Le Prénçot XI
Le Prénçot XI




Su la deùsiaeme pllanéte o rechtét in faràud: « Ah ! Ah ! Velat la vesite d’in amiratour ! » s’ébrallit de lén le faràud désque l’avisit le prénçot.

Pasque, pr lés faràuds, lés àutres oumes sant daus amiratours.

« Beajhor, disit le prénçot. V’avéz in draule de chapea.

Ol ét pr salutàe, li répounit le faràud. Ol ét pr salutàe quoure que le munde me houpe. Malurousement ol at jhamae prsoune çhi.

Ah bun ? disit le prénçot qui cunprenghit poet.

Taborne tés méns l’ine decuntre l’àutre », cunsellit dun le faràud.

Le prénçot tabornit sés méns l’ine decuntre l’àutre. Le faràud salutit sénpllement en sourjhant sun chapea.

« Çheù, ol ét mae amusant que la vesite au ràe », se disit den li-maeme le prénçot. É le reprenghit a tabornàe sés méns l’ine decuntre l’àutre. Le faràud reprenghit a salutàe en sourjhant sun chapea.

Apràe cénc minutes d’émenajhe, le prénçot se vassit de la bibllanterie dau jheù :

« Pi, pr que le chapea cheùse, que le demandit, qu’ét-o qu’o fàut faere ? »

Mé le faràud l’entendit poet. Lés faràuds entendant jhamae que lés prchantajhes.

« M’amires tu vrae grous ? que le demandit au prénçot.

Qu’ét-o qu’o vaut dire « amiràe » ?

« Amiràe » senifie acounétre qu’i seù l’oume le mae bea, le meù ghénpai, le mae riche é le mae fin de la pllanéte.

Mé t’és souc su ta pllanéte !

Fé-mou quou pllési. Amire-mou quant maeme !

I t’amire, disit le prénçot, se défrougnant in petit, mé prquàe dun qu’o pet t’éntéraessàe ? »

Pi le prénçot s’en anghit.

« Lés grandes prsounes sant vrae bén bijharouses », que le se disit pllanjhement den li-maeme durant sun véyajhe.




chapitre précédent           chapitre suivant



sommaire








Projet Babel