Le Prénçot II
Le Prénçot II




I ae dun vivai soulét, sen prsoune ac qui causàe pr de vrae, jhus qu’a ine pane den le désart dau Sahara, o fét sis ans de çheù. Quouque chouse s’avét petai den ma mécanique. Pi coume i avàe ac mae ni mécanicous, ni chareyai, i m’arouàe a assayàe d’abenàe, rén que tot souc, in rabiscotajhe malaesai. Ol étét pr mae ine quesciun de vie ou de mort. I avàe a paene de l’aeve a bére pr uit jhors.

Le prmàe sér i me sèu dun aboumi su le sablle a mile miles de tote tiare enrinàie. I étàe bén mae éssoulai qu’in périmentour su n-in radea au mitan de l’ocian. Aloure v’émajhinéz moun ébafement, a la piquété-dau-jhor, quoure qu’ine draule de petite rogane m’a évellai. A me disét : ….

« Soupllét… rimajhe-mou ine oelle !

Hén ?

Rimajhe-mou ine oelle… »

I sauti su més pais coume si i avàe étai tabournai pr le tounaere. I froti bén més élls. I argardi bén. É i véyi in petit bounoume bén étranjhe qui m’avisét sériousement. Velat le méllour rimajhe que, mae tard, i abouni a faere de li. Mé ma rimajhure, bén sur, ét bén moén aviante que le modéle. Ol ét poet ma fàute. I avàe étai chalai den mun métàe de pénturour pr lés grandes prsounes, a l’ajhe de sis ans, pi i avàe rén aprenghu a rimajhàe, sàuve daus bohas tapais é daus bohas duvért.

I argardàe dun quéle aparuciun ac daus élls tot runds d’ébafement. Anbllidéz poet qu’i étae a mile miles de tot cantiaeme enrinai. Mé mun petit bounoume me senbllét ni écartai, ni vanai, ni mort de fumine, ni mort de sàe, ni mort de pour. L’avét en rén aparaessence d’in draule écartai au mitan dau désart, a mile miles de tot cantiaeme enrinai. Quoure qu’a la définiciun, i abeni a causàe, i li disi :

« Mé… qu’ét-o que te bouines çhi ? »

Le me repétit aloure, cha petit, coume ine chouse réde sériouse :

« Soupllét… rimajhe-mou ine oelle… »

Quoure que le mistaere ét trot touchant le munde ousant poet désobéyi. Oussi apsurde qu’o me senbllit a mile miles de tots lés endréts enrinais é en danjhàe de crvaciun, i srti de ma foullouse ine foulle de papàe é ine poénte. Mé i me remenbri aloure qu’i avàe sultout étudiàie la jhiografie, l’istoere, le carçhul é la gramatique é i disi au petit bounoume (ac in petit de cheùgne) qu’i savàe poet rimajhàe. Le me répounit :

« O fét rén. Rimajhe-mou ine oelle. »

Coume i avàe jhamae rimajhai ine oelle i refasi, pr li, ine daus deùs soules rimajhures qu’i pevàe fàere. Quéle dau boha tapai. É i si ébaroui d’entendre le petit bounoume me répounàe :

« Nun ! Nun ! I vau poet d’in éléfant den in boha. In boha ol ét réde danjhérous, pi in éléfant ol ét réde encanchant. Che mae ol ét tot petit. I ae de besén d’ine oelle. Rimajhe-mou ine oelle. »

Aloure i rimajhi.

L’argardit ac atenciun, pi :

« Nun ! Quéle-çhi al ét déjha réde brimàie. Fé n-en ine àutre. »

I rimajhi :

Moun amic chaurit megnounement, ac bounasserie :

« Te vés bén… ol ét poet ine oelle, ol ét in brlin. L’at daus cors… »

I refasi dun core ma rimajhure :

Mé a sit diféràie, coume çhés d’avant :

« Quéle-çhi ét trot vélle. I vau ine oelle qui vive luntenp.»

Aloure, pr manque de dore, coume o me chaumét de coumençàe le démanchajhe de mun moteùr, i chafouri quéle rimajhure-çhi :

Pi i disi :

« Ol ét sa caesse. L’oelle que te vaus, al ét deden.»

Mé i si bén ébafai de vére s’éluminàe la goule de mun jhéne jhujhe :

« Ol ét tot jhusce de ménme qu’i z-ou velàe ! Crés-tu qu’o fàujhe pllén d’arbe pr quéle oelle ? 

Prquàe ?

Pasque che mae ol ét réde petit…

O basterat dasard. I t’ae ballai ine tote petite oelle. »

Le penchit la taete devér la rimajhure :

« Pa si petite que çheù…Téns ! A s’at aboumie… »

É ol ét de ménme qu’i fasi la counéssance dau prénçot.




chapitre précédent           chapitre suivant



sommaire








Projet Babel