Le Prénçot I
Le Prénçot I




Quoure qu’i avàe sis ans i véyi, ine fés, ine vrae béle émajhe, den in livre su la fouràet vérjhe qui se noumét Istoeres vivàies. O représentét ine sarpent boha ine bàete sauvajhe. Velat la coupie de la rimajhure.

Den quou livre o se disét : « Lés sarpents bohas engoulant lour pré tote entére ; sen la matroullàe. Apràe le pevant pu se mouvàe é le dormant pendant lés sis moes de lour dijhésciun. »

I sunjhi aloure beacop su lés adveniants de la jhénglle pi, a mun tor, i abeni, ac in créun de coulour, a tiràe ma prmére rimajhure. Ma rimajhure limérot 1. Al étét de ménme :



I boutri mun bea fejhi aus grandes prsounes pi i lou demandi si ma rimajhure lés épourét.

Le me répounirant : « Prquàe dun qu’in chapea épourerét ? »

Ma rimajhure représentét poet in chapea. A représentét ine sarpent boha qui dijhérét in éléfant. Aloure i rimajhi le deden de la sarpent boha, a quéle fin que lés grandes prsounes pejhant cunprendre. L’avant trjhou de besén d’ésplliques. Ma rimajhure limérot 2 étét de ménme :



Lés grandes prsounes me cunsellirant de laechàe a dispart lés rimajhures de sarpents bohas duvértes ou tapàies, pi de m’éntéraessàe putout pr la jhiografie, pr l’istoere, pr le carçhul é pr la gramatique.

Ol ét de ménme qu’i achayi, a l’ajhe de sis ans, in vrae bea métàe de pénturour. I si chalai pr l’inépllét de ma rimajhure limérot 1 é de ma rimajhure limérot 2. Lés grandes prsounes cunprenant jhamae rén a yéles totes soules, é ol é vassant, pr lés draules, de trjhou é trjhou lou dounàe daus ésplliques…

I devi dun choesi in àutre métàe é i m’aprenghi a menàe daus aviuns. I voli in petit prtot den le munde. É la jhiografie, ol ét vrae, m’ajhudit beacop. I savàe acouneùtre, au prmàe boulitajhe, la Chine de l’Arizouna. Ol ét réde utile, si v’étéz écartai durant la neùt.

O fét qu’i oghi, durant ma vie, tot pllén de touchements ac tot pllén de munde sérious. I vivi beacop che lés grandes prsounes. I lés véyi rac. Ol a poet trot abounesi moun oupiniun.

Quoure qu’i en rencuntràe ine qui me senbllàe vére in petit mae cllér, i fasàe l’éprouvance su lai de ma rimajhure limérot 1 qu’i ae trjhou gardai. I velàe savér si al étét vrae cunprnente. Mé a me répounét trjhou : « Ol ét in chapea ». Aloure i li causàe ni de sarpents bohas, ni de fouràet vérjhe, ni d’étéles. I me sacàe a soun adrét. I li causàe de bridjhe, de golf, de poulitique pi de cravates. É la grande prsoune étét bén benaese de counétre in oume oussi résounablle…




chapitre suivant



sommaire








Projet Babel