présage du printemps », qu'il faut sans doute comprendre comme des proverbes : « l'aube, le printemps, logent chez le coq, le coucou ».

- le vieil-anglais herebeorg qui avait le sens « abri, logement » s'est spécialisé en abri pour les bateaux et a donné l'anglais harbour « port, havre », mais le sens ancien de « refuge » subsiste dans le verbe : to harbour a criminal « donner asile à un criminel », to harbour a grudge against somebody « garder rancune à quelqu'un ».

Comme toute cette famille de mots, harbour a laissé sa trace dans la toponymie, la plus célèbre étant probablement Pearl Harbour …
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Fanch



Inscrit le: 14 oct 2007
Messages: 9
Lieu: Taichung, Taiwan

Messageécrit le jeudi 18 oct 07, 16:34 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

En breton, auberge se dit Ostaleri, qui se rapproche plus de l'hôtel étymologiquement...

D'ailleurs, je crois qu'Ostaleri désigne aussi bien l'auberge que l'hôtel.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 fév 2007
Messages: 2498
Lieu: Nissa

Messageécrit le jeudi 18 oct 07, 17:34 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Pour bret. ostaleri, le dictionnaire de Gavereau (Lexilogos) donne « auberge, café, débit, buvette, hôtellerie ».
C'est bien sûr un emprunt au français médiéval (1180 hostelerie « maison dépendant d'une abbaye, où sont accueillis les voyageurs, les pèlerins, les pauvres »).

(pas encore de mot du jour sur la famille du latin médiéval hospitalaria)
******************************
Maintenant (janvier 2010), il y en a un. Voir plus loin. (Papou JC)
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Piroska



Inscrit le: 13 sep 2005
Messages: 1066
Lieu: Basse-Marche (France)

Messageécrit le jeudi 18 oct 07, 18:53 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Après sa victoire sur les Sarrasins, Charlemagne voulait d'abord retourner enterrer Roland à Roncevaux. Mais le soleil est sur le point de se coucher et les chevaux sont fatigués. Alors, il change d'avis :

Dist l'emperere: «Tens est del herberger;
(L'empereur dit : Il est temps de trouver abri;)

En Rencesvals est tart del repairer:
(Il est tard pour retourner à Roncevaux)

Nos chevals sunt e las e ennuiez.
(Nos chevaux sont las et ≈ endoloris)

Tolez lur les seles, le freins qu'il unt es chefs,
(Ôtez-leur les selles et les freins qu'ils ont à la tête)

E par cez prez les laisez refreider.»
(Et laissez-les se rafraîchir sur ces prés.")

Respundent Franc: «Sire, vos dites bien.» AOI.
(Les Français répondent : "Sire, vous parlez bien.")
…………
Li emperere ad prise sa herberge.
(L'empereur a pris sa/son ………………………)

Excusez-moi, je ne vois plus comment ça se dit en français moderne militaire (c'est le contraire de "lever le camp"), mais tout le monde comprend.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
felyrops



Inscrit le: 04 mai 2007
Messages: 1151
Lieu: Sint-Niklaas (Belgique)

Messageécrit le jeudi 18 oct 07, 20:04 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Notons qu'il s'agit du chant CCVIII, vers 2482 et suivants.
Dans mon édition (1875), traduction de Léon Gautier, il y a quelques variantes:
-2482: "Dist l'Emperere : tens est de l'herbergier" = "c'est l'heure, dit-il, de songer au campement"
-2484: "Noz cheval sunt e las e ennuiet" = "Nos chevaux sont las et épuisés"
-CCIX, vers 2488: "Li Emperere ad prise sa herberge" = "L'Empereur prend là son campement"

C'est peu de chose, mais campement me semble plus près de l'original que 'abri' (XIIe siècle, du verbe abrier, terme de marine).
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Piroska



Inscrit le: 13 sep 2005
Messages: 1066
Lieu: Basse-Marche (France)

Messageécrit le jeudi 18 oct 07, 20:32 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Bien sûr, mais j'avais la flemme d'aller chercher des traductions, et je n'ai pas trouvé le mot juste, n'étant pas française, ni même eurindianophone (bonne invention, n'est-ce pas ?).
D'ailleurs, je ne comprends jamais pourquoi il faut traduire cela à des Français.

C'est le mot "campement" que je cherchais, oui, merci, d'autant que toute l'armée de Charlemagne se couche carrément par terre (il devait faire bien chaud dans les Pyrénées à ce moment-là !), sans aucun ABRI.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
felyrops



Inscrit le: 04 mai 2007
Messages: 1151
Lieu: Sint-Niklaas (Belgique)

Messageécrit le jeudi 18 oct 07, 23:58 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Comme tu n'es pas française (ni moi ne suis français), je te félicite de lire et connaître la "Chanson de Roland". Ce texte est écrit il y a 1000 ans, une traduction est nécessaire, mais souvent à côté de la question. La traduction de Léon Gautier est recommendable.
Merci d'avoir placé ce lien!
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Outis
Animateur


Inscrit le: 07 fév 2007
Messages: 2498
Lieu: Nissa

Messageécrit le vendredi 19 oct 07, 0:24 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Les mots « camper » et « camp » ont deux avantages :
- ils sont acceptés dans la terminologie militaire (et c'est bien d'armées qu'il s'agit ici) ;
- ils permettent de garder une articulation verbe/nom parallèle à celle de herberger / herberge

C'est le choix que fait Ian Short dans la récente (et peu onéreuse) édition et traduction que je possède : La Chanson de Roland, Le Livre de Poche, 1990.

La qualité littéraire des diverses traductions de la Chanson est affaire de goût mais, pour l'étude de la langue (vocabulaire et grammaire), la plus utile est, paraît-il, celle de Bédier (1921, revue en 1937) qui suit de très près le mot à mot.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Piroska



Inscrit le: 13 sep 2005
Messages: 1066
Lieu: Basse-Marche (France)

Messageécrit le vendredi 19 oct 07, 9:21 Répondre en citant ce message, ATTENTION : n'abusez pas des citations!   

Mon cher Felyrops, la Chanson de Roland (avec d'autres chansons de geste) était le sujet de ma thèse en 1963, quand vous n'étiez probablement pas né encore, et je la connais par cœur.
Mais l'ancien français me semble tellement plus simple que le français moderne que je me demande toujours pourquoi c'est si difficile aux Français.

Outis, c'est vrai que Bédier est la meilleure traduction, elle rend un peu le style et l'ambiance authentiques aussi (pas la poésie, hélas !), mais rien ne vaut l'original et l'ancien français est si beau que c'est dommage de le gâcher même avec une bonne traduction.
Voir le profil du Babélien Envoyer un message personnel
Montrer les messages depuis:   
Créer un nouveau sujet Répondre au sujet Forum Babel : Index -> Le mot du jour Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2









phpBB (c) 2001-2008